L’extension du domaine de la lutte… toponymique

Michel Houellebecq
Extension du domaine de la lutte
Maurice Nadeau, 1994

Par Frédéric Giraut

L’ordinaire des rues en Marcel et autres Emile et Ferdinand…

Avec cynisme et sarcasmes, Houellebecq nous relate la recherche de sa voiture dans l’absurdité de la ville ordinaire (un quartier de Paris), aux immeubles ordinaires, peuplés d’habitants ordinaires, dans des rues tout aussi ordinaires que leurs dénominations en Marcel … et autres Emile et Ferdinand.

Première Partie: 2 Au milieu des Marcel

Le surlendemain était un dimanche. Je suis retourné dans le quartier, mais ma voiture est restée introuvable. En fait, je ne me souvenais plus où je l’avais garée; toutes les rues me paraissaient convenir aussi bien. La rue Marcel-Sembat, Marcel-Dassault … beaucoup de Marcel. Des immeubles rectangulaires, où vivent les gens. Violente impression d’identité. Mais où était ma voiture?

Déambulant entre ces Marcel, je fus progressivement envahi par une certaine lassitude à l’égard des voitures et des choses de ce monde. Depuis son achat, ma Peugeot 104 ne m’avait causé que des tracas: réparations multiples et peu compréhensibles, accrochages légers … Bien sûr les conducteurs adverses feignent la décontraction (…) « A quoi bon cette voiture? » me répétais-je avec impatience en enfilant la rue Emile-Landrin.

Pourtant, ce n’est qu’en débouchant dans l’avenue Ferdinand-Buisson que l’idée me vint d’établir une déclaration de vol. (…)

La niaiserie du décor toponymique spectaculaire d’une station balnéaire…

   Quand le piquant factice et la niaiserie du décor toponymique de loisir d’une station balnéaire (la Résidence des Boucaniers aux Sables-d’Olonne) retient l’attention de Houellebecq, cela lui inspire quelques pensées sur la médiocrité de la vie des vacanciers dans l’illusion du spectacle.

Deuxième partie: 9. La Résidence des Boucaniers

(…)

Je me suis ensuite dirigé vers une résidence plus récente et plus luxueuse, située cette fois tout près de la mer, vraiment à quelques mètres. Elle portait le nom de « Résidence des Boucaniers ». Le rez-de-chaussée était constitué par un supermarché, une pizzeria et une discothèque; tous trois fermés. Une pancarte invitait à la visite de l’appartement témoin.

Un sentiment déplaisant a cette fois commencé de m’envahir. Imaginer une famille de vacanciers rentrant dans leur Résidence des Boucaniers avant d’aller bouffer leur escalope sauce pirate et que leur plus jeune fille aille se faire sauter dans une boîte du style « Au vieux cap-hornier », ça devenait un peu agaçant, mais je n’y pouvais rien.

Crédit photo : Fresque représentant M. Houellebecq, La Demeure du Chaos, Th. Ehrmann, 2011.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *