Petit compte-rendu du quatrième colloque suisse d’onomastique à Berne

Ruggero Crivelli

Le 2 février 2015 a eu lieu à l’Université de Berne (Unitobler) le quatrième colloque suisse d’onomastique, organisé par l’Institut de Germanistique. Ces colloques – et ce dernier n’a pas fait exception – sont intéressants pour les géographes dans la mesure où ils apportent toujours des informations sur les retombées spatiales de la distribution des noms. J’en relèverais trois.

a) L’origine géographique des noms de famille.
Même dans un monde globalisé et mouvant comme le nôtre, les recensements des noms de familles nous permettent d’observer des dominances géographiques : la carte suisse des noms de familles permet par exemple de constater une prédominance des Favre dans le Canton de Genève, une prédominance des Müller dans la zone nord-orientale de la Suisse et celles des Bernasconi dans le Canton du Tessin. Ce qui serait intéressant – mais qui ne semble pas encore fait – serait de recenser systématiquement les fréquences des noms de familles pour observer à travers le temps les polarités des migrations en Suisse, tant internes qu’internationales. Les flux migratoires, hier et aujourd’hui, ne sont pas le fruit du hasard : ce ne sont pas seulement des gens qui se déplacent, ce sont aussi des lieux. L’exposé de Markus Gasser a aussi permis de relever à quel point l’intérêt de l’origine ou de la signification du nom de famille pose pour le public un sérieux problème de communication et de divulgation : la connaissance scientifique de l’origine ou de la signification d’un nom peut entrer en conflit avec la connaissance affective du même nom. Les émissions radio consacrées à ce thème ont parfois suscité de fortes réactions auprès des porteurs d’un nom, auquel les recherches académiques n’attribuaient pas la connotation positive qu’ils lui avaient attribué.

L’exposé de Mme Gisèle Pannatier portant sur le patois d’Evolène en Valais et celui de M. Michele Moretti se référant au dialecte tessinois, ont mis en évidence l’utilisation – peut-être en déclin aujourd’hui – des noms de famille pour indiquer un lieu ou des noms de lieux pour indiquer un caractère personnel.

b) Noms propres et lieux
Il y a actuellement dans le Val d’Hérens en Valais une initiative consistant à installer des panneaux indicateurs le long de rivières indiquant leur nom à tel ou tel endroit. On découvre qu’un torrent peut ainsi changer d’hydronyme pendant son parcours pour en indiquer le contexte ou, encore, la propriété et que, parfois, il peut aussi prendre le nom de famille d’une personne : ex. torrènn (qu’on me pardonne l’écriture, car je l’ai transcrit rapidement dans mes notes !) de la Morande (le torrent de Mme Morand). Ici on découvre une autre caractéristique intéressante : dans cette vallée, la femme qui se mariait prenait le nom du mari dans le registre d’état-civil, mais gardait, pour les autres villageois, son nom de jeune fille féminisé : dans notre exemple, Mme X née Morand est connue, chez elle, sous le nom de Morande. Cela nous renseigne sur le rôle normalisant que joue la modernité sur les communautés locales : la modernité, à travers l’état-civil (en tout cas jusqu’à récemment en Suisse) a effacé la femme en la soumettant entièrement à l’ordre patrilinéaire. Cela peut par ailleurs être le cas aussi des toponymes quand ils sont transcrits sur les cartes topographiques ou géographiques : la traduction des termes dialectaux locaux en langue officielle (allemand, français ou italien), ou écrite, lisse les différences locales, parfois même en change la signification.

c) Noms de lieu et caractères individuels
Michele Moretti, de son côté, a cité quelques exemples savoureux de toponymes à l’origine d’expressions indiquant une qualité humaine attachée à leur homonymie. La langue locale en ainsi exploité une similitude pour indiquer – par voie détournée – un caractère individuel. Brusino, localité de la Vallée de Muggio dans le Sud du Tessin, en dialecte se dit Brüzin (prononcer bruzine) : aller à Brüzin, signifie se brûler Legnano, localité lombarde où a eu lieu une celèbre bataille au XIIe siècle lors de laquelle l’Empereur Frédéric a subit une cuisante défaite, a donné l’expression Aller à Legnan (prononcer légnane) en sachant que le mot legna (bois, pas dans le sens de forêt, mais plutôt de bâton) signifie se prendre des coups de bâton. A partir de Brüttisellen (Commune suisse dans le Canton de Zürich) qui renvoie au mot brüt (prononcer brut) on a forgé l’expression venir de Brüttisellen qui signifie être moche.

Ce qu’on peut, entre autres choses, retenir de ce colloque – si jamais il y en avait encore besoin – c’est l’étroite relation entre lieux et sociétés et le rôle de la langue (surtout la dénomination) comme ciment de cette relation. Les hommes s’inspirent des lieux pour se reconnaître et s’inspirent de leurs particularités (somatiques ou de caractère) pour reconnaître les lieux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *