Une étude des nouveaux noms de cantons français par Roger Brunet

Brunet R., 2015, « Nouveaux cantons en France: jeux de noms », L’Espace Géographique 44(1), 73-80.

Roger Brunet dans le dernier numéro de l’Espace Géographique, s’est livré à une étude des noms donnés aux nouveaux cantons français (circonscription électorale des Conseils départementaux, ex-Conseils généraux). Ces nouveaux cantons sont issus de la récente réforme (2014) de leur carte qui a vu leur nombre divisé approximativement par deux, passant d’un peu plus de 4000 à un peu plus de 2000. La plupart ont conservé un nom préexistant, c’est à dire pour les cantons intra-urbains, le nom d’une subdivision d’agglomération, et pour les cantons ruraux celui d’un ex-chef-lieu (les cantons étant alors également les cadres d’organisation de certaines administrations en monde rural) devenu avec la réforme un « bureau centralisateur ». Ce sont donc mécaniquement près de 2000 noms de bourgs ruraux qui ont perdu leur statut de chef-lieu disparaissant ainsi de la nomenclature des noms de cantons français et donc de la toponymie des entités administratives supracommunales. Mais Roger Brunet nous apprend que 31 départements sur 98 ont vu leurs Conseils généraux user de la possibilité de nommer différemment les nouveaux cantons issus de la réforme, créant au total 223 noms nouveaux qui dérogent au principe du nom du chef-lieu devenu « bureau centralisateur ».

L’article de Roger Brunet documente cette néotoponymie et livre quantité de cas contextualisés. Il propose des regroupements selon les signifiants : noms de reliefs, noms de rivières, noms de pays ruraux, calage sur les noms de nouveaux cadres de coopération intercommunale rurale. Plus généralement, il identifie des démarches de recherche de valorisation de territoires locaux par la renommée de certaines références historiques et géographiques utilisées dans cette néotoponymie.

Ces constats et cette analyse corroborent des tendances identifiées de manière plus générale pour la néotoponymie des territoires contemporains et pour celle des communautés de communes et territoires de projet ruraux en France. Ainsi, à l’heure de la spécification territoriale comme moyen de se positionner dans un environnement globalisé, on note la tendance à s’attribuer le bénéfice de la présence de ressources patrimoniales souvent partiellement externes mais indiquant la richesse d’une situation et d’un terroir ou, pour certaines localités, d’un vaste arrière-pays de qualité. Parallèlement, l’étude des processus de nomination dans d’autres contextes a pu montrer que des néotoponymes pauvres relevant d’une hydrographie ou d’une orographie génériques (trois rivières ; des collines …) étaient souvent le fruit d’une neutralisation entre des revendications opposant le centre à la périphérie ou plusieurs centres potentiels entre eux. Il en est de même avec les noms composés, additions de noms de sous-parties du tout. La néotoponymie est alors le fruit d’une géopolitique locale faite de rivalités et d’un rapport de force qui produisent une neutralisation toponymique. Dans la cas de la néotoponymie cantonale française documentée et analysée globalement par Roger Brunet, cela appelle certaines études de cas sur les processus ayant amené des nominations génériques ou associatives.

Dans ce très intéressant article, l’auteur porte in fine sa réflexion géopolitique sur la logique de sélection et de répartition des départements qui ont procédé à de nouvelles nominations. En effet, un bloc Sud-Ouest s’individualise nettement et donc une certaine logique régionale prévaut sur une stricte logique politicienne, mais l’auteur envisage un ensemble de facteurs qui combinés renverraient à des cultures politiques départementales plus aptes à se saisir de l’opportunité néotoponymique.

-> Lien vers « Nouveaux cantons en France : jeux de noms »

Crédit photo : Visualisation des cantons électoraux 2015, Christian Quest / Open street map, sur data.gouv.fr.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *