Ce nom n’est pas le mien ! Les toponymies militantes, communautaires et personnelles dans American Pastoral de Philip Roth

Philip Roth, American Pastoral, 1997, Random House. (Traduction Française: Pastorale Américaine, Gallimard 1999)

Dans American Pastoral, Philip Roth aborde sur trois registres différents la question des significations personnelles et communautaires accordées aux toponymes.

La puissance revendicatrice du nom d’Etat :

Elle appelait le Nord Vietnam la République démocratique du Vietnam et elle en parlait avec une telle ferveur patriotique qu’on aurait cru, disait Dawn, qu’elle n’était pas née au Beth Israel de Newark mais au Beth Israel de Hanoi – « Si je l’entends encore une seule fois prononcer ce nom-là, Seymour, je te jure que je sors de mes gonds.” Il essayait de la convaincre que c’était peut être moins grave qu’il n’y paraissait. (pp. 147-148).

North Vietnam she called the Democratic Republic of Vietnam, a country she spoke of with such patriotic feeling that, according to Dawn, one would have thought she’d been born not at the Newark Beth Israel but at Beth Israel in Hanoi.  » ‘The Democratic Republic of Vietnam’ — If I hear that from her one more time, Seymour, I swear, I’ll go out of my mind! » He tried to convince her that perhaps it wasn’t as bad as it sounded. (pp. 101-102)

La puissance du signifié personnel et familial :

Dans l’esprit de l’enfant, le « Morris » du Canal Morris n’avait rien à voir avec le nom d’un comté qui lui aurait d’ailleurs semblé aussi lointain que le Nebraska à l’époque –Il évoquait Morris, l’entreprenant frère aìné de son père. (…) Même ce jour là, au cours cours de l’excursion chaque fois qu’Orcutt parlait du Canal Morris, le Suédois pensait d’abord à cet oncle défunt qu’il n’avait jamais connu, frère bien-aimé qui avait tant manqué à son père et dont il pensait qu’il avait donné son nom au canal qui passait sous Raymond Boulevard. Même lorsque son père acheta l’Usine de Central Avenue (qui n’était pas à cent mètres de l’endroit où le canal tournait vers Belleville, en direction du nord), il persista à associer le nom du canal avec l’histoire de sa famille plutôt qu’avec l’histoire de l’Etat. (pp. 415)

In the Swede’s young mind, the « Morris » in Morris Canal never connected with Morris County–a place that seemed as remote as Nebraska then–but with his father’s enterprising oldest brother, Morris. (…) Even on his tour of the county that day, every time Orcutt mentioned the Morris Canal, the Swede thought first of the dead uncle he had never known, a beloved brother who was much missed by his father and for whom the chil had come to believe the canal beneath Raymond Boulevard was named. Even when his father bought the Central Avenue factory (no more than a hundred yards from the very spot where the canal has turned north toward Belleville, a factory that virtually backed on the city subway build beneath the old canal route) he persisted in associating the name of the canal with the struggles of their family rather than with the grander history of the state. » (pp. 303)

La puissance de la dimension communautaire du lieu :

Là-bas au mont Freedom faut-il le dire les juifs étaient heureux. Dix ou onze grands hôtels, tous juifs, des milliers de visiteurs par an, tous juifs __ au point que les vacanciers appelaient le mont Freedom le mont Friedman. Quand on vivait en appartement à Newark, Passaic ou Jersey City, une semaine au mont Freedom, c’était le paradis. (…) Mais le Suédois savait-il qu’avant la guerre on avait graffité une croix gammée sur le panneau indiquant le terrain de golf, au pied du mont Freedom? (pp. 429-430)

Up at Mt. Freedom, needless to say, it was great for Jews: ten, eleven large hotels that were all Jewish, a summer turnover in the tens of thousands that was entirely Jewish—the vacationers themselves jokingly refered to the place as “Mt. Friedman”. If you lived in an apartment in Newark or Passaic or Jersey City, a week in Mt. Freedom was heaven. (…). But did the Swede know that before the war thre’d been a swastika scrawled on the golf-course sign at the edge of Mt. Freedom? (pp. 313)

Crédit photo : Stuart Seeger.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *