De Denali à McKinley et retour, les tribulations toponymiques du point culminant des Etats-Unis

Néotoponymie vous signale un article du Monde et un plus détaillé du New York Times. Egalement l’émission satirique Daily Show with Jon Stewart, s’est intéressée à la question. Enfin la revue National Geographic explique les modalités et les implications cartographiques du changement.

Il s’agit d’un intéressant aller-retour historique et politique. Un bel exemple de restauration/restitution mémorielle que l’on peut lire à partir de la grille de lecture des processus de nomination de lieux développée dans un article de la revue Geopolitics paru en 2016. Cette grille propose d’identifier des contextes types particulièrement propices aux pratiques de nouvelles nominations ou de renominations et de les mettre en relation avec des objectifs et des techniques types de nomination.

Ainsi la renomination du Mont MacKinley en Mont Denali relève clairement d’une technique de restauration dans un contexte d’affirmation d’une conception postcoloniale de la nation. En effet, le contexte dit postcolonial (quasi révolutionnaire au sens de modification radicale du système de valeurs politiques) dans les anciennes colonies de peuplement d’Amérique du Nord, d’Océanie et d’Afrique australe porte à la reconnaissance de savoirs dits autochtones et à la restitution de leur mémoire dans la toponymie en lieu et place d’exonymes imposés et vecteurs de dépossession. C’est bien le sens de la renomination en Denali du plus haut sommet d’Amérique du Nord qui avait reçu le nom de MacKinley à la fin du XIXe siècle. L’actuelle combinaison du contexte postcolonial avec la technique de restauration fait donc suite à la combinaison du contexte de conquête coloniale avec la technique du founding qui impose des figures représentant l’ordre politique conquérant et celle de la négation des appellations autochtones. Avec cet aller/retour toponymique on a donc une succession dans le temps de combinaison de contextes spécifiques avec différentes techniques toponymiques assimilables à des technologies de pouvoir.

Crédit photo : National Park Service, Tim Rains.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *