Penny Lane comme métatoponyme

Par Frédéric Giraut, Université de Genève

Penny Lane est le titre d’une chanson des Beatles signée McCartney/Lennon et attribuée à Paul McCartney. Elle est sortie en février 1967 sur un 45 tours dont on trouve sur l’autre face le titre Strawberry Fields Forever attribué à John Lennon. Ces titres font partie de la série d’enregistrements initialement destinés à l’album le plus fameux du groupe : Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band considéré comme un tournant créatif majeur pour le groupe pop le plus important de sa génération et pour la musique pop en général. Celle-ci s’affirme définitivement en tant que contre-culture en cette année 1967.

La ritournelle du refrain de Penny Lane consacra le titre comme un succès universel, entrainant également celui de Strawberry Fieds Forever, d’accès plus difficile de par ses partis pris musicaux plus radicaux.

Penny Lane comme matrice banlieusarde de la pop music

Penny Lane, comme Strawberry Fields, évoque un lieu périphérique de Liverpool, cité d’origine des Beatles. Plus précisément, Penny Lane est le nom d’une rue secondaire de la banlieue sud-est de Liverpool, dont une partie du tronçon (au Nord-Est) est commerçant autour du carrefour avec Smithdown Rd. Carrefour terminus de ligne de bus (préalablement tramway) auquel le toponyme de Penny Lane est associé par métonymie, tandis qu’un autre tronçon de la rue est plus résidentiel et mène au Parc de Green Bank au Sud. Dans le clip de la chanson également sorti en 1967, le toponyme apparaît plusieurs fois sur un bus sous la forme de l’indication frontale de la ligne assimilée au terminus, et le rond point est filmé depuis le clocher de l’église voisine. La plupart des commerces auxquels il est fait allusion se trouvent sur ce rond point terminus ou à proximité immédiate.

Penny Lane sur Google Maps

Penny Lane sur Google Maps

Penny Lane sur Plan (Apple)

Penny Lane sur Plan (Apple)

Par leurs thèmes et leur écriture, on peut rattacher ces titres au genre de la pastorale suburbaine. Stephen Daniels parle de « pastoral imagery of their suburban settings» (2006, p. 29), ce qu’illustre le clip de promotion diffusé à l’époque. Ce genre transcende les styles et les modes et participe d’une pop culture qui emprunte à des référentiels très différents dans le domaine de l’art et de la culture.

Dans la chanson de Paul McCartney, comme dans celle de John Lennon, l’évocation du lieu à partir de son toponyme s’effectue sur un mode proustien en convoquant des scènes et un imaginaire issus de souvenirs d’enfance de l’auteur lié à un lieu et à son nom. On pense à « Noms de Pays : le Pays » (Proust 1913) dans lequel Marcel Proust joue sur la puissance évocatrice des noms de lieux. Il montre d’abord comment les noms de lieux connus (correspondant à une expérience vécue) peuvent être associés à un imaginaire puissant et décalé, puis comment les noms de lieux inconnus (encore non visités) sont des sortes d’évocateurs stimulants, mais il souligne également les limites évocatrices des toponymes qui ne peuvent être associés qu’à un nombre limité de représentations. Bernard Gensane (Gensane 2010) revient sur un des couplets de la chanson Penny Lane : « And though she feels as if she’s in a play / She is anyway » pour indiquer comment l’auteur souligne la dimension imaginaire des scènes associées au toponyme mais prend acte du fait qu’elles sont produites par l’évocation du lieu. Autrement dit, on a ici une conception phénoménologique et poétique du lieu qui se distancie d’une évocation intellectuelle ou académique. On comprend donc pourquoi une telle évocation d’un lieu ordinaire de l’enfance évacue complètement le signifié originel du toponyme et sa dimension commémorative héritée du passé. Nous reviendrons ultérieurement sur ce signifié originel qui aujourd’hui rattrape le toponyme devenu fameux.

Les deux titres – Penny Lane et Strawberry Fields Forever – assemblés en un seul disque forment ainsi un hommage à la cité de Liverpool et à sa banlieue en tant que matrice de l’enfance en amont de la genèse du groupe. C’est bien ce que la publicité du disque évoque en présentant une « cartographie des origines ». Ceci alors que les Beatles, consacrés au niveau international, ont déjà quitté la ville pour Londres et son studio d’Abbey Road (Qui deviendra également un toponyme associé à la saga des Beatles, du nom de la rue londonienne où se trouvait le studio où fut enregistré l’album culte sur la pochette duquel les Beatles traversent cette rue sur un passage piéton).

Publicité pour la sortie du disque simple Penny Lane/Strawberry Fields Forever 1967. (EMI Records Limited)

Publicité pour la sortie du disque simple Penny Lane/Strawberry Fields Forever 1967. (EMI Records Limited)

Penny Lane comme patrimoine et marque

Le toponyme de Penny Lane est devenu une icône des Beatles dans leur cité d’origine. Celle-ci associée au secteur touristique a patrimonialisé et muséifié cette géographie des origines du groupe en valorisant systématiquement tous les sites évoquant leur jeunesse et leur éclosion, en les inscrivant dans des circuits touristiques et en construisant un récit des origines lié à la cité (Kruse 2005). Ces circuits démarrent à l’aéroport international « John Lennon » (dénommé ainsi depuis 2002) et incluent différents musées, lieux de concerts dont celui reconstitué de The Cavern, et hauts-lieux de la jeunesse et de l’inspiration des Beatles. On peut parler d’un marché, voire d’une industrie de la mémoire et du patrimoine des Beatles. Le toponyme et titre de la fameuse chanson est également devenu une marque reprise dans des noms de boutiques et de bars et restaurants et de produits dérivés (Light 2013). Ceci s’inscrit dans un mouvement plus large de muséification des musiques populaires et de leurs hauts-lieux patrimonialisés (Le Guern 2012)

A Liverpool, l’exploitation du lieu proprement dit a généré une prise de conscience des enjeux de sa renommée et de son attractivité avec la création d’un Penny Lane Development Trust (originellement Penny Lane Community Association qui a lutté avec succès à la fin des années 1990 contre la transformation du stade local en un projet immobilier). « Penny Lane : not just any lane » est le slogan de l’association, qui sous une forme associative entend être un interlocuteur des pouvoirs publics et des développeurs pour tout projet d’aménagement local, tout en se donnant comme objectif d’œuvrer à la valorisation du patrimoine que constitue la rue.

… not just any lane : La devise du Penny Lane Development Trust

… not just any lane : La devise du Penny Lane Development Trust

Extrait d’une dépêche d’agence Associated Press de novembre 2013 faisant état du centre secret « Penny Lane » de la Cia à Guantanamo Bay

Extrait d’une dépêche d’agence Associated Press de novembre 2013 faisant état du centre secret « Penny Lane » de la Cia à Guantanamo Bay

Mais les effets de la patrimonialisation du nom et de la marchandisation de la marque se font sentir bien au delà de la cité de Liverpool. Les nombreux produits dérivés qui reprennent le nom de la rue et sa signalétique sont également en vente sur les étals du marché londonien de Camden Road par exemple. Mieux on trouve un Penny Lane Mall dans une station balnéaire du Delaware, et cette utilisation du nom dans un lieu marchand n’est certainement pas exceptionnelle de par son homonymie avec la fameuse division monétaire. Mais l’internationalisation de l’usage du toponyme n’est pas exclusivement marchande, ainsi on note l’improbable utilisation des deux toponymes de Penny Lane et Strawberry Fields pour désigner deux centres secrets de la CIA destinés à la formation d’agents doubles et à la détention de prisonniers “fantômes” sur le périmètre de la base navale américaine de Guantanamo Bay. Avec cette diffusion très improbable dans la toponymie secrète de la CIA, on mesure comment l’icône est sortie de la contre-culture pour être une référence universelle présente au cœur même du pouvoir. Plus pacifique et plus centré sur l’univers des Beatles, on note la présence du toponyme de Strawberry Fields dans Central Park à Manhattan pour désigner le mémorial dédié à John Lennon sur le lieu de son assassinat (Kruse 2003).

Panny Lane comme mémoire refoulée

Parallèlement à cette dynamique marchande et patrimoniale autour du toponyme et de la marque dérivée, d’autres préoccupations mémorielles utilisent le nom de rue depuis les années 2000. On retrouve en effet la fameuse plaque de Penny Lane dans le musée international de l’esclavage créé dans le cadre du renouveau culturel et muséal de la ville de Liverpool (Couch and Farr 2000) comme un des lieux phares du réaménagement du secteur portuaire des docks.

Une section de ce musée1 est consacrée à la mémoire de l’esclavage dans la ville et présente notamment l’odonymie de la cité comme recélant plusieurs signifiants hommages à des personnalités ou des hauts-lieux du commerce triangulaire et de la traite esclavagiste. Ainsi plusieurs plaques de noms de rues sont présentées dans des cylindres en plexiglass que l’on peut basculer pour voir apparaître leur signifié sous la forme d’une notice consacrée à la personnalité ou au lieu colonial célébrés. Parmi les personnalités, celle de John Penny qui a donné son nom à Penny Lane est particulièrement emblématique à double titre. D’une part parce qu’il s’agit de la rue certainement la plus connue de la cité, et d’autre part parce que John Penny fut honoré dans ce toponyme non seulement en tant que marchand esclavagiste mais aussi en tant qu’ardent défenseur de l’esclavage face au Parlement en arguant du fait que la prospérité de la ville en dépendait.

Dispositif muséal de l’International Slavery Museum qui expose les plaques de noms de rues de Liverpool qui ont un rapport direct avec la traite esclavagiste et parmi lesquels on trouve Penny Lane. Les tubes en plexiglass dans lesquels se trouvent les plaques peuvent être basculés pour voir au dos la signification du nom. Photo : (steve1954Liverpool, Apr 2012) on TripAdvisor Website.

Dispositif muséal de l’International Slavery Museum qui expose les plaques de noms de rues de Liverpool qui ont un rapport direct avec la traite esclavagiste et parmi lesquels on trouve Penny Lane. Les tubes en plexiglass dans lesquels se trouvent les plaques peuvent être basculés pour voir au dos la signification du nom. Photo : (steve1954Liverpool, Apr 2012) on TripAdvisor Website.

Extraits des textes présentés sur le site du Musée international de l’esclavage de Liverpool pour introduire sa section consacrée aux signifiants liés à la traite dans la ville :

«Profits from Transatlantic slavery2: … Many early industrialists who are honoured through statues and street names in Britain’s port cities made their fortunes through slavery. For example, in Liverpool, streets such as Earle Street, Tarleton Street and Cunliffe Street were named after slave traders. Foster Cunliffe, three times mayor of Liverpool in the 18th century, and his sons Robert and Ellis, were all prominent slave traders. Gildart Street on the east of the city centre is named after Richard Gildart, Liverpool’s MP from 1734-54 and owner of three ships involved in the slave trade. And Penny Lane, made famous in the Beatles’ song, was named after James Penny, a slave ship owner and staunch opponent of abolition, who argued that if the slave trade were abolished it would “greatly affect” the town of Liverpool, “whose fall, in that case, would be as rapid as its rise has been astonishing”. (…) 

« Liverpool and the slave trade: … Although Liverpool merchants engaged in many other trades and commodities, involvement in the slave trade pervaded the whole port. Nearly all the principal merchants and citizens of Liverpool, including many of the mayors, were involved. Thomas Golightly (1732-1821), who was first elected to the Town Council in 1770 and became Mayor in 1772-3, is just one example. Several of the town’s MPs invested in the trade and spoke strongly in its favour in Parliament. James Penny, a slave trader, was presented with a magnificent silver epergne in 1792 for speaking in favour of the slave trade to a parliamentary committee. »

En 2006, un débat est intervenu après la proposition faite au conseil municipal de débaptiser la plupart des rues qui commémorent des figures du commerce esclavagiste. Les proposants excluant cependant l’odonyme Penny Lane compte tenu de sa valeur patrimoniale extraordinaire sans rapport direct avec son signifié initial. Ce retour critique sur le passé esclavagiste de la ville et la mise en cause de commémorations passées liées à cette pratique et à ses auteurs est à situer dans un contexte postcolonial qui interroge les sociétés occidentales sur leurs mémoires collectives et sur les commémorations héritées du passé, comme c’est le cas dans certains Etats du Sud des Etats-Unis (Alderman 2002). C’est ainsi que de nombreuses villes européennes ont débaptisé des rues ou bâtiments publics liés à la traite et honoré des figures abolitionnistes. C’est particulièrement le cas des ports européens engagés dans la traite « négrière » : Bristol, Nantes, Bordeaux… selon des modalités différentes (Valognes 2013, Chivallon 2005), ceci sous l’impulsion notamment d’un programme de l’Unesco. C’est un phénomène que l’on note également à Paris, capitale d’une puissance jadis esclavagiste où la rue Richepanse, « du nom d’un général de Napoléon envoyé en Guadeloupe pour écraser dans le sang la révolte des esclaves et commettre un massacre qui a marqué la mémoire des guadeloupéens. Grâce au combat de quelques associations, cette rue a dû changer de nom et  porte aujourd’hui celui de l’élégant Chevalier Saint George » Sce : http://www.unesco.org/new/fr/culture/themes/dynamic-content-single-view/news/memory_of_the_slave_route_discovery_of_an_unknown_paris/#.UvJ_WHnZ_Sg).

Dans ce contexte, les révélations sur le signifié originel de Penny Lane ne laissent pas de surprendre nombre de visiteurs comme en témoigne ce billet intitulé « not the Penny Lane you Know ». Ceci d’autant plus que d’autres sections de l’ensemble que constituent les musées de Liverpool sont consacrées à Strawberry Field et Penny Lane comme hauts lieux de la pop music.

Penny Lane comme métatoponyme

Est ce finalement un paradoxe que dans le même bâtiment consacré à la mémoire de la ville, les touristes puissent, d’une part prendre conscience du poids de la traite esclavagiste dans l’histoire de la ville à partir de la plaque de Penny Lane, et d’autre part, acheter à la boutique des reproductions de cette même plaque sur tee shirts, mugs, ou magnets pour les exhiber comme icones de la pop music dans leurs contrées d’origine ?

Penny lane est en fait devenu un métatoponyme, peut être même le métatoponyme par excellence. En effet, le toponyme a aujourd’hui acquis une renommée mondiale qui en fait un haut lieu de la culture occidentale en tant qu’icône de la pop music. Le toponyme a ainsi connu une trajectoire allant du désignateur de lieu ordinaire, choisi pour cela indépendamment de son signifié originel, dans une œuvre relevant du genre de la pastorale suburbaine, vers un désignateur de haut lieu patrimonial et touristique. Parallèlement, le tournant mémoriel et réflexif postcolonial a rattrapé le toponyme en rappelant son signifié originel et en jouant sur sa notoriété dans un autre registre, ceci pour attirer l’attention sur la question mémorielle d’une ville impliquée dans la traite esclavagiste. Le toponyme est alors mis en avant pour sa valeur pédagogique mais est absous de toute obligation d’épuration toponymique compte tenu de son autre valeur patrimoniale positive et d’échelle mondiale.

Penny Lane en tant que métatoponyme cumule donc un ensemble de significations acquises successivement et portées simultanément. Il établit ainsi un lien subliminal entre les différentes mondialisations auxquelles il renvoie, de la traite esclavagiste au big business de la pop music.

Références

  • Alderman, D. H. (2002) School Names as Cultural Arenas: The Naming of U.S. Public Schools after Martin Luther King, Jr. Urban Geography, 23, 601-626.
  • Chivallon, C. (2005) L’émergence récente de la mémoire de l’esclavage dans l’espace public : enjeux et significations. Revue d’histoire moderne et contemporaine 52, 64-81.
  • Couch, C. & S.-J. Farr (2000) Museums, galleries, tourism and regeneration: some experiences from Liverpool. Built Environment, 26, 152-163.
  • Daniels, S. (2006) Suburban pastoral: Strawberry Fields forever and Sixties memory. Cultural Geographies 13(1), 28-54.
  • Gensane, B. (2010) Penny Lane et Strawberry Field(s) : réel, identité et fantasmagorie. Les Cahiers du MIMMOC, .
  • Kruse, R. J. (2003) Imagining Strawberry Fields as a place of pilgrimage. Area, 35, 154-162.
  • — (2005) The Beatles as Place Makers: Narrated Landscapes in Liverpool, England. Journal of Cultural Geography, 22(2), 87-114.
  • Le Guern P. (2011) Un spectre hante le rock… L’obsession patrimoniale, les musiques populaires et actuelles et les enjeux de la « muséomomification ». Questions de Communication 22, 7-44.
  • Light, D. (2013) Tourism and toponymy: commodifying and consuming place names. Tourism Geographies, 1-16.
  • Proust, M. 1913. Noms de pays : le nom. In Du côté de chez Swann. Paris.
  • Valognes, S. (2013) Slave-Trade Memory Politics in Nantes and Bordeaux: Urban Fabric Between Screen and Critical Landscape Journal of African Diaspora Archaeology and Heritage, 2, 151-171.

  1. On retrouve d’ailleurs cette section avec la même muséographie dans le musée de Liverpool situé non loin sur le port et qui fait partie du même ensemble muséal dénommé National Museums Liverpool et dont le développement a accompagné le renouveau culturel de la cité et la reconquête de son espace portuaire. []
  2. Texte accompagné d’une photo de la plaque de Penny Lane in situ dont la légende est « Street in Liverpool, made famous in a Beatles’ song, named after a prominent slave-trader. Courtesy of Ron Davies, on behalf of National Museums Liverpool ». []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 28/02/2014

    […] son blog NEOTOPONYMIE, Frédéric Giraut explique comment la chanson ”Penny Lane” des Beatles a créé un métatoponyme à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *