Actualité de la question du genre dans la toponymie en France et en Suisse romande

Une précédente note de recherche nous avait permis d’identifier dans l’aire francophone les formes médiatiques d’une nette émergence de la question politique de l’extrême déséquilibre des genres dans les noms de rues.

Les nouveaux développements de la question dans les médias confirment cette tendance avec notamment en France des mobilisations politiques autour de cette question lors de la dernière campagne municipale et de vives polémiques et controverses autour de mesures prises par de nouvelles équipes municipales pour revenir sur des engagements de promotion de nominations féminines prises par les équipes municipales sortantes. Ainsi deux revirements municipaux ont été largement commentés : l’un à Elne où les pics et monts des Pyrénées furent finalement préférés à un ensemble de femmes illustres préalablement choisies pour les rues d’un nouveau quartier ; et l’autre à Limeil-Brévannes où des noms de femmes choisis par l’ancienne municipalité sont contestés par la nouvelle qui avance de nouvelles propositions alternatives de personnalités également féminines. Tandis que de nouveaux élus d’extrême-droite s’insurgeaient contre la promotion de la figure historique du féminisme qu’est Olympe de Gouges.

Il est également à noter l’organisation du mouvement de contestation du déséquilibre avec une action spectaculaire mené au cœur de Paris en aout 2015 et très largement couverte par les médias nationaux et internationaux. A cette occasion une structuration du mouvement s’est effectuée à l’initiative de l’association Osez le féminisme qui a interpellé directement la mairesse de Paris, Anne Hidalgo, pourtant fière de son bilan en la matière, par la voix de sa présidente, Marie Allibert, et établi un lien explicite avec d’autres mobilisations plus générales sur le thème de la ville genrée. Mouvement désormais organisé sous l’appellation FémiCité qui rejoint ainsi d’autres initiatives féministes à l’échelle nationale aux Etats Unis avec Equal Visibility Everywhere, et en Italie avec Toponomisca Femminile qui mêlent également revendications politiques, documentation de la question et performances démonstratives. Une transnationalisation de la question était déjà sensible dans le fait que l’initiative italienne de 2012 a inspiré nombre d’initiatives européennes de documentation du déséquilibre dans les nomenclatures et de performances et interventions artistiques et/ou politiques sur les noms de rues in situ.

La cartographie en ligne est un moyen de visibilisation de la question qui peut être mené à l’échelle locale à Nice et Rennes par exemple, ou encore à Paris, Bordeaux et Nantes ou à Huy en Belgique, et à l’échelle internationale. Ainsi, une initiative très récente de Aruna Sankanar pour MapBox va dans ce sens en cartographiant de manière harmonisée les artères portant un nom masculin et celles portant un nom féminin pour 8 mégapoles dont 4 indiennes.

Pour ce qui est de la question en Suisse romande, on note un décalage certain avec les dynamiques en cours en Europe ou au delà, non pas parce que la question serait négligée, au contraire, mais par les modalités de son traitement.

Ainsi des inventaires mettant en évidence le déséquilibre apparaissent bien avant la vague italienne et française des années 2010 : dès 1972 pour Genève dans la presse féministe, et à nouveau en 2009 dans un blog de la Tribune de Genève. Des performances artistiques et politiques sont également à noter en 2008 à Fribourg et en 2011 à Lausanne, et plus récemment à Genève. Enfin, et peut être surtout, le Service pour la promotion de l’égalité entre homme et femme du Canton de Genève a réalisé en 2005 un remarquable travail de documentation de la question du déséquilibre et de propositions positives pour aller dans le sens d’un rééquilibrage dans la nomination d’après des personnalités à Genève. Ceci en respectant l’esprit et la lettre de la législation en la matière et en proposant un inventaire de personnalités féminines correspondant aux profils des personnes pouvant s’inscrire dans la nomenclature des noms géographiques. Liste qui peut donc apparaître prioritaire pour les nominations à venir dans le canton.

On voit là une tendance à traiter la question sur un mode constructif qui se traduit également dans le traitement positif par la presse qui met en valeur les initiatives de renomination qui vont dans le sens d’un rééquilibrage et d’une promotion féminine. Ainsi cet article du Temps de 2010, intitulé « Petit à petit les femmes se font un nom dans les rues suisses ». Cependant ces initiatives se heurtent désormais à une autre dynamique qui est celle de la limitation et de l’encadrement strict des recours aux noms de personnes en Suisse et à Genève. Ceci pour éviter toute récupération politique et toute polémique ou controverse, mais en contradiction avec la politique de rééquilibrage de genre voulue par la ville de Genève et préparée par le service pour la promotion de l’égalité du canton. Il semblerait, comme un article de la Tribune de Genève le suggère, que ce soit justement la polémique  autour de la promotion d’une figure féminine à Genève, la docteure Gabrielle Perret-Gentil pionnière de l’avortement (voir notamment une tribune du journaliste Pascal Decaillet en octobre 2008 et la réponse de l’écrivaine Huguette Junod intitulée « Un mauvais procès à Gabrielle Perret-Gentil« ) qui ait motivé de nouvelles restrictions dans l’usage de noms de personnes dans la toponymie, comme le passage à 10 ans de la période post mortem pour qu’une personnalité puisse être promue dans la nomenclature. On voit donc que la voie suisse de la promotion positive et consensuelle articulée à un respect de la doctrine toponymique d’ensemble semble se heurter à des contradictions.

Crédit photo : Département des institutions – Service pour la promotion de l’égalité entre homme et femme, République et canton de Genève.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *