Trois contributions à une géographie de l’odonymie française

Mathieu Garnier et Etienne Quiqueré, du magazine en ligne Slate, ont tout récemment publié plusieurs articles traitant des choix toponymiques français en matière de rues nommées d’après des personnalités historiques.

Les contributions ont le mérite de correspondre au traitement exhaustif d’une base nationale d’odonymes, la base FANTOIR (Fichier Annuaire Topographique Initialisé Réduit), mis à disposition du grand public par l’Etat depuis quelques mois. L’intérêt de ces articles est aussi de présenter des résultats de façon attractive par le biais de cartographies et graphiques explicites, qui actualisent l’aperçu du paysage odonymique français.

À ce jour, trois articles sont disponibles :

    • Le premier, « Ces 200 personnalités sont les stars des rues françaises », nous rappelle que le général de Gaulle est bien le leader de l’odonymie hexagonale tous types de voies confondues, avec ses 3903 occurrences (plus d’une commune sur 10, donc), devant Pasteur (qui est le numéro un des rues), Hugo (en tête dans les impasses (!)), Jaurès et Jean Moulin. La première femme est… Notre-Dame (1157 occurrences), devant Marie Curie et Jeanne d’Arc. On y apprend aussi que les écrivains dominent les responsables politiques et militaires.
    • Dans « Comment nos noms de rues se féminisent et s’internationalisent (lentement) », on (re)prend conscience si besoin était, du fossé important qui demeure dans les dénominations de rues entre femmes et hommes, et du fort franco-centrisme des choix toponymiques. L’article met notamment en évidence la sur-représentation des figures féminines religieuses et … aériennes, mais aussi un réel processus d’ouverture au monde via des figures contemporaines consacrées comme Nelson Mandela ou Martin Luther King.
    • Enfin, avec « Quelle personnalité a le plus de rues à son nom dans votre département ? », les auteurs croisent un nouveau champ et esquissent une petite géographie des influences politiques des noms de l’Histoire de France. De Gaulle domine nettement dans les départements de l’Ouest et du Nord, mais quelques particularismes locaux sont mis en évidence (Napoléon en Corse, George Sand dans son Berry d’adoption, Frédéric Mistral en Provence, Jaurès dans son fief midi-pyrénéen mais aussi dans la banlieue rouge parisienne…).

Le champ des possibles de l’interprétation toponymique est indubitablement élargi par la mise à disposition de toutes ces données. D’autres études devront être menées.

Crédit : Garnier/Quiqueré, 2016.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *