Téhéran : subir et résister à l’ordre odonymique totalitaire chez Satrapi et Minoui

Deux excellents témoignages de la contribution de l’odonymie à l’ambiance à la fois intégriste, macabre et de commémoration guerrière à Téhéran après la révolution et la guerre avec l’Irak sont signalés par Cristina Del Biaggio. Les deux témoignages sont mis en scène dans des récits autobiographiques de jeunes femmes, l’un en bande dessinée l’autre dans un récit écrit.

Le tome 4 de la bande dessinée Persepolis de Marjane Satrapi, sorti en 2004, est consacré au retour de l’auteure à Téhéran en 1988, après quelques années passées à Vienne, pendant la guerre avec l’Irak.

Le livre témoignage de Delphine Minoui, paru en 2015 et intitulé « Je vous écris de Téhéran », porte sur la période de 1997 à 2009, mais l’auteure évoque les noms de rues au sujet de sa grand mère confrontée aux changements globaux imposés par le régime intégriste à partir de la Révolution de 1979.

Dans les deux cas, la dimension politique oppressive de l’odonymie rencontre les imaginaires associés qui relèvent à la fois de l’imposition d’une idéologie subie et d’une réaction à cet ordre idéologique. Marjane Satrapi souligne le côté oppressant et macabre de la multiplication des noms de martyrs dans les noms de rue, et donc l’adressage du quotidien, associé aux nombreuses fresques dans l’espace public. On a là un envahissement et une saturation du paysage et du système de direction. Ceci devient obsédant en participant d’un système plus général d’imposition des fondements du régime et de son idéologie dans le visuel et dans les pratiques du quotidien.

Delphine Minoui souligne plutôt l’importance symbolique d’un haut-lieu qui structure le tissu urbain et que sa grand-mère ne se résout pas à appeler par son nouveau nom (Avenue Pasdaran). Elle peut ainsi faire un acte de résistance personnelle et symbolique en contestant l’initiative portant sur un haut-lieu, alors que paradoxalement l’imposition d’un ensemble de noms et de références dans le paysage odonymique du quotidien s’impose sans possibilité de résister par une contre-toponymie.

Ou quand la dimension toponymique de la révolution islamiste perturbe et contraint, mais se substitue inégalement à un système de repère et à un régime d’historicité personnel, selon qu’elle concerne un haut-lieu isolé ou qu’elle envahit et sature le paysage du quotidien.

Extraits:

« Après la révolution de 1979, grand-mère s’était construite une forteresse imaginaire. En prenant le pouvoir, les religieux lui avaient volé ses repères. Il y avait d’abord ce voile qui lui écrasait la mise en plis. Mais aussi toutes ces rues qui avaient changé de nom. Sur les plaques en métal bleu et blanc, place aux ayatollahs, aux martyrs de la guerre Iran-Irak… C’est à cette époque que sa mémoire, pourtant si bonne, devint sélective. Pour elle, l’avenue Pasdaran (les fameux Gardiens de la révolution) allait toujours rester l’avenue Sultanat Abbad: un long ruban de bitume qui file vers les quartiers huppés du nord de la capitale et qui croise, à la perpendiculaire, l’impasse abritant notre maison » (p.60)

Delphine MINOUI, Je vous écris de Téhéran, Seuil, 2015

© 2003, Marjane Satrapi & L'Association.

Odonymie macabre à Téhéran
Planche Persepolis, Tome 4

© 2003, Marjane Satrapi & L’Association.

Marjane SATRAPI, Persepolis Tome 4, L’association, 2004


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *