Renommer les lieux dans la mondialisation en Amérique latine

Par Sébastien Velut, IHEAL-CREDA

A l’occasion d’un colloque tenu à la Sorbonne nouvelle en avril 2010 intitulé Nommer l’Amérique latine indépendante, ses intégrations, ses relations transaméricaines et transatlantiques, Sébastien Velut professeur à l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine proposait quelques observations et réflexions sur la néo-toponymie latino américaine.

Si le nom même d’Amérique provient de la première mondialisation, et à sa suite la grande vague de baptêmes qui couvrit l’Amérique hispanique d’un manteau chamarré d’hagiotoponymes (Velut, 2002), la mondialisation actuelle amène à renommer certains lieux. C’est sur cette néo-toponymie, révélatrice à la fois de transformations des sociétés et des dynamiques de la mondialisation que porte cette communication.

On connaît le pouvoir évocateur des noms et des toponymes sur lesquels s’attachent des significations au profit d’étymologies avérées ou fantasmées, de souvenirs et de projets, des Combray, des Balbec et Macondo dont la puissance d’évocation dépasse souvent la réalité du lieu. En Amérique latine, Valparaiso, Buenos Aires, ont certainement gagné cette épaisseur au fil du temps, qui a remplacé le projet initial de la dénomination par tout autre chose, vidant la matière du nom pour la remplacer d’autres significations. Coquille vide de son mollusque mais où l’on peut entendre encore, en approchant son oreille, les vagues des histoires.

La toponymie loin d’être figée, évolue sans cesse à mesure que se font et se défont les territoires, lesquels, pour exister, ont évidemment besoin de noms qui les inscrivent dans une réalité sonore, mentale, affective et politique. Or, ces noms sont souvent pris comme des émanations des lieux qu’ils désignent, exprimant une propriété fondamentale : le Mont blanc est par excellence blanc, le Havre un site portuaire abrité. A tel point que ces noms peuvent être réemployées et donc transportés vers des lieux semblables, ou plutôt auxquels on voudrait qu’ils ressemblent.

Valparaiso, nommé semble-t-il ainsi par Juan de Saavedra, membre de l’expédition de Diego de Almagro, en souvenir de son village natal, un village de la Mancha, dont pour une fois on se souviendra du nom, et désigné par le chef de l’expédition comme Port Naturel (sic) de Santiago de la Extremadura. On sait la fortune de ce nom, devenu au XIXe siècle la promesse d’une escale fabuleuse pour les marins franchissant le Cap Horn qui y retrouvaient avec une certaine sécurité nombre de plaisirs licites ou prohibés. Et pourtant, ce port n’en était pas un lorsque Diego de Almagro l’a visité et il ne l’est devenu qu’au prix de coûteux aménagements. Le nom proposé était donc à plus d’un titre trompeur : le site de Valparaiso n’est pas un port naturel, bien des épaves qui gisent dans la baie pourraient en témoigner, comme les navires jetés sur la côte par les tempêtes dont rien ne les protégeait. Quant à la connexion avec Santiago, elle fut toujours difficile, et ne s’améliora que très lentement, au XVIIIe siècle quand la route bâtie sous l’autorité d’Ambrosio O’Higgins, père du Libertador, permit d’effectuer le trajet en trois jours seulement (!). Un nom trompeur à bien des égards.

La mondialisation relance une nouvelle vague de création et de transformations de toponymes. On se souvient peut être que pour les anciens géographes, j’entends au XVIIIe et au XIXe siècles, la géographie se matérialisait dans des nomenclatures, des listes de noms tel par exemple le dictionnaire géographique de Vosgien (1823), petit monde portatif rangé en ordre alphabétique, dans lequel Rio de Janeiro « ou Saint Sébastien, riche et la plus belle de toutes les villes du Brésil » se trouve entre Rio Grande et Riom. Pourtant, cette veine géographique n’a pas disparu. Ainsi Roger Brunet établit en 2001 un dictionnaire géographique de la Russie, dont justement les lieux venaient de changer et de noms et de contenus.

Un numéro de l’espace géographique et un de l’espace politique revenaient en 2008 sur la toponymie, montrant la vigueur de l’invention de néo-toponymes liés en particulier à :

  • des situations postcoloniales, par exemple en Afrique du Sud, et à la mise en valeur d’identités locales ou indigènes ;
  • à des transformations de l’ordre politique post-communiste (Saint-Pétersbourg est redevenue Saint-Pétersbourg après s’être appelée Petrograd puis Leningrad) ;
  • à des projets de réagencement territorial (nouvelles provinces, départements etc.) liés à des dynamiques de décentralisation, ou au contraire de dépassement des frontières.

Autrement dit, la question de la toponymie n’est pas close, et reste évolutive. Elle constitue de plus un fantastique observatoire des évolutions du paysage culturel et politique (Alderman 2008).

Les noms des colonisations successives en Amérique latine

L’Amérique du sud est marquée, comme la plupart des colonies de peuplement, par une toponymie officielle relativement jeune, dont on peut encore retrouver les origines.

  • Reprise de noms importés de la péninsule ibérique (Cordoba, Granada …), qui ont parfois éclipsé les originaux.
  • Hagiotoponymes qui participent de la volonté de baptiser le continent, et suppléent aussi au manque d’imagination des conquérants : Rio de Janeiro, en fait São Sebastião do Rio de Janeiro, pour combien de Santa Fe, Santa Cruz et autres.
  • Des noms plus tardifs, pour inscrire les histoires nationales dans le sol des nouvelles patries : combien de villages, de places de rues, sous le patronyme et le patronage de San Martin ou de Bolivar ? sans parler des héros nationaux : Lavalle, O Higgins, Miranda etc.
  • Des noms aussi de l’affrontement entre puissances. En Argentine : Reconquista et Resistencia : deux étapes sur la remontée du Parana vers le Chaco et de la conquête du territoire sur les populations indigènes dans les années 1880. Au Sud de Temuco au Chili : de la Primera Faja a la séptima Faja signale les bandes successives de la colonisation.
  • Une toponymie indigène inégalement retenue, d’abord effacée puis réinscrite, réhabilitée, parfois réinventée comme l’indiquait Claudia Damasceno.
  • Beaucoup de toponymes – et c’est là un point important sont de l’ordre du projet, de la volonté, dans la grande tradition latino américaine de l’utopie et de dénominations imaginaires. Amazonie pour commencer. Mais aussi, toutes ces colonies Nueva Esperanza ; El porvenir ; Open door ; Ciudad abierta etc. Et les lieux imaginaires : Eldorado, Ciudad de los Césares, Trapalandia …

Autrement dit, tous ces toponymes relèvent déjà de deux premières mondialisations. Celle de la conquête avec l’imposition des noms venus d’ailleurs. C’est la vague toponymique héritée la plus directement de la péninsule ibérique et de l’Eglise avec leurs implantations particulières. Par exemple : les références Jésuites du secteur des missions (San Ignacio), ou des aires d’influence (vague de São Sebastião autour de Rio de Janeiro). Elle nomme aussi les principaux accidents de terrain, souvent en empruntant à des noms locaux (Aconcagua) repris mais parfois modifiés.

L’autre vague de nomination est celle de l’occupation intérieure et de la mise en valeur des territoires, de la prise de possession par les colons européens. Là ce sont des patronymes qui réapparaissent : ceux des premiers occupants qui donnent à leurs terres leur nom ou celui de leur maîtresse, de leur région d’origine. Ainsi les toponymes gallois en Patagonie : Rawson, Madryn… et d’innombrables toponymes italiens, hispaniques, anglais, français, allemands.

Un renouveau toponymique latino américain : des noms pour dire de nouveaux lieux ?

Mais au fond, qu’est ce qui est nommé ? On peut certes s’interroger sur l’origine des toponymes, leur signification et les circonstances dans lesquelles ils ont été donnés. Mais il faut aussi se poser la question de savoir ce que l’on nomme. S’il existe un certain consensus pour nommer les rivières et les sommets, le fait même d’identifier un lieu par un nom répond déjà à un choix qui peut obéir à de nombreuses logiques et le fait même qu’on identifie un point sur la carte comme un lieu particulier.

La mondialisation actuelle serait l’occasion de nommer de nouveaux lieux : elle en fait apparaître sur les cartes, les guides de voyage, la cartographie en ligne et elle se matérialise dans le paysage et les adresses. La néotoponymie relève de la création de noms pour dénommer de nouveaux lieux, de nouvelles voies ou de nouveaux ou territoires, elle procède aussi parfois de renomination, pour, par exemple, réhabiliter des identités dominées et effacées.

Quelques exemples :

Les régions du Chili : définies au début des années 1970, elles furent créés par le gouvernement militaire qui choisit un double système de désignation, suivant un nom et un numéro. Numéros de I à XII, du Nord au Sud, depuis la frontière du Pérou jusqu’à la Terre de Feu. Par commodité, c’est le numéro qui s’est imposé bien plus que le nom. Celui-ci correspondait pourtant parfois à une réalité historique pouvant être identitaire : régions de Valparaiso, de Coquimbo, même si elle identifiait un espace à sa capitale. Mais on notait également des régions nommées sans égard, affublées de noms impraticables : Region del Libertador General Bernardo O Higgins. Quelle que soit l’admiration portée à ce père de l’indépendance, c’est un nom difficile à porter, aussi préfère t-on parler de région VI. De même Region del General Carlos Ibañez del Campo. Le personnage, plus proche, est plutôt moins sympathique que le précédent. Avec la Region de la Araucania – on est bien dans la région des Mapuches, mais eux-mêmes ne s’appellent pas Araucans – c’est la dénomination que leur imposent les Européens à partir de la grande épopée de la Auraucana écrite par Alonso de Ercilla à la fin du XVIe siècle et dont le succès littéraire installa durablement le nom et le mythe des Araucans indomptables.

Pour les nouvelles régions, la Région de los Rios, constitue un complément et un pendant de la région de los Lagos, alors qu’en fait c’est la région de Valdivia. La Région de Arica-Parinacota, est un compromis pour ne pas trancher (Amilhat-Szary 2008). Plus récemment deux nouvelles régions ont été crées par subdivision des régions existantes et ont reçu les noms de Arica et Parinacota au Nord et de région des fleuves (Los Rios) au Sud.

De nouveaux territoires patrimoniaux argentins

Les processus de patrimonialisation et notamment les processus de classements au patrimoine mondial de l’UNESCO ou même le classement comme réserve de biosphère (programme MAB) entrainent également l’apparition de nouvelles dénominations. Ainsi en Argentine, la quebrada de Humahuaca, ensemble classé au patrimoine mondial de l’humanité dispose d’un toponyme historique qui apparait depuis longtemps dans la toponymie argentine. Il est revitalisé par la nomination au patrimoine mondial qui s’accompagne d’une délimitation nouvelle qui du coup va transformer un site de passage, car c’est bien cela la Quebrada, la vallée qui joint les hautes terres de l’Altiplano avec les basses terres tropicales en une destination. On ne passe plus PAR la Quebrada. On se rend A la Quebrada. C’est évidemment bien différent en termes de fonction et d’impact

La réserve de biosphère Las Yungas, à proximité de la précédente, procède d’une double invention d’une délimitation et d’une dénomination. Las Yungas est en effet une dénomination géographique qui n’était pas employée en Argentine et qui désigne les vallées du versant oriental des Andes. Elle est réemployée pour désigner une vaste zone hétérogène allant de la Cordillère des Andes aux plaines du Chaco et prenant notamment des terrains de forêt humide, mais aussi des zones de culture et d’exploitation. Cet ensemble constitué pour l’occasion devient Las Yungas sous l’impulsion d’une ONG locale qui créé ainsi un territoire investi par des acteurs très différents.

Ces classements ont en fait une double destination interne et externe, pour les habitants du site et du pays l’affectation de fonctions patrimoniales qu’il faut territorialiser, pour le monde un e déclinaison exotique, authentique et attractive du patrimoine commun visitable.

La néotoponymie pour des villes nouvelles

Mais, l’invention toponymique est sans nul doute encore plus active dans les processus d’urbanisation et de création de nouveaux ensembles par des promoteurs qui créent de nouvelles villes. Ainsi, au Nord de Buenos Aires, l’ensemble Nordelta correspond à une très vaste urbanisation privée, qui cherche à bénéficier des avantages d’une localisation proche du fleuve pour dessiner un ensemble résidentiel de qualité pour une clientèle aisée (Riwilis 21012)  Son nom est formé d’un mot valise qui évoque le Nord de Buenos Aires, qui correspond depuis longtemps aux ensembles les plus recherchés et le Delta du Parana, qui évoque également des lieux de villégiatures. L’ensemble urbain de Nordelta se subdivise en une dizaine de quartiers portant des noms faisant des références soit aux activités des résidents (le golf, le yacht) soit à l’environnement (les marronniers, les saules, les castors etc.) et excluent les dénominations pouvant avoir une dimension historique ou idéologique.

Les toponymes sont bien souvent trompeurs mais ils sont aussi révélateurs des intentions qui ont dominé les choix. Les processus dont on a donné ici une rapide esquisse sont encore actifs, du fait notamment des mutations des territoires et mériteraient une étude plus détaillée, pour éclaircir notamment les liens entre dénominations et mémoires ainsi que pour préciser les processus de désignation.

Références :

Alderman, D. 2008. Place, naming, and the interpretation of cultural landscapes. In The Ashgate Research Companion to Heritage and Identity, eds. B. Graham & P. Howard, 195-213. Aldershot: Ashgate

Amilhat-Szary, A.-L. (2008) Des territoires sans nom peuvent-ils être sans qualité ? Réflexions toponymiques sur les modifications de la carte administrative chilienne. L’Espace politique 2, 112-132.

Giraut, F. & M. Houssay-Holzschuch (2008) Au nom des territoires! Enjeux géographiques de la toponymie. L’Espace géographique 37, 97-105.

Giraut, F. & M. Houssay-Holzschuch (2008) Néotoponymie : formes et enjeux de la dénomination des territoires émergents. L’Espace politique, 5-12.

Riwilis, V. (2012) La quintessence d’une ville privée. Le cas de Nordelta dans la municipalité de Tigre, Buenos Aires. L’Espace Politique [En ligne], 17 | 2012-2, . URL : http://espacepolitique.revues.org/2368

Velut, S. (2002). L’Argentine: des provinces à la nation. Paris : Presses Universitaires de France-PUF.

Et quelques suggestions :

Boillat, S., E. Serrano, S. Rist & F. Berkes (2013) The Importance of Place Names in the Search for Ecosystem-Like Concepts in Indigenous Societies: An Example from the Bolivian Andes. Environmental Management 51, 663-678.

Hirt I. et Lerch L., 2013, Cartographier les territorialités indigènes dans les Andes boliviennes : enjeux politiques, défis méthodologiques, Cybergeo, [en ligne: http://cybergeo.revues.org/25843 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25843].

Curtoni, R., A. Lazzari & M. Lazzari (2003) Middle of nowhere: A place of war memories, commemoration, and aboriginal re-emergence (La Pampa, Argentina). World Archaeology 35, 61-78.

Riaño-Alcalá, P. (2002) Remembering Place: Memory and Violence in Medellin, Colombia. Journal of Latin American Anthropology 7, 276-309.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *