Ferenc … ou l’affirmation toponymique nationaliste

Cristina Del Biaggio nous indique deux passages sarcastiques du livre de Nina Yargekov, Double nationalité, (P.O.L., 2016). L’auteur y décrypte les techniques toponymiques nationalistes contemporaines en Hongrie. Celles-ci vont de la mobilisation odonymique d’un panthéon nationaliste improvisé, à l’affirmation du prénom hongrois (Ferenc) du compositeur Franz Liszt pour nommer l’aéroport international d’après cette figure européenne née dans l’Autriche actuelle et qui a toujours utilisé le prénom Franz dans sa vie d’artiste, que l’on ramène ainsi à la patrie hongroise.
Un petit détail quand même : l’aéroport de Budapest ne s’appelle pas Ferihegy mais Ferenc Liszt. Eh oui, il a été rebaptisé il y a quelques années. Pas de panique, vous n’êtes assurément pas la seule hongroise à lui donner encore son ancien nom. Votre bourde nominale prouve même que vous êtes authentiquement d’ici, une touriste par exemple n’aurait jamais commis l’erreur. Bien que le procédé n’emporte pas votre adhésion sans réserve, en effet renommer les lieux publics n’est-ce pas déjà trafiquer la mémoire collective, vous convenez que Liszt était un choix judicieux, voilà un stratagème discret et néanmoins efficace pour rappeler au grand public occidental que le célèbre compositeur était hongrois et que son prénom n’était pas Franz mais Ferenc. Si la Hongrie se dotait d’une cinquantaine d’aéroports internationaux, il serait possible de récupérer une bonne partie des personnalités illustres que la postérité, cette traîtresse à la botte du G7, a volée à votre nation au motif fallacieux qu’à un certain moment de leur parcours elles ont vécu ailleurs ou ont parlé une autre langue ou ont vaguement acquis une citoyenneté étrangère ce qui est somme toute banal vous êtes un peuple d’émigrants. D’accord mais Liszt, la musique savante, ce n’est pas spécialement votre truc. Si ? Non ? Il est vrai. Toutefois. Cette désignation aéroportuaire est comme un message, un salutaire rappel, quand on appartient à une nation dotée d’une si riche tradition musicale, eh bien on se secoue, on fait un effort et on s’intéresse. pp.394-395.
Vous êtes place Lujza Blaha, hello l’illustre comédienne, rossignol de la nation, vous obliquez en direction de la place Mátyás, coucou le grand roi, depuis que tu es mort rien ne va plus, et vous vous enfoncez dans le VIII arrondissement en prenant soin d’adresser vos salutations mentales à chacune des personnalités dont le nom figure sur les plaques des voies de communication que vous empruntez. Parfois vous ignorez tout de la biographie de l’éponyme, vous ne vous en tenez pas excessivement rigueur, ce n’est pas un quizz de culture générale mais une balade-détente, et bien entendu vous dites également bonjour aux inconnus, il serait injuste de les discriminer en raison de votre ignorance, par contre éponyme est-ce correct sachant que ces gens n’ont absolument pas donné leur nom, c’est plutôt le conseil municipal qui le leur a pris et sans leur consentement puisqu’il est d’usage de puiser dans le répertoire nominal des individus déjà décédés ?  p. 408.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *