Ferenc … ou l’affirmation toponymique nationaliste

Cristina Del Biaggio nous indique quelques passages sarcastiques du livre de Nina Yargekov, Double nationalité, (P.O.L., 2016). L’auteur y décrypte les techniques toponymiques nationalistes contemporaines en Hongrie. Celles-ci relèvent de la mobilisation odonymique d’un panthéon nationaliste improvisé : 
Vous êtes place Lujza Blaha, hello l’illustre comédienne, rossignol de la nation, vous obliquez en direction de la place Mátyás, coucou le grand roi, depuis que tu es mort rien ne va plus, et vous vous enfoncez dans le VIII arrondissement en prenant soin d’adresser vos salutations mentales à chacune des personnalités dont le nom figure sur les plaques des voies de communication que vous empruntez. Parfois vous ignorez tout de la biographie de l’éponyme, vous ne vous en tenez pas excessivement rigueur, ce n’est pas un quizz de culture générale mais une balade-détente, et bien entendu vous dites également bonjour aux inconnus, il serait injuste de les discriminer en raison de votre ignorance, par contre éponyme est-ce correct sachant que ces gens n’ont absolument pas donné leur nom, c’est plutôt le conseil municipal qui le leur a pris et sans leur consentement puisqu’il est d’usage de puiser dans le répertoire nominal des individus déjà décédés ?  p. 408.
Mais plus spectaculairement c’est l’Aéroport du pays qui est renommé en Ferenc Liszt. On note l’usage du prénom hongrois (Ferenc) du compositeur Franz Liszt pour nommer cet aéroport international d’après une figure européenne née dans l’Autriche actuelle et qui a toujours utilisé le prénom Franz dans sa vie d’artiste. Il est ainsi clairement ramené à la patrie hongroise comme grande figure nationale et européenne.
Un petit détail quand même : l’aéroport de Budapest ne s’appelle pas Ferihegy mais Ferenc Liszt. Eh oui, il a été rebaptisé il y a quelques années. Pas de panique, vous n’êtes assurément pas la seule hongroise à lui donner encore son ancien nom. Votre bourde nominale prouve même que vous êtes authentiquement d’ici, une touriste par exemple n’aurait jamais commis l’erreur. Bien que le procédé n’emporte pas votre adhésion sans réserve, en effet renommer les lieux publics n’est-ce pas déjà trafiquer la mémoire collective, vous convenez que Liszt était un choix judicieux, voilà un stratagème discret et néanmoins efficace pour rappeler au grand public occidental que le célèbre compositeur était hongrois et que son prénom n’était pas Franz mais Ferenc. Si la Hongrie se dotait d’une cinquantaine d’aéroports internationaux, il serait possible de récupérer une bonne partie des personnalités illustres que la postérité, cette traîtresse à la botte du G7, a volée à votre nation au motif fallacieux qu’à un certain moment de leur parcours elles ont vécu ailleurs ou ont parlé une autre langue ou ont vaguement acquis une citoyenneté étrangère ce qui est somme toute banal vous êtes un peuple d’émigrants. D’accord mais Liszt, la musique savante, ce n’est pas spécialement votre truc. Si ? Non ? Il est vrai. Toutefois. Cette désignation aéroportuaire est comme un message, un salutaire rappel, quand on appartient à une nation dotée d’une si riche tradition musicale, eh bien on se secoue, on fait un effort et on s’intéresse. pp.394-395.
 Plus loin, l’auteure revient sur ce changement de nom pour montrer la dimension politique et très sensible d’un tel sujet susceptible de semer la zizanie dans un repas de famille.

Vous racontez votre trajet en avion, et vous ajoutez, en toute innocence, qu’en arrivant vous aviez oublié que l’aéroport ne s’appelait plus Ferihegy mais Ferenc Liszt, vous êtes cruche hein quand même, cela dit, il vous semble que ce n’est pas une mauvaise chose de signifier au monde que cet homme-là était hongrois, ce, y compris si les changements de nom sur le principe vous n’aimez pas.

Vous n’avez pas fini votre phrase que votre œil rompu à la grande discipline du décryptage des mimiques faciales vous apprend que Péter considère que vous auriez mieux fait de fermer votre grande bouche. Il vous donne un coup de coude, la règle est claire pourtant on ne parle jamais politique en famille, que vous arrive-t-il ? Vous baissez la tête, vous ne comprenez pas, qu’est ce que c’est que cette histoire de règle, dans vos courriers électroniques aucune mention à ce sujet, c’est donc une convention orale, mais a-t-elle été définie précisément, et ses contours exacts quels sont-ils, parce que d’accord, le changement de nom est une décision que l’on peut associer à un parti politique bien précis, toutefois à ce compte-là il reste quoi comme sujet autorisé, la météo ? Vous n’avez pas le loisir de poursuivre votre réflexion plus avant car déjà Zsofi surgit dans la conversation, oui enfin ça c’est uniquement parce que Monsieur ne supporte pas la contradiction, eh bien en l’occurrence elle, elle trouve que vous avez absolument raison, la Hongrie doit être fière de ses grands hommes, ce que lui forcément ne peut pas comprendre, il souffre d’un grave déficit de sentiment national. Vous rétropédalez à toute vitesse, en vérité vous disiez ça comme ça, c’était une réflexion en passant, vous n’avez strictement aucune opinion sur le sujet, mais c’est peine perdue puisque Péter qui depuis tout à l’heure serrait les dents vous coupe la parole et réplique à sa femme, un changement de nom ça coûte cher, il y a peut-être d’autres urgences à traiter dans un pays où les enseignants sont payés au lance-pierre et où ce sont les dessous de table qui font tourner les hôpitaux, ne comprend elle pas que ces guignols ce qu’ils cherchent c’est laisser leur petite crotte à la postérité ? Page 425-426

In fine, l’auteure relève le paradoxe d’une figure nationale érigée ainsi alors qu’elle ne maitrisait que très peu la langue de la Nation, occasion de rappeler gentiment la relativité des brevets de nationalisme.

Pour autant l’eau de flute est limpide : c’est l’histoire qui n’était pas hongrois (l’auteure en rédigeant son journal vient de se voir confirmer sur les fiches Wikipédia en différentes langues que Franz Liszt parlait très mal le Hongrois) mais qui affirmait l’être. Probablement qu’il trouvait cela romantique, il se sera entiché de la culture, il aura eu envie de faire partie du club. Et après tout pourquoi pas ? Si telle était sa volonté, bienvenue à lui. Pour votre part, vous êtes absolument d’accord pour lui octroyer le titre de Hongrois émérite, de compatriote d’honneur. Mais l’aéroport tout de même. Est-ce que ce n’est pas un brin ridicule d’avoir donné à l’aéroport de Budapest le nom d’un homme qui massacrait la langue hongroise. p. 443

 

Addenda postpost après échanges avec l’auteure sur les partis pris de cette rubrique toponomo littérature

Un échange avec l’auteure, Nina Yargekov, à l’occasion de ce post montre à quel point la néotoponymie peut faire l’objet de lectures différentes et complémentaires, voire même contradictoires et donc également complémentaires. C’est tout l’intérêt de cette rubrique toponomo-littérature que de proposer à la fois une vision et une perception singulière de la toponymie quand elle inspire un.e auteur.e aux prises avec cet élément signifiant de son environnement, et une lecture politique du dispositif et de la fabrique du toponomascape dont il est question.

Surprise par la lecture géopolitique faites ici de ses observations toponymiques signifiantes mais avant tout sensibles, humoristiques et personnelles, Nina Yargenov, nous a rappelé justement des éléments de contexte sur la magyarisation des noms propres avant tout d’ordre culturel sur la longue durée. Elle a également exprimé ses doutes sur l’argument de la localisation du lieu de naissance de Franz Liszt en dehors de la Hongrie actuelle pour mettre en cause la pertinence de sa récupération nationaliste. Il s’agit en effet là d’un argument qui relèverait d’une définition territoriale de la Nation tout à fait contestable. Mais il s’agit en tout cas d’une dimension de la nationalité qui est potentiellement, si ce n’est explicitement, au coeur de toute rhétorique nationaliste, comme celle du régime hongrois actuel éventuellement d’ailleurs pour porter une vision d’une grande Nation allant au delà des frontières actuelles.

Cela nous permet de préciser la place et l’usage que l’on peut faire ici des extraits de textes littéraires qui portent sur la toponymie, son sens et ses effets du point singulier d’un.e auteur.e. Le blog est avant tout dédié à la dimension politique, mais la rubrique toponomo-littérature s’appuie sur des extraits d’ouvrages dans lesquels des observations sensibles et intellectuelles donnent du sens, à partir du point de vue singulier de l’auteur, a des fragments toponymiques. Le commentaire et l’interprétation politique des extraits peut évidemment être en décalage avec les intentions de l’auteur. Ils ne visent en aucune manière à faire de l’auteure un porte parole de l’interprétation politique qui est extérieure et assumée par le blog.

S’agissant du cas précis de Ferenc Liszt, on comprend bien que l’arrivée dans l’aéroport ainsi renommé évoque pour l’auteure le télescopage des significations identitaires d’une référence à la graphie différente selon les contextes et les langues. On comprend bien également que ce soit la graphie et les noms magyars qui soient utilisés en Hongrie lorsqu’il s’agit d’un nom propre, a fortiori s’il s’agit d’un nom initialement hongrois. Cependant de manière sarcastique, il semble que l’auteure a ajouté une allusion aux paradoxes nationalistes et identitaires de l’inscription européenne et plus généralement internationale  des références du régime hongrois avec cette phrase « la postérité, cette traîtresse à la botte du G7,…  »

Phrase qui pour l’auteure (précision ultérieure dans nos échanges) peut « se lire de deux manières. Il s’agit à la fois, comme vous le suggérez ici, de souligner qu’il existe en Hongrie une tendance à rapatrier dans le giron national tout personnage célèbre ayant une très vague origine hongroise. Cette idée est présente ailleurs dans le livre (les prix Nobel, les inventions scientifiques). Toutefois, il s’agit aussi, par cette remarque, de rappeler que l’Histoire est écrite par les vainqueurs, et que dans ce jeu qui consiste à s’approprier tel ou tel personnage célèbre, tout le monde ne joue pas à armes égales. « 

Le commentaire initial qui introduit l’extrait se permet  de proposer une analyse en lien avec ces observations, conforme aux objectifs du blog où l’analyse porte sur les dispositifs symboliques et politiques que constituent également les paysages toponymiques officiels.

 Bien entendu, le fait d’utiliser une graphie et une éventuelle traduction d’un nom propre dans la langue nationale n’est pas en soi une manipulation, même si en l’occurrence Ferenc-Franz Liszt a toujours utilisé le prénom Franz durant sa vie professionnelle. En revanche, le fait de mobiliser une figure éminemment européenne et transnationale, largement affranchie de son origine magyare (d’ailleurs extérieure au territoire hongrois actuel), parlant peu et mal la langue (ce que remarque l’auteure pour discuter la pertinence du choix) pour nommer un haut-lieu national par excellence, et ce sous une forme orthographique magyare, est tout sauf neutre politiquement. En l’espèce ce n’est pas tant la référence ni la graphie qui font sens, mais leur association au choix du lieu: l’aéroport international qui constitue la porte d’entrée de la nation et est toujours ou presque nommé d’après une grande figure nationale. C’est donc le dispositif lié à la nature du nom mais aussi à la nature du lieu qui est ici signifiant, en tout cas c’est l’analyse que nous proposons et de manière plus générale la position que défend ce blog : décrypter le sens politique des politiques toponymiques, puisqu’il s’agit bien de cela.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *