Pour une vraie controverse scientifique sur les origines de l’usage politique du nom Iran

La thèse de Bernard-Henri Lévy sur la nomination de l’Iran relève-t-elle des fake news? Pas si sur ! Encore un effort pour une vraie réfutation, mesdames et messieurs les spécialistes !

Certes BHL ne s’embarrasse pas d’attestations, ni de sources avérées ou encore de citations et références  pour affirmer tout de go que le changement de nom officiel de la Perse en Iran en 1935 l’aurait été sur l’injonction d’Hitler. Ce secret bien gardé lui aurait été révélé récemment sur le terrain, au Kurdistan, et il serait en fait évident si l’on y réfléchit bien, puisque le nom donné en 1935 a à voir avec l’Aryanité promue à des fins identitaires dans le cadre de son idéologie raciste par l’Allemagne Nazie de Hitler et donc indirectement par le régime moderniste et autoritaire iranien de Reza Chah Pahlavi sous influence. Il se serait agi de promouvoir le concept d’Aryen depuis le Moyen-Orient d’une part et depuis l’Europe d’autre part, à partir de deux pôles  » légitimes  » qui par là délégitimaient ou infériorisaient les peuples occupant l’espace intermédiaire.
La rubrique Checknews du journal Libération a mené l’enquête auprès de spécialistes (Yann Richard, Florence Hellot, Denis Hermann, Bernard Hourcade) qui réfutent unanimement cette thèse en la frappant d’inanité, elle apparaît ainsi incongrue, avec un air de fake news qui serait destinée à faire le buzz à partir d’élucubrations ou d’extrapolations. Quels sont les arguments de cette réfutation véhémente ?
Les spécialistes interrogés reconnaissent bien que la mesure (la nomination officielle) intervient en 1935, et nous connaissons par ailleurs les talents toponymiques du leader moderniste  Reza Chah Pahlavi, qui comme tout despote modernisateur a recours au marquage symbolique et matériel de l’espace. Mais ils affirment que la décision portait sur l’appellation diplomatique en relations internationales alors que le nom Iran était déjà utilisé en Interne depuis le XIXe siècle. De plus, ils ne voient pas le lien qu’il pourrait y avoir eu avec une quelconque promotion concertée avec l’Allemagne nazie de la notion d’Aryen. Leur argument principal est donc qu’il s’agit du nom « naturel » et évident déjà utilisé dans le pays. Le pouvoir n’aurait fait que l’enregistrer, le reconnaître et l’affirmer internationalement. Cet argument de la reconnaissance naturelle d’un terme légitime, de l‘évidence du bon sens et de la nomination admise de toute éternité, ou presque, nous paraît un peu court et relever d’une approche très essentialiste de la toponymie politique.
Il y a bien eu en 1935 une décision politique officielle et mise en scène, de promotion d’un nom et d’une notion liée (le pays des Aryens). Elle s’apparente peut être à une reconnaissance ou à une restitution, compte tenu des pratiques courantes et anciennes d’auto-appellation, mais elle correspond néanmoins au choix de l’affirmation forte d’un principe communautaire fondateur areligieux, historique, linguistique et quasi-biologique, en tout cas en lien avec des origines communes supposées. C’est donc une décision éminemment politique qui s’inscrit à la fois dans un projet radical nationaliste laïc de politique intérieure, mais aussi dans un positionnement fort en relations internationales. Dès lors, poser la question des motivations dans le contexte des relations internationales de l’époque n’est pas totalement incongru et mériterait d’être exploré plutôt que réfuté a priori. Encore un effort, mesdames et messieurs les spécialistes, pour prendre vraiment au sérieux la question de la toponymie politique qui le mérite bien.
On peut d’ores et déjà indiquer cette intéressante contribution d’Antoine Fleury en 1977 à la question de l’interprétation des déterminants du passage à la dénomination Iran en 1935. Elle est à l’évidence beaucoup plus nuancée et subtile sur la possibilité d’une influence nazie sur la politique nationaliste et identitaire de Reza Chah Pahlavi.
Extrait (pages 267 et 268) de Fleury, A. (1977). La pénétration allemande au Moyen-Orient, 1919-1939: le cas de la Turquie, de l’Iran, et de l’Afghanistan (Vol. 5). IHEI: Genève; Sijthoff: Leiden
PS: Une réponse argumentée de Bernard-Henri Lévy apporte d’autres éléments au dossier et rend plus solide son interprétation, si ce n’est de la généalogie, des motivations géopolitiques du changement de nom officiel sur le plan international. Cependant, il apparait que la thèse d’une injonction nazie pour obtenir le changement de nom de Perse en Iran n’est pas validée par les experts cités dans la réponse; experts (Antoine Fleury et Frédéric Sallée) qui soulignent néanmoins le rapprochement des deux régimes à cette occasion. On peut dire qu’au delà de la réfutation d’une injonction nazie, la dimension politique et stratégique de ce changement de nom sur la scène internationale est bien avérée.
Nous pouvons retenir de cette polémique la difficulté, y compris pour des intellectuel.les historien.nes, géographes et politologues, a prendre au sérieux les enjeux et la portée politique de la néotoponymie.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.