Qui était-ce ? Et Polyphème répondit: “Personne !”

Par Ruggero CRIVELLI, Département de géographie et environnement, Université de Genève

Introduction : le nom et la chose
Polyphème demanda à Ulysse son nom et celui-ci répondit : « Personne » !

Après avoir été aveuglé, Polyphème hurla de douleur et appela les autres Cyclopes à son secours. Quand il répondit que « Personne » l’avait aveuglé, ses compagnons s’en allèrent en l’abandonnant à son malheur dont il avait été – disaient-ils – le seul responsable.

J’ai pensé à l’histoire de Polyphème en lisant ces lignes écrites par Paolo Rumiz dans son livre La leggenda dei monti naviganti :

« Enfant, pendant mes incursions toponymiques, qui me laissaient bouche bée devant l’atlas, j’arrivais à la conclusion que si ces noms fabuleux disparaissaient de la carte, les lieux aussi allaient disparaître. » (trad. Rumiz, 2011 : 3131 ).

Le malheur de Polyphème a été d’avoir accusé quelqu’un dont le nom signifiait, justement, son inexistence2 et la crainte de Rumiz enfant était de voir disparaître la géographie du monde avec la disparition des noms de lieux.

J’ai pris ces deux exemples en guise d’introduction pour souligner l’importance du nom : sans nom, il n’y a pas d’identité ; sans nom, il n’y a pas d’existence.

En géographie – du moins dans le monde francophone – la toponymie est un domaine au statut quelque peu étrange : je me souviens que dans mes cours on en faisait allusion, on nous montrait quelques exemples et, ensuite, tout s’arrêtait là. La toponymie était (et l’est encore) souvent considérée comme une branche de la linguistique et vite abandonnée à ces spécialistes non rarement en désaccord entre eux. Tout au plus, quand nous y faisions appel c’était pour trouver le sens d’un nom et son origine historique. Dans ma discipline, cet usage limité provient peut-être du fait que nos études faisant appel à la toponymie sont, pour la plupart, des cas précis et, par conséquent, le questionnement porte plus sur la signification et l’origine des noms que sur le sens de l’acte de dénomination. Ce deuxième type de questionnement est de nature plus théorique et implique l’utilisation de certaines notions que je vais tenter de mobiliser dans ma réflexion.

Territorialité et territorialisation
Deux notions me semblent importantes en géographie humaine aujourd’hui : celle de territorialité de Claude Raffestin et celle de territorialisation de Angelo Turco.

« La territorialité se définit comme l’ensemble des relations qu’une collectivité et ses individus entretiennent, d’une part, avec l’extériorité (ou environnement physique) et, d’autre part, avec l’altérité (avec les autres groupes ou à l’intérieur du groupe) dans la perspective de satisfaire des besoins et en utilisant des médiateurs (la langue, les éléments matériels comme les moyens de transport) pour atteindre le maximum d’autonomie (l’autonomie étant la possibilité d’entretenir des relations aléatoires avec l’environnement humain et physique) » (Raffestin, 1993 : 3, in Jocelyne Hussy, 1999 : 43, manuscrit)

La territorialité géographique est donc un système de relations entretenu par un sujet avec, simultanément, son environnement et les autres sujets humains. En d’autres termes, le monde dans lequel nous vivons (à n’importe quelle échelle) est le résultat d’une action humaine visant à s’approprier, transformer et entretenir un espace. Cette action se déroulant dans le temps  est donc un processus qu’Angelo Turco appelle territorialisation : « un grand processus à travers lequel l’espace incorpore de la valeur anthropologique » (Turco, 1988 : 76). Autrement dit, ce que nous avons sous les yeux dans un paysage est un « mélange » de caractéristiques, à la fois naturelles et humaines, qui repose sur trois moments (pour utiliser les termes de Turco) :

– la transformation matérielle proprement dite de l’environnement, qu’Angelo Turco appelle réification (construction de routes, de maisons, de champs, etc.) ;

– l’utilisation organisée et conventionnelle de ces éléments matériels, qu’il met sous le terme de structuration ;

– et, avant tout cela, l’identification des éléments nécessaires à la transformation et à l’utilisation de l’environnement : c’est, précisément, ce que l’auteur appelle la dénomination.

Dénomination, réification et structuration sont donc les trois catégories à travers lesquelles les groupes humains construisent leurs environnements. Attardons-nous alors sur ce qui est peut-être le premier acte dans l’appropriation d’un espace et qui nous intéresse particulièrement ici: la dénomination !

Pourquoi donner un nom aux lieux ?
Dans un processus d’appropriation territoriale, qu’il s’agisse d’une appropriation au sens le plus simple du terme, ou d’une conquête militaire ou, encore, de la reproduction d’un espace par un groupe ou un individu, la dénomination – nous l’avons dit – est sans doute un des premiers actes fondateurs. C’est une des premières nécessités, car elle vise à identifier, dans tout ce qui nous entoure, les éléments significatifs à élaborer une représentation, à son tour utile à l’action. Devant un environnement « indifférencié », le nom introduit une différenciation utile.

Le nom exprime une forme de connaissance, car il fonde, simultanément, un type de rapport à l’environnement et la transmission, au sein du groupe, du sens qu’a (ou devrait avoir) cette relation.

« La dénomination référentielle ne diffère probablement pas des autres stratégies de désignation en tant que machine de guerre pour combattre la peur, pour vaincre la crainte de ce qu’on ne connaît pas et qui pourrait à tout moment réserver des surprises non désirées ou des nouveautés dangereuses. Avec les mots de H. Blumenberg, « toute confiance au monde commence par les noms […] : en donnant un nom approprié aux choses on éliminera l’inimitié entre elles et les hommes, en la transformant en un rapport de pure utilité. La frayeur qui a retrouvé le mot est déjà dépassée ». » (trad. Turco, 2010 : 903 )

Le nom (et ce qu’il évoque) sert ainsi de point de référence dans l’orientation, il garantit la sécurité et empêche de se perdre. Que fait, par ailleurs, l’immigré quand il débarque (parfois clandestinement) dans une ville qu’il ne connaît pas ? Ou, plus simplement, que faisons-nous quand, dans nos voyages, débarquons dans une localité inconnue ? On cherche à s’orienter :

« S’orienter, par exemple, correspond, pour un individu ou un groupe d’individus immigrés depuis peu dans une ville, à toute cette série de frustrations, tentatives à vide, connaissances, attentes, « prises sur la réalité », gilets de sauvetages faits de personnes et de lieux lesquels, jour après jour, constituent le maillage premier élémentaire – […] le vendeur de journaux, les premières approches informelles sur le travail – à partir duquel appréhender les espaces encore méconnus, apprendre à les reconnaître, dans un jeu de va et vient depuis les lieux plus familiers. » (trad. La Cecla, 2000 : 16-174 )

«[…] toute cette série de frustrations, tentatives à vide, […] gilets de sauvetages faits de personnes et de lieux lesquels, jour après jour, constituent le maillage premier élémentaire ». Ce sont des actions visant à repérer ces choses dont le nom peut se révéler utile : gare, pour commencer (lieu d’attrait pour beaucoup d’immigrants), kiosque, bar, office du tourisme, etc. Autrement dit, des noms qui, dans notre exemple, ont une signification particulière : celle de la rencontre et de la possibilité de trouver la bonne information pour ne pas être perdus.

La dynamique territoriale
Tant la territorialité, entendue comme aboutissement d’un processus de territorialisation, que cette dernière reposent sur la confrontation entre différents acteurs aux finalités diverses, agissant au sein d’une communauté ou, même, à l’extérieur (ou depuis l’extérieur) de celle-ci. Cette confrontation aboutit à des équilibres plus ou moins stables dans le temps et donc à des modifications plus ou moins rapides et fréquentes des territorialités en présence. Toute modification est synonyme, donc, d’une nouvelle territorialisation, laquelle défait les anciennes territorialités pour en composer de nouvelles. Claude Raffestin résume cette dynamique dans la notion de territorialisation-déterritorialisation-reterritorialisation, plus simplement appelée processus TDR.

Si nous appliquons ce fragment de théorie à la toponymie, nous verrons apparaître un phénomène analogue : toute forme de territorialisation s’accompagne de l’attribution d’un nom aux éléments territoriaux et, donc, toute forme de reterritorialisation peut s’accompagner d’une redénomination des lieux. La redénomination reflète un nouveau type de rapport à l’environnement ou, sous un autre angle, l’évolution des rapports de force entre acteurs sociaux.

Deux types d’exemples pour être plus concret.

Le nom, reflet de la représentation qu’une société se fait de son environnement

Le nom est une référence non seulement spatiale, mais aussi temporelle, cela signifie qu’il est de nature historique. Ce nom reflète un lieu précis, mais aussi un moment précis en nous renvoyant à la question : à quelle époque remonte-t-il ? Les toponymes – les études étymologiques sont là, justement, pour le montrer – connaissent une évolution dans le temps, ils sont donc le fruit de transformations ou de métissages dus aux mélanges des populations et au passage du temps sur les lieux : cela peut même en détourner le sens en lui en attribuant un nouveau. Un exemple ?

« De son côté Génur (la première documentation connue remonte à 1375) est, littéralement, une abréviation du terme cavàgia, cavagénur ‘petit chevalet, petit support avec couverture en schistes’. Cette voix devait à travers le temps perdre la partie initiale et donner, justement, génur dans la signification de ‘petite protection, petit repaire monté sur chevalet, ensuite utilisée aussi pour l’homme qui passait l’été à l’alpage’ .
[…] le terme de Génur [connaîtra aussi une évolution] qui, au moins à partir de 1602, sera transcrit en Generoso, dans le sens, justement de ‘zone qui a affaire avec le Génur’, mais aussi, pour plusieurs écrivains de l’époque, ‘la zone généreuse, belle’. » (trad. Lurati, 2011 : 169-1705 )

En somme, si on remonte à la signification première de ce nom, nous constatons, d’une part, comment les termes se modifient orthographiquement dans le temps et, d’autre part, comment le terme d’aujourd’hui aussi, en assumant une autre signification, est toujours l’expression d’un rapport social à l’environnement : au XVIIe siècle nous sommes en plein dans un moment où le concept de paysage a affirmé sa légitimité qu’ensuite le tourisme va figer définitivement jusqu’à nos jours. Le (beau) Monte Generoso est l’un des haut-lieux du tourisme suisse et du paysage tessinois depuis la première moitié du XIXe siècle, mais surtout depuis la construction du chemin de fer à crémaillère Capolago-Monte Generoso en 18906 Le tourisme, invention de la modernité historique, a récupéré à peu de frais un nom originaire de la culture paysanne pour le réorienter dans le sens qui lui était le plus approprié : celui de beau. Ce qui est intéressant dans cette métamorphose, c’est que les deux dénominations sont parfaitement pertinentes : si le terme Generoso apparaît comme étant un mensonge par rapport à Génur, tant l’un que l’autre sont l’expression d’un rapport à un même environnement par deux sociétés différentes. J’ai presque envie de dire que ces deux termes sont le symbole de deux cultures différentes. Le passage d’une dénomination à une autre reflète le passage d’une territorialité à une autre.

Le nom, reflet des rapports sociaux

L’exemple du Québec et celui du Maroc sont intéressants pour montrer le lien existant entre nom de lieu et rapports sociaux ou politiques.

En 1897, le Canada, pour contrer l’activité envahissante des cartographes états-uniens et garder ainsi le contrôle sur sa toponymie en établissant lui-même sa propre cartographie, crée la Commission de géographie du Canada.
En 1908, le Congrès international de Géographie de Genève décide « que les premiers noms donnés devaient être, autant que possibles, conservés ou rétablis sur les cartes » (cité in Francine ADAM, 2008 :31). Le géographe canadien, ou plus précisément québécois, Eugène Rouillard écrira en 1909 dans le Bulletin de la société de géographie de Québec  les mots suivants :

« Cette décision, nous sommes heureux d’en témoigner, est conforme à celle qu’a prise la Commission de géographie du Canada qui est en train, elle aussi, de restituer les noms primitifs partout où ils ont été altérés ou déformés. Il reste encore quelques noms […] auxquels il conviendrait de restituer leur appellation primitive » (cité in Adam : 2008, 32)

Contrairement à ce qu’on pourrait s’attendre en lisant ces mots, l’appellation primitive à laquelle il fait allusion, n’est pas celle que les populations autochtones avaient forgée, mais l’appellation issue de l’occupation française, précédant l’arrivée des Anglais. Le drame de la dénomination autochtone, d’ailleurs, était double dans le sens où les termes qui subsistaient, n’étaient pas seulement imprononçables, comme il l’écrira dans un texte toujours de 1909 dont le titre était « L’invasion des noms sauvages », mais surtout ils avaient été anglicisés. Voilà qu’en 1912 est créée la Commission de géographie du Québec qui, sous l’impulsion de Rouillard va, ainsi, modifier profondément la toponymie existante en faisant disparaître des milliers de toponymes autochtones.

En 1976 arrive au pouvoir, au Québec, le parti souverainiste qui va créer en 1977 la Commission topographique du Québec, laquelle va s’atteler à renforcer le français dans la toponymie, mais – il faut aussi lui rendre justice – à remettre dans le circuit les anciens termes autochtones. Nouvelle sensibilité politique et sociale oblige !

Le cas québécois est intéressant dans la mesure où l’attribution des noms, leur modification, leur effacement et leur réattribution sont bien le reflet des rapports socio-politiques qui se développent à travers l’histoire sur le territoire québécois. La territorialité se modifie : les toponymes aussi.

Sans vouloir s’attarder outre mesure, le cas du Maroc est similaire. Dans un article écrit en 2008, Saïd Boujrouf et Elmostafa Hassani publient un tableau où l’on peut voir l’appellation de certaines localités urbaines changer à travers le temps : avant la colonisation, pendant la colonisation et après l’indépendance. Ces modifications aboutissent, par exemple aujourd’hui, à la situation suivante :

« La toponymie marocaine de l’indépendance manifestait une certaine hiérarchisation des noms en fonction de l’importance des lieux et équipements urbains en affectant par exemple les noms des Rois et Princes aux lieux centraux comme les boulevards, les universités et les hôpitaux ; en donnant les noms des résistants, des savants et écrivains, d’événements, de chefs de pays étrangers amis, de capitales étrangères … aux lieux intermédiaires ; et en donnant enfin des noms plus neutres (mais en référence au patrimoine national) d’objets, de fleurs, de villes marocaines … au lieux périphériques. » (Boujrouf, Hassani, 2008 : 43)

Une fois de plus, le processus TDR, auquel fait allusion Claude Raffestin, est à la base de la dénomination des lieux.

Conclusion : toponymie et identité
La dénomination, on l’a dit, permet aux membres d’une communauté d’identifier les objets dans l’espace et, donc, en plus de régler les pratiques, elle contribue à la constitution d’une identité collective.

Angelo Turco (2010) distingue trois fonctions dans l’acte de dénomination ; un nom peut être:
– de nature symbolique : autrement dit, il se réfère aux croyances d’une collectivité ;
– de nature performative : dans le sens où il renvoie (comme le précédent, d’ailleurs) à des concepts, mais surtout à quelque chose d’empiriquement existant ;
– de nature simplement référentielle : c’est-à-dire indiquer quelque chose de précis situé en un endroit précis.

Exemples ?

La nom de la Mecque, comme toponyme symbolique (et qui implique des actions particulières, pour le croyant musulman, comme le pèlerinage ou la direction de la prière) ; le terme de Parc national, qui renvoie à une forme particulière de territoire et à ses règles de fonctionnement (et qui existe ici ou là) ; « La stála di Zòcri » (l’étable des Sabots) que plus tard sera appelée « la Cassina dal Sceriffo » (la Ferme du Shérif) sur le territoire de Bodio7

Au-delà des ambiguïtés sur la nature des noms évoqués – symbolique, performative ou référentielle peuvent se retrouver dans un même nom – on peut affirmer que tous renvoient à des territoires ou à des lieux qui ont été identifiés et ont assumé une signification. Cette signification est variable selon les cultures, les sociétés ou les individus et conditionne la pratique territoriale, laquelle, à son tour, en conditionne la signification. Quand la pratique ou le nom disparaissent, c’est un morceau d’histoire, et donc d’identité (individuelle ou sociale) qui s’en va. La crainte de Paolo Rumiz enfant est particulièrement intéressante parce que les noms qui disparaissent ne disparaissent pas seulement pour le lecteur de l’atlas, mais pour les habitants des lieux eux-mêmes : ou pire encore, ce sont les habitants de ces lieux qui « disparaissent ». Je m’explique.

Si nous pouvons distinguer les langues véhiculaires des langues vernaculaires, on pourrait, par analogie, distinguer les toponymes véhiculaires des toponymes vernaculaires. Les premiers étant ceux qui s’imposent au-delà (au-dessus, on devrait dire) des usages locaux : par exemple, en simplifiant, les noms que nous trouvons sur un atlas quelconque, sur une carte nationale à petite échelle, sur une carte routière, etc. Ou encore, à l’extrême, on y trouvera les noms de Bellinzona, Lugano, Locarno, mais pas celui de la « Cassina dal Sceriffo ». Les seconds, par contre (comme l’exemple de la « Cassina dal Sceriffo », justement) ont un usage proprement local : ils peuvent figurer, ou pas, sur une carte topographique ou un plan cadastral ou simplement dans le langage utilisé par un groupe particulier dans des circonstances particulières (des chasseurs, par exemple)8 Les études toponymiques, en Suisse en général (mais aussi dans d’autres pays) et au Tessin en particulier portent pour une bonne partie sur ce genre de toponymie. C’est une bonne chose, mais ce qui est encore plus intéressant, c’est l’intérêt que ces recherches suscitent auprès des habitants locaux y compris ceux issus de l’immigration, surtout dans des régions dites périphériques. Pourquoi cet intérêt manifeste de la part d’habitants parfaitement urbanisés pour des noms dont l’origine est rurale et la signification perdue avec la disparition des pratiques paysannes ? Peut-être parce que les habitants locaux habitent des lieux dont les surfaces sont devenues, dans leurs représentations, fortement homogènes et indifférenciées : non seulement parce que la pratique de ces lieux a disparu, mais aussi parce que le nom a été progressivement oublié par les générations successives. C’est un morceau d’histoire collective qui s’est effacé, donc une rupture dans la continuité identitaire et surtout dans le lien entre l’habitant et le sol qu’il occupe. L’intérêt qu’aujourd’hui suscite la toponymie vernaculaire ne va pas faire renaître les anciennes pratiques : il contribue par contre à la connaissance d’un territoire et peut donc ouvrir la porte à l’exploration de l’histoire d’une collectivité. L’intérêt pour la découverte des anciens toponymes ne fabrique pas des territoires, mais fabrique une représentation de ces territoires anciens qui peut rétablir une couture dans la continuité historique. D’autre part, fixer des toponymes dans un répertoire ou un inventaire, implique l’oubli probable de toute une série d’autres toponymes qui ont surgi dans des moments particuliers mais qui, pour « mille » raisons, n’ont pas été retenus par les chercheurs : fixer des toponymes dans la forme écrite (ce qui est déjà une déformation) signifie – comme pour la sauvegarde du patrimoine – décider implicitement de l’abandon de ce qui a été écarté.

Lautre aspect important se trouve dans la localisation des toponymes. Ce qui intéresse le public, n’est pas seulement l’inventaire des noms, mais aussi pouvoir les localiser, car cela ajoute un caractère plus réel à un nom. L’intérêt pour le scientifique (historien, géographe, géologue, botaniste, etc.), réside dans la question que la localisation pose, à savoir pourquoi a-t-on donné ce nom précis, à cet endroit précis, à un moment précis. Il n’y a pas d’innocence dans un nom de lieu : il y a l’histoire des rapports qui se tissaient au sein de la collectivité et du rapport que celle-ci avait avec son environnement. Or, la mémoire vive liée à cette connaissance du territoire (la génération des grands-parents) est en train de disparaître malgré l’augmentation de l’espérance de vie. Une fois perdue, elle sera perdue : c’est une course contre la montre !9

D’autre part, la localisation pose à son tour un autre problème : le fait que le toponyme soit situé à un endroit précis ne signifie nullement qu’il se résout à un point, bien au contraire : souvent il désigne une zone10L’instrument de localisation par excellence est la carte (et tous ses dérivés contemporains que sont les images satellitaires et les systèmes d’information géographiques, y compris google map ou autre). Ces instruments sont réalisables à l’aide de trois invariantes : points, lignes, surfaces. Il est alors important d’identifier la nature d’un toponyme pour pouvoir décider comment le localiser. Linguistes et cartographes doivent s’interroger mutuellement s’ils veulent être utilement complémentaires : les seconds en questionnant les premiers sur la nature spatiale du nom et les premiers en questionnant les seconds sur la meilleure manière de représenter spatialement le nom sans en trahir la nature étymologique.

Références

  • ADAM Francine, 2008, « L’autorité et l’autre. Parcours toponymiques et méandres linguistiques au Québec », in L’Espace politique, revue en ligne, No. 5/2008, pp. 31-39.
  • BOUJROUF Saïd, HASSANI Elmostafa, 2008, “Toponymie et recomposition territoriale au Maroc: Figures, sens et logiques”, in L’Espace politique, revue en ligne, No. 5/2008, pp. 40-52.
  • LA CECLA Franco, 2000, Perdersi, L’uomo senza ambiente, Roma, Laterza, 179 p.
  • LURATI Ottavio, “Nomi dati dalla gente ai luoghi sul Generoso e in Val di Muggio”, in CRIVELLI Paolo, GHIRLANDA Silvia (editeurs), 2011, La scoperta del Monte Generoso, Cabbio, Museo Etnografico della Valle di Muggio, Locarno, Armando Dadò editore, pp. 169-170.
  • RAFFESTIN Claude, 1993, in HUSSY Jocelyne, 1999, Le défi de la territorialité, Mémoire de thèse, manuscrit, 99 p.
  • RTT: Repertorio Toponomastico Ticinese (Vassere Stefano dir.), 2012, Bodio, Bellinzona, Archivio di Stato del Cantone Ticino, 239 p.
  • RUMIZ Paolo, La leggenda dei monti naviganti, Milano, Feltrinelli, 343p.
  • TURCO Angelo, 1988, Verso una teoria geografica della complessità, Milano, Unicopli, 184 p.
  • TURCO Angelo, 2010, Configurazioni della territorialità, Milano, Franco Angeli, 339 p.
  1. Da bambino, nelle mie scorribande toponomastiche che mi lasciavano senza fiato davanti all’atlante, giunsi alla conclusione che se quei favolosi nomi fossero scomparsi dalla carta, i luoghi stessi sarebbero scomparsi. » []
  2. Ma référence à Polyphème s’arrête ici, car on pourrait encore réfléchir sur le fait que Personne est, malgré tout, un nom ! []
  3. « La denominazione referenziale non differisce probabilmente dalle altre strategie di designazione in quanto macchina da guerra per combattere la paura, per vincere il timore di ciò che non si conosce e che potrebbe in ogni momento riservare sorprese indesiderate o novità pericolose. Con parole di H. Blumenberg, « Ogni fiducia nel mondo comincia con i nomi […]: dando alle cose il nome appropriato si eliminerà l’inimicizia tra di esse e l’uomo, trasformandola in un rapporto di pura utilità. Lo spavento che ha ritrovato la parola è già superato. » []
  4. « Orientamento, ad esempio, corrisponde per un individuo o un gruppo di individui immigrati da poco in una città, a tutta quella serie di frustrazioni, di tentativi a vuoto, conoscenze, attese, «prese sulla realtà», salvagenti fatti da persone e da luoghi che poi, giorno dopo giorno, costituiscono una maglia prima elementare – […] forse il giornalaio, i primi approcci informali sul lavoro – e poi, via via, a imbrigliare gli spazi rimasti ancora sconosciuti, a permettere di riconoscerli, partendo e tornando a luoghi più familiari. » []
  5. « Dal canto suo Génur (la prima documentazione sin qui nota riconduce all’anno 1375) è letteralmente una abbreviazione del termine cavàgia, cavagénur ‘piccolo cavalletto, piccolo sostegno con relativa copertura di scisti’. Questa voce doveva in processo di tempo perdere la parte iniziale e dare appunto génur nel significato di ‘piccola protezione, piccolo riparo montato su cavalletti, poi usato anche per l’uomo che passava l’estate all’alpeggio’ […]In questa trafila di « rifacimenti » venne immesso anche Génur, che almeno a partire dal 1602 viene scritto Generoso, nel senso appunto di ‘zona che ha a che fare con il Génur’, ma anche per non pochi scrivani del tempo ‘la zona generosa, bella’.” []

  6. Cf. FERRATA Claudio, 2008, La fabbricazione del paesaggio dei laghi, Giardini, panorami e cittadine per turisti tra Ceresio, Lario e Verbano, Bellinzona, Casagrande edizioni, 213 p. Cf. CESCHI Raffaello, “Il Rigi della Svizzera italiana”, in CRIVELLI Paolo, GHIRLANDA Silvia (editeurs), 2011, La scoperta del Monte Generoso, Cabbio, Museo Etnografico della Valle di Muggio, Locarno, Armando Dadò editore, pp. 23-28. []
  7. « Il s’agit d’une étable située à Bidesch [le mayen le plus étendu de Bodio] où les paysans se rencontraient pour travailler le bois, en particulier pour la fabrication des sabots […]. Elle fut transformée en ferme par Anselmo Pedroli (1909-1974) surnommé le Shérif […] (trad. RTT, 2012: 143) []
  8. On pourrait même imaginer une sous-catégorie particulière appartenant à la catégorie des toponymes vernaculaires : celle des toponymes issus de ce qu’on appelle légendes urbaines, comme p. ex. le Mont Soméga, qui serait apparu sur une carte italienne de la fin du XIXe siècle et attribué au territoire suisse, mais que je n’ai jamais trouvé. L’origine du nom viendrait de la réponse d’un paysan au cartographe qui lui avait demandé le nom de la montagne et lui avait répondu : « Só mega ! », « Je ne sais pas ! ». Quelqu’un m’avait raconté une histoire semblable pour le Pizzo Colombe, ainsi inscrit sur les cartes (celui-ci existe : ch-1903 > 702.330/154.745) par le cartographe à qui on aurait répondu « Corump » (ou quelque chose dans le genre qui signifiait « corrompu », « pourri » et c’est une roche très friable). Pourrions-nous appeler cela de la crypto-toponymie ? []
  9. A ce propos, on peut se demander s’il ne fallait pas procéder en parallèle et de répertorier le plus possible, la toponymie qui se crée aujourd’hui, pour éviter, dans 50 ans, d’aller fouiller dans des mémoires (orales ou écrites) devenues fragmentaires et aléatoires. Le projet que nous avions soumis au Fonds national de la recherche scientifique helvétique pouvait apporter une contribution partielle à cet aspect. []
  10. Un toponyme, plus qu’un nom de lieu, c’est un lieu qui porte un nom ! []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *