Conakry : nommer les voies, nommer les quartiers. Enjeux de pouvoir en toponymie urbaine

 

Sabrina Helle-Russo, Master en Géographie Politique et Culturelle, Université de Genève

Note de recherche basée sur un mémoire de master en géographie politique et culturelle de l’Université de Genève, et présentée lors du Symposium international à Niamey, 5-9 septembre 2018, sur la Nomination des lieux en Afrique contemporaine (co-organisé par l’Université Abdou Moumouni, le LASDEL, Niamey et l’Université de Genève ; soutenu par le Programme Point Sud, Université de Francfort)

1. Contexte

Conakry, capitale de la République de Guinée, concentre 50 % de la population urbaine du pays sur 1 % du territoire (une presqu’île face aux îles de Loos) et croît au rythme de 6,1 % par an (Rapport national III, 2016). La ville capitale et principal port du pays dispose d’un statut particulier de « supracommune » tant elle domine la hiérarchie urbaine. Elle est aussi une place commémorative pour la nation, notamment dans le centre historique de la presqu’île très investi d’un point de vue symbolique. Même s’il s’agit d’un espace décentré à l’accès restreint par rapport à l’ensemble de l’agglomération, sa vocation portuaire et exportatrice alliée à sa vocation politique font du centre-ville un enjeu géopolitique de développement de la métropole économique. Dans ce contexte, l’odonymie est à la fois un marqueur des investissements symboliques successifs et un terrain d’affirmation de références contemporaines.

Fig. 1-2 : péninsule de Conakry et presqu’île du Kaloum (centre historique). Source, OpenStreetMap.

2. Méthodologie et question de recherche

  • Approche géo-historique

Dans une perspective politique de l’étude de la toponymie urbaine en Afrique contemporaine, notre démarche privilégie une approche géo-historique du processus de territorialisation et d’urbanisation depuis la colonisation. Ces processus constituent un marquage politique « top-down » de l’espace, ils procèdent notamment par la nomination des lieux dans l’espace politique et social de la ville. Dans le cas de la Guinée, cela questionne, d’une part la succession de référentiels lors des changements de régimes politiques ; et d’autre part, les enjeux géopolitiques de développement et de positionnement territorial en contexte de métropolisation et de mondialisation.

  • Limites et biais

Ce travail a été réalisé à partir de sources primaires et secondaires (notamment la cartographie online), sans accès au terrain, ce qui limite d’une part la prise en compte des nominations populaires et informelles, peu ou pas retranscrites dans les sources officielles et/ou en ligne, et d’autre part, la prise en compte de la réception et de l’usage quotidien des noms officiels.

La problématique des quartiers, leur délimitation, leurs noms et leurs profils, a été principalement traitée à partir de la presse en ligne et de données issues de la coopération internationale. Les sites gouvernementaux se réfèrent uniquement à l’échelle et au découpage en communes urbaines. Nous l’interprétons comme un effet d’homogénéisation et de technicisation de l’information publique. En revanche, des études ciblées sur la sécurité de la ville en partenariat avec les autorités publiques tendent à visibiliser des entités infra-urbaines1.

H:\MASTER géopo-culturelle\MéMOIRE 1\Map_Conakry_découpage communes.PNG

Fig. 3 : Division communale de l’agglomération (1993), Source: FARVACQUE-VITKOVIC, C.,  et al., 2005.

3. Quatre périodes clés de la toponymie politique à Conakry et en Guinée 

  • Régime colonial (1888-1958) : nommer Conakry « ville-capitale » et rationaliser par des techniques de calculation spatiale

La stratégie politique consiste alors à institutionnaliser la ville coloniale en tant que centre urbain en la nommant « Conakry-ville » (1903). Elle se concrétise par la percée des axes et un tracé de voies géométriques en T ; une voie de chemin de fer liée à l’activité portuaire d’exportation et à l’exploitation de la bauxite ; un système d’adressage élémentaire basé sur un codage hiérarchique ; un plan cadastral en damier et un régime foncier discriminatoire fragmenté en trois zones : « quartier européen » – « quartier commercial » et « quartier indigène ». L’élargissement du périmètre territorial de la capitale s’effectue après la seconde Guerre mondiale (1950).  Il répond à la croissance démographique de la ville et produit un renouvellement de la conception urbaine marqué par une dénomination émergente de « Conakry-banlieue » au sein de laquelle les noms des villages africains sont conservés (Goerg, 1985, 1990, 2004, 2006, 2011).

Il s’agit d’un dispositif gouvernemental moderne fondé sur une odonymie coloniale assumée en référence à la république métropolitaine et d’une toponymie originelle assimilée.

  • Indépendance, régime autoritaire et Guerre froide (1958-1984) : nationaliser et scénariser des lieux symboliques du pouvoir autoritaire et de l’identité nationale ; commémorer et exalter des figures révolutionnaires

La composition et la hiérarchisation du système d’acteurs publics en trois niveaux ou sphères interdépendantes (Parti-Ville-Etat) s’incarne dans la figure héroïcisé d’Ahmed Sékou Touré. Leader politique de l’Indépendance de la République de Guinée. Il en est le premier Président au règne sans partage, après avoir engagé la Guinée comme pionnière dans le processus de décolonisation de l’Afrique (Charles, 1962, p.316).

Dans un contexte de contrôle politique des populations et de mise en place d’un régime autoritaire à parti unique, s’observe une forme d’aliénation socio-culturelle (Azaryahu, 2011) de la toponymie. Les éradications de noms officiels issus de la Colonisation en ville ne sont que partielles, en revanche des noms de villages sont rebaptisés selon la topographie ou la fonctionnalité du lieu tandis que les structures dites coutumières sont démantelées (Fourchard, 2007). Dans le premier cas, le nom des quartiers du centre-ville historique tels que « Coronthie » (voir infra), « Boulbinet » et « Téménétayé »2 sont conservés ; tandis que le quartier du « Centre » est renommé quartier de « Almamya » en mémoire de l’Almamy Benty Sory, ancien chef de Conakry (1890) .

Alors que les villages intégrés à « Conakry-banlieue » (1950) sont désignés comme des quartiers fonctionnels. Par exemple, « Madina » et « Coléah » sont renommés : quartiers de « Madina Centre » ; « Madina Cité » ; « Madina Ecole » ; « Madina Mosquée » et « Coléah Centre » ; « Coléah Cité ». S’agissant des villages nommés selon l’origine ethnique, « Dixinn-Foula » et « Dixinn-Soussou », ils perdent ce statut et intègrent également un nom en référence à leur situation géographique ou fonctionnelle. On retrouve ces noms dans le dispositif administratif actuel de la division en quartiers et secteurs des cinq communes de la ville (Annuaire statistique, 2016). Dixinn est le nom d’une des cinq communes dans le nouveau dispositif administratif. Parmi ses quartiers et secteurs administratifs se trouvent: Dixinn-cité 1, Dixinn-cité 2, Dixinn-gare, Dixinn-gare-rails, Dixinn-mosquée, Dixinn-port.

  • Régime militaire (1984-2010) : redresser et éradiquer ; libéraliser et politiser les collectivités territoriales

L’idéologie politique vise un redressement national radical (Charles, 1989). Elle s’institue par la prise de pouvoir d’un système gouvernemental centralisé et la nomination d’acteurs choisis au sein des collectivités territoriales urbaines et rurales. Le processus de décentralisation affirmé est marqué par une forte politisation des identités ethniques3. S’agissant de la gestion foncière, l’Etat reste le seul détenteur de la terre même lorsque celle-ci est aménagée par des constructions ou exploitée. Malgré la ratification d’un nouveau code foncier et domanial (1992), le processus de « désétatisation » demeure limité. La primauté de la propriété de l’Etat est rapidement restaurée et la loi ne mentionne pas les collectivités locales sur ce plan4.

Simultanément, le processus de libéralisation ouvre le marché guinéen aux échanges économiques internationaux soutenu par un Plan de Développement Urbain (PDU, 1988) qui vise au désenclavement de la péninsule5. L’aménagement de la route « Le Prince » et d’axes transversaux s’inscrit dans cette logique d’amélioration de la circulation et de la mobilité à différentes échelles.

De manière générale, nous observons la mise en place d’entités spatiales décentralisées et politisées à partir de modes de gouvernance locale qui légitiment diverses formes administratives de régulations territoriales. La politique foncière de lotissement de la ville questionne inévitablement l’enjeu économique. Les réserves de l’Etat constituent alors un potentiel de ressources de taxes fiscales. Les noms des anciens villages de Conakry sont intégrés au périmètre territorial élargi de la « banlieue haute ». Les toponymes originels signent les rapports de pouvoir implicites entre l’autorité militaire et la chefferie locale6.

  • Politique transitionnelle (2010) : relever le défi de développement sociétal et de réduction de la pauvreté ; renforcer un État dit « fragile »

A l’échelle de l’agglomération en contexte de mondialisation, on note la promotion d’une gouvernance métropolitaine, des formes de dé-régulations territoriales et une fragmentation socio-spatiale accrue de l’espace urbain. Les problématiques urbaines des différents quartiers les situent de facto dans une forme de dépendance (sous-intégration en termes de planification et de services mises à part quelques enclaves) et au bout de la chaîne comme des relais fragmentés dans l’architecture gouvernementale locale.

Les exemples présentés ci-après, concernent d’une part, les jeux de nomination de quartiers, de rues mais aussi la néotoponymie commémorative de lieux. Le palais présidentiel rebaptisé « Sekhoutoureya » (1998)7 s’inscrit dans ce cas de figure. Le nom marque de manière controversée le paysage urbain avec la figure de l’Indépendance et du pouvoir politique autoritaire de manière intemporelle. Il le rend ainsi légitime dans les discours officiels et populaires. D’autre part, ils soulignent les enjeux politiques et géographiques de la gouvernance urbaine et de l’aménagement du territoire décentralisés sur fond d’héritages culturels et historiques. En définitive, le transfert de compétences est peu effectif sur l’urbanisation incontrôlée des quartiers sous-intégrés par rapport au défi sociétal national d’une volonté politique affirmée de l’Etat8.

4. De l’espace nommé à l’espace conçu et vécu

      Après la mise en place chronologique du dispositif urbain officiel et de son marquage toponymique nous proposons maintenant de revenir sur les noms de quartiers et de rues, dans une perspective de géographie politique et critique du territoire qui considére le processus de dénomination à partir d’un double niveau d’identification spatiale (Pourtier, 1983). L’espace nommé officiellement d’un point de vue administratif et politique, et l’espace vécu du point de vue de la perception et des pratiques sociales et culturelles. Nous complétons cette approche par une lecture foucaldienne de la spatialisation du pouvoir en lien avec les problématiques urbaines significatives à Conakry. Nous nous intéressons notamment aux technologies toponymiques dans la gouvernementalité (Foucault, 1978) comme point de rencontre entre la toponymie politique et techniques rationnelles de calculation spatiale (Elden, 2007 ; Rose-Redwood, 2012). A la recherche de nouveaux modes de gestion et de « biorégulation » gouvernementaux des villes, l’Etat instaure des dispositifs biopolitiques (disciplinaires et sécuritaires). Il s’agit là de trouver un nouvel art de gouverner de manière rationnelle et prospective à partir d’un corps social pris dans sa diversité (ensemble de forces) »9 dont le territoire est une dimension et un outil10.

  • Quartiers historiques du centre-ville : frontières politique et symbolique

Historiquement, « Coronthie », village précolonial, est nommé par déformation orthographique du toponyme « Corinti », hérité de la présence portugaise précoloniale et la mise en quarantaine des nouveaux arrivants en ville, suspectés lépreux. Ce dispositif disciplinaire d’exclusion impose une « assignation à résidence » par identités sociales déterminées par le lieu et l’origine.  Par ailleurs, il situe aussi l’opposition entre les « quartiers indigènes » vs « quartiers européens » imposée durant la colonisation. La « zone III » est habitée exclusivement par une population africaine soumise à des restrictions légales d’accès à la propriété foncière en dehors de cette zone.

Aujourd’hui, traversé par la voie ferrée pour le transport de la bauxite vers le port de Conakry, le quartier historique est dédoublé en deux entités administratives nommées « Coronthie I », « Coronthie II ». Avec une moyenne de quinze habitants par logement en banco et un environnement fortement dégradé, cette partie centrale de la ville apparaît comme marginalisée depuis les années 1980 (Goerg, op. cit., 1985, 2006)11. La rue, en tant qu’espace vécu et perçu est aussi à considérer comme un espace d’appropriation socio-culturelle et de contestations populaires de ses habitants.

Fig. 4 : Vue de Coronthie I, II. Source, Google Maps.


  • Quartiers spontanés de « La Minière » : un entre-deux topographique

        Historiquement, ces quartiers émergent sous le régime autoritaire de Sékou Touré qui impose des normes de production aux populations agro-pastorales peules, les obligeant à migrer de la région du Fouta-Djalon vers la ville12. La décharge publique de « La Minière » nommée usuellement « Comboss » par les habitants marque la frontière physique des quartiers spontanés de la périphérie N-O et S-E des cinq communes urbaines de Conakry (Olvera, Plat & Pochet, 2010). Elle symbolise aussi la réalité socio-économique de relégation des quartiers pauvres, insalubres et sous-intégrés dans le projet politique de la métropole contemporaine13. Nous relevons donc que d’un point de vue de néotoponymie, « Comboss » rend compte du processus de fragmentation territoriale et de relégation, voire de rejet, au sein d’une métropole en extension. Le dépotoir anarchique de plus de quinze hectares et la dégradation de l’environnement reflètent en fait le dysfonctionnement dans la gestion des déchets et plus généralement dans celle des services de base, sous la responsabilité du Gouvernorat puis de l’armée, et transférée au Ministère du territoire et de la décentralisation puis vers la collectivité territoriale communale (2014)14.

Fig. 5-6 : vue de la décharge publique de « La Minière » entourée des quartiers spontanés et précaires de « Dar Es Salam, Hafia et Hamdallaye ». Source, Google Maps.
  • « L’Axe du mal » : une odonymie symbolique du contre-pouvoir

L’aménagement de la route « Le Prince » (fin 1980) a pour fonction de relier les nouveaux quartiers de la banlieue nord, en y intégrant les villages anciens, à l’agglomération le long de l’axe central de Conakry : « L’unique rue principale constitue un point nodal pour des projets d’opportunité notamment la construction de villas extravagantes, de buildings. Toutefois, dès qu’on quitte la rue à 4 voies, l’intérieur ressemble à un labyrinthe de sentiers battus, de maisonnettes et baraques en tôle ondulée » (Philipps, 2013, p.128-129). L’Axe et les transversales 1 à 4 se situent sur les réserves de l’Etat, ils définissent donc un périmètre et une zone désignée de « sensible » marquée par des violences urbaines et de l’insécurité.

Fig. 7 : Vue de la route « Le Prince » située dans le périmètre des réserves de l’Etat. L’axe est délimité par les ronds-points de Hamdallaye – Bambéto – Cosa (transversales 1 à 3, du S-O au N-E). Source, OpenStreetMap


Une lecture critique de l’odonymie spontanée « Axe du mal » et de la rue comme espace vécu de contestations de la part de groupes de jeunes instrumentalisés et politisés (Philipps, ibid., 2013) ouvre des pistes d’analyse des enjeux politiques et sociaux à mettre en lien avec des contextes d’arènes culturelles et politiques de domination et de résistance (Reuben Rose-Redwood, Derek Alderman & Maoz Azaryahu, 2010). Dans ce cas, le pouvoir dévolu sur le nom peut aussi être appréhendé comme un acte de langage performatif signifiant des relations de pouvoir entre acteurs qui s’exercent de manière conflictuelle dans ces arènes.

  • Réserves de l’Etat : géopolitisation marchande et néotoponymie urbaine

Le toponyme « Kaporo » situe à la fois le lieu de l’estuaire (Rivière, op. cit., 1966), le chef-lieu du Canton jusqu’à l’indépendance (Goerg, op. cit., 2004)15. « Kaporo Rails » symbolise désormais la violence politique radicale des « déguerpissements », le nom maintenu évoquant l’ancienne implantation de populations précaires qui occupaient ce site ferroviaire et de carrière. Les habitants, alors en possession d’un titre foncier16 se sont vus exclus sur le champ de leurs habitations rasées dans le cadre d’une opération de restructuration urbaine menée par les autorités publiques en 1998. Celle-ci n’a été que partielle sans recasement ni dédommagement des habitants17. Le toponyme représente à la fois la mémoire culturelle d’un lieu et le processus de transformation radicale d’un quartier vidé d’une partie de sa population pour des questions de voisinage à l’initiative des pouvoirs publics.

Fig. 8 : Vue satellite des réserves de l’Etat, de l’estuaire de « Kaporo » (lieu du toponyme originel) au centre de la péninsule, un espace morcelé par la diversité des actions territoriales et des systèmes d’acteurs. Les “déguerpissements” à « Kaporo Rails » s’effectuent en préalable ou parallèle de la construction d’un Commissariat de police, de la Radio Télévision Guinéenne et de l’Ambassade des Etats-Unis ; mais aussi avec d’importants projets immobiliers (Plaza Diamant, Côte ouest). Source, Google Maps.

En contexte de mondialisation, le néotoponyme « Plaza Diamant » marque cette fois, l’implantation d’acteurs transitionnels internationaux (Di Méo, op. cit., 2006). Le (proto)territoire devient alors un espace réceptif aux acteurs externes de l’investissement concrétisé par des projets immobiliers d’envergure comme ceux de « Plaza Diamant » ou la construction du « Grand marché de Conakry » (zone aéroport, côte S-E) implanté sur le site de captage des eaux18. Dans le cas contraire, il demeure « amorphe » et se destine plutôt à devenir une « marge » de la mondialisation subie (Woessner, 2010). La zone délaissée du quartier de « Kaporo Rails » et l’affectation directe de l’approvisionnement en eau potable pour les habitants des quartiers contigus au nouveau marché de Conakry, illustrent les enjeux multiples et multiscalaires de ces projets. De plus, la situation de changement de régime politique (2011) inscrit le projet de développement territorial dans une logique de « construction » de l’espace investi. Nous observons donc une reconfiguration socio-spatiale dont le néotoponyme est porteur de stratégies politiques contradictoires selon les objectifs des acteurs présents, externes et internes (Giraut & Housssay-Holzschuch, 2008).

Fig. 9 : Situation du territoire « réceptif » de l’opération immobilière Plazza Diamant renommé et reconfiguré. Source, Google Maps.

5. Le géo-codage et ses enjeux à Conakry

Une opération d’adressage a été menée à Conakry en 1995 en partenariat du Service Public de Transfert des Déchets (SPTD), des entreprises privées (PME) et avec l’appui financier et conceptuel des services de la Banque Mondiale.

Fig. 10 : Dispositif d’adressage à Conakry. Source: FARVACQUE-VITKOVIC, C.,  et al., 2005.

Ses objectifs sont ainsi décrits par le bailleur de fonds et pilote de l’opération :

  • L’outil de connaissance stratégique en ligne (Banque mondiale) permet ainsi aux collectivités locales, nationales et internationales une meilleure gestion de l’espace urbain.
  • A Conakry, l’outil de gestion vise en premier lieu à répondre à la problématique des déchets, cause de zones particulièrement insalubres et porteuses de la propagation du choléra en milieu urbain et à créer des ressources économiques multiscalaires (p.71).
  • Globalement, le zonage est différencié selon la taille de l’agglomération (découpage en quartiers à Niamey, Niger).
  • L’identification dépend de la morphologie de la ville ou des quartiers et du temps imparti pour réaliser le projet.
  • La numérotation est le type d’adressage retenu pour des villes aux tracés irréguliers se compose selon le principe suivant : le préfixe du nom de la commune et le chiffre correspondant au nombre de rues à partir d’un repère arbitraire défini comme point de décomptage. Par exemple, la douzième rue de la commune de Matam à Conakry sera adressée « rue MA.12 ».

Limites du dispositif d’adressage dans une perspective inclusive d’aménagement du territoire

A l’échelle urbaine et infra-urbaine, nous relevons qu’une dénomination par commune simplifie la lecture spatiale des zones et assimile les quartiers sous un même codage municipal, faisant disparaître leur singularité dans l’adressage et sa visibilisation par les plaques apposées aux carrefours.

S’agissant des quartiers de la « Haute-Banlieue », ils ne sont pas systématiquement adressés. Ils restent des espaces urbains sous-équipés et relativement exclus des politiques publiques de la Ville. De plus, la complexité des organisations internes de l’Etat en matière de gouvernance et de gestion foncière ne facilite pas les repérages et l’identification des propriétaires réels des terres occupées : « Dans les quartiers spontanés, tout dépend de l’attitude de l’autorité qui peut choisir entre (a) ne pas adresser en raison du statut ou (b) au contraire, commencer à intégrer ce quartier dans l’ensemble urbain. En voie vers une opération de réhabilitation des quartiers précaires » (ibid., 2005, p.13).

De manière générale, nous relevons un dispositif inscrit dans une logique d’adressage à la fois pragmatique et urgente pour parer en principe au développement rapide de l’urbanisation spontanée, mais qui l’ignore largement. Une problématique croissante à laquelle les villes en Afrique subsaharienne sont confrontées.

6. En conclusion 

Nous avons proposé une lecture spatio-temporelle de la toponymie urbaine et plus précisément de la fonction politique dévolue aux noms, ceci selon les régimes politiques et socio-économiques successifs de la période coloniale au contexte contemporain de mondialisation. Les noms de quartiers officiels et officieux rendent compte des différents régimes de visibilité et des statuts des différentes parties de l’agglomération. Leur effacement derrière la division en commune, n’altérant pas leur positionnement fonctionnel et symbolique dans l’agglomération.

Dans une perspective foucaldienne, la politique d’adressage questionne le mode quantitatif, top down, homogénéisant et systématique du géocodage utilisé tant pour répondre à la problématique de l’urbanisation non planifiée (largement exclue de l’adressage officiel) qu’à celle de produire des repères spatiaux dans un objectif d’inclusion. La prise en compte de l’expansion spatiale et morphologique de l’espace urbain doit être complétée par une appréhension des régimes d’habitation et d’appropriation des quartiers périphériques.

Ce travail préliminaire, nous amène à mettre en évidence la primauté de la gouvernance métropolitaine, la superposition de modèles spatio-temporels et les territorialités plurielles et conflictuelles des quartiers. Dans une perspective de politique urbaine inclusive de développement et d’aménagement de territoires décentralisés, nous questionnons alors le degré de légitimité des noms dans la fonction d’adressage.

Nous proposons ainsi d’ores et déjà quelques points clés qu’il nous semble pertinent de retenir :

  • Les modes d’appropriation de l’espace social et individuel (vécu) observables dans les pratiques, les usages constituent des marqueurs spatiaux et des ressources habitantes à respecter.
  • Des contre-pouvoirs locaux peuvent être identifiés face à une gouvernance métropolitaine engagée dans la concurrence et la compétitivité mondialisée et à un certain désengagement de longue date de politiques urbaines en faveur de la cohésion sociale. 
  • Le degré d’autonomie des quartiers doit être pensé du local au mondial et du particulier au tout, afin de penser la production de l’espace contemporain dans une perspective de droit à la ville  (Lefebvre, 1968).

Bibliographie

AZARYAHU M., 2011, “The critical turn and beyond: the case of commemorative street naming”. ACME: An International E-journal for critical geographies 10(1), 28-33.

CHARLES B., 1962, “ Un parti politique africain : le Parti Démocratique de Guinée”. Revue française de science politique 12(2), 312-359.

CHARLES B., 1989, “Quadrillage politique et administratif des militaires ?”. Politique africaine 36, 9-21.

DI MÉO G., 2006, “Les territoires de l’action”. Bulletin de la Société géographique de Liège 48, 7-17.

ELDEN S., 2007, “Governmentality, calculation, territory”. Environment and Planning D: Society and Space 25(3), 562-580.

FARVACQUE-VITKOVIC C. et al., 2005, Adressage et gestion des villes. World Bank.

FOUCAULT M., 2004, Sécurité, territoire, population (cours de 1978). Gallimard.

FOURCHARD L., 2007, Gouverner les villes d’Afrique. Etat, gouvernement local et acteurs privés, Karthala.

GIRAUT F. & HOUSSAY-HOLZSCHUCH M., 2008, “Néotoponymie: formes et enjeux de la dénomination des territoires émergents”. L’Espace Politique 5.

GOERG O., 1985, “Conakry : un modèle de ville coloniale française ? Règlements fonciers et urbanisme, de 1885 aux années 1920 (Conakry : A Model of French Colonial Town ? Landrights and Town-Planning, from 1885 to the 1920s)”. Cahiers d’études africaines, 309-335.

GOERG O., 1990, “La genèse du peuplement de Conakry (Conakry’s Population in the Early Days). Cahiers d’études africaines, 73-99.

GOERG O., 2004, “Conakry : la ville et son double (des années 1880 à nos jours)”. in S. Dulucq et P. Soubias (éd.), L’espace et ses représentations en Afrique subsaharienne. Approche pluridisciplinaire, Paris, Karthala, 139-157.

GOERG O., 2006, “Domination coloniale, construction de « la ville » en Afrique et dénomination. Afrique & histoire 5(1), 15-45.

GOERG O., 2011, “Couper la Guinée en quatre ou comment la colonisation a imaginé l’Afrique. Vingtième Siècle. Revue d’histoire 3, 73-88.

HORTONÉDA J., 2005, “Sécurité, territoire, population et Naissance de la biopolitique de Michel Foucault” Contrechamp. Empan 3, 61-70.    

KÉBÉ-GANGNEUX, Julie. 2016, Quand les citadins font et défont la ville à Conakry : le droit à l’espace. Environnement Urbain/Urban Environment 10.

LAZZARATO M., 2000, “Du biopouvoir à la biopolitique”. Multitudes 1, 45-57.

LEFEBVRE H., 1968, Le droit à la ville, Anthropos.

LEFEBVRE H., 1974, La production de l’espace. Anthropos.

LOURDES DIAZ O., PLAT D. & POCHET P. 2010, “À l’écart de l’école ? Pauvreté, accessibilité et scolarisation à Conakry”. Revue Tiers Monde 2, 167-183.

PAUTHIER C., 2013, “L’héritage controversé de Sékou Touré, « héros » de l’indépendance”. Vingtième Siècle. Revue d’histoire 2, 31-44.

PHILIPPS J., 2013, Bandes de jeunes et émeutes urbaines en Guinée-Conakry. l’Harmattan.

POURTIER R., 1983, “Nommer l’espace: L’émergence de l’Etat territorial en Afrique Noire”. L’Espace géographique 4, 293-304.

RIVIÈRE C., 1966, “La toponymie de Conakry et du Kaloum”. Bulletin de l’IFAN 28(3-4), 1009-1018.

ROSE-REDWOOD R., 2006, “Governmentality, geography, and the geo-coded world”. Progress in Human Geography 30(4), 469-486.

ROSE-REDWOOD R., ALDERMAN D, et AZARYAHU M., 2010, “Geographies of toponymic inscription: new directions in critical place-name studies”. Progress in Human Geography 34(4), 453-470.

ROSE-REDWOOD R., 2012, “With numbers in place: Security, territory, and the production of calculable space”. Annals of the Association of American Geographers 102(2), 295-319.

WOESSNER R., 2010, “La territorialisation : proposition pour la compréhension du phénomène par une entrée systémique”. Revue d’Économie Régionale & Urbaine 4, 669-685.

Notes

1Voir les rapports : COGINTA, « Diagnostic local de sécurité », 2014, 2016, (en ligne) ; EGIS INERNATIONAL : Programme d’appui à la gouvernance dans le secteur minier (PAGSEM), « Etude stratégique environnementale et Sociale de la Réforme du secteur minier en Guinée, 2016. UNICEF, « Epidémiologie du choléra et évaluation du système d’alerte précoce en République de Guinée », rapport final, 2009.

2 Téminétaï signifiant village des Témnés en Soussou. Les Témnés originaires du Sierra Leone, recrutés comme bâtisseurs et entraîneurs de la milice coloniale de par leur réputation de « guerriers ». En marge de la population africaine autochtone, ils continuaient à pratiquer leur religion protestante.  Voir WEBGUINEE/BIBLIOTHEQUE, « La Toponymie de Conakry et du Kaloum », Claude Rivière, 1966, en ligne, (consulté le 22.04.2018) ; et Goerg, op. cit., 1985, 2006.

3 Notamment par « […] l’accaparement de nombreux postes ainsi que le rééquilibrage ethnique dans les responsabilités ministérielles et administratives dont le crédite l’opinion publique… pour l’en féliciter ou s’en plaindre » (Charles, ibid., p.10).

4 FONCIER ET DEVELOPPEMENT. Cadre législatif et institutionnel de Guinée Conakry. « Décentralisation, foncier et acteurs locaux – Fiche pays Guinée Conakry », en ligne, (consulté le 25.04.2018).  

5 Le 1er projet de Plan de Développement Urbain (PDU, 1983) débouche sur le 1er Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme (SDAU,1987-1988). Voir la synthèse cartographique du Plan de développement urbain de Conakry édité par le Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat guinéen (1980 – 1990) soutenu par la Banque Mondiale. Centre de documentation REGARDS MAISON des SUDS, en ligne, (consulté le 22.01.2018).

6 Voir MINISTERE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL «Lettre de Politique Nationale de Décentralisation et de Développement Local », 15.06.2011, en ligne, (consulté le 12.01.2018).  

7 Signifie « chez Sékou Touré ». Le président actuel Alpha Condé est reconnu comme le locataire politique du lieu, voir DECOUVERTE GUINEE, « Palais Sékouthoureya », « sd » », en ligne, (consulté le 20.10.2018).

8 Le PNDES 2016-2020 synthétise la vision de la Guinée en 2040. Il constitue la deuxième génération de plans sous la 3ème République. Depuis 2010, de nombreux documents officiels s’inscrivent dans la politique nationale de l’Habitat de la Guinée « Vision 2021 » : 14 Schémas Directeurs d’Aménagement et d’Urbanisme (SDAU) des villes secondaires et des Plans de Développement Urbain (PDU) pour Conakry. Toutefois, leur fonctionnalité semble réduite au vu de l’obsolescence des données (p.12). Voir GOUVERNEMENT.GOV, en ligne, (consulté le 20.02.2018).  « Grand Conakry Vision 2040 est une étape déterminante vers la production de nouveaux documents de planification dont la Guinée a aujourd’hui besoin pour assurer son développement, en particulier le nouveau Schéma National d’Aménagement du Territoire (SNAT) et le nouveau Schéma Directeur du Grand Conakry, en remplacement des anciens plans élaborés il y a près de trente ans ». Voir EEAS.EUROPA.EU, en ligne, (consulté le 19.02.2018).  

9 Concernant l’aménagement des villes Michel Foucault distingue deux techniques gouvernementales : disciplinaire et sécuritaire. Alors que la première s’exerce dans un « espace vide », elle structure et propose une architecture (un bâti) suffisamment fonctionnelle par sa forme et sa distribution ordonnée ; la seconde nécessite un « donné » (construit) qui recherche à la fois à maximiser la circulation et diminuer les risques du milieu (aléatoires). Les dispositifs sécuritaires ont également une bonne capacité à intervenir dans l’espace de l’autre. La rue est dotée d’une « polyfonctionnalité ». Et cette planification urbaine s’oriente sur le futur. La ville en devenir mérite donc aussi une stratégie prévisionnelle (p. 21). Voir aussi LAZZARATO, M., 2000, “Du biopouvoir à la biopolitique”. Multitudes, 2000 (1), 45-57. 

10 « We can therefore read the strategies applied to territory – in terms of its mapping, ordering, measuring and demarcation, and the way it is normalised, circulation allowed, and internally regulated – as themselves calculative. […] in the era of security both territory and population are understood in a transformed sense. […] Foucault’s notion of the politics of calculation is therefore crucial, but not as something which only manifests itself in population, but rather in territory too » (Elden 2007, p.578).

Michel Foucault (1975, 1978) discute d’ailleurs de ce dispositif disciplinaire régit par des lois juridiques mais aussi des croyances religieuses à partir du modèle spatial d’exclusion binaire des lépreux au Moyen-Age (Hortonéda, 2005).

11 WEBGUINEE/BIBLIOTHEQUE, op. cit., en ligne.www.webguinee.net/bibliotheque/ethnographie/riviere/toponymie_cky_kalum.html.

12 GUINEE360.COM, « L’origine de ces noms de quartiers à Conakry : Bambéto, Hamdallaye, Dar-Es-Salam et Bomboli », 13.09.2015, en ligne, (consulté le 04.05.2018).

13 Voir les articles de presse publiés en ligne : LA PRESSE GUINEE ; AFRICAVISION7 ; NOUVELLE DE GUINEE et KALENEWS, (consultés le 04.05.2018).

14 Ibid.

15 La banlieue se voit attribuer un chef pour gérer le Canton administratif. Il englobe les villages de « Kaporo, Ratoma, Dixinn-Soussou, Camayenne, Coléa, Dixinn-Foulah, Tanéné, Tombolia, Kobaya et Nongo », et pour chacun un chef de village est nommé. Le cercle continue de s’étendre jusqu’au km 30, alors que la banlieue reste délimitée au 8ème kilomètre (p.147).

16 Selon le Code de l’urbanisme (1998), la clause relative au « Permis de démolir » (ch. 4, art. R. 224.2) énonce la dérogation octroyée à l’Etat lorsqu’il s’agit d’une procédure « d’intérêt national » ou « d’utilité publique ». http://www.bcf-gn.com/index.php/textes-reglementaires. (Consulté le 23.05.2018).  

17 Un collectif d’une trentaine de citoyens du quartier de Kaporo Rails s’est constitué depuis. Il tente de faire valoir leurs droits contre la menace récurrente du dispositif dans cette zone, voir NOUVELLE DE GUINEE, « Des maisons seront-elles détruites à Kaporo-Rails ? », « sd », en ligne, (consulté le 26.10.2018). Selon un communiqué de l’actuel président Alpha Condé, la population délogée à Kaporo Rails en 1998 était bien majoritairement peulhe (90 %, 10’000 maisons, soit plus de 120’000 personnes). Voir REFWORLD, « Guinée : information indiquant si le quartier de Kaporo se trouve dans la commune de Ratoma et si la destruction du 23 mars 1998 des logements de ce quartier visait exclusivement les membres de groupe ethnique des Peulhs », 12.06.2001, en ligne, consulté le 26.10.2018.

18 Voir, LE POINTPLUS.INFO, « Le grand marché de Conakry devait-il vraiment être à Dabondy ? un ancien ministre s’exprime », 16.12.2016, en ligne, (consulté le 05.05.2018).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.