Petit traité de toponymie coloniale : L’île Mystérieuse, Jules Verne, 1874


F. Giraut sur une indication judicieuse de Jacques Moeschler

La plupart des ressorts de la toponymie coloniale, quand elle échoit aux explorateurs européens, sont présentés dans le fameux roman de Jules Verne :

  • transposition des lieux de l’origine, de ses mythes fondateurs et ses grands hommes (île Lincoln ; baie de l’Union ; baie de Washington ; mont Franklin ; lac Grant ; forêt du Far-West) .
  • célébration (finalement écartée ici) des “découvreurs” (Mr Smith ; port Nab ; cap Gédéon) ;
  • célébration des hauts-lieux topographiques et historiques de la prise de possession du territoire (îlot du Salut ‘Safety-island’ ; rivière la Mercy ; campement des Cheminées ; Granite-house ; Pointe de l’épave ; Port Ballon) ;
  • configurations exotiques ou extraordinaires des lieux (presqu’île Serpentine ; promontoire du Reptile ‘Reptile end’ ; golfe du Requin ‘Sharkgulf’ ; cap Mandibule ‘Mandible-cape’ nord & cap Mandibule sud ; cap de la Griffe ‘Claw-cape’)

La petite troupe de naufragés explorateurs inventée par Jules Verne se retrouve aux prises avec son île mystérieuse. Celle-ci est bien vite cartographiée à partir d’un point dominant Elle est a priori dépourvue de tout habitant, aussi l’opération spontanée de nomination n’a pas même à s’embarrasser d’appellations autochtones. Cela est aussi métaphoriquement un ingrédient de la toponymie coloniale qui ignore largement la toponymie vernaculaire et la tient pour absente.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/71/Ile_Mysterieuse_03.jpg
L‘île Lincoln, (J.D Férat illustrateur) in L’ile Mystérieuse, Edition Hatzel de 1875
https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27%C3%8Ele_myst%C3%A9rieuse#/media/File:Ile_Mysterieuse_03.jpg
originally drawn by Jules-Descartes Férat (1819–1889?) — This image was originally featured in the Hetzel edition of Mysterious Island, and has also been featured in more recent editions (this particular instance was scanned from a recent edition).

L’île mystérieuse, Jules Verne, Extraits part. 1, chap. 11, (p. 125-139 ed de Poche)

« Si Cyrus Smith ne se trompait pas dans son évaluation, l’île avait, à peu de choses près, l’étendue de Malte ou Zante, dans la Méditerranée ; mais elle était, à la fois beaucoup plus irrégulière, et moins riche en caps, promontoires, pointes, baies, anses ou criques. Sa forme véritablement étrange, surprenait le regard, et quand Gédéon Spillet, sur le conseil de l’ingénieur, en eut dessiné les contours, on trouva qu’elle ressemblait à quelque fantastique animal, une sorte de ptéropode monstrueux qui eût été endormi à la surface du Pacifique.

Voici en effet, la configuration exacte de cette île qu’il importe de faire connaître et dont la carte fut immédiatement dressée par le reporter avec une précision suffisante. […] (p. 128-129)

L’exploration de l’île était achevée, sa configuration déterminée, son relief coté, son étendue calculée, son hydrographie et son orographie reconnues. La disposition des forêts et des plaines avait été relevée d’une manière générale sur le plan du reporter. Il n’y avait plus qu’à redescendre les pentes de la montagne, et à explorer le sol au triple point de vue de ses ressources minérales, végétales et animales. (p 133)

Cette île est peu importante ; elle n’offre même pas un port qui puisse servir de relâche aux bâtiments, et il est à craindre qu’elle ne soit située en dehors des routes ordinairement suivies, c’est-à-dire trop au sud pour les navires qui fréquentent les archipels du Pacifique, trop au nord pour ceux qui se rendent à l’Australie en doublant le cap Horn. Je ne veux rien vous dissimuler de la situation…

–       Et vous avez raison, mon cher Cyrus, répondit vivement le reporter. Vous avez affaire à des hommes. Ils ont confiance en vous, et vous pouvez compter sur eux. N’est-ce pas, mes amis?

Je vous obéirai en tout, monsieur Cyrus, dit Harbert, qui saisit la main de l’ingénieur.

– Mon maître, toujours et partout ! s’écria Nab.

– Quant à moi, dit le marin, que je perde mon nom si je boude à la besogne, et si vous le voulez bien, monsieur Smith, nous ferons de cette île une petite Amérique. Nous y bâtirons des villes, nous y établirons des chemins de fer, nous y installerons des télégraphes, et un beau jour, quand elle sera bien transformée, bien aménagée, bien civilisée, nous irons l’offrir au gouvernement de l’Union. Seulement, je demande une chose. 

– Laquelle? répondit le reporter.

– C’est de ne plus nous considérer comme des naufragés, mais bien comme des colons qui sont venus ici pour coloniser.

Cyrus Smith ne put s’empêcher de sourire, et la motion du marin fut adoptée. Puis, il remercia ses compagnons, et ajouta qu’il comptait sur leur énergie et sur l’aide du ciel. » 

« Eh bien en route pour les Cheminées ! s’écria Pencroff

– Un instant, mes amis, répondit l’ingénieur, il me paraît bon de donner un nom à cette île, ainsi qu’aux caps, aux promontoires, aux cours d’eau que nous avons sous les yeux.

– Très bon, dit le reporter. Cela simplifiera à l’avenir les instructions que nous pourrons avoir à donner ou à suivre.

– En effet, reprit le marin, c’est déjà quelque chose de pouvoir dire où l’on va et d’où l’on vient. Au moins, on a l’air d’être quelque part. 

– Les Cheminées, par exemple, dit Harbert.

– Juste ! répondit Pencroff. Ce nom là c’était déjà plus commode, et cela m’est venu tout seul. Garderons-nous à notre premier campement ce nom de Cheminées, monsieur Cyrus ?

– Oui, Pencroff, puisque vous l’avez baptisé ainsi.

– Bon ! quant aux autres, ce sera facile, reprit le marin, qui était en verve. Donnons-leur des noms comme faisaient les Robinsons dont Harbert m’a lu plus d’une fois l’histoire : la “baie Providence”, la “pointe des Cachalots”, le “cap de l’Espoir trompé” !…

– Ou plutôt les noms de M. Smith, répondit Harbert, de M Spilett, de Nab !…

Mon nom ! s’écria Nab, en montrant ses dents étincelantes de blancheur.

– Pourquoi pas ? répliqua Pencroff. Le “port Nab”, cela ferait très bien ! et le “cap Gédéon…”

– Je préférerais des noms empruntés à notre pays, répondit le reporter, et qui nous rappelleraient l’Amérique.

– Oui, pour les principaux, dit alors Cyrus Smith, pour ceux des baies ou des mers, je l’admets volontiers. Que nous donnions à cette vaste baie de l’est le nom de baie de l’Union, par exemple, à cette large échancrure du sud, celui de baie Washington, au mont qui nous porte en ce moment, celui de mont Franklin, à ce lac qui s’étend sous nos regards, celui de lac Grant, rien de mieux, mes amis. Ces noms nous rappelleront notre pays et ceux des grands citoyens qui l’ont honoré ; mais pour les rivières, les golfes, les caps, les promontoires, que nous apercevons du haut de cette montagne, choisissons des dénominations qui rappellent plutôt leur configuration particulière. Elles se graveront mieux dans notre esprit, et seront en même temps plus pratiques. La forme de l’île est assez étrange pour que nous ne soyons pas embarrassés d’imaginer des noms qui fassent figure. Quant aux cours d’eau que nous ne connaissons pas, aux diverses parties de la forêt que nous explorerons plus tard, aux criques qui seront découvertes dans la suite, nous les baptiserons à mesure qu’ils se présenterons à nous. Qu’en pensez vous, mes amis ? »

La proposition de l’ingénieur fut unanimement admise par ses compagnons. L’île était là sous leurs yeux comme une carte déployée, et il n’y avait qu’un nom à mettre à tous ses angles rentrants ou sortants, comme à tous ses reliefs. Gédéon Spilett les inscrirait à mesure, et la nomenclature géographique de l’île serait définitivement adoptée.

Tout d’abord, on nomma baie de l’Union, baie Washington et mont Franklin, les deux baies et la montagne, ainsi que l’avait fait l’ingénieur.
« Maintenant, dit le reporter, à cette presqu’île qui se projette au sud-ouest de l’île, je proposerai de donner le nom de presqu’île Serpentine, et celui de promontoire du Reptile (Reptile-end) à la queue recourbée qui la termine, car c’est véritablement une queue de reptile.
– Adopté, dit l’ingénieur. 

– A présent, dit Harbert, cette autre extrémité de l’île, ce golfe qui ressemble si singulièrement à une mâchoire ouverte, appelons-le golfe du Requin (Sharkgulf).

– Bien trouvé ! s’écria Pencroff, et nous compléterons l’image en nommant cap Mandibule (Mandible-cape) les deux parties de la mâchoire.

– Mais il y a deux caps, fit observer le reporter 

 – Et bien ! répondit Pencroff, nous aurons le cap Mandibule-Nord et le cap Mandibule-Sud.
– Ils sont inscrits, répondit Gédéon Spilett.
 

– Reste à nommer la pointe à l’extrémité sud-est de l’île, dit Pencroff.

– C’est-à-dire l’extrémité de la baie de l’Union ? répondit Harbert.

– Cap de la Griffe (Claw-cape) », s’écria aussitôt Nab, qui voulait aussi, lui, être parrain d’un morceau quelconque de son domaine.

Et, en vérité, Nab avait trouvé une dénomination excellente, car ce cap représentait bien la puissante griffe de l’animal fantastique qui figurait cette île si singulièrement dessinée.

Pencroff était enchanté de la tournure que prenaient les choses, et les imaginations, un peu surexcitées, eurent bientôt données :

A la rivière qui fournissaient l’eau potable aux colons, et près de laquelle le ballon les avait jetés, le nom de la Mercy, – un véritable remerciement à la Providence ;

A l’îlot sur lequel les naufragés avaient pris pied tout d’abord, le nom de l’îlot du Salut (Safety-island) ;

Au plateau qui couronnait la haute muraille de granit au dessus des Cheminées, et d’oû le regard pouvait embrasser toute la vaste baie, le nom de Plateau de Grande-Vue ;

Enfin à tout ce massif d’impénétrables bois qui couvraient la presqu’île Serpentine, le nom de forêts du Far-West.

La nomenclature des parties visibles et connues de l’île était ainsi terminée, et, plus tard, on la compléterait au fur et à mesure des nouvelles découvertes.

(…)

Tout était donc terminé, et les colons n’avaient plus qu’à redescendre le mont Franklin pour revenir aux Cheminées, lorsque Pencroff de s’écrier :

« Eh bien nous sommes de fameux étourdis !

-Pourquoi cela ? demanda Gédéon Spilett, qui avait fermé son carnet et se levait pour partir.

– Et notre île ? Comment ! Nous avons oublié de la baptiser ? »
Harbert allait proposer de lui donner le nom de l’ingénieur, et tous ses compagnons y eussent applaudi, quand Cyrus Smith dit simplement:
«Appelons-la du nom d’un grand citoyen, mes amis, de celui qui lutte maintenant pour défendre l’unité de la république américaine ! Appelons-la l’île Lincoln!»

Trois hourras furent la réponse faite à la proposition de l’ingénieur.

Et ce soir là, avant de s’endormir, les nouveaux colons causèrent de leur pays absent.”

Bibliographie pour aller plus loin:

Blais H. (2001). “Comment trouver le « meilleur nom géographique » ? Les voyageurs français et la question de la dénomination des îles océaniennes au XIXe siècle” L’Espace géographique(4), 348-357.

Dupuy L. (2011). « Une métaphore de la démarche géographique et de l’histoire du XIXe siècle : L’Île Mystérieuse de Jules Verne (1874-75) », Cybergeo : European Journal of Geography URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/24646

Fontanabona J. (2010). “La géographie de Jules Verne et ses cartes dans L’île mystérieuse”, M@ppemonde 97.https://mappemonde archive.mgm.fr/num25/articles/art10101.html

Jenkins E. (2017). “ The naming of uninhabited islands: Jules Verne’s The Mysterious Island and Marion Island”, South African Geographical Journal, 99(2), 184-195.

Tissier J.-L. (1996). “L’île mystérieuse – Jules Verne – 1874 Hydrographie et orographie. L’île est-elle habitée ? Baptême des baies, caps, golfes, rivières… “, Cybergeo : European Journal of Geography URL : http://cybergeo.revues.org/index219.html

Wu C.-J. & Lay J.-G. (2014). “Colonial Powers and Geographic Naming: A Case Study of Orchid Island (Lanyu), Taiwan”, in History of Cartography. E. Liebenberg, P. Collier & Z. G. Török (eds.), Springer Berlin Heidelberg, 181-194.




Extrait de Le Robinson Suisse (Der Schweizerische Robinson), Johann David Wyss, 1812
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k68356k/f100.image.r=.langFR



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.