Réception de la toponymie commémorative et romancier lucide

Philip Roth, La Contrevie, (The Counterlife 1986), Traduit par Josée Kamoun, 2004 Gallimard, Folio,

« Quand on est du New Jersey, qu’on a écrit une trentaine de livres, qu’on a reçu le prix Nobel, qu’on atteint tout chenu l’âge de quatre-vingt-quinze ans, il est hautement improbable mais pas tout à fait impossible qu’on donne votre nom à une aire de repos sur l’autoroute à péage. Auquel cas, en effet, on laissera bien un souvenir après sa mort, surtout auprès des petits enfants, à l’arrière des voitures, qui se penchent vers leurs parents en leur demandant : ”S’il vous plait, on s’arrête à Zuckerman, j’ai envie de faire pipi.” C’est bien toute l’immortalité que puisse raisonnablement espérer un romancier du New Jersey. » p. 329-330


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.