Ode à une néotoponymie française exclusive au Québec dans Maria Chapdelaine


Louis Hémon, Maria Chapdelaine 1914-1916, Ebook : La Bibliothèque Electronique du Québec

Au moment du choix entre ses deux prétendants qui représentent l’exode vers la grande ville américaine ou la persistance dans la dure vie des pionniers de la région du Lac Saint Jean, Maria Chapdelaine entend une voix. Celle-ci lui rappelle notamment la valeur d’un paysage linguistique qui est celui des siens, créé par les pionniers et les prêtres venus de France et qui s’oppose au pays des noms anglais qui finissent aussi par « sembler naturels » mais définissent un ailleurs.

Chapitre XV, pp.  241-243

« « Ca doit être beau pourtant ! » se dit-elle en songeant aux grandes cités américaines. Et une autre voix s’éleva comme une réponse. Là-bas c’était l’étranger : des gens d’une autre race parlant d’autre chose dans une autre langue, chantant d’autres chansons… Ici…

Tous les noms de son pays, ceux qu’elle entendait tous les jours, comme ceux qu’elle n’avait entendus qu’une fois, se réveillèrent dans sa mémoire : les mille noms que des paysans pieux venus de France ont donné aux lacs, aux rivières, aux villages de la contrée nouvelle qu’ils découvraient et peuplaient à mesure…lac à l’Eau-Claire… la Famine… Saint-Cœur-de-Marie…  Trois-Pistoles… Sainte-Rose-du-Dégelé… Pointe-aux-Outardes… Saint-André-de-l’Epouvante…

         Eutrope Gagnon avait un oncle qui demeurait à Saint-André-de-l’Epouvante ; Racicot, de Honfleur, parlait souvent de son fils, qui était chauffeur à bord d’un bateau du golfe, et chaque fois c’était encore des noms nouveaux qui venaient s’ajouter aux anciens : les noms de villages de pêcheurs ou de petits ports du Saint Laurent, dispersés sur les rives entre lesquelles les navires d’autrefois étaient montés bravement vers l’inconnu… Pointe-Mille-Vaches… les Escoumins… Notre-Dame-du-Portage… les Grandes-Bergeronnes… Gaspé…

Qu’il était plaisant d’entendre prononcer ces noms, lorsqu’on parlait de parents ou d’amis éloignés, ou bien de longs voyages ! Comme ils étaient familiers et fraternels, donnant chaque fois une sensation chaude de parenté, faisant que chacun songeait en les répétant : « Dans tout ce pays-ci nous sommes chez nous… chez nous ! »

Vers l’Ouest, dès qu’on sortait de la province, vers le Sud, dès qu’on avait passé la frontière, ce n’était plus partout que des noms anglais, qu’on apprenait à prononcer à la longue et qui finissaient par sembler naturels sans doute ; mais où retrouver la douceur joyeuse des noms français ? »

Chapitre XIV, p. 201-202

Un peu plus tôt Maria s’était rappelée que le nom officiel d’une localité peut être donné par les prêtres au détriment d’un nom indien, toujours en usage chez les pionniers, mais qu’il faut tenter de chasser de son vocabulaire.

« De chez eux au village de Honfleur, huit milles. De Honfleur à la Pipe, six. A la Pipeson père parlerait à M. le curé et puis il continuerait vers Mistook. Elle se reprit, et au lieu du vieux nom indien que les gens du pays emploient toujours, elle donna au village son nom officiel, celui dont l’avait baptisé les prètres : Saint-Cœur-de-Marie…  De la Pipe à Saint-Cœur-de-Marie, huit autres encore… Elle s’embrouilla, et dit à voix basse : Ca fait loin toujours et les chemins seront méchants. »



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.