Pour une géopolitique de la planète Mandela

Premières analyses de la distribution globale et locale des toponymes en Nelson Mandela d’après la base de données TopoWorldMandela-FGiraut Unige, 2015

Frédéric Giraut, Université de Genève, Département de Géographie et Environnement.

Nelson Mandela est probablement le nom de personne le plus répandu dans la toponymie à l’échelle mondiale avec plus de 1200 lieux publics nommés d’après lui fin 2014 et répartis sur 80 Etats. Seuls peut être deux autres icones des droits humains et de la paix le « Mahatma » Gandhi et Martin Luther King Jr. (prix Nobel de la paix comme Nelson Mandela)[1], peuvent encore rivaliser quantitativement. Des figures nationales, continentales ou impériales (Simon Bolivar, Reine Victoria, John F. Kennedy, Mao Ze dong ?, Jean Jaurès, Louis Pasteur, Jules Ferry, Jean Moulin, Charles De Gaulle …) comptent également nombre de références, mais dans des cadres plus limités, nationaux, voire continentaux, ou au sein d’aires culturelles et linguistiques définies.

Le mouvement massif et universel des nominations en Mandela n’est cependant pas homogène, ni dans le temps ni dans l’espace. On peut donc s’interroger sur la localisation et la nature des toponymes qui se réfèrent à cette grande figure sud-africaine pour identifier des significations différenciées selon les contextes spatio-temporels et produire in fine une véritable géopolitique du phénomène. Outre l’analyse et l’interprétation politique d’un phénomène sémiotique mondial, cela permet d’étudier les déclinaisons contextualisées de l’usage politique d’un référent global déterritorialisé. Il est ainsi possible de se livrer à une géopolitique de la Planète Mandela en nous posant la question : de quoi Mandela est il le Nom ? Une hypothèse sous tend cette interrogation et structure cette étude, celle d’une répartition qui ne s’apparenterait pas à la diffusion progressive d’une icône globale, mais plutôt à une succession et superposition de réappropriations circonstanciées qui éclaireraient la diversité des contextes géopolitiques dans les processus politiques et sémiotiques mondialisés. Nous proposons déjà dans cette première note de recherche, un inventaire et une géographie de ces nominations.

Pour cette étude, nous avons constitué une base de données recensant les toponymes au sens large d’après Nelson Mandela en incluant les références à son diminutif et surnom familial : Madiba ainsi qu’à son prénom Xhosa : Rolihlahla. La base de données comporte les catégories suivantes : odonymes (noms de voies et places qui constituent la base de l’adressage) ; noms de localités (quartiers, villages, hameaux, municipalité) ; noms d’équipements scolaires ; noms d’équipements collectifs médicaux, sportifs, culturels, administratifs, hôteliers et de restauration ; noms d’infrastructures (parcs, ponts, ronds-points, stations et arrêts de transports en commun, aéroports, gares …) ; noms d’ensembles résidentiels (tours, immeubles, cités, condominiums, gated communities, programmes immobiliers…) ou d’activités (resorts, marchés, immeubles de bureaux…) ; noms de boutiques, agences, bureaux, sociétés …

Dans la présente étude nous ne retenons que les noms de lieux publics, autrement dit accessibles au public, en incluant des établissements scolaires et hôteliers privés, mais à l’exclusion des restaurants, boutiques, bureaux, entreprises et associations qui sont d’une autre nature et dont le recensement est trop aléatoire. Le corpus de toponymes retenus correspond donc à la toponymie officielle et aux noms d’infrastructures et équipements collectifs. Début 2015 et selon cette définition, nous recensons ainsi dans le Monde un peu plus de 1200 toponymes d’après Nelson Mandela. 1208 précisément[2]. Ceci selon la répartition suivante :

Localités 1 50
Odonymes 2 536
Infrastructures 3 115
Equipements scolaires 4 247
Equipements collectifs 5 197
Ensembles résidentiels 6 52
Ensembles d’activités 7 11
Nombre total de toponymes 1208

 Tab. 1 Répartition des toponymes d’après Nelson Mandela recensés dans le Monde fin 2014. Source : Base de données TopoWorldMandela-FGiraut Unige, 2015.

 

Dans une première partie nous expliquerons quelles sources sont mobilisées pour constituer la base de données et nous proposerons une périodisation pour différencier dans le temps les nominations selon les contextes politiques et la signification liée du référent Mandela. Ensuite, dans une seconde partie, nous envisagerons les enseignements de la distribution mondiale de toponymes en Mandela, ceci d’abord pour l’ensemble des noms de lieux dédiés en 2015, puis seulement pour ceux de la période initiale des années 1990 correspondant aux nominations militantes durant son incarcération. Enfin nous pourrons envisager les modalités de la diffusion du nom au niveau local et régional et les logiques sous-jacentes qui expliquent en creux les vastes vides à l’échelle mondiale.

 

I Des sources complémentaires pour documenter, mesurer et périodiser le phénomène

Inventorier les toponymes d’après Nelson Mandela (étendus aux références à son diminutif et surnom familial Madiba ainsi qu’à son prénom xhosa : Rolihlahla) nécessite d’avoir recours à un ensemble de sources dont aucune n’est exhaustive.

Les limites de la base de données de la Nelson Mandela Foundation

The Nelson Mandela Foundation, qui est en principe sollicitée pour tout projet de nomination d’après Nelson Mandela, présente une liste sur son site. Celle-ci est mise à jour régulièrement à partir d’une base de données de la fondation. Pour les toponymes, elles est structurée selon quatre catégories et comptait fin 2014 quelques 242 toponymes répartis dans les différentes catégories selon le tableau suivant.

Streets, roads, boulevards, avenues, bridges, highways 125
Stadia, squares, plazas, parks, gardens, trails, areas 33
Halls, buildings, housing developments, structures 41
Schools, universities, educational institutions 43

Source : https://www.nelsonmandela.org/content/page/tributes1

Cette liste constitue un point de départ et une référence souvent utilisée par la presse pour des articles sur le mythe ou la mode des nominations en Mandela, et sur la diffusion des commémorations à l’échelle planétaire ou dans certains pays comme le Royaume-Uni ou l’Afrique du Sud. Elle n’est cependant pas exhaustive, le monde anglophone semble le mieux couvert. Ainsi, la proportion des références francophones et hispanophones par rapport aux anglophones est nettement moins importante dans cette base qu’elle ne l’est dans la nôtre, plus exhaustive.

La principale utilité de cette liste proposée par la NMF est de donner des dates de nomination, notamment pour la première génération de nominations effectuée dans les années 1980 hors de l’Afrique du Sud alors que Nelson Mandela était toujours prisonnier. Mais là aussi cette source se concentre surtout sur le Royaume-Uni.

OpenStreetMap et Google Maps : de l’incomplet accessible à l’extensif à accès orienté

Il convient donc de vérifier et surtout de compléter l’information. Pour cela trois bases de données géoréférencées, en open data et d’échelle planétaire sont particulièrement utiles. Il s’agit de OpenStreetMap, WikiMapia et Google Maps.

Les deux premières peuvent être interrogées de manière exhaustive par un jeu de mots-clés qui permet l’obtention de l’ensemble des réponses contenues dans la base, mais l’information qu’elles comportent dépend des contributeurs et n’est pas également répartie quantitativement et qualitativement. Elles constituent néanmoins des sources particulièrement riches, notamment OpenStreetMap. De plus, ces bases permettent de localiser et de contextualiser les toponymes qui constituent chacun un objet vectorisé. L’ontologie et la structuration de la base cartographique OpenStreetMap est particulièrement rigoureuse, mais elle ne peut pas être systématiquement superposée à une image satellitale à la différence de Wikimapia. Dans les deux cas, l’objet nommé d’après Nelson Mandela peut être resitué dans son environnement. Le milieu d’implantation peut ainsi être qualifié en terme de centralité et de type d’habitat ou d’environnement construit, l’importance de l’objet lui-même peut être évaluée en terme de taille relative, de positionnement et de fonction. Ce sont 376 toponymes d’après Nelson Mandela qui ont pu être identifiés et liés à des objets cartographiés sur OpenStreetMap, dont 53 figurent sur la base de données de la Nelson Mandela Foundation. L’interrogation de la base Wikimapia apporte 18 références supplémentaires.

Google Maps est de très loin la source la plus complète puisqu’elle recense et localise les toponymes indépendamment de contributions volontaires d’internautes cartographes, par la compilation des immenses ressources documentaires de Google qui incluent les lieux privés et leur adressage. Sa principale limite est l’impossibilité d’accéder à l’ensemble de ses données par interrogation sur son propre moteur de recherche. En effet, les réponses sont limitées à 5 ou 10 et sont générées par des algorithmes qui interprètent les requêtes en fonction de nombreux paramètres liés aux recherches antérieures pour orienter prioritairement sur les mêmes lieux et/ou sur des ressources marchandes considérées comme liées géographiquement ou thématiquement. Dès lors la multiplication des requêtes par croisement de mots clés, par positionnement différents de ces mots clés et par recherches réinitialisées par rapport aux requêtes préalablement ciblées géographiquement est nécessaire et permet d’accéder à quantité de nouveaux toponymes, notamment privés non retenus dans cette étude, mais sans garantie d’exhaustivité y compris par rapport au contenu de la base. Google Maps a de plus été utilisée pour localiser précisément et identifier le milieu d’implantation de toponymes trouvés par une interrogation du moteur de recherche Google menant notamment vers des articles de presse ou des sites institutionnels relatant la nomination d’un lieu d’après Mandela.

Cette dernière pratique a été également une source importante d’information, non seulement pour identifier des toponymes non présents sur les bases de données géographiques susmentionnées, mais aussi pour compléter les informations relatives à l’ensemble des toponymes préalablement recensés. Informations concernant les dates ou périodes de nomination, les acteurs à l’initiative de la nomination et les éventuelles controverses ou débat que la nomination a suscité. Ainsi une recherche documentaire est entreprise systématiquement pour tout toponyme identifié préalablement sur une des bases de données. La meilleure maîtrise de certaines langues (français et anglais) a pu orienter cette recherche documentaire et la rendre plus complète sur ces aires linguistiques.

Sur les 1208 références fin 2014, ce sont moins d’un quart qui ont été préalablement identifiées par la base de données de la Nelson Mandela Foundation, près d’un tiers par les bases en open data, essentiellement OpenSteetMap complété par Wikimapia, et les 2/5 par les moteurs de recherche Google. Moteurs de recherche qui ont été utilisés pour compléter l’information en recherchant les articles de presse et les sites institutionnels qui mentionnent et documentent les nominations.

Quelques inventaires historiques à l’échelle nationale

Enfin quelques sources complémentaires ont pu être utilisées principalement en Europe. Pour les francophones (France, Belgique, Luxembourg, Suisse) nous avons eu recours en complément et de manière systématique aux annuaires types Pages jaunes et blanches permettent de trouver des odonymes (pages blanches) et des services publics ou privés (pages jaunes). Pour la Grande Bretagne, une enquête assez exhaustive du Guardian en décembre 2013 associée à une cartographie actualisée[3], mais non exhaustive, a également permis de compléter l’information. Egalement un bel ouvrage récent de photographies sur les célébrations de Nelson Mandela aux Pays Bas recense les toponymes et documente les conditions de leur nomination (Van der Burg et al., 2014). En Afrique du Sud enfin, le site de la fondation a permis, au-delà de sa base de données, d’accéder à celui d’une ONG nationale investie dans l’un des programmes initiés par elle, à savoir l’implantation de bibliothèques aménagées dans des containers dans les écoles sous-dotées des quartiers populaires et villages sud-africains, une cinquantaine au total entre 2011 et 2014.

Les recherches dans les aires culturelles aux langues officielles dont l’alphabet est non latin ont été rendues plus difficiles et certainement plus aléatoires, aussi les interprétations relatives à la quasi absence de références en Europe orientale et en Asie (à l’exclusion de l’Inde) doivent être prises avec une certaine prudence.

Une périodisation nécessaire

Trois grandes périodes peuvent être distinguées en terme de nombre de nominations, de localisations, d’acteurs promoteurs et de significations. La première période est celle de la fin de son incarcération dans les années 1980 jusqu’à sa libération le poing levé en 1990, il incarne alors, sur fond de Guerre froide, le rebelle et camarade de lutte (comrade), ultime icône de l’anticolonialisme et de la lutte pour les droits civiques des Noirs et plus généralement des combats de la gauche radicale contre un ordre injuste. Dans la seconde période qui va jusqu’à la fin de sa présidence en 1998 et inclut l’obtention du prix Nobel en 1993, il s’impose comme une figure d’homme de paix et de réconciliation, icône des droits de l’homme, de la démocratie et de la sagesse en politique (Posel, 2014). Cette dimension va encore s’affirmer à l’échelle mondiale dans une troisième période à partir des années 2000 et lors de sa fin de vie (Nuttall et al., 2014). Période durant laquelle de nombreux media vont relayer et parachever la figure mythique et sa célébration mondiale, sans que l’intéressé, désormais hors du pouvoir, n’y oppose plus un principe de non recours au culte de la personnalité. Mais, l’affirmation du mythe positif s’est établie progressivement par étapes successives qui constituent les jalons d’autant de sous-périodes qu’il faut également considérer : la libération, l’obtention du prix Nobel, l’élection à la présidence de la Nouvelle Afrique du Sud, le retrait volontaire de la vie politique, l’intervention comme homme de paix au niveau international et la mort accompagnée d’une célébration universelle. Sur l’ensemble de ces périodes, il reste l’emblématique représentant de la conscience noire au service de la justice.

Aussi nous analyserons la diffusion du phénomène dans le temps et dans l’espace en jouant sur les échelles spatiales et temporelles de la distribution des toponymes.

II Une distribution globalisée avec des hotspots et de larges black holes

Une analyse de la distribution des toponymes en Mandela (étendu à son surnom Madiba et son prénom Xhosa Rolihlahla) à l’échelle mondiale telle qu’elle se présente en 2015 laisse tout d’abord apparaître quelques concentrations principales.

Tableau de bord 1 avril 2015

Fig. 1 La distribution des Toponymes d’après Mandela dans le Monde en 2015

C’est en Europe de l’Ouest tout d’abord que les noms de lieux sont les plus nombreux avec 611 toponymes recensés soit plus de la moitié du total (1203), en Afrique noire ensuite avec 393 noms, soit près du tiers du total, et en Amérique enfin avec 152 toponymes soit près de 15 % du total. Au sein de ces trois ensembles principaux, quelques Etats ou archipels se dégagent particulièrement : la France métropolitaine compte 372 occurrences, l’Afrique du Sud 280, le Royaume-Uni 88, les Etats-Unis 54, les Pays-Bas 47, l’Espagne 43, le Brésil 38, et les Caraïbes 26 ainsi que les îles de l’océan Indien 21. C’est donc l’ensemble du monde le plus impliqué dans la colonisation à un titre ou à un autre qui constitue l’essentiel de la Planète Mandela. Qu’il s’agisse de l’Afrique du Sud elle même ; du Royaume-Uni et des Pays-Bas comme puissances européennes colonisatrices de l’Afrique du Sud ; des puissances coloniales majeures en Afrique et Amérique que sont la France et l’Espagne ; ou encore des principales colonies de peuplement américaines où sont présentes les communautés afro-américaines. L’Asie, l’Océanie, l’Europe orientale et le monde arabo musulman semblent nettement moins concernés par le phénomène avec de gigantesques trous noirs comme la Russie[4] et la Chine ou encore le Japon et l’Indonésie.

Pendant la Guerre froide, les hauts-lieux européens de la commémoration d’un rebelle contre l’ordre colonial tardif

Si l’on s’intéresse à la distribution dans le temps et notamment les premières nominations, celles des années 1980, lorsque Nelson Mandela était l’icône du mouvement international antiapartheid défendu par la Gauche occidentale mais considéré comme un communiste et un terroriste par les partis conservateurs, la distribution est sensiblement différente. En effet, sur les 90 nominations opérées jusqu’en 1990, l’Europe occidentale est alors pionnière avec les trois avant-gardes que sont d’abord le Royaume-Uni (40), puis la France (20) et les Pays-Bas (16), on note encore quelques cas aux Etats-Unis (6), au Sénégal, au Canada et en Inde.

Tableau de bord 2 avril 2015

 

Fig. 2 La distribution mondiale des toponymes d’après Mandela jusqu’en 1990

Au Royaume-Uni, le mouvement anti-apartheid trouve très tôt des relais dans les associations et syndicats d’étudiants en particulier sous l’impulsion d’exilés sud-africains fameux et notamment du futur président Thabo Mbeki (fils du dirigeant de l’ANC emprisonné Govan Mbeki) étudiant à l’Université du Sussex à partir de 1966. Après d’autres initiatives, les Students’ Union vont sur les campus renommer massivement leurs locaux et bâtiments d’après Nelson Mandela. Démarré à Brighton en 1978 sur le campus de l’Université du Sussex, ce mouvement va toucher près de 15 campus britanniques durant les années 1980. Parallèlement, des conseillers de boroughs et de districts de l’aile gauche du parti travailliste prennent l’initiative dès 1981 de proposer de nommer des programmes d’habitats sociaux ou des rues du nom de Nelson Mandela ou de lui accorder la citoyenneté d’honneur (Honorary citizenship ou Freedom). L’association du nom de Nelson Mandela à l’implication de la gauche et de ses électeurs dans les banlieues anglaises est d’ailleurs très tôt popularisée par la série télévisée « Only Fools and Horses ». Dans ce sitcom de la BBC écrit par John Sullivan à partir de 1981, les héros de la série, des figures décalées et déclassées issues de la working class, résident dans un ensemble d’habitat social de la périphérie sud de Londres (Peckham), leur tour d’habitation (tower block) y prend le nom fictif de Nelson Mandela House[5]. Ce sitcom connaitra ses heures de gloire durant la décennie 1980 pendant laquelle Margaret Thatcher est au pouvoir. Durant cette période, en plus des bâtiments sur les campus, ce sont au moins 15 lieux publics et ensembles résidentiels sociaux qui recevront le nom de Nelson Mandela au Royaume-Uni. Ceci à l’initiative de conseils de gouvernements locaux en lien avec le mouvement anti-apartheid. Ainsi en 1984, à Camden (Londres) c’est la Selous Street, rue dans laquelle se trouve le siège du mouvement anti-apartheid, qui est renommée Mandela Street. A l’inverse c’est une représentation diplomatique de l’Afrique du Sud qui peut être ciblée, comme à Glasgow en 1986 où la rue du consulat d’Afrique du Sud est renommée Nelson Mandela Street, ceci après le précédent New Yorkais de 1984 où la New York City Plaza sur laquelle donnait la représentation sud-africaine à l’Onu fut rebaptisée Nelson et Winnie Mandela Corner.

Egalement durant la décennie 1980, mais avec un décalage par rapport au Royaume-Uni, c’est à dire plutôt à partir de 1985-86, les Pays-Bas et la France ont connu un ensemble de nominations à l’initiative de conseils municipaux de gauche. Aux Pays-Bas, elles concernent essentiellement l’odonymie (rues et places) et les infrastructures (ponts, ronds-points …) ; quelques lieux que l’on retrouvent également en France à la même époque sous la dénomination Mandela et auxquels s’ajoutent quelques bâtiments municipaux (école, stade, foyer et salle de réception).

Les associations qui sont faites dans le paysage toponymique dans un cas comme dans l’autre précisent les motivations et le sens que l’on peut donner à ces manifestations politiques. Aux Pays-Bas, dans un certain nombre de cas les nominations en Mandela vont toucher des quartiers où la mémoire de la colonisation néerlandaise est célébrée avec des figures afrikaners[6]. L’introduction des références à Nelson Mandela dans ces Afrikaners districts peut alors s’apparenter à une manifestation de repentance postcoloniale à l’égard de l’Afrique du Sud[7].

En France, durant cette décennie, ce sont, à l’Initiative du Mrap[8], essentiellement des municipalités communistes qui pratiquent la nomination en Mandela[9], soit une vingtaine de noms. On note également à cette période quelques nominations en Soweto, lieu martyr depuis 1976, et Albert Luthuli, puis en Dulcie September la représentante de l’ANC en France, ceci après son assassinat en 1988 et alors qu’elle avait elle même assisté aux inaugurations des plaques de rues en Nelson Mandela. Aussi Nelson Mandela et les quelques autres références à la lutte anti-apartheid, se trouvent associés dans le panthéon du communisme municipal d’une part à des figures du monde communiste, et d’autre part à d’autres figures emblématiques de la lutte internationale contre l’impérialisme : Che Guevara, Allende… A noter que la mouvance anti-apartheid n’est pas homogène et que le mouvement anti-apartheid proprement dit, indépendant du Mrap et du Parti communiste, se concentre plutôt sur les opérations de boycott et ne préconise pas une focalisation sur le seul ANC et sur la personne de Nelson Mandela[10].

III Les modalités régionales et locales d’une diffusion limitée

A l’issue de la période initiale qui se clôt en 1990 avec la fin de la Guerre froide et la libération de Nelson Mandela, la diffusion du toponyme va s’effectuer selon différentes logiques dont certaines étaient déjà perceptibles durant la période de lutte et de nominations initiales.

L’appropriation du nom par les communautés afro-américaines et sa diffusion dans les espaces résidentiels

Le phénomène embryonnaire au Royaume-Uni dans les années 1980 d’une commémoration dans les noms d’ensembles résidentiels sociaux peuplés en partie de populations immigrées et d’origine africaine, va se diffuser dans les années 1990 et 2000. Ceci est particulièrement sensible sur le continent américain notamment aux Etats-Unis, au Brésil, dans les Caraïbes (y compris en France dite d’Outre-mer) et dans les pays alentours qui constituent l’Amérique latine noire (Brésil, Guyanes, Venezuela, Colombie, Equateur). Des artères, parcs et écoles sont nommées à l’initiative de collectivités locales et de gouvernements, mais aussi certains quartiers d’habitat précaire en Equateur, au Venezuela, en Jamaïque, au Brésil et en Colombie. Quartiers qui seront ensuite régularisés sous ces appellations en Mandela. Aux Etats-Unis le secteur privé ou semi privé du logement et de l’éducation est aussi à l’initiative de certaines nominations qui peuvent être paradoxales. Ainsi dès les années 1980, à South End dans la banlieue Sud de Boston un entrepreneur, Alphonse Mourad, issu des minorités qui peuplent ces quartiers acquiert un ensemble d’habitat social et le renomme Mandela Houses tout en militant pour la sécession de cette partie de l’agglomération dans le Greater Roxbury Incorporation Project sous le nom potentiel de Mandela. Le projet de nouvelle municipalité échoua mais l’on trouve aujourd’hui dans ces quartiers, outre les différents sites de Mandela Houses à South End, des boulevards Malcolm X et Martin Luther King ainsi qu’un Rosa Parks Day care centre à Roxbury. A Palo Alto dans la Silicon Valley, c’est d’abord une école alternative qui se définit comme afro-centrique, la Shule Mandela Academy qui est créée par l’activiste afro-américaine Nobantu Nokoanda[11], puis dans les années 1990, un ensemble résidentiel fermé le Mandela Estates, qui rappelle paradoxalement dans sa forme les principes ségrégatifs de l’apartheid, est construit par un promoteur immobilier afro-américain, Lonnie Bogan[12]. Une telle réalisation est donc contemporaine de bidonvilles nommés également d’après Mandela en Amérique latine ou d’ensembles de logements sociaux sur la côte est des Etats-Unis. Cette ubiquité rend compte de l’appropriation communautaire à cette période au delà des importants clivages sociaux au sein de la communauté afro-américaine.

Cette appropriation et le marquage lié de l’espace résidentiel trouve aujourd’hui un prolongement dans l’apparition de programmes immobiliers pour classes moyennes émergentes sur le continent africain[13] (Angola, Congo, Sénégal, Cote d’Ivoire). Du nom de Villa Madiba, Mandela Residence ou Cité Nelson Mandela, ces ensembles de petites villas souvent en quartiers enclos dans les nouveaux secteurs de développement près des échangeurs, célèbrent aussi à leur manière et avec les écoles privées ou les hôtels qui se créent sous les mêmes auspices, les effets de l’African Renaissance à laquelle l’Afrique du Sud est associée.

L’Afrique du sud ou la reterritorialisation toponymique selon quatre logiques

L’Afrique du Sud a bien sur été absente de la première vague de nominations durant la détention de Nelson Mandela, si ce n’est quelques rares appellations illégales et informelles dans les townships qui seront ultérieurement officialisées. Cet interdit s’est étendu à la période de présidence de Nelson Mandela, attentif à ne pas laisser se mettre en place des formes de culte de la personnalité. C’est à partir des années 2000, que l’Afrique du Sud va connaître une immense vague de nominations en Nelson Mandela. Ce mouvement s’apparente à une reterritorialisation d’un nom préalablement présent dans la seule toponymie des puissances coloniales et de leurs anciennes colonies de peuplement. La « mandelisation » du paysage toponymique sud-africain s’inscrit dans un mouvement plus vaste de changements de nombreux toponymes sud-africains hérités des périodes coloniales et d’apartheid. Cette transformation toponymique généralisée et les controverses qu’elles suscitent ont été et sont largement étudiées par ailleurs (Duminy, 2014; Giraut et al., 2008; Guyot et al., 2007; Jenkins, 2007; Ndletyana, 2012; Orgeret, 2010). Notons ici qu’elle a favorisé la multiplication des références à Mandela à partir de la fin des années 1990, car les réserves habituelles quant aux changements de noms des voies utilisées dans l’adressage n’étaient alors pas un tabou[14], au contraire. La multiplication des références à Mandela prend alors des formes très contrastées en touchant aussi bien de nombreux hauts-lieux nationaux et urbains, que des noms de villes et de quartiers, mais aussi des noms de rues résidentielles ou d’écoles qui s’immiscent dans le paysage du quotidien. La diffusion rapide et importante des références à Mandela dans la totalité du paysage toponymique sud-africain recouvre en fait un quadruple phénomène.

 RACIAL DIVIDE

Fig. 3 Mandela Bridge spanning the Racial Divide ;

Zapiro, The Sowetan, 22 july 2003

© 2012 Zapiro (All Rights Reserved)
Printed/Used with permission from www.zapiro.com

 

107667314

Fig 4 Nelson Mandela Bridge, Johannesburg 2014, http://www.panoramio.com/photo/107667314 David Vaucher/Panoramio/2014

D’une part, la référence à Nelson Mandela, va se répandre dans la toponymie des townships, au plus près des populations pauvres d’origine africaine, ceci souvent sous la forme de son surnom Madiba, du nom du clan tribal dont il est issu. Ce nom est donné à de nombreuses rues résidentielles de townships et parfois à des quartiers ou sections de ceux-ci, voire à des hameaux ruraux. C’est alors la figure fraternelle du peuple bantou des townships qui est célébrée dans ce paysage du quotidien.

Parallèlement, le nom de Nelson Mandela, parfois avec ses titres de docteur ou de président, est donné aux artères principales des villes-centres sud-africaines sur toute leur longueur. Ces nombreux Nelson Mandela Drive ou Boulevard célèbrent dans toutes les régions et dans la capitale le père de la nation sud-africaine post-apartheid.

Plus ponctuellement, la nomination d’après Mandela vise le niveau global quand elle touche l’appellation d’une nouvelle aire métropolitaine, la Nelson Mandela Bay Metropolitan Area, engagée dans la globalisation comme espace émergent représentant la nouvelle Afrique du Sud. Ce peut être aussi le cas avec un nouveau pont dans la capitale économique Johannesburg ouvert en 2003 qui constitue à la fois un symbole de l’œuvre de Mandela pour le raccommodage d’une société et d’une agglomération divisées (Fig 1) et un landmark pour une métropole globalisée ; ou encore de grands hôtels de luxe à Cape Town, une université de médecine à vocation internationale à Durban ou encore un des stades de la coupe du Monde de football. Nelson Mandela apparaît alors comme une marque globalisée qui assure un certain soft power à la nouvelle Afrique du Sud dans son entreprise de pilotage de l’African Renaissance. Des relais de ce processus se trouvent ponctuellement sur tout le continent avec notamment la nomination de l’aéroport international de Praia au Cap Vert, du stade national de Kampala, de plusieurs fondations à vocation continentale que sont le Mandela Institute for Development Studies (MINDS) sis à Johannesburg et organisant des séminaires sur tout le continent, et la Nelson Mandela African Institution of Science and Technology, qui dispose de bureaux au Nigeria et aux Etats-Unis et de campus en Afrique sub saharienne, ou encore le Nelson Mandela Peace Village installé en 1997 au Rwanda ; mais il culmine avec la nomination, à l’initiative de l’Algérie, de la grande salle de réunion du palais de l’Union Africaine à Addis Ababa.

Enfin, la marque Mandela s’affirme sur un plan marchand avec une vague très importante de nominations de magasins, agences, sociétés, restaurants, hôtels, lodges… de tous niveaux et pour tout public. Il s’agit pour partie d’une conséquence de la nomination de grands boulevards sur lesquels se trouvent de nombreuses boutiques et activités dont une partie se réfère à leur nouvelle adresse gratifiante, mais le phénomène va bien au delà et concerne nombre de lieux privés indépendamment de leur adresse officielle. Les tentatives de régulation de l’usage marchand de la référence n’ont pas découragé ce phénomène débridé. Il a pour principale conséquence de propager le nom sous toutes ses formes dans le paysage des inscriptions toponymiques des différents environnements construits qui constituent l’Afrique du Sud contemporaine.

Le boom des nominations tardives : émotion planétaire et récupérations tout azimut

Une nouvelle vague particulièrement forte de nominations déferle au niveau international dans les années 2010 avec la fin de vie de Nelson Mandela. Elle se déploie sur des espaces encore plus larges que les précédents, en intégrant surtout de nouvelles collectivités locales et villes dans les parties du Monde qui célébraient déjà le personnage : l’Europe occidentale, l’Amérique et l’Afrique. Mais, l’absence de dénominations en Europe médiane et orientale, en Asie (mise à part l’Inde) et en Océanie persiste, le phénomène n’est donc toujours pas réellement planétaire. La question des procédures et des pratiques toponymiques peut être invoquée dans certains cas où la nomination est strictement encadrée par un dispositif législatif national qui prévoit des interdictions de nomination d’après des personnes trop contemporaines (décès depuis au moins 10 ans en Suisse, et même 50 ans pour la Belgique par exemple), ou encore par des systèmes d’adressage qui limitent considérablement l’odonymie, au Japon par exemple, mais aussi en Corée du Sud ou en Bulgarie où les très nombreux ensembles d’habitations portent des numéros et non des noms propres[15] associés aux noms des conglomérats qui les financent en Corée du Sud. Cependant de telles mesures restrictives ont pu être contournées à titre exceptionnel dans un certain nombre de cas, Paris notamment, et ne s’appliquent pas à un certain nombre d’équipements collectifs. Les limites réglementaires n’expliquent donc pas la géographie sélective des célébrations toponymiques et l’absence de références dans ces parties du monde européennes et asiatiques. Les spécialistes et bons connaisseurs des pratiques culturelles et politiques de ces régions qui ont été sollicités[16] indiquent plusieurs pistes d’explications. Il s’agit d’une part de l’héritage ou du maintien de pouvoirs autoritaires qui n’ont pas popularisé une figure de rebelle via la toponymie lorsqu’ils la maîtrisaient, notamment durant la Guerre froide, alors même que ces pouvoirs pouvaient soutenir officiellement par des gestes diplomatiques la lutte de l’ANC. Pour les mêmes raisons, aucun mouvement populaire anti-apartheid n’a pu se développer qui aurait ensuite constitué une base revendicative pour de telles nominations. Enfin, ils invoquent l’éloignement des sociétés locales contemporaines est-européennes et asiatiques vis a vis des questions de droit de l’homme telle que formulée par l’Occident en lien avec la question coloniale. En Europe médiane et orientale, le répertoire toponymique reste depuis centré sur des figures nationales, dont certaines sont controversées[17] (Azaryahu, 2011; Duncan Light, 2004; Duncan Light et al., 2010; Palonen, 2008; Rajić, 2012; Young et al., 2008).

Avec 372 références recensées fin 2014, soit près d’un tiers du total mondial, la France apparaît comme la terre de prédilection des toponymes en Mandela, issus notamment de la dernière vague de nominations. Un ensemble d’éléments expliquent cette situation. Tout d’abord, le très grand nombre de communes (plus de 36000) souveraines en matière d’odonymie et de noms d’écoles, ce qui multiplie les possibilités. Ensuite la précocité du phénomène avec l’engagement de nombreuses municipalités d’abord communistes[18] dans les années 1980, puis souvent socialistes et d’Outre-Mer dans les années 1990 célébrant le défenseur des droits civiques des opprimés. Egalement, il faut évoquer les droits de l’homme et leur universalité qui constituent une référence politique fondamentale sur l’échiquier politique français, mis à part à l’extrême droite. De nombreuses municipalités ont ainsi démontré symboliquement leur attachement à ces valeurs après la mort de Nelson Mandela et pour marquer la fin de leur mandature en 2014. Ainsi, la France illustre l’ampleur du phénomène contemporain d’extension des commémorations à des conseils municipaux centristes et de droite qui tiennent alors à célébrer essentiellement une figure internationale d’homme de paix ayant obtenu le prix Nobel. La nomination d’après Nelson Mandela est alors souvent associée à celle d’autres prix Nobel de la Paix dont parfois Frederik de Klerk du parti National sud-africain longtemps impliqué dans le système d’apartheid[19]. Ces nominations par des équipes conservatrices peuvent aussi servir à éradiquer quelques références considérées comme embarrassantes, notamment celles héritées d’anciennes mairies communistes[20]. Mais si le recours à une nomination en Mandela a acquis un caractère relativement consensuel en France qui va au delà de la Gauche originellement porteuse de ces initiatives, on note que des élus de droite extrême s’en prennent de manière persistante et récurrente à ces commémorations[21](Giraut, 2015).

Un autre constat est celui de la sous représentation du monde rural dans les nominations en Mandela à la différence des villes-centres et surtout des communes de banlieue, ceci malgré le très grand nombre de municipalités françaises dans ces espaces. Dans les rares cas où les projets de nomination d’après Nelson Mandela émergent et sont portés dans les conseils municipaux, ils sont parfois contrariés par des contrepropositions locales et régionales ou même par la proposition de figures plus classiques dans le répertoire national. Les objections systématiques de l’extrême-droite dans les villes vont donc dans le sens de ces objections rurales qui argumentent sur le privilège à donner au patrimoine régional et aux références locales.

Une tendance globale : le rattrapage toponymique pour les villes globales

L’extension du domaine des nominations s’est particulièrement effectuée en direction des grandes villes qui dans leur stratégie de villes globales s’associent à la célébration du prix Nobel de la Paix, icône des droits humains. Ainsi en Europe et en Amérique parmi les grandes villes qui ne comptaient pas de références à Nelson Mandela : Paris, Chicago et Toronto ont intégré son nom à leur répertoire toponymique dès 2012-2013, et de nombreuses villes ont annoncé suite à son décès le démarrage d’un processus devant déboucher sur une nomination : Genève, Berlin, Amsterdam, Vienne, Moscou, Lyon, Bordeaux. On note aussi dans les aires métropolitaines occidentales, l’engouement des écoles internationales publiques ou privées pour cette figure universelle du dialogue entre les peuples. L’épisode de la disparition d’un grand Mural de Nelson Mandela recouvert par une publicité pour Perrier dans le quartier artistique de Williamsburg (Brooklyn) illustre cependant la tension entre l’icône globalisé et l’univers marchand auquel la figure est à la fois intégrée, comme nous l’avons vu en Afrique du Sud, mais auquel il peut également être opposé symboliquement. Ceci au cœur de la métropole globalisée qu’est New York, où la figure de Mandela est associée à l’expression d’un street art alternatif en proie à une marchandisation inéluctable qui accompagne la gentrification.

Conclusion : la géographie toponymique sélective d’une icône partiellement globalisée

L’étude de la géographie des toponymes en Mandela et de leur diffusion dans le temps et dans l’espace montre que loin d’être assimilables à l’imposition progressive et mondiale d’une icône globale, les nombreuses commémorations sont davantage à relier aux expressions contextualisées du tournant post-colonial dans le Monde et se déclinent ensuite au niveau local en des situations géopolitiques particulières.

Ainsi les vastes aires concernées par le phénomène correspondent tout d’abord, dès les années 1980, aux anciennes puissances coloniales européennes ; ensuite, dès la décennie 1990, aux pays, régions et îles colonisées où les afro-américains sont présents ; enfin au continent africain où la référence Mandela est assimilable à du soft power sud-africain lié à l’African Renaissance.

A l’échelle des Etats, notamment ceux où les toponymes sont le plus représentés (France, Afrique du Sud, Royaume-Uni, Pays-Bas, Etats-Unis, Brésil, Espagne …) et des agglomérations, des situations géopolitiques locales peuvent rendre compte des modalités de ces nominations et de leurs éventuelles instrumentalisations particulières.

References

Alderman, D. (2002). Street names as memorial arenas: The reputational politics of commemorating Martin Luther King Jr. in a Georgia county. Historical Geography, 30, 99-120.

Alderman, D. H. (1996). Creating a New Geography of Memory in the South:(Re) naming of Streets in Honor of Martin Luther King, Jr. Southeastern Geographer, 36, 51-69.

Alderman, D. H. (2000). A Street Fit for a King: Naming Places and Commemoration in the American South. The Professional Geographer, 52, 672 – 684.

Alderman, D. H. (2002). School Names as Cultural Arenas: The Naming of U.S. Public Schools after Martin Luther King, Jr. Urban Geography, 23, 601-626.

Alderman, D. H. (2003). Street names and the scaling of memory: the politics of commemorating Martin Luther King, Jr within the African American community. Area, 35, 163-173.

Alderman, D. H., & Inwood, J. (2013). Street naming and the politics of belonging: spatial injustices in the toponymic commemoration of Martin Luther King Jr. Social & Cultural Geography, 14, 211-233.

Azaryahu, M. (2011). The Critical Turn and Beyond: The Case of Commemorative Street Naming. ACME: An International E-Journal for Critical Geographies, 10, 28-33.

Duminy, J. (2014). Street renaming, symbolic capital, and resistance in Durban, South Africa. Environment and Planning D: Society and Space, 32, 310-328.

Giraut, F. (2015). La toponymie, une vieille obsession de l’extrême droite. In Le Monde. Paris.

Giraut, F., Guyot, S., & Houssay-Holzschuch, M. (2008). Enjeux de mots: les changements toponymiques sud-africains. L’Espace géographique, 37, 131-150.

Guyot, S., & Seethal, C. (2007). Identity of Place, Places of Identities: Change of Place Names in Post-Apartheid South Africa. South African Geographical Journal, 89, 55-63.

Jenkins, E. (2007). Falling into Place: The Story of Modern South African Place Names. Cape Town: David Philip.

Light, D. (2004). Street names in Bucharest, 1990–1997: exploring the modern historical geographies of post-socialist change. Journal of Historical Geography, 30, 154-172.

Light, D., & Young, C. (2010). Reconfiguring socialist urban landscapes: the ‘left-over’spaces of state-socialism in Bucharest. Human Geographies – Journal of Studies and Research in Human Geography, 4, 5-16.

Ndletyana, M. (2012). Changing place names in post-apartheid South Africa: accounting for the unevenness. Social Dynamics, 38, 87-103.

Nuttall, S., & Mbembe, A. (2014). Mandela’s Mortality. In R. Barnard (Ed.), Nelson Mandela (The Cambridge Companion to) (pp. 267-289). New York: Cambridge University Press.

Orgeret, K. S. (2010). The road to renaming what’s in a name? The changing of Durban’s street names and its coverage in The Mercury. Journal of African Media Studies, 2, 297-320.

Palonen, E. (2008). The city-text in post-communist Budapest: street names, memorials, and the politics of commemoration. GeoJournal, 73, 219-230.

Posel, D. (2014). « Madiba Magic »: Politics as Enchantment. In R. Barnard (Ed.), Nelson Mandela (The Cambridge Companion to) (pp. 70-91). New York: Cambridge University Press.

Rajić, L. (2012). Toponyms and the political and ethnic identity in Serbia. OSLA Oslo Studies in Language, 4.

Van der Burg, J. D., & Grätz, S. (2014). After Mandela. A dutch tribute. Rotterdam: post editions.

Young, C., & Kaczmarek, S. (2008). The Socialist Past and Postsocialist Urban Identity in Central and Eastern Europe: The Case of Łódź, Poland. European Urban and Regional Studies, 15, 53-70.

[1] La diffusion de la célébration toponymique de ce dernier a d’ailleurs fait l’objet d’études aux Etats-Unis (D. Alderman, 2002; Derek H Alderman, 1996; Derek H. Alderman, 2000; D. H. Alderman, 2002; Derek H. Alderman, 2003; Derek H. Alderman et al., 2013)

[2] Inclus quelques propositions officielles non encore abouties (20), quelques appellations officieuses (5), fictives (4) ou ayant fait l’objet d’une annulation, d’une renomination ultérieure ou d’une fermeture (9).

[3] Base de données géoréférencées sur Google Maps «  Mandela Place names in Britain ».

[4] Une proposition de rebaptisation d’une station de métro moscovite et d’une rue liée a été faite par des parlementaires à l’occasion du décès de Nelson Mandela. Il s’agissait également à cette occasion de remplacer par Nelson Mandela deux toponymes d’après le nom contesté de Pyotr Voykov, connu essentiellement pour sa participation active à l’assassinat de la famille impériale.

[5] En fait, les scènes en extérieur sensées représenter cette tour sont tournées successivement à Acton dans l’Ouest de Londres puis à Bristol à partir de 1988. Ces décors de tours d’habitations populaires sont devenus des lieux cultes associés à la Nelson Mandela House de la série.

[6] Ainsi le Nelson Mandelapark prend place en 1986 à Haarlem en donnant sur la Paul Krugerstaat et à proximité de la Pretoriaplein. A La Haye, la Mandelaplein ainsi nommée en 1987 s’insère dans le prolongement de la Boerenstraat et dans un quartier où l’on trouve nombre de références aux villes et ex-républiques afrikaners d’Afrique du Sud.

[7] La question coloniale est toujours présente dans certaines initiatives de nomination d’après Mandela en Europe. Ainsi à Berlin en 2010, à l’occasion du 125eme anniversaire du congrès de Berlin, des activistes ont proposé de réexaminer le passé colonial de l’Allemagne en débarrassant Berlin de dix toponymes qui y sont très directement liés. Ils ont spectaculairement renommés la rue et la station de métro Mohrenstraße en Nelson-Mandela-Straße. Dans le même temps, une proposition officielle de nomination en Nelson-Mandela-Platz dans le périmètre du Humboldt Forum était contestée par des collectifs et par l’Ambassade d’Afrique du Sud qui émettaient des réserves sur le choix d’une place face à un Palais prussien le Berliner Schloss rappelant également le passé impérial et colonial allemand.

[8] Le Mrap (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) est présenté sur Wikipedia comme étant à l’origine dès 1978 de l’interpellation des communes françaises au sujet de la nomination de lieux en soutien à la lutte anti-apartheid : « À la mi-1978, le MRAP lance une première campagne auprès des maires des principales villes de France pour qu’ils donnent à une artère de leur ville un nom évoquant la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud. Sur les treize réponses reçues, cinq villes dirigés par trois maires communistes et deux socialistes acceptèrent immédiatement d’organiser des inaugurations : le square Soweto à Malakoff ; la rue Nelson Mandela, la rue Albert Luthuli, et l’allée de Soweto à Reims ; la rue des Martyrs de Soweto à Villeneuve-le-Roi ; le Pont Soweto à Yerres ; la rue Albert-Luthuli à Montpellier. Quatre autres villes donnèrent un accord de principe tandis que trois autres refusèrent. »

« Le 14 juin 1982, une seconde campagne est lancée et le secrétaire général du MRAP Albert Levy adresse aux principales villes de France une lettre dans laquelle le MRAP « suggère aux municipalités de donner le nom des Martyrs de Soweto à une artère ou une place de leur ville. Le soutien aux militants anti-apartheid pourrait également être signifié par des plaques portant le nom de Nelson Mandela, de Salomon Malhangu ou de Neil Aggett (en). Jacques Chirac, maire de Paris, est le premier à répondre favorablement le 23 juin 1982. Il inaugurera à la fin des années 1980 une place Dulcie September ».

[9] En France Métropolitaine, outre les municipalités qui ont fait de Nelson Mandela un citoyen d’honneur dans les années 1980 (Nanterre, Allones, Villejuif, Tarnos, Saint-Pierre-des-Corps; Montataire, Gennevilliers, Ivry-sur-Seine; La Courneuve ; Thionville), on recense les nominations suivantes d’après Nelson Mandela : Bobigny: Rue NM 1985 ; Aubervilliers: résidence Mandela 1985 ; Valenton: Square de la liberté NM 1986 ; Avion: Ecole NM 1986 ; Saint-Martin-d’Hères: Rond point NM 1988 ; Saint-Brieuc: Rue NM 1988 ; Seclin: Rue NM 1988 ; Sartrouville: Salle Municipale NM (dépabtisée en 1989 par le nouveau maire Laurent Wetzel) ; Ales: Stade NM 1988 ; Tarnos: Salle communale NM 1988 ; La Courneuve: Stade NM 1988 (en même temps qu’une rue Dulcie September) ; Conseil général du Val-de-Marne: Ponts NM 1989 ; Fontenay-sous-bois: Place NM 1989 ; Les-Clayes-sous-Bois: Place NM 1989 ; Thionville: Parc NM 1989 ; Grenay: Rue NM 1980’ ; Reims: Rue NM 1980’ : Saint-Egrève: Place NM 1980’.

[10] Entretien avec Antoine Bouillon, ex-coordinateur du Mouvement Anti-Apartheid en France, janvier 2015.

[11] Ecole qui sera dupliquée à Decatur près d’Atlanta en 1990 avec le déplacement de sa fondatrice.

[12] Voir Michelson, A., & Solomonson, K. (1997). Remnants of a Failed Utopia: Reconstructing Runnymede’s Agricultural Landscape. Perspectives in Vernacular Architecture, 3-20.

[13] Mais aussi au Brésil.

[14] Même si le cout supposé de telles opérations a été un argument récurent des détracteurs de la mutation toponymique sud-africaine.

[15] Comme s’en réjouit un blogeur bulgare qui présente le phénomène à Yambol, en précisant que cela limite heureusement les possibilités de voir pas exemple un « Nelson Mandela Block ».

[16] Krzysztof Rusiecki (Pologne) ; Philippe Pelletier (Japon) ; Marylène Lieber (Chine) ; Amael Cattaruzza (ex Yougoslavie, Balkans) ; Jacqueline Derens (Balkans) ; Virginijus Tamošiūnas (Lituanie) ; Gabriel Popescu (Roumanie) ; Vladimir Kolosov (Russie) ; Emmanuelle Boulineau (Bulgarie, Macédoine) ; Stéphane Rosière (Slovaquie, Hongrie, Roumanie, Rep. Tchèque).

[17] Il est d’ailleurs intéressant de constater qu’en Bulgarie, la Presse s’est emparée de l’anecdote de la tentative d’effacement dans la commune française de Saint-Cyr-l’Ecole de la référence au résistant et premier dirigeant du parti communiste bulgare, Georges Dimitrov, par un changement de nom de rue en Nelson Mandela.

[18] Dans le contexte contemporain d’unanimisme vis a vis des commémorations de Mandela, des élus communistes rappellent d’ailleurs leur engagement précoce et minoritaire. Ils dénoncent les tentatives de récupération et demandent de nouvelles mesures symboliques en désignant des objets à renommer ou à nommer en priorité. Les nouveaux stades de Bordeaux ou de Lyon qui doivent accueillir la prochaine coupe du monde de Football sont ainsi proposés par eux pour porter le nom de Nelson Mandela, hauts-lieux qui sinon risquent de tomber dans la pratique néolibérale du naming, pratique recherchée par les promoteurs de ces stades dans le cadre d’un partenariat public/privé. Ce sont également des élus communistes et des représentants des jeunesses communistes qui en décembre 2013 rebaptisent symboliquement à Courbevoie, la rue Paul Kruger en Rue Nelson Mandela, entrainant quelques mois plus tard la nomination officielle cette fois d’un parc d’après lui. Ces demandes visent à dénoncer le caractère récupérateur des démarches de certaines collectivités locales et le caractère subversif que devrait conserver la démarche de nomination d’après Nelson Mandela. Certains élus associent d’ailleurs l’esprit originel de cette démarche à celui qui aujourd’hui les pousserait, comme à Valenton, à nommer des voies d’après un activiste palestinien, Marwan Barghouti, en présence d’un représentant de l’autorité palestinienne, comme hier il le faisait pour Mandela en présence de la représentante de l’ANC.

[19] La tentative récente de nomination à Cape Town en Afrique du Sud, d’un boulevard d’après Frederik de Klerk est d’ailleurs très controversée, comme elle le fut déjà au début des années 2000 lors d’une première tentative, par le maire d’opposition, d’une mise sur le même plan du héros de la lutte anti-apartheid et du dernier dirigeant du régime d’apartheid.

[20] Comme déjà vu à Saint-Cyr-l’Ecole avec le recours à une nomination en Nelson Mandela pour éradiquer un odonyme dédié à un résistant chef du parti communiste bulgare, ou plus subtilement à Yerres, lorsque la mairie actuelle renomme en Nelson Mandela le pont Soweto, ce qui au passage et paradoxalement permet d’éradiquer la mémoire de la commémoration précoce de la lutte anti apartheid par la mairie communiste d’alors. L’opération peut aussi s’apparenter à une rédemption comme à Nice où l’évocation d’une possible nomination en Nelson Mandela au lendemain de sa mort, intervient après que cette ville fut jumelée de 1974 à 1989, sous les mandats successifs de Jacques Médecin, à celle du Cap en exprimant ainsi un soutien officiel au régime d’apartheid.

[21] La premier épisode de contestation par la droite extrême eut lieu à Sartrouville en 1989, le nouveau maire Laurent Wetzel (UDF-CDS) y renommait Félix Eboué une salle municipale qui portait le nom de Nelson Mandela donné par la municipalité communiste précédente. A partir des années 1990, l’argument ne pouvant plus être exclusivement, comme en 1989 pendant la guerre froide, la caractère communiste et terroriste de la lutte anti-apartheid, c’est alors au nom du privilège à accorder au patrimoine local, régional et national face aux références transnationales que des débaptisations peuvent être réalisées par l’extrême-droite. Ce fut d’abord le fameux épisode toponymique de Vitrolles en 1997, lorsque l’extrême droite prit la ville avec les époux Mègret qui renommèrent entre autre la place Nelson Mandela au centre de la cité en place de Provence. Après les élections municipales de 2014, toute une série de cas se sont à nouveau présentés : à Toulon, Lomme, Lyon, Saint-Etienne, les élus du Front national ont dans tous les cas et en vain refusé de voter pour la nomination respectivement du parvis de la nouvelle gare, d’un Etablissement Régional d’enseignement adapté (EREA) et de deux esplanades. Ils ont argué dans le premier cas du mauvais traitement infligé à la mémoire du général putschiste Salan, dans les deux cas suivants d’une opposition à « l’internationalisation de la ville » et enfin à Saint-Etienne, ils ont repris l’antienne sur le caractère communiste et terroriste de Nelson Mandela et sa contribution seulement passive à la sortie de l’apartheid. Enfin, à Béziers, le nouveau maire d’extrême-droite a dans un premier temps voulu débaptiser la toute récente école Nelson Mandela sise dans la nouvelle rue Frederik De Klerk, pour lui donner le nom d’un poète occitan subitement décédé, avant de se rétracter. Des commentateurs d’extrême-droite s’en prennent également dans leurs blogs à certaines de ces nominations en reprenant généralement les arguments des conservateurs des années 1980 et en rajoutant l’idée que ces nominations contemporaines constitueraient un reniement identitaire. Il en est ainsi d’un universitaire pro-apartheid , et d’un blog breton de « réinformation ». En Espagne, c’est le Parti Populaire qui s’oppose, en vain, à une nomination d’une rue de Tolède en Mandela pour tenter de sauver une référence à l’époque franquiste (calle 18 de julio rappelant la tentative de coup d’Etat militaire nationaliste de 1936) pourtant bannie par la loi de la toponymie. A Pampelune, également en 2013, une proposition faite par les nationalistes basques de changement de nom de la place Condado de Rodezno (dignitaire franquiste) en Nelson Mandela est refusée par la majorité de droite. A noter que ces contestations ont pu s’exprimer hors d’Europe et d’Amérique, ainsi à Kalamassery dans le Kerala en Inde, une Nelson Mandela Street ouverte juste après la libération der Nelson Mandela a ensuite été débaptisée par le conseil local (panchayat) après que des activistes aient contesté régulièrement cette nomination au prétexte qu’il s’agissait d’un communiste.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *