Comment restituer le patrimoine toponymique vernaculaire en situation postcoloniale ? Expériences néocalédoniennes

F.G. Entretien avec Jean Chatelier, novembre 2018

La toponymie officielle de la Nouvelle Calédonie telle qu’enregistrée par le Service Topographique NC et partiellement reprise par les cartes de l’Institut Géographique National rend compte de corpus hétérogènes d’origine coloniale d’une part, et autochtone (la grande majorité) d’autre part. Dans les deux cas, on note des inspirations successives avec influences externes. Pour les toponymes coloniaux, plusieurs sources d’inspiration successives et simultanées (religieuse et républicaine notamment), et pour les toponymes autochtones, une réinterprétation d’une partie des noms à partir de la colonisation avec des transcriptions sélectives et approximatives.

La cartographie officielle de la toponymie vernaculaire, particulièrement d’origine autochtone, n’est que partielle. Initialement, elle ne portait que sur les lieux les plus fonctionnels pour le système politique et économique moderne de l’île dans ses rapports avec l’extérieur et notamment la métropole. Autrement dit, une bonne part de la toponymie n’était pas enregistrée par les cartes de l’IGN (qui reprenait la base des services de topographie de Nouvelle Calédonie) et celle cartographiée faisait la part belle aux toponymes d’inspiration autochtone mais largement sélectionnés et influencés par l’extérieur, ne serait-ce que dans les transcriptions. Cette situation a considérablement évolué avec les éditions des années 1990 et le travail d’inventaire des noms autochtones réalisé à l’amont et dont il sera question dans l’entretien qui suit.

L’opposition stricte exonyme/endonyme n’apparait cependant pas forcément pertinente dans un contexte où les nominations autochtones aussi bien que les nominations coloniales et administratives ont pu être conditionnées respectivement par les influences historiques, culturelles et religieuses externes et par le substrat toponymique vernaculaire. Ce fait explique d’ailleurs pourquoi aucune corrélation systématique n’est possible dans l’analyse du peuplement entre ses origines (autochtone ou européenne) et celle du nom de la commune : ce qui peut apparaitre comme un exonyme peut désigner des collectivités largement autochtones (Ile des Pins) ou d’origine européenne (Le Mont-Dore ; La Foa), alors que ce qui peut apparaitre comme endonyme peut désigner des collectivités de peuplement d’origine principalement européenne (Nouméa) ou autochtone (Ouvéa).

La première cartographie générale de la Nouvelle Calédonie débuta suite à l’insurrection Kanak de 1878. Elle fut réalisée de 1879 à 1886 et eu une longue histoire qui se termina  avec les travaux IGN de 1951 à 56, cartes publiées dans les années 1960. Cette première cartographie donnera à l’exposition universelle de 1900 à Paris, une carte en relief, qui sera reprise par les américains à partir de 1942 pour les besoins de la guerre du Pacifique. Cette carte de 8 m de long (Grande terre) est visible au Centre territorial des archives à Nouméa. La toponymie générale, n’évoluera guerre avant les années 1980. La toponymie fut cependant plus ou moins bien recueillie sur les “plans minutes”, équivalents des plans cadastraux, au fur et à mesure des besoins de l’installation foncière et minière européenne. Les quelques inventaires savants hétérogènes et localisés ultérieurs furent peu utilisables avant qu’une expérience volontariste originale et féconde de collecte et de visibilisation de la toponymie vernaculaire ne soit menée dans les années 1980 et 1990. Cette initiative, dont il est question ici, s’apparente à une révision toponymique. Elle a été pilotée par un Ingénieur Géomètre du Service Topographique de Nouvelle-Calédonie, Jean Chatelier, en relation avec  Mme de la Fontinelle et le défunt Michel Auffrey ; qui ont participé à quelques enquêtes terrain ainsi qu’à la rédaction d’une convention d’écriture homogène des 28 langues de NC, dont 6 sont écrites. L’expérience a fait l’objet d’un article détaillé en 2007 qui rend compte de l’ambition et de la rigueur de l’opération, tout en restituant avec chaleur l’aventure humaine qu’elle a constitué. On note particulièrement l’établissement d’une méthodologie reproductible pour la collecte des noms issus de la tradition orale, méthodologie qui permet la compilation des données de localisation, d’objet géographique désigné, d’origine de l’information et de l’informateur, de contexte d’utilisation…

S’agissant d’une toponymie vernaculaire dont la conservation et la transmission était orale, l’opération de sélection et de transcription nécessaire à sa cartographie s’apparente à la fois à une restitution/révélation toponymique vernaculaire et à l’établissement d’une néotoponymie écrite issue du patrimoine vernaculaire. Cette opération a permis de collecter 15 250 nouveaux toponymes, elle s’est traduite dans l’établissement d’une nouvelle carte IGN au 1/50 000 e révisée et enrichie en 1990, avec le passage à cette échelle de la cartographie de 4750 toponymes pour toute la Nouvelle Calédonie à plus de 12 000 (soit les deux tiers d’une base toponymique enrichie passant des 4750 initiaux de la carte IGN à 20 000 avec les 15 250 apportés par l’étude) . Mais le travail réalisé appelait d’autres développements dans le cadre notamment de l’accord de Nouméa . Qu’en est il ?

Ile Yaba (re)devenue Yava
Extrait des éditions 1990 et 1962 de la carte IGN 1/50 000e
de la Nouvelle Calédonie
On note les compléments toponymiques apportés issus du patrimoine autochtone ainsi qu’une révision de la transcription écrit

Jean Chatelier : J’ai effectivement traité le problème de la toponymie locale par 10 ans d’enquête sur le terrain, si j’ai bien reçu avec la sortie de l’article en 2008, les félicitations de la commission nationale française de toponymie et celles du directeur du centre Tjibaou de l’époque, il n’y a malheureusement pas eu de suite officielle. Cependant, le code de transcription de nos 28 langues aurait semble-t-il quelques chance de faire référence aujourd’hui et de pouvoir produire des effets en toponymie.

FG : Cette opération ne semble plus avoir eu de suite officielle, même si l’information est partiellement disponible, la méthode pour la compléter aussi, ainsi que le dispositif légal, cependant les provinces Nord et Sud ont pris récemment des initiatives de collecte, de reconnaissance et de visibilité routière et paysagère de la toponymie autochtone. Peut-on dire qu’elles ont pris le relais des initiatives de l’administration du territoire ? Leurs initiatives se sont elles traduites dans la nomenclature officielle de l’IGN ou des ST-NC par la suite: double appellation, ajouts de microtoponymes, changement de transcription.

Jean Chatelier : Il y a bien eu des actions, appuyées en grande partie sur nos travaux et ça continue mais rien d’officiel se traduisant dans les nomenclatures, ni au niveau d’une éventuelle commission de toponymie que j’appelle de mes vœux depuis plus de deux décennies[1] pour avoir une action d’importance rigoureuse, officielle et coordonnée.
Quant à la signalétique terrain le long des routes à partir de 2006, elle a souvent été assez mal acceptée d’un bord comme de l’autre. Ces actions portaient sur un petit nombre de toponymes et ont d’abord constitué des opérations de communication. Le meilleur outil de conservation, c’est quand même la cartographie officielle (même avec une toponymie officieuse !) mais on constate que le monde mélanésien ne se l’ait pas encore véritablement appropriée et compte encore sur « la tradition orale » alors qu’on sait qu’elle est en grande déliquescence : quasi disparition des véritables témoins de mémoire (orale). Quant on a fait nos enquêtes c’était déjà bien tard. Il y a de ça 25 ans, on arrivait à près de 20 000 toponymes – ça n’a quasiment pas évolué depuis ! – or en appliquant la densité géographique française on aurait pu arriver à 60 000. Quant on connait la propension du monde kanak à tout nommer, le vide apparait encore plus grand ! Soulignons malgré tout que le classement de nos récifs au patrimoine de l’humanité a bien pris en compte notre toponymie. Sinon, quelques chercheurs sont venu soi-disant compléter mais on ne sait pas où sont leurs conclusions, en tout cas, elles n’ont jamais été déposées au ST-NC malgré mes recommandations. Ça me contrarie : ces chercheurs n’ont encore eu aucun souci de l’intérêt général des populations.

F.G. : Par ailleurs, est ce que les plateformes de cartographie en ligne contributives et notamment OpenStreetMap pourraient être mobilisées par des collectifs organisés, comme c’est le cas dans un certain nombre de situations, pour rendre visible des corpus toponymiques (transcriptions des toponymes principaux en langues et dialectes locaux, microtoponymes autochtones …) qui ne le sont pas encore dans les nomenclatures officielles ?
Jean Chatelier : La cartographie en ligne contributive de type OpenStreetMap est une activité encore essentiellement occidentale. De plus, la toponymie vernaculaire n’est pas à mettre en toutes les mains. Elle peut être explosive (nombreux conflits fonciers sous jacents) et en plus elle doit faire l’objet d’une étroite collaboration entre le cartographe, le linguiste et l’informateur coutumier. Ainsi un anthropologue a beaucoup travaillé dans la région de Hienghène. Il a fait des enquêtes, semble-t-il assez poussées, mais en ne conservant que l’aspect culturel dissocié de l’aspect géographique : situation, et type d’objets géographiques sont des questions déléguées aux géomètres non présents. Cela peut apparaître comme encore un peu du gâchis – un toponyme non situé perd son intérêt – et cela peut apparaître aussi comme irrespectueux vis à vis des informateurs qui généralement s’investissent à fond – c’est parfois un accouchement – lors des enquêtes dans une perspective de contribution à la pérennisation d’un savoir également géographique.
Notre approche était de refaire les cartes pour les gens d’aujourd’hui, toutes ethnies confondues. L’aspect historique était parfois pris en compte mais juste au niveau du recueil pas pour l’exploitation cartographique. Toutefois, et quand on voulait nous le dire, les lieux sacrés ont été notés. La toponymie domestique n’était généralement pas prise en compte : échelles visées 1 : 10 000 et 1 : 50 000. Notre grand regret a aussi été de se limiter à l’aspect cartographique. Ainsi, et comme on est à la base dans la tradition orale, un toponyme pouvait nous emmener dans des histoires, des légendes d’un grand intérêt pour le monde kanak mais que nous n’avions ni le temps ni les compétences pour recueillir. Comme je disais récemment à des jeunes intéressés par leur histoire, nous (géomètres cartographes) avons recueilli le couvercle des marmites mais n’avons pas été chercher le dedans. Ça c’est votre affaire,
(et c’est aussi secret que l’argent kanak). Compte tenu du désintérêt des nouvelles générations, il a craindre que même nos couvercles vieillissent prématurément !

Concernant l’initiative de la Province Nord et le reportage de 2014 qui en rend compte. Le sujet ne porte que sur la signalisation routière en double information : nombre très limité de toponymes mais avec un effet culturel indéniable. Ce qui est intéressant c’est que cela permet de s’attarder sur le contenu de certains toponymes, ce que nous ne pouvions faire vraiment dans une entreprise cartographique.
En revanche, dire que c’est la colonisation qui a remplacé les noms autochtones est carrément outrancier et ce pour plusieurs raisons :
– la toponymie cartographiée avant que ne soit lancée la révision était très pauvre 4 750 toponymes; pour 20 000 à la sortie des cartes révisées. De surcroit, la plus grande partie des 4750 était d’origine kanak mais orthographiée sans règle.
– énormément de toponymes ont été recueillis par les géomètres du Service Topographique en 150 ans, mais ils se sont avérés inexploitables : pas de code de transcription, pas de cartographie tenue à jour sauf pour la gestion du foncier et du domaine minier (assiettes de la colonisation). Confronté à la réalité du terrain, ce n’est qu’une infime partie qui a pu être retenue. Le problème a été un peu pareil en France dans des années 1980 avec la nouvelle cartographie générale et la question de la valorisation de la microtoponymie rurale. Si les plans cadastraux traditionnels (à grande échelle) ont bien traduit une certaine réalité toponymique, lorsque l’IGN a voulu prendre en compte la toponymie d’une région comme la Bretagne, certains responsables sont entrés en conflit. Charles-François Beautemps-Beaupré a du se retourner dans sa tombe, lui qui se désolait de “ne pouvoir prendre en compte la toponymie vernaculaire, orale, si abondante, de nos cotes de France … faute d’outils adaptés à sa transcription”. C’était il y a 200 ans !
– Quant aux noms de saints (quelques dizaines), ils ont pour la plupart été parfaitement intégrés et n‘allez pas essayer de les changer (par ex. à l’îIe des Pins) ce ne serait pas sans risques. Outre l’importance de la religion en milieu kanak, il y a surtout le fait que dans la tradition orale, au nom est attaché une histoire et bien d’autres choses, peu importe qu’il soit kanak ou non ! C’est ce qui m’a le plus frappé lors des enquêtes.

[1] Voir texte officiel de création de 1983, gouvernement Tjibaou, en préparation aux enquêtes par l’OCSTK. Deux commissions auront lieu en 1984 à Lifou puis l’île des Pins, puis plus rien. Celle de Lifou sera démontée (annulée officieusement) par des enquêtes directement menées par les notables sur la base de documents cartographique que je leur ai transmis, étant dans l’impossibilité d’aller sur le terrain avec « les évènements ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.