Créer la mémoire des lieux et invoquer les fantômes du passé : la Bourgogne, région celtique ?

Dr. Jean-Baptiste Bing, Directeur de la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne, Géographe, Conteur

           Depuis plusieurs décennies, les Celtes sont mis « à toutes les sauces[1] » : tantôt présentés comme grands ancêtres des Français à la charnière de la proto-histoire et des temps historiques voire comme une race pure pas encore abâtardie par le formalisme latin et le judéo-christianisme, tantôt comme de joyeux râleurs libertaires à mi-chemin d’Astérix et Obélix et des héros de La Guerre des Boutons – il y en a pour tous les goûts : Umberto Bossi, qui fait remonter la Padanie à l’héritage de la Gaule cisalpine (Avanza 2003), autant que Jacques Lacarrière, qui célèbre leur supposé esprit de résistance (Lacarrière 1974), ont su y trouver leur compte (à moins que ce ne fût leur conte ?).

            Les Celtes demeurent en tout cas aujourd’hui une référence identitaire abondamment exploitée en France. La terre d’élection du celtisme est la Bretagne, considérée comme doublement celtisée par les Gaulois d’abord, par les Bretons ensuite (Markale 1995) : la Bretagne représente ainsi la France au Festival Interceltique de Lorient (FIL) ou dans des recueils de contes, aux côtés des autres « pays celtes[2] ». Mais les autres régions françaises, soucieuses de grand récit généalogique autant que de référents monnayables touristiquement, revendiquent elles aussi leur part de celtitude – et l’inscrivent dans leur toponymie.

            Le cas de la Bourgogne est particulièrement exemplaire. Alors que la région tire son nom d’un peuple germanique (les Burgondes – dont il est vrai que les productions culturelles actuelles, comme Kaamelott, ne renvoient pas une image bien flatteuse[3]) et que les différentes entités politiques ayant porté ce nom peuvent revendiquer un passé et un présent brillants (Dijon prospère d’ailleurs fort bien sur ce terreau, exploitant le passé ducal et l’inscription de son centre historique au Patrimoine mondial de l’humanité), plusieurs pays bourguignons cherchent à mettre en avant un héritage celtique plus ou moins fantasmé – en tout cas assurément construit et entretenu. En Saône-et-Loire, plusieurs itinéraires de randonnée s’affichent ainsi comme des « voies celtes », sur des panneaux destinés aussi bien aux automobilistes (quelques mots d’une lecture rapide) qu’aux randonneurs (explications détaillées et iconographie à l’encan : figure 1).

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Figure-1-500x375.jpg.

Figure 1 : « Voie celte » au-dessus du Creusot. (JBB 2019)

 

            Un autre itinéraire, interdépartemental et qui relie la Côte d’Or à la Nièvre, porte le nom de ses extrémités : Alésia-Bibracte (balisage de deux traits horizontaux jaune et bleu). Ces deux toponymes acquirent leur célébrité par l’intermédiaire du De Bello Gallico de Jules César : ils se réfèrent à deux oppida[4] qui, en l’occurrence, se situaient au sommet de collines. Localiser leur emplacement exact fut l’objet de rudes controverses impliquant archéologues, historiens, philologues… et politiques ; aujourd’hui closes concernant la seconde, les polémiques demeurent sous-jacentes quant à la première. Plusieurs communes se sont en effet disputé la localisation de la célèbre bataille depuis près d’un siècle et demi et, si la plupart des chercheurs (archéologues, historiens…) penchent plutôt en faveur d’Alise-Sainte-Reine (Côte d’Or), plusieurs autres hypothèses (principalement jurassiennes) ont été soutenues – et, parfois, le sont encore. La querelle ne se joue pas uniquement sur le terrain scientifique : les partisans de l’hypothèse jurassienne se recrutent essentiellement hors des institutions académiques, et leurs tenants ont beau jeu de se présenter en francs-tireurs et en iconoclastes, mettant en avant une défiance face à l’ « archéologie officielle » qui serait porteuse de la « voix de ses maîtres » ; il est vrai que, à l’époque de la « découverte » d’Alésia, Napoléon III, très actif promoteur des recherches sur « nos ancêtres les Gaulois », avait personnellement tranché en faveur d’icelle[5]. Quant à Bibracte, capitale du peuple éduen qui joua un rôle polymorphe dans l’épopée césarienne en Gaule[6], après avoir été longtemps identifiée avec Autun, elle a été localisée (toujours sous Napoléon III) au sommet du mont Beuvray par l’obstiné archéologue Jacques Gabriel Bulliot.

            Or ces deux sites furent, dans les siècles qui suivirent la grande époque des oppida, abandonnés : aujourd’hui Alise-Sainte-Reine, dont le nom procéderait directement d’Alésia, se trouve au pied de la butte ; quant à la capitale des Éduens, elle s’est déplacée d’une vingtaine de kilomètres, à Augustodunum (Autun). Bibracte fut oubliée, le Mont Beuvray se trouvant dès lors en périphérie du terroir de plusieurs villages de vallées dont aucun ne fait référence, par son nom, à l’oppidum (Glux-en-Glenne, Saint-Léger-sous-Beuvray, Saint-Prix…). En dépit de cet effacement, Alésia et Bibracte désignent donc à nouveau des lieux – mais qui ne se réduisent pas à leur ancien emplacement. Le MuséoParc d’Alésia, par exemple, sis sur la commune d’Alise-Sainte-Reine, se trouve au voisinage de l’ancien oppidum et offre une palette d’activités ludo-scientifiques qui n’ont évidemment rien à voir avec la vie des habitants il y a deux millénaires. Quant à Bibracte, l’Établissement Public de Coopération Culturelle (EPCC) qui porte ce nom regroupe un centre de recherche archéologique et un musée, tous deux d’importance européenne et gère le site de l’ancien oppidum au sommet du Mont Beuvray.

            « À Bibracte » comme « à Alésia », musée, centres de recherche et d’interprétation se situent donc non sur l’emplacement exact des anciens oppida (et pour cause : cela détruirait des vestiges et empêcherait toute nouvelle recherche…) mais à proximité : le musée de Bibracte au pied du Mont Beuvray, sur la frontière entre Saône-et-Loire et Nièvre, et le centre de recherche homonyme à la sortie du village de Glux-en-Glenne (à quatre kilomètres de là : figure 2). Le Mont-Beuvray, classé « Grand Site de France » par le Ministère de l’Écologie et confié à l’EPCC en partenariat avec le Parc Naturel Régional du Morvan, est ainsi laissé aux archéologues et aux promeneurs (ainsi qu’aux artistes lors de manifestations dédiées). Cette multiplicité des sites désignés par l’usage contemporain du nom Bibracte fait d’ailleurs que ce terme serait moins utilisé que des toponymes plus précis par les habitants des environs (sauf quant il s’agit de désigner l’EPCC). Cette importance de l’aspect institutionnel et donc politique est marquée par la présence plusieurs fois soulignée de François Mitterrand, qui a beaucoup contribué à l’implantation de l’EPCC et à la relance des recherches sur place (figure 3). Arnaud Montebourg faisant du Mont Beuvray le pendant de ce que fut Solutré (autre Grand Site de France…) pour l’ancien président de la République suivait – si l’on peut dire – César en pays conquis[7].

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Figure-2-500x375.jpg.

Figure 2 : le Mont Beuvray et le Musée de Bibracte (en bas à gauche du Beuvray), vus depuis le Centre de recherche de Glux-en-Glenne. (JBB 2019)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Figure-3-500x375.jpg.

Figure 3 : Plaque commémorative dans le Centre de recherche. (JBB 2019)

           

            Si, aujourd’hui, les noms de Bibracte et d’Alésia s’affichent à nouveau sur des panneaux en référence aussi bien à un lieu (figure 4.1) qu’à une institution porteur d’une ambition scientifique (figure 4.2), le cas d’Autun, fort différent, mérite aussi un mot. L’histoire d’Autun est bien connue : cette ville nouvelle fut offerte par Auguste aux Éduens, peuple fer de lance de la romanisation de la Gaule depuis plusieurs décennies en dépit de son ralliement tardif à Vercingétorix. Signe du soin consacré à cette opération d’aménagement du territoire et d’urbanisme, la ville prit le divin nom de l’empereur (Augustodunum) et reçut des équipements importants : deux théâtres (dont le plus vaste de Gaule), un cirque, plusieurs temples[8], une nécropole[9]… Le résultat fut radical : en moins de vingt ans la puissante Bibracte, qui abritait plusieurs milliers d’habitants dont une élite vivant dans de splendides villas à la romaine, fut réduite à quelques cahutes. Loin de n’avoir été que la continuatrice de Bibracte sur le même site comme on l’a longtemps cru, l’élévation d’Autun fut au contraire responsable de la disparition de l’oppidum gaulois. Les Autunois de la fin du XIXème siècle n’ont d’ailleurs pas apprécié que Bulliot amputât leur ville de son prestigieux passé pré-romain ; et, si la localisation de Bibracte sur le mont Beuvray ne fait aujourd’hui plus aucun doute, Autun continue à être régulièrement surnommée « la cité éduenne » : le Journal de Saône-et-Loire, par exemple, use abondamment de cette périphrase pourtant fort approximative[10] et la municipalité surfa sur la même mode celtisante en baptisant « L’Éduen » son Parc des expositions[11].

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Figure-4.1-500x375.jpg.

Figure 4 : Panneau routier indiquant la direction de l’ensemble Bibracte/Mont-Beuvray (4.1) et panneau d’accueil à l’entrée du Centre de recherche (4.2). (JBB 2019)

 

            Ce petit tour d’horizon de la celtomanie toponymique pourrait être approfondi, en se penchant par exemples sur d’autres pratiques culturelles. L’une de celle qui touche à la toponymie sans s’y réduire est la dénomination des groupes de supporters de football, ultras et assimilés[12] . L’appel aux peuples antiques y constitue l’une déclinaisons possibles d’un attachement régionaliste fort : Lutèce Falco du PSG, Roazhon Celtic Kop de Rennes[13], la Louve romaine très présente dans l’iconographie du CUCS de l’AS Roma… En Bourgogne, cette piste a été suivie par les « Lingon’s Boys », groupe ultra de quelques dizaines de personnes soutenant le Dijon Football Côte d’Or (et dont l’emplacement dans leur tribune fait d’ailleurs l’objet d’un conflit avec le club). Leur nom reprend en effet celui des Lingons, dont le territoire ne recoupe que partiellement celui des entités administratives (département, région) actuelles puisque Langres fut leur capitale.

            Mais ceci nous entraîne vers d’autres histoires…

           

Bibliographie

  • Anglaret P., 2015, « Un point de vue altiligérien : le Mont Mézenc et l’ascension de la Droite Sociale », JAR/RGA, rubrique annexe « Lieux-dits ».URL : https://journals.openedition.org/rga/2889
  • Avanza M., 2003, « Une histoire pour la Padanie. La Ligue du Nord et l’usage politique du passé », Histoire, sciences sociales, 58ème année, p. 85-107.
  • Giraut F., 2015, « Entre références «glocale» et «natiorégionale» : le choix d’un nouveau nom de stade à Rennes », Néotoponymie. URL : https://neotopo.hypotheses.org/234
  • Lacarrière J., 1974, Chemin faisant. Mille kilomètres à pied à travers la France, Paris, Fayard, 240 p.
  • Markale J., 2000, Contes et légendes des pays Celtes, Rennes, éd. Ouest-France, 332 p.
  • Taix P., Poupat B. & Verrecchia A., 2018, Mode de vie, éd. La Grinta, 526 p.

 

[1]   Expression reprise du titre de la conférence donnée par Vincent Guichard, directeur général de l’EPCC de Bibracte (cf. infra), à Château-Chinon le 3 mars 2019 dans le cadre du festival « Le Nièvre rencontre l’Irlande »… qui, justement, jouait abondamment sur la corde du celtisme musical. Cf. https://festival-nievre-irlande.com/2018/08/25/du-celte-a-toutes-les-sauces-par-vincent-guichard/.

[2]   Liste qui, d’ailleurs, varie selon les occasions : Asturies et Galice par-ci (cf. https://www.festival-interceltique.bzh/les-nations-celtes/), Wallonie par-là (cf. Markale 1995).

[3]   Nos représentations contemporaines des peuples antiques (et en particulier de ceux ayant fouklé le sol des Gaules) sont fortement influencées non seulement par l’image d’Épinal quelque peu vieillie et tronquée issue de l’école du second Empire et de la Troisième République, mais aussi par quelques fictions dont le génie même les rend incontournables autant que déformantes par rapport à la réalité historique. C’est particulièrement le cas d’Astérix, auquel chercheurs et passeurs de savoirs se heurtent régulièrement…

[4]   Villes fortifiées, qui se sont multipliées lors des IIème et Ier siècle av. J.C. En lien avec une mutation technologique, économique, sociale et politique dont bien des détails demeurent à comprendre. Beaucoup de ces oppida utilisaient la topographie pour faciliter leur défense : sommet, méandre, etc.

[5]   Cf. par exemple : http://www.lefigaro.fr/vox/histoire/2014/05/19/31005-20140519ARTFIG00068-site-d-alesia-admettons-la-verite.php.

[6]   « Qui joua » peut s’appliquer au peuple comme à sa capitale. Après plusieurs affrontements sporadiques, la première grande bataille de la guerre des Gaules opposa en effet en – 58, près de Bibracte, les légions de César et ses alliés (dont les Éduens) à une coalition de différents peuples (dont les Helvètes) tentant de traverser la Gaule. Alors qu’ils avaient depuis plusieurs décennies connu une profonde influence culturelle latine, les Éduens renversèrent leurs alliances quelques jours avant la bataille de Gergovie (– 52) et se joignirent à la coalition gauloise menée par leurs rivaux Arvernes ; c’est même à Bibracte que le jeune chef arverne Vercingétorix (lui aussi ancien allié de Rome), reçut le titre de chef de la coalition. Quelques mois plus tard, si Vercingétorix fut rudement traité par César après la défaite d’Alésia, le général romain se montra bien plus clément envers les partis pro-romains des Arvernes et des Éduens. C’est d’ailleurs à Bibracte qu’il prit ses quartiers d’hiver entre 52 et 51 et qu’il rédigea en partie De Bello Gallico.

[7]   Autre parallèle possible : Arnaud Montebourg sur le mont Beuvray comme Laurent Wauquiez sur le mont Mezenc ont tous les deux élus des sommets partagés entre deux départements (Anglaret 2015).

[8]   Il en reste les ruines du temple dit – par le biais d’une étymologie dont on sait aujourd’hui qu’elle était fallacieuse – « de Janus ».

[9]   Il en reste la pyramide de Couhard, qui domine la ville.

[10] Exemple très récent : https://www.lejsl.com/edition-autun/2019/05/08/la-cite-eduenne-obtient-le-label-ville-et-metiers-d-art.

[11] Cf. https://www.parc-expositions-autun.com/.

[12]        Les noms des groupes de supporters ne relèvent pas directement de la toponymie, mais illustrent une autre déclinaison du lien entre identité, territorialité et toponymie. Certes ils ne désignent jamais, aux yeux des instances dirigeantes ou des médias, des tribunes : celles-ci portent des noms de personnes ou de lieu – ou, de plus en plus souvent, de marques. Cependant, poser sa « bâche » (banderole) est un acte fort, signe de prise de possession d’un territoire que ce soit en déplacement ou chez soi (Taix & al. 2018).

[13] Remarquons que la volonté celtisante joue ici à plein, au point que les supporters rennais (mais aussi les dirigeants du club lors du naming du stade : Giraut 2015) ont choisi de négliger Renn, c’est-à-dire le nom de Rennes en gallo (la langue locale, reconnue par la Région autant que le breton parlé lui plus à l’ouest), lui préférant le nom de la ville en breton – langue qui n’y a pourtant jamais été parlée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.