Appel à articles: Nominations plurielles. Quand les noms de lieux se multiplient et se concurrencent

Nommer les lieux est une opération humaine essentielle de territorialisation constitutive de la géographie politique. Le présent appel à articles s’inscrit dans un courant international de toponymie politique ou critique qui s’intéresse aux enjeux politiques, identitaires, et fonctionnels de la nomination des lieux. Il est donc dédié à la production et aux changements du “toponomascape” et plus généralement du paysage linguistique. La nomination, qu’elle soit officielle ou officieuse, issue d’un processus légal ou de la pratique, peut être considérée comme une technologie sociale qui attribue aux lieux et aux territoires des fonctions et des références et participe de l’instauration et/ou de la révélation d’un ordre social et politique.

Dépassant l’usage académique de la toponymie à des fins de reconstitution du peuplement et des rapports historiques à l’environnement, l’intérêt pour la dimension géopolitique à différentes échelles de la toponymie n’est pas nouveau (Azaryahu, 1996 ; Zelinski, 1997). Mais la définition d’un cadrage problématique et l’indication de champs privilégiés ainsi que des hotspots liés s’est effectuée dans les années 2000 et 2010 (Alderman, 2008 ; Giraut et Houssay-Holzschuch, 2008a ; Guillorel 2008 ; Berg et Vuolteenaho, 2009 ; Rose-Redwood et al., 2010 ; Bigon, 2016 ; Puzey et Kostanski, 2016). De plus, des propositions théoriques ont été avancées pour interpréter les motivations et les pratiques de nominations, issues de la linguistique (Tent et Blair, 2009) ou des sciences politiques et notamment des approches foucaldienne, debordienne et gramscienne en termes de dispositifs, de spectacularisation et d’hégémonie (Vuolteenaho et al., 2012 ; Giraut et Houssay-Holzschuch, 2016). D’importants développements par le biais d’ouvrages, de numéros spéciaux de revues ou d’articles de synthèse ont déjà été produits sur plusieurs thématiques telles que les noms des recompositions territoriales ou du new regionalism (Giraut et Houssay-Holzschuch, 2008b), la marchandisation des noms (Light et Young, 2014 ; Medway et Warnaby, 2014) et l’investissement mémoriel des noms de rues (Bulot et Veschambre, 2006 ; Rose-Redwood et al., 2018).

Aussi, les situations toponymiques qui font l’objet de cet appel à articles sont celles, nombreuses et diversifiées, mais encore peu documentées et analysées, où l’on constate dans les usages, la cartographie et les nomenclatures une pluralité d’appellations éventuellement contradictoires et fonctionnant sur des registres différents. Ces situations fréquentes et riches d’enjeux peuvent être interprétées à l’aune de la géographie politique et culturelle comme révélatrices de la pluralité des représentations et des pratiques, mais aussi des rapports historiques à l’espace et des éventuelles revendications sur celui-ci.

Il s’agit donc de documenter, analyser et interpréter les différentes situations où la toponymie officielle se confronte à une toponymie vernaculaire active :

  • Situations de plurilinguisme et reconnaissance toponymique des corpus de noms en différentes langues (Cenoz et Gorter 2006) : enjeux culturels et patrimoniaux et enjeux fonciers ou géopolitiques liés à la légitimité autochtone associée à la toponymie.

  • Enregistrement contradictoires de corpus toponymiques dans la cartographie online : cartographie privée (Google maps, Here, … ) et collaborative (OpenstreetMap) qui promeuvent des toponymies alternatives (privées, vernaculaires …) à celle de la cartographie officielle. Thème émergent lié à celui de la numérisation et à la cartographie critique. mais peu documenté et encore moins théorisé.

  • Les microtoponymes ruraux dans la patrimonialisation de la société des loisirs et dans l’adressage des campagnes métropolisées. Les politiques systématiques d’adressage d’une part et de signalétique des chemins d’autre part, transforment des systèmes de repérage par lieux (hameaux, fermes) et collectifs liés en un système de voies et d’adresses individuelles. L’opération est tout sauf neutre même si elle est présentée comme une simple opération technique de modernisation, elle participe à reconfigurer le toponomascape des campagnes à base de noms de lieux du quotidien plus ou moins inspiré d’un patrimoine réinterprété et sélectionné

  • Politiques d’adressage en ville, et notamment dans les villes du sud (Farvacque-Vitkovic C. et al. 2005), où d’importantes politiques ont été menées pour rationaliser l’odonymie souvent en lien avec la mise en place d’un cadastre. Politiques qui se heurtent à des pratiques informelles résilientes qui relèvent d’une autre logique dans les rapports aux lieux; les noms de quartiers.

Les études de cas peuvent être du Sud, ce qui est particulièrement attendu, ou du Nord, des habituels hotspots de la géopolitique des noms : Afrique du Sud, Israël-Palestine, Europe orientale, États-Unis-Canada… ou non. La perspective adoptée par cet appel est délibérément transversale et comparative s’agissant d’un champ scientifique émergent qui a vocation à penser les déclinaisons culturelles et économiques de processus tout à la fois globaux et éminemment contextuels. Ainsi le fait de traiter des politiques d’adressage et de leurs effets sociaux dans des contextes aussi différents que les campagnes du Nord et les villes du Sud devrait permettre la mise en perspective de problématiques, de jeux d’acteurs et de contextes extrêmement différenciés aux prises avec des technologies comparables. Plus généralement encore, la question de la pluralité des noms et des pratiques non institutionnelles de la toponymie et de ses enjeux géopolitiques gagnera aux rapprochement de situations très contrastées incluant celles de plurilinguisme conflictuel plus ou moins régulé ou attisé par des techniques et des politiques cartographiques ou d’adressage.

Les articles, rédigés en français ou en anglais, comporteront environ 30 000 signes, plus les illustrations (se reporter aux recommandations aux auteurs sur https://journals.openedition.org/echogeo/1940). Ils devront être envoyés avant le 29 février 2020 à Frédéric Giraut (frederic.giraut@unige.ch), coordinateur du dossier, et Karine Delaunay (karine.delaunay@ird.fr), secrétaire éditoriale d’EchoGéo, qui les transmettra aux évaluateurs. Le dossier paraîtra dans le n° 53 d’EchoGéo (juillet-septembre 2020).

Coordination du dossier : Frédéric Giraut est Professeur au Département de géographie de l’Université de Genève. Il a co-organisé un Symposium international sur la nomination des lieux en Afrique Contemporaine, tenu à Niamey en septembre 2018.

 

Bibliographie

Alderman D., 2008. Place, naming, and the interpretation of cultural landscapes. In Graham B. and Howard P. (ed.), The Ashgate research companion to heritage and identity, Aldershot, Ashgate Press, p. 195-213.

Azaryahu M., 1996. The power of commemorative street names. Environment & Planning D: Society & Space [En ligne], vol. 14, n° 3, p. 311-330. https://doi.org/10.1068/d140311

Berg L. D., Vuolteenaho J. (ed), 2009. Critical Toponymies: The Contested Politics of Place Naming. Aldershot, Ashgate Press.

Bigon L. (ed.), 2016. Place Names in Africa. Colonial Urban Legacies, Entangled Histories. Cham, Springer.

Bulot T., Veschambre V. (ed.), 2006. Mots, traces et marques. Dimensions spatiales et linguistiques de la mémoire urbaine. Paris, L’Harmattan.

Cenoz J., Gorter D., 2006. Linguistic landscape and minority languages. International Journal of Multilingualism, vol. 3, n° 1, p. 67-80.

Farvacque-Vitkovic C. et al., 2005. Adressage et gestion des villes. Washington, World Bank.

Giraut F., Houssay-Holzschuch M., 2008a. Au nom des territoires! Enjeux géographiques de la toponymie. L’Espace géographique, vol. 37, n° 2, p. 97-105.

Giraut F., Houssay-Holzschuch M., 2008b. Néotoponymie : formes et enjeux de la dénomination des territoires émergents. L’Espace politique, n° 2, p. 5-12.

Giraut F., Houssay-Holzschuch M., 2016. Place Naming as Dispositif: Toward a Theoretical Framework. Geopolitics [En ligne], vol. 21, n° 1, p. 1-21. https://doi.org/10.1080/14650045.2015.1134493

Guillorel H. (ed.), 2008. Toponymie et politique : les marqueurs linguistiques du territoire. Bruxelles, Bruylant.

Light D. and Young C., 2014. Toponymy as Commodity: Exploring the Economic Dimensions of Urban Place Names. International Journal of Urban and Regional Research [En ligne], vol. 39, n° 3, p.435-450. https://doi.org/10.1111/1468-2427.12153

Medway D., Warnaby G., 2014. What’s in a name? Place branding and toponymic commodification. Environment and Planning A [En ligne], vol. 46, n° 1, p. 153-167. https://doi.org/10.1068/a45571

Puzey G., Kostanski L. (ed.), 2016. Names and Naming: People, Places, Perceptions and Power. Bristol, Multilingual Matters.

Rose-Redwood R. et al., 2010. Geographies of toponymic inscription: new directions in critical place-name studies. Progress in Human Geography [En ligne], vol. 34, n° 4, p. 453-470. https://doi.org/10.1177/0309132509351042

Rose-Redwood R. et al. (ed.), 2018. The Political Life of Urban Streetscapes. London, Routledge.

Tent J., Blair D., 2009. Motivation for Naming: A Toponymic Typology. Technical Papers. A. N. P. Survey. Sydney, Linguistics Department.

Vuolteenaho J., Kolamo S., 2012. Textually Produced Landscape Spectacles? A Debordian Reading of Finnish Namescapes and English Soccerscapes. COLLeGIUM: Studies across Disciplines in the Humanities and Social Sciences, vol. 13, p. 132-158.

Zelinsky W., 1997. Along the Frontiers of Name Geography. The Professional Geographer [En ligne], vol. 49, n° 4, p.465-466. https://doi.org/10.1111/0033-0124.00092


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.