Des tribunes aux murs des kampung indonésiens : quand les ultras marquent le territoire

Dr. Jean-Baptiste Bing, Directeur de la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne, Géographe, Conteur

Les supporters d’une équipe de football sont assez logiquement à leur place dans un stade ; dans le cas des groupes les plus actifs et les plus passionnés (qu’ils se revendiquent de la mouvance ultra ou d’une autre, souvent plus informelle), la tribune voire le coin de tribune deviennent un territoire de référence, dont la défense peut justifier certains excès. Affiché sur l’objet quasi-sacré qu’est la « bâche » (banderole), le nom du groupe et/ou de la tribune peut alors être transporté dans les autres stades et sur les routes (Broussard 1990). Ce rôle dévolu à la bâche, s’il rappelle fort celui dévolu aux drapeaux dans la tradition militaire, ne relève pas exactement de la toponymie.

            En revanche un autre moyen de marquer son territoire, usant lui aussi du nom du groupe ou du club soutenu, s’en rapproche. Il s’agit de l’affichage desdits noms sur des murs, rappelant l’attachement du groupe ou du club à sa ville – et réciproquement faisant de celle-ci un territoire réservé où le soutien à un autre club équivaut à une infidélité (figure 1). Les outils de cette monstration – tags, autocollants, etc. – sont communs aux ultras et à d’autres mouvements de contre-culture (hip-hop, skinheads, punks, etc.) témoignant des croisements possibles entre eux : tous constituent en effet un « lieu-dit », c’est-à-dire un « lieu favorable à l’expression des identités inquiètes et blessées […], un point de repère qui permet, au travers de tous ses thèmes et variations, d’organiser et de styliser le monde social et ainsi d’y penser sa place […] un champ d’investissement où se rendre visible et devenir acteur en prenant parti sur ses évolutions » (Mignon 1998). Certains morceaux de musique (punk, oï, etc.) consacrés aux tribunes incarnent d’ailleurs parfaitement cette interfécondation[1].

Figures 1.1, 1.2, 1.3 : dans la ville de Palembang, nom de groupes ultras, du club (Sriwijaya FC, référence à l’un des grands royaumes ayant marqué l’histoire locale) et du quartier[2] (Kebun Bunga) voisinent sur les murs. Ils affirment ainsi deux choses : que le quartier demeure une chasse gardée face à tout traître qui soutiendrait une autre équipe ; qu’il est légitime pour des habitants issus de catégories sociales plutôt modestes de s’afficher comme acteurs de la ville. (Photos : JB Bing, 2019).

 

            Le mouvement ultra a en outre ceci d’intéressant que, né en Italie au tournant des années 1960-1970, il a gagné l’Europe dans les deux décennies suivantes (se retrouvant même aujourd’hui en Grande-Bretagne, d’où avait pourtant émergé le deuxième grand modèle de supportérisme, plus spontané et moins organisé) puis le reste du monde : les ultras ont par exemple joué un rôle non-négligeable dans les mouvements qui ont poussé Hosni Moubarak et Abdellaziz Bouteflika au bas de leur trône[3]. En Indonésie, où le football est extrêmement populaire, ils se sont développés dans le contexte de relative libéralisation qui a suivi la chute du général Suharto – relative car s’il est désormais autorisé de citer des penseurs qui font référence au marxisme, les mouvements contre-culturels continuent à susciter méfiance, réprobation voire répression[4].

            Alors que le football international (clubs européens, stars d’Europe et d’Amérique du Sud…) s’affiche partout dans les espaces commerciaux et privés et que les Indonésiens y font volontiers référence (en particulier face aux étrangers), le football national est moins visible – moins à la mode, et plutôt réservé aux catégories sociales modestes qui, elles mêmes, subissent parfois dans leurs quartiers une certaine gentrification (pression foncière, appropriation de l’eau, etc. : Tadié 2016). J’ai toutefois eu l’impression que, entre mes deux derniers séjours (mi-2017, mi-2019) cette visibilité avait légèrement augmenté, tant dans les médias que dans la vie quotidienne (maillots portés par les amateurs, etc.). Peut-être le succès des Jeux asiatiques organisés en 2018 à Palembang et Jakarta a-t-il contribué à populariser les sportifs locaux ? Toujours est-il que les ultras locaux n’ont pas attendu que leur championnat devienne mainstream pour afficher leur passion[5] – ce qui nous ramène à nos moutons.

            Deux exemples éclaireront cela, pris dans des contextes où la légitimité de la mainmise (voire de la présence) des supporters d’un club dans un territoire se trouve remise en question – et ce en raison de la présence d’un club rival à proximité : celui de petite province de la Daerah Istimewah Yogyakarta, au centre sud de Java, et celui de la gigantesque agglomération Jabotabek (Jakarta-Bogor-Tangerang-Bekasi) au nord-ouest de l’île. Dans le premier cas, autour de la ville de Yogyakarta (qui occupe un rang assez modeste dans la hiérarchie des villes indonésiennes par sa taille, mais dispose d’un prestige culturel, intellectuel et politique élevé), se répartissent des « districts » (kabupaten) fortement marqués par des lieux faciles à repérer par leur topographie – dont, au nord, Sleman dominé par le volcan Merapi et, au Sud-est, les collines karstiques de Gunung Kidul. La ville de Yogya, Sleman et Gunung Kidul disposent chacune d’un club, dont certes aucun ne fait partie de l’élite du football nousantarien mais qui réunissent tout de même un public de passionnés, soucieux de ne pas se faire marcher sur les pieds par les voisins. Ainsi le volcan Merapi est parsemé de tags à la gloire du PSS Sleman et des Brigata Curva Sud (cf. figure 2).

Figures 2.1 et 2.2 : les BCS – et leur influence italienne – s’affichent sur les maisons et les routes et les maisons du Merapi (le volcan voit son nom mentionné directement sur la fig. 2.1, ainsi approprié par les ultras)[6]. (Photos : JB Bing 2013.)

 

            Dans le cas de Jabotabek, on a par contre à faire à l’un des clubs les plus titrés du pays : le Persija (Jakarta) et à l’un de ses voisins plus modeste : le Persita (Tangerang). Or, s’il est logique que les supporters du Persita se recrutent largement à Tangerang, ceux-ci ont à faire à de nombreux supporters du Persija – non seulement car ses nombreux succès accroissent sa popularité, mais aussi parce que Tangerang étant (comme Bekasi) une zone fortement industrielle, une certaine mobilité interne à la mégapole a pu déplacer des Jakartanais modestes vers l’ouest (en raison des embouteillages, aller de Tangerang à Jakarta nécessite plusieurs heures de voiture…). Le résultat est sans appel : alors que les supporters du Persija de Tangerang s’affichent (figure 3.1 : « Tangerang est aussi Persija »), ceux du Persita n’hésitent pas à recouvrir leurs tags et à imposer les leurs (figure 3.2 : on distingue le « Persija » sous le « Persita »). La rivalité est telle que les ultras du Persita entretiennent des relations cordiales avec ceux du Persib (Bandung), ennemis jurés des inconditionnels du Persija : en 2019, à Tangerang, j’ai ainsi croisé un tag célébrant l’union « Persita x Persib ».

Figures 3.1 et 3.2 : rivalité Persita/Persija sur les murs de Tigaraksa (Tangerang). (Photos : JB Bing 2019.)

 

            Ce ne sont là que quelques notes, prises au retour d’un voyage entre Java et Sumatra – quelques pistes bien incomplètes. Un travail plus complet permettrait d’aller plus loin (par exemple une comparaison du voisinage Persija/Persita avec la cohabitation PSG/Red Star), travail qui ne saurait se passer du lien avec ce cœur battant de l’attachement territorial ultra qu’est le stade et, surtout, la tribune. Travail qui, aussi, aurait à s’attacher aux différentes dimensions de l’attachement au territoire, et aux différentes échelles des territoires de référence en jeu (Raffestin 1995), ainsi qu’à la marge (Raffestin 2016) et à la marginalité des contre-cultures à la fois subie et revendiquée (Hourcade 2004).

 

Bibliographie succincte

  • Broussard P., 1990, Génération supporter. Enquête sur les ultras du football, Paris, R. Laffont, 376 p.
  • Hourcade N., 2004, « Les groupes de supporters ultras », Agora débats, 37, p. 32-42.
  • Mignon P., 1998, « Supporters ultras et hooligans dans les stades de football », Commuications, 67, p. 45-58.
  • Raffestin C., 1995, « Langue et territoire. Autour de la géographie culturelle », in Wälty S. & Welen B. (éd.), Kulturen und Raum: theoretische Ansätze und empirische Kulturforschung in Indonesien: Festschrift für Professor Albert Leemann, Zurich, Rüegger, p. 87-104.
  • Raffestin C, 2016, « Les marges, une incitation à s’orienter dans la pensée », Géographie buissonnière, Genève, Héros-Limite, p. 114-128.
  • Tadié J., 2016, « Jakarta, une capitale sous contrôle ? », in Madinier R., Indonésie

[1]   Dans la tradition anglaise, parmi de nombreux exemples, cf. : https://www.youtube.com/watch?v=wHuitFlLdHQ et https://www.youtube.com/watch?v=Go-jJlGd1so.  Les romans de John King (notamment Football Factory, Aux couleurs de l’Angleterre, Human Punk et Skinheads) sont eux aussi directement issus de ces contre-cultures.

[2]   L’attachement au kampung (« village » à la campagne, « quartier » en ville) est souvent très fort car la vie quotidienne y est basée sur une très active solidarité interne – avec pour corollaire, aussi, une pression sociale tout aussi forte.

[3]   À propos du récent soulèvement algérien, cf. : http://www.cahiersdufootball.net/article-l-usma-le-chant-de-l-algerie-7226. Plus ancien, concernant la place Tahrir au Caire : https://www.sofoot.com/en-prive-les-ultras-egyptiens-se-preparaient-aux-manifestations-164348.html.

[4]   À propos de la répression des punks à Aceh : https://www.lemonde.fr/big-browser/article/2011/12/14/no-future-en-indonesie-on-reeduque-des-punks-selon-la-charia_5987832_4832693.html. D’un autre côté, j’ai pu participer en 2015 à une soirée d’échanges avec des étudiants et des enseignants issus de la Muhammadiyah – l’une des deux grosses associations musulmanes, dont certains courants sont ouvertement islamistes – autour du droit à l’eau dans les quartiers pauvres et de la privatisation d’icelle, où les idées de David Harvey étaient explicitement affichées comme référence théorique et politique.

[5]   Sur les ultras indonésiens et leur histoire, cf. https://www.sofoot.com/une-folie-nommee-indonesie-471874.html.

[6]   Noter l’influence italienne, qui apparaît jusque sur le nom des Brigata Curva Sud. Si d’autres groupes, comme les Vikings du Persija, ont choisi d’autres références, l’influence italienne s’exprime aussi à travers l’expression « Forza » suivie du nom du club. Et ce sont probablement des adolescents influencés par la culture ultra qui ont bombé, sur un mur de la ville de Kotabumi (Lampung, Sumatra), un tag « Forza SMK 3 » – un SMK étant un lycée professionnel – à deux pas d’un SMA – un lycée généraliste.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.