Lascaux : du lieu-dit à la marque globale

Lascaux, nom de la fameuse grotte aux ornements préhistoriques remarquables, a connu un destin toponymique extraordinaire. En moins d’un siècle, ce nom de lieu est passé du statut d’obscur microtoponyme rural à celui de métatoponyme mobile, ou mieux, de marque globale qui a colonisé une région.

Localement en Dordogne, il désigne d’abord le site d’une maison noble (fig. 1) et, par extension, d’une seigneurie et de son seigneur résident (Ferlier & Pagazani, 2019). Ceci sous la forme occitane de Las Coulx (attestée en 1400) qui fait référence à la présence de pierres et de chaux.  L’altération-francisation du nom lui donne la forme moderne et contemporaine de Lascaux (attestée en 1771, fig. 2).

Fig. 1 La maison noble de Lascaux, au premier plan ferme de Fon Laroche, 2013

Sce: Inventaire général du Patrimoine culturel, Région Nouvelle Aquitaine 

 

Fig. 2 Extrait de la planche 23 de la carte de Belleyme (1768). Sce: Inventaire général du Patrimoine culturel, Région Nouvelle Aquitaine 

Fig. 3 Extrait de la carte topographique IGN, feuille de Thénon édition 2018, Geoportail IGN

En 1940, lors de la découverte de la grotte qui prendra son nom, le microtoponyme est toujours connu comme lieu-dit qui désigne le domaine, alors propriété de la famille La Rochefoucauld-Monbel.

Question : l’ensemble formé par la maison noble éponyme et la ferme attenante au pied du versant est il encore désigné à l’époque de l’invention de la grotte par le toponyme Lascaux ? comme c’est le cas sur les plans cadastraux de 1813 … ? ou a t-il déjà laissé place ici à une forme totalement francisée : Fon Laroche. Nom qui a du apparaître pour désigner la ferme moderne ayant remplacé au début du XXeme siècle la métairie du domaine, tandis que seuls l’ex-moulin et la maison noble éponyme auraient été encore désignés par Lascaux ?

L’effacement-transfert du microtoponyme et sa mobilité vers la partie haute de la colline (carte IGN actuelle, fig. 3) sont vraisemblablement contemporains et ont été opérés après la découverte et nomination de la grotte pour éviter toute confusion de site ; tandis que la route qui relie Montignac-centre à la grotte prenait vite le nom d’Avenue de Lascaux. C’est ce que semble attester l’évolution des noms de lieux-dits locaux sur la carte topographique de l’IGN depuis les années 1960. On y note en effet le transfert sur la colline du nom de lieu-dit Lascaux (déjà opéré sur la carte topographique de 1975) où est située la grotte (indiquée avec la mention « Grotte de Lascaux »). Le toponyme de lieu-dit se déplaçant donc du cœur du domaine soit la maison noble éponyme en bas de la colline qui prend le nom contemporain de lieu-dit Fon Laroche sur la carte topographique de 2013, pour se situer aujourd’hui sur la colline ou « montagne joignante », expression utilisée au XVII pour la description du domaine (Pagazani et alii 2013).

Car la grande affaire, c’est bien sur l’invention (terme juridique) de la grotte en 1940 et sa nomination rapide d’après le nom du domaine sous lequel elle se trouvait. Bouleversement toponymique puisque le nom désigne désormais un site patrimonialisé, rapidement connu dans le monde entier et visité par de nombreux touristes avant d’être interdit à la visite pour sa sauvegarde, puis reproduit à proximité avec dédoublement du nom qui connait par ailleurs un succès et une diffusion grandissants.

Le nom devient bien vite en effet une référence valorisable sur le plan touristique par le secteur privé qui en exploite les retombées de sa fréquentation. Le nom va ainsi coloniser la région, avec notamment de nouveaux services hôteliers et de restauration qui vont introduire le toponyme dans leur nom privé, ceci à proximité de la grotte sur le plateau (« domaine de Lascaux » en fait sur le lieu-dit de Regourdou) et surtout dans la commune-centre de Montignac et ses abords en direction de la grotte (fig. 4).

Fig. 4 Démultiplication locale des références toponymiques publiques et privées à Lascaux

Capture Google Maps, décembre 2019

Par métonymie, des produits consommables et exportables issus de la région vont aussi se référer à ce nom et participer de son exportation et sa mobilité. Ainsi la distillerie du Périgord commercialise un whisky dénommé Lascaw, curieusement anglicisé, peut être pour des questions de droits et de marketing.

Ce processus de diffusion locale, puis régional et global du nom, ou plutôt de la marque Lascaux est favorisé par des initiatives publiques, notamment celle de la commune de Montignac qui se fait appeler sur son site officiel et pour sa communication institutionnelle : ville de Montignac-Lascaux. A l’échelle régionale, c’est l’office de tourisme qui intègre Lascaux dans son intitulé: Lascaux-Dordogne, Vallée Vézère.

Mais la mobilité et la globalisation du nom et de la marque Lascaux sont surtout liées aux noms issus de la grotte, d’abord Monument historique (1948) puis site du patrimoine mondial de l’Unesco (1979).  La grotte a fait l’objet de reproductions successives et d’aménagements liés, tous désignés par le toponyme de Lascaux (I, II et IV) et même d’une version mobile itinérante dans le Monde (Lascaux III). Ainsi, la plaine située aujourd’hui entre la commune de Montignac et le site de la grotte et de sa première reproduction (Lascaux II) est aujourd’hui constituée de vastes aménagements liés à la construction d’un ensemble muséal (Lascaux IV), le tout étant largement présent dans la signalétique sous la forme d’un logo stylisé reprenant visuellement le toponyme souligné de signes rappelant l’ornementation ou l’écriture préhistorique (fig. 5).

Fig. 5 Logo du site patrimonial sur la signalétique d’un parking public de Lascaux IV, avenue de Lascaux

Capture d’écran Google Street View, Décembre 2019

Lascaux, microtoponyme rural à l’origine, peut donc être qualifié aujourd’hui de métatoponyme qui se présente sous la forme d’une marque qui désigne un objet patrimonial démultiplié, reproduit et mobile et un ensemble de lieux publics et privés, et même de produits de consommation, qui se réfèrent à l’objet patrimonial réputé. Ceci en lien avec son exploitation touristique locale et régionale, mais aussi globale.

L’exploitation de la patrimonialisation et ses dimensions multiscalaires peuvent ainsi faire de microtoponymes urbains ou ruraux, liés à des oeuvres intemporelles et fameuses, des métatoponymes et des marques globales. En ce sens, Lascaux rejoint dans un tout autre genre Penny Lane.

Références:

PAGAZANI, Xavier, GROLLIMUND, Florian, BECKER, Line, MARABOUT, Vincent. « Lascaux avant Lascaux », Focus – Région Aquitaine [en ligne], avril 2013

FERLIER Ophélie, PAGAZINI Xavier, 2019, « Repaire noble de Lascaux, puis Fon Laroche« , Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search