Les initiatives de nomination de lieux d’après Nelson Mandela en Suisse : Quand des acteurs souhaitent affirmer leur vocation internationale

Par Nicolas PÉRIAT, Université de Genève

 

Le présent travail porte sur les premières et rares initiatives de nomination de lieux d’après Nelson Mandela en Suisse. Il existe ou ont existé en effet quelques initiatives privées et publiques et celles-ci ne manquent pas de susciter le débat de par leur caractère éminemment politique.

Cette dimension politique de la toponymie a déjà été soulignée par plusieurs auteurs qui promeuvent une toponymie politique ou critique (Guillorel, 1999 ; Rose-Redwood et alii 2010 …). Giraut et ali (2008) estiment que « Le nom de lieu est toujours un enjeu, dans la mesure où son choix met en présence différents acteurs, divers projets, et des représentations identitaires ou fonctionnelles souvent conflictuelles dont certaines seront finalement promues ». Dans son étude sur les odonymes (les noms donnés aux voies de communications), Badariotti (2002) affirme que les plus difficiles à décoder sont les noms propres (p.298). Ils permettent d’afficher aux yeux de tous l’exemplarité de certains de nos concitoyens, et de promouvoir, à travers l’image qu’ils nous transmettent, les valeurs et les symboles de toute une société (Badariotti, 2002).

Pour Giraut (2015b), dans le contexte contemporain de mondialisation et compte tenu du statut d’icône de la paix acquis par la figure révolutionnaire de Nelson Mandela, le choix de nommer ou renommer des lieux du nom de Mandela pourrait, malgré son caractère aujourd’hui consensuel, révéler des oppositions de valeurs, de représentations et d’intérêts socio-spatiaux ainsi que des stratégies politiques qui passent par la toponymie.

L’analyse des motivations, des argumentaires et des justifications qui entourent ces initiatives de nominations pourra donc contribuer à répondre à la question : « de quoi Mandela est il le nom ? ».

Ce sont ces questions qui nous intéresseront ici. Dans un premiers temps, nous chercherons donc à mettre en évidence les argumentaires mobilisés par des différents acteurs (associations et pouvoirs publics) pour motiver ou s’opposer à des dénominations en Nelson Mandela. Nous tenterons également de comprendre les déterminants du choix de la localisation des lieux que l’on veut associer à Mandela.

Ainsi, on peut émettre pour hypothèse que, à l’instar de la France (Giraut 2015a), la droite nationaliste suisse s’opposerait aux initiatives de nomination en Nelson Mandela au nom du localisme. On peut également supposer que la Suisse, de par sa neutralité, et son non engagement aux niveau fédéral et cantonal (où se décident les nominations de voies) dans le boycott international contre l’Afrique du Sud de l’apartheid, ferait plutôt partie de la vague des nominations tardives. Autrement dit que les initiatives officielles de nomination en Mandela seraient postérieures à l’acquisition par Nelson Mandela d’un statut d’icône mondial des droits humains et de la recherche de la paix, c’est à dire postérieure à sa libération, à l’obtention du prix Nobel de la Paix et même à son mandat de premier président de la République de la nouvelle Afrique du Sud post-apartheid. Quant aux choix de la localisation des éventuels lieux ou sites nommés d’après Mandela, on peut penser qu’il porte avant tout sur des espaces perçus comme « internationaux » ou « cosmopolites ».

Enfin, pour interpréter les motivations des différents acteurs, nous pouvons recourir à la grille de lecture développée par Giraut & Houssay-Holzschuch (2013). Celle-ci définit cinq types de « technologies de nomination» du point de vue des motivations et des fonctions : « Cleansing » pour éradication d’un nom que l’on souhaite faire disparaître avec son référentiel ; « Founding » pour imposition d’un nom à caractère idéologique qui affirme une référence fondatrice pour l’ordre imposé ou désiré ; « Scaping » pour production d’un environnement toponymique quotidien ordinaire mais lié à un imaginaire dominant et/ou imposé ; « Restoring » pour restauration d’un nom nié ou marginalisé avec sa société productrice et auquel on entend rendre justice ; « Promoting » pour promotion d’un nom pour sa capacité à mettre en valeur un lieu ou son occupation en lui attribuant une marque ou des qualités (Giraut & Houssay-Holzschuch).

Les nominations en Mandela en Suisse

Avant tout il faut préciser au titre de la contextualisation que la Suisse constitue un cas particulier dans l’étude des nominations en Mandela. En effet, le cadre légal de nombreux cantons[1] interdit les odonymes de personnes trop récemment décédées[2]. A Genève, le Règlement sur les noms géographiques et la numérotation des bâtiments stipule qu’il est du ressort du Conseil d’Etat de décider du nom des artères genevoises. L’article 13 pose deux conditions pour les nominations d’après le nom de personnalités. Celles-ci doivent être décédées depuis plus de 10 ans et avoir « marqué de manière pérenne l’histoire de Genève » (art. 13, ch4,)[3]. L’article 2 du règlement sur la désignation des artères et la numérotation des bâtiments stipule quant à lui que « Les noms de personnes décédées depuis moins de 5 ans ne peuvent être proposés »[4]. Il n’est donc en principe pas encore possible de nommer une rue après Nelson Mandela. Aucune rue portant le nom de cette figure hautement symbolique n’existe donc encore en Suisse.

En Suisse romande, on dénombre cependant trois initiatives de nomination d’après Nelson Mandela : deux initiatives privées et une publique, toutes récentes. En Suisse alémanique on en compte une seule, inaboutie et qui date de l’époque de la lutte contre l’apartheid et du soutien au prisonnier révolutionnaire qu’était Nelson Mandela.

La pseudo rue Nelson Mandela à Lausanne

En Suisse, la seule plaque portant à ce jour l’inscription «rue Nelson Mandela » a été posées dans une ruelle sans nom de Lausanne par les fondateurs de l’association culturelle Casona Latina, un soir de décembre 2013. Pour connaître les motivations et les réactions que cette initiative privée a suscitées, nous avons interviewé les deux fondateurs de l’association et consulté les articles de presse traitant de l‘initiative.

Nommer « leur » rue du nom de l’un « des trois plus grands hommes de tous les temps »[5] est l’idée de Juan Correa et Sandrine Cornut, les fondateurs de l’association Casona Latina, qui a pour cela reçu le soutien d’autres associations comme le Forum des Etrangers et Etrangères de Lausanne (FEEL) et l’association Viva Colombia[6]. Les promoteurs avaient alors lancé une pétition et récolté plusieurs centaines de signatures, mais ont abandonné leur initiative car persuadés que leur projet n’aboutirait pas en raison de leurs mauvaises relations avec la municipalité et du fait que des élus leur avaient affirmé que la ruelle était trop petite pour se voir attribuée un nom. Le syndic de Lausanne, Daniel Bréalaz avait d’ailleurs expliqué son opposition pour des raisons similaires au quotidien Lausanne Cités «Le lieu proposé par Casona Latina ressemble un peu à une impasse. Cela pourrait-il être considéré comme injurieux ?»[7].

Des « mauvaises excuses » selon Juan Correa qui soupçonne que son association soit victime d’un racisme caché de la part de la municipalité, au point d’en avoir saisi la Commission Fédérale Contre le Racisme[8]. Selon lui, certains signes ne trompent pas : non seulement son association culturelle ne reçoit aucune aide de la part de la municipalité, mais il estime que cette dernière fait tout pour entraver leur action : descente de police, amende de 2000 francs pour tapage nocturne dans une zone quasi-inhabitée et plus récemment, installation d’une barrière à l’entrée de la « rue Mandela » barrant l’entrée aux véhicules pendant la journée. On peut donc penser que nommer une rue dans un tel contexte, marquer l’espace lausannois du nom de celui qui a défait le racisme en Afrique-du-Sud, prend une dimension contestataire. Correa, militant communiste sous Pinochet réfugié en Suisse admire d’ailleurs Mandela parce qu’il s’est sacrifié pour son idéal : « Rien à voir avec les carriéristes du conseil municipal qui n’ont de socialiste que le nom ». Cette initiative de nomination se comprend donc elle aussi dans son contexte politique local. Mais Correa veut l’inscrire dans le combat plus général de l’antiracisme : comme première motivation, il justifie son choix par le fait qu’aucune rue suisse ne porte le nom d’une personnalité noire. En cela, la démarche de Casona Latina relève clairement du founding. Mais l’initiative relève également du promoting dans le sens où aux yeux de ses promoteurs, Mandela correspond à l’esprit de l’association car celle-ci fait l’éloge des cultures du monde entier. En effet, pour les promoteurs « la vocation d’universalité » de leur centre est parfaitement incarnée par Nelson Mandela. Car si leur association porte un nom hispanique, ils insistent sur le fait qu’ils produisent des artistes de tous les pays du monde. Et quand on leur demande pourquoi ils n’ont pas choisi une personnalité latino-américaine ayant incarnée des valeurs universalistes, Correa explique qu’à la différence d’un Che Guevara (qu’il aime beaucoup par ailleurs), Mandela est unanimement considéré comme irréprochable.

Les dernières motivations semblent plus triviales. Tout d’abord, cette ruelle devait être nommée pour être plus facile à localiser. Sur la page Facebook de l’inauguration de cette rue on peut justement lire une participante se plaindre de ne pas avoir réussi à trouver la rue et une membre de l’association de confirmer que l’absence d’adressage posait problème. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le site de l’association ne présente pas moins de trois plans d’accès différents accompagnés d’explications détaillées. Enfin, l’événement d’inauguration a attiré les journalistes (pour ceux qui ont trouvé !), ce qui a permis de faire mieux connaître l’association.

La mobilisation quasi-unanime des élus genevois pour honorer Mandela dans la Genève internationale

En Suisse, le seul projet de nomination officielle de rue en Nelson Mandela émane du Grand-Conseil genevois. Ici, comme dans la plupart des cas dans le monde, l’initiative est d’abord venue de la gauche. Dès le lendemain de la mort de Mandela, les Jeunes Socialistes Genevois (JSG) estiment que si «les rues sont pleines de noms de gens qui ont fait des petites choses pour Genève  (…) (ils ne voient) pas pourquoi Nelson Mandela, qui lui a fait des choses pour l’humanité, n’y aurait pas sa place »[9]. Le mouvement avait alors déclaré à la Tribune de Genève « la JSG aimerait rebaptiser la rue du Rhône, haut-lieu du commerce de luxe genevois. (…) Substituer les valeurs consuméristes qui l’habitent par celles de Nelson Mandela serait un signe fort »[10]. Des motivations qui auraient donc relevé du promoting pour la Genève internationale, si après avoir interviewé Adrien Faure, le président des Jeunes Socialistes à l’origine de l’initiative, il n’était ressorti que pour lui l’affaire était avant tout une « pure action de communication visant à attirer l’attention des médias facilement et à peu de frais » [11]. Il ne pense d’ailleurs pas que les Socialistes aurait été particulièrement intéressés par le projet de nomination : « la frange marxiste du parti n’est pas particulièrement pacifiste et s’attache plutôt à de grandes figures de la tradition révolutionnaire marxiste, tandis que la frange réformiste préfère mettre en avant des politiciens socialistes contemporains ». Quant à lui, il ne pense pas « que cela soit très important (…) qu’il y ait une rue au nom de Mandela à Genève. Mieux vaudrait mettre en avant des figures historiques locales (…) ».

Ensemble à gauche est allé au-delà du coup de communication et l’un de ses députés, Christian Grobet, a également décidé de déposer une motion au Grand Conseil au lendemain de la mort du leader sud-Africain, motion pour laquelle il a reçu le soutien de membres de chacun des partis présents au législatif genevois, de l’extrême gauche à l’extrême droite. L’idée de renommer une rue prestigieuse au nom de Nelson Mandela est même venue de l’UDC, mais il s’agit là d’une contre-proposition au projet de monument considéré comme dispendieux. En effet, alors que la motion prévoyait initialement d’ériger un monument, l’UDC propose un amendement visant à renommer une rue plutôt qu’un monument en raison du coût qu’engendrerait une telle construction. Une proposition soutenue par l’ensemble de la droite. Le libéral-radical Pierre Weiss proposera également de donner le nom de Nelson Mandela un arrêt de bus dans le secteur de la Genève internationale. Au final, c’est une motion comportant deux invites – d’ériger un monument à la gloire de Nelson Mandela et de nommer ou renommer une voie à son nom « dès que possible » [12]. La motion sera adoptée par 79 voix et quatre abstentions (d’élus UDC et MCG)[13]. L’amendement appelant «à renommer, dès que possible, la partie de l’avenue de la Paix située entre la rue de Lausanne et la place des Nations, avenue Nelson Mandela » est quant à lui adopté par 48 oui contre 18 non et 14 abstentions[14].

On peut penser que ce qui explique que seule Genève ait tenté de s’arranger avec sa législation toponymique pour honorer Mandela est lié à l’image et au caractère international de la ville, une motivation reprise également exprimée chez les JSG[15]. Ainsi, dans sa motion 2185-A, le Grand Conseil y fait référence : « Genève a vocation internationale de Genève en tant que centre de dialogue (…) de coopération internationale, fondée sur la tradition humanitaire et le droit, ainsi que sur les valeurs de paix et de solidarité, reconnue par la nouvelle Constitution genevoise à son article 146 ».

Le Président du Conseil d’Etat François Longchamp, jugera la motivation valable : « nous partageons l’opinion des motionnaires sur la nécessité de marquer, dans la ville internationale par excellence qu’est Genève, l’action de Nelson Mandela non seulement à l’endroit des citoyens de son pays mais à l’ensemble d’un continent et, de manière générale, à l’ensemble du monde »[16].

Reste ce problème du délai de carence mentionné en introduction et le fait que la personne doit avoir joué un rôle important dans l’histoire de Genève. Mais ce jour-là, le président de l’exécutif genevois se montre optimiste «  Cette règle (le délai de carence) est très bonne, parce qu’elle nous permet d’avoir le recul nécessaire pour laisser tomber l’émotion. Dans le cas de M. Mandela, la situation est inverse. Il est d’évidence que, dans cinq ans encore, M. Mandela restera un homme d’Etat et une figure historique marquants des XXe et XXIe siècles. C’est la raison pour laquelle le Conseil d’Etat vous fera un certain nombre de propositions qui seront de nature à vous permettre de répondre aux invites de cette motion ».

Pourtant, la toute dernière déclaration du Conseil d’Etat laisse entendre que Genève ne sera pas prête d’avoir sa rue Nelson Mandela. Dans sa réponse officielle au Grand Conseil, le Conseil d’Etat explique que « (l’invite de renommer une partie de l’avenue de la Paix en Nelson Mandela) ne peut être suivie actuellement, compte tenu des contraintes découlant de la réglementation qui impose un délai de carence de dix ans après son décès, avant de dénommer une rue au nom d’une personnalité marquante » [17]. En revanche, l’exécutif genevois accepte de consacrer une œuvre originale qui trouverait sa place dans un lieu hautement symbolique, tel que le parc Rigot, situé au cœur du quartier des organisations internationales ». La dénomination de la rue de la Paix en Nelson visait donc notamment à renforcer le caractère international du quartier et le rôle de Genève dans la promotion de la paix dans le monde, on peut conclure que la motivation relève du « promoting ». La question de savoir quand la rue sera effectivement renommée reste quant à elle ouverte.

A Genève, l’initiative a donc fédéré tous les partis et c’est même l’UDC qui a proposé de renommer une rue au nom du leader africain. Bien que les rares abstentionnistes (ils étaient 4) au vote de la motion visant à honorer Mandela provenait du MCG et de l’UDC, la majorité des députés de l’extrême droite genevoise ont voté en sa faveur. A Lausanne, le conseil municipal dominé par les socialistes n’a pas souhaité officialiser la rue Nelson Mandela, baptisée par l’association. Enfin, la seule personnalité qui ait évoqué la nécessité de promouvoir des figures locales plutôt qu’étrangères est l’ancien président des Jeunes Socialiste. Le propos n’est pas de conclure que la gauche est moins favorable aux nominations en Mandela (à Genève l’initiative est quand même portée au Grand conseil par un député d’Ensemble à gauche), mais l’enthousiasme ne semble aujourd’hui pas plus marqué à gauche qu’à droite. Cela s’explique peut-être par le fait que, contrairement à d’autres pays Européens, il n’y a eu en Suisse aucun projet de nomination (à l’exception de Saint-Gall) qui appartienne à la première vague de nomination, c’est à dire celle des années où Mandela était encore en prison et très mal considéré par les partis bourgeois et nationalistes[18].

Le Collège du Léman : un espace Mandela pour la formation d’une élite internationale ?

L’espace Mandela du Collège du Léman constitue un cas d’initiative toponymique privée, mais portant cette fois-ci sur un lieu privé. Le Collège du Léman, une école privée genevoise, compte plus de 2000 élèves de 105 nationalités différentes selon Versoix région[19]. Selon le directeur, l’école tient aussi à célébrer les valeurs prônées par Nelson Mandela à savoir « l’égalité, la justice la solidarité ou encore la tolérance »[20].

Ce sont toutefois des citations de Nelson Mandela sur l’éducation[21] et la réussite professionnelle[22] qui sont inscrites sur les murs du centre. Le centre estime que Mandela incarnait en effet, des valeurs initiées par le fondateur du collège du Léman, Francis Clivaz, qui souhaitait : « Eduquer et enseigner dans un esprit d’ouverture et de tolérance afin que les élèves puissent devenir les citoyens et leaders d’un monde respectueux des différences ». C’est donc Mandela le leader qui est ici célébré. Et en créant un espace dédié à l’ancien président de l’Afrique-du-Sud, le Directeur Général Yves Thézé a souhaité « relier cette figure historique et ses principes aux valeurs que nous transmettons à nos élèves dans l’espoir qu’elles les suivent tout au long de leur vie personnelle et professionnelle »[23].

Outre le promoting, on peut penser que la nomination est là encore un moyen d’attirer l’attention des médias afin de promouvoir l’école et ses atouts: son multiculturalisme, son bilinguisme, ses projets caritatifs… Ainsi, on note l’extrait suivant dans le document destiné à la presse : « en tant qu’établissement scolaire engagé dans plusieurs projets d’entraide, le Collège du Léman abrite 4 organisations caritatives (WATU, IKOKU, SOA, MADS). Or, depuis 2010, la Fondation Nelson Mandela appelle les gens à donner 67 minutes de leur temps pour faire une bonne action le 18 juillet, jour de l’anniversaire de Mandela. Cette date tombant pendant les vacances scolaires, les élèves membres du Comité des associations caritatives ont décidé de participer à cette démarche en donnant 67 minutes de leur temps chaque année le 26 ».

Une MandelaStrasse pour effacer la KrugerStrasse ? La seule initiative de nomination en Nelson Mandela en Suisse alémanique

Si les nominations en Nelson Mandela ne sont pas courantes en Suisse romande, elles le sont encore moins outre Sarine et inexistantes au Tessin. Après une recherche approfondie sur internet en allemand et en italien, nous n’avons pas trouvé un lieu qui porte le nom l’icône sud-africaine[24]. Une personnalité du mouvement anti-apartheid et militant depuis plus de 20 ans pour renommer certains lieux suisses portant le nom de racistes avérés, nous a également confirmé qu’il n’en existait pas[25]. Seule une initiative inaboutie est à relever. Cette initiative date de l’époque de l’apartheid lorsque le prisonnier Nelson Mandela incarnait la lutte contre le régime raciste. Elle apparaît comme étant avant tout motivée par le rejet du nom que portait alors la rue dans le cadre de la lutte contre un régime directement issu de la période coloniale à laquelle renvoyait le nom de Paul Kruger . En cela, il s’agit donc d’un exemple paradigmatique de tentative de cleansing couplé à celle du promoting d’une figure révolutionnaire.

Président de la république du Transvaal réfugié en Suisse, Paul Kruger s’était vu honoré de recevoir, de son vivant en 1904 le nom d’une rue à Saint-Gall. La cheffe du département de l’aménagement et de la construction, Elizabeth Beéry, avance plusieurs raisons[26] pour expliquer ce qui, à l’époque, a motivé la nomination d’une rue suisse du nom de Paul Kruger. Le baptême s’est fait à une époque où l’on pouvait encore nommer les rues d’après des personnalités toujours en vie alors que la ville, en plein développement, avait besoin de donner des noms à ses nouvelles rues. Fait intéressant, la population suisse lui vouait alors une certaine sympathie car elle le voyait comme un combattant de liberté, lui ce chef d’un petit Etat résistant à l’impérialisme britannique. De plus, cette personnalité avait vécu en Suisse. Dans le contexte post-colonial, le rôle de Kruger dans la mise en place du régime raciste sud-africain poussera le mouvement antiapartheid à demander de renommer les rues Paul Kruger, non seulement celle de Saint-Gall, mais également à Courbevoie en France et aux Pays-Bas (Giraut, 2015b).

A Saint-Gall, La rue devient alors « un lieu de happening politique hautement symbolique » où des figures importantes de la lutte anti-apartheid se retrouvent, comme par exemple Dulcie September. Lors de ces happenings, la rue était rebaptisée Nelson Mandela. L’initiative est venue de Hans Fässler, membre à l’époque du mouvement anti-apartheid[27], soutenu dans sa démarche par d’autres associations antiracistes[28]. Contacté par téléphone, l’intéressé nous a expliqué que le choix de Nelson Mandela visait certes à « rattraper » l’erreur d’avoir laissé une rue porter si longtemps le nom d’un raciste, mais c’était avant tout « comme un outil pour lancer le débat » sur les relations entre la Suisse et l’Afrique du Sud.

Ainsi en 1986, lui et les militants antiapartheid avaient demandé au conseil municipal saint-gallois de renommer la rue Kruger en Nelson Mandela. Politiquement, la demande avait reçu l’appui de certaines personnalités de gauche ainsi que celui des féministes du Groupes des Femmes Politiques. Mais cela ne suffira pas et le conseil municipal justifiera son refus par les coûts administratifs et financier qu’un tel changement de dénomination entrainerait. Une mauvaise excuse pour Fässler puisqu’à la même période, le conseil municipal avalisait la renomination d’une autre rue de Saint-Gall en rue Général Guisan. « Les coûts sont donc supportables lorsqu’il s’agit de héros nationaux » conclut-il après avoir également rappelé qu’à l’époque les partis bourgeois faisaient preuve de complaisance avec le régime de l’apartheid[29].

Il faudra alors 23 ans pour que le conseil municipal accepte de changer le nom de la Krugerstrasse. Cela s’explique sans doute par le fait qu’au sein de la population, Paul Kruger comptait suffisamment de défenseurs pour que le Tagblatt parle alors de « conflit » [30] sur Krugerstrasse. Les raisons motivant la défense du nom de Kruger sont variées. Sur la toile, un groupe de défense du droit des Afrikaners regrette par exemple cette volonté d’effacer du paysage toponymique suisse le nom d’un homme qu’ils considèrent comme tolérant et « ayant d’excellentes relations avec les tribus noires » [31]. Le professeur d’histoire Jörg Fisch de l’Université de Zurich estime quant à lui qu’il faut garder la Krugerstraße comme un témoignage de l’histoire » car son nom « est synonyme de l’enthousiasme qu’avait déclenché ici aussi la guerre des Boers »[32]. Enfin et surtout, les résidents du quartier s’étaient également opposés à ce qu’on touche au nom de leur rue et s’étaient constitués en association pour lutter contre cette renomination. Non pas par sympathie pour Paul Kruger, mais en raison des inconvénients pratiques (financiers et administratifs) qu’un tel changement impliquerait « et parce qu’ils s’étaient habitués à ce nom de rue »[33].

C’est néanmoins la vision et le projet des antiracistes qui va l’emporter. La cheffe du département de l’aménagement et de la construction justifiera dans un discours la nécessité de débaptiser une rue dont le nom était « étroitement lié à la domination coloniale et l’oppression de la population noire africaine[34][35][36]. De même, dans la presse Kruger est présenté comme l’homme qui parlait des Noirs « comme des Kaffir et des sauvages » et comme le « cerveau de décennies d’oppression » [37].

Ainsi, ce sera finalement au nom de Friedrich Dürrenmatt que la rue sera renommée le 8 juin 2009. Le nom de l’écrivain suisse l’aura emporté face à celui du défunt politicien Kurt Furgler (Wos, 11.09.08). La décision sera accueillie de façon mitigée chez les pro-Mandela : dans un document de décembre 2008, la représentation suisse du mouvement Apartheid Debt and Reparations Campaign considère le changement de nom comme un « succès » bien qu’elle n’ait pas été renommé d’après Nelson Mandela[38]. Dans une lettre au gouvernement suisse, le Pro-Afrikaanse Aksiegroep regrette la décision tout en comprenant qu’il est « naturel que les Suisses aient préféré le nom d’un autre Suisse »[39].

Conclusion

Cette étude des quelques initiatives suisses de nomination de lieux d’après Nelson Mandela permet de contribuer à l’interprétation, à la différenciation et à la contextualisation de ces initiatives toponymiques et politiques au caractère mondial.

Ces initiatives restent assez marginales en Suisse comparativement au grand nombre relevé dans les Etats d’Europe occidentale, notamment en France, mais aussi au Royaume-Uni, en Espagne et aux Pays-Bas, autant d’Etats pleinement impliqués dans la colonisation.

En Suisse, c’est donc la Genève internationale, à laquelle on peut associer le Collège du Léman, qui apparaît la plus concernée par le phénomène avec notamment un débat et une motion prise au Grand Conseil malgré les limites qu’impose la restriction des nominations de voies aux personnes décédées depuis plus de 10 ans.

Les quelques initiatives lémaniques postérieures au décès du grand homme devenu icône de la paix montre que le sujet semble beaucoup moins clivant politiquement. La gauche internationaliste et anticoloniale est traditionnellement en Europe à l’origine des revendications de célébration de la figure de Nelson Mandela, c’est encore le cas de l’initiative de l’association Casona Latina à Lausanne et c’était bien sûr le cas du mouvement antiapartheid à Saint Gall en 1986, mais aujourd’hui à Genève la droite libérale peut prendre une part très active à la revendication de célébration, et même la droite nationaliste peut s’y rallier sans pour autant empêcher le maintien d’une opposition dans ses rangs. Ceci tandis que la municipalité socialiste de Lausanne ne rentre pas en matière pour valider l’initiative d’une ONG et que le président des jeunesses socialistes de Genève ne semble pas convaincu de l’intérêt d’une telle initiative si ce n’est pour obtenir un éclairage médiatique.

Dans les cas d’initiatives contemporaines suisses, il s’agit avant tout de reconnaître et de promouvoir des valeurs de paix à l’échelle internationale. Cette motivation politique se combine avec la volonté de promouvoir la Genève internationale, et des lieux d’associations ou sociétés liées. Il s’agissait également et de manière explicite de profiter d’un événement planétaire pour attirer l’attention sur des acteurs politiques ou socio-économiques qui se revendiquent de ces valeurs.

BIBLIOGRAPHIE ET SOURCES

BADARIOTTI D., 2002, « Les noms de rue en géographie. Plaidoyer pour une recherche sur les odonymes », Annales de géographie 625, 285-302.

GIRAUT, F., 2015a, « La toponymie, une vieille obsession de l’extrême droite », Le Monde, 26 mars 2015, http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/03/26/la-toponymie-une-vieille-obsession-de-l-extreme-droite_4602209_3232.html#F5GDQ2GMWXPvyJte.99

GIRAUT, F., 2015b, « Pour une géopolitique de la planète Mandela », disponible sur le blog scientifique neotopo.hypotheses.org, http://neotopo.hypotheses.org/201

GIRAUT F. & HOUSSAY-HOLZSCHUCH M., 2013, « Towards a General Framework for Understanding Renaming Processes », Los Angeles, Annual Confererence of the Association of the American Geographers, Special session on Critical toponymy, http://archive-ouverte.unige.ch/downloader/vital/pdf/tmp/8son3mfd56mk9n3dne0bu21s20/out.pdf

GIRAUT F. & HOUSSAY-HOLZSCHUCH M., 2008a, « Au nom des territoires ! Enjeux géographiques de la toponymie », L’Espace géographique 37, 97-105.

GIRAUT F. & HOUSSAY-HOLZSCHUCH M., 2008b, « Néotoponymie : formes et enjeux de la dénomination des territoires émergents », L’Espace politique, 5-12. http://espacepolitique.revues.org/index161.html

GUILLOREL H., 1999, « Toponymie et politique » in HAKIM S. (éd.), Noms et renoms : la dénomination des personnes, des populations, des langues et des territoires. Rouen : Publications de l’université de Rouen, 61-91.

GUILLOREL H., 2008, Toponymie et politique: les marqueurs linguistiques du territoire, Bruxelles, Bruylant.

ROSE-REDWOOD R., ALDERMAN D. & AZARYAHU M., 2010, « Geographies of toponymic

inscription: new directions in critical place-name studies », Progress in Human Geography, 34, 453-470.

SITES INTERNET

Site de l’Etat de Genève

http://www.ge.ch/legislation/rsg/f/s/rsg_l1_10p06.html

http://www.ge.ch/egalite/doc/publications/image-societe/rues-noms-femmes.pdf

Site de la Confédération Helvétique:

http://www.swisstopo.admin.ch/internet/swisstopo/fr/home/topics/toponymie.html

Séances du Grand-Conseil Genevois:

 http://ge.ch/grandconseil/memorial/seances/010106/34/3/

Document publié par le responsable des relations presse du collège du Léman. Disponible à cette adresse :

https://tkschools.s3.amazonaws.com/sites/541859fdf9e3c73ce1001a86/public_resources/55409356acc36f79ed070de2/monde-economique-inauguration-espace-mandela-oct-2014.pdf

Discours d’Elisabeth Béery :

Rede von Elisabeth Beéry, Stadträtin, Direktion Bau und Planung, http://www.louverture.ch/KAMPA/KRUEGER/beerydt.html

 

ENTRETIENS

  • Entretiens de Juan Correa et Sandrine Cornut (fondateurs de Casona Latina) réalisé le 4 mai 2015
  • Entretien avec Adrien Faure, Président des Jeunes socialistes en 2013, réalisé en ligne le 9 mai 2015
  • Entretien avec Hans Fässler, Historien spécialiste et ancien militant antiapartheid, réalisé le 11 mai 2015 par téléphone

[1] « Les cantons désignent dans leur législation le service compétent pour déterminer les noms géographiques de la mensuration officielle »

« Le canton instaure une commission de nomenclature. »

« La commission de nomenclature constitue l’organe spécialisé du canton pour les noms géographiques de la mensuration officielle. Elle vérifie la conformité linguistique de ces noms lors de leur relevé et de leur mise à jour, s’assure du respect des règles d’exécution visées à l’art. 6 et transmet ses conclusions et ses recommandations au service compétent pour la détermination des noms. »

Art 8 et 9 de l’Ordonnance fédérale sur les noms géographiques ONGéo 510.625 du 21 mai 2008. 3

[2] Ce n’est toutefois pas le seul Etat où les dénominations de voies sont limitées aux personnes décédées depuis un minimum de temps, c’est également le cas de la Belgique en Europe.

[3] http://www.ge.ch/legislation/rsg/f/s/rsg_l1_10p06.html

[4] Règlement sur la désignation des artères et la numérotation des bâtiments L 1 10.06 consulté sur http://www.ge.ch/egalite/doc/publications/image-societe/rues-noms-femmes.pdf

[5] Interview de Juan Corea

[6] http://www.20min.ch/ro/news/dossier/mandela/story/31611297

[7] http://www.lausannecites.ch/bientot-une-rue-nelson-mandela-lausanne

[8] Interview de Juan Corea

[9] http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/La-jeunesse-socialiste-veut-une-rue-Nelson-Mandela-a-Geneve/story/29111962

[10] http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/La-jeunesse-socialiste-veut-une-rue-Nelson-Mandela-a-Geneve/story/29111962

[11] Interview d’Adrien Faure, Président des jeunes socialistes au moment de l’initiative.

[12] http://ge.ch/grandconseil/memorial/seances/010106/34/3/

[13] http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/geneve-erigera-monument-hommage-nelson-mandela/story/30549751

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/memorial-hommage-nelson-mandela-devoile/story/12666119

http://www.lematin.ch/suisse/geneve-rend-hommage-mandela/story/18733149

[14] http://ge.ch/grandconseil/memorial/seances/010106/34/3/

[15] Déclaration officielle de la JSG

[16] http://ge.ch/grandconseil/memorial/seances/010106/34/3/

[17] http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/M02185A.pdf

[18] Giraut, F., « Géopolitique de la planète Mandela », article disponible sur http://neotopo.hypotheses.org/201

[19] Versoix région, novembre 2014

[20] Bilan, automne 2014, p.17

[21] « Education is the most powerfull weapon wich you can use to change the wolrd »

[22] « La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute »

[23]Document publié par le responsable des relations presse du collège du Léman. Disponible à cette adresse : https://tkschools.s3.amazonaws.com/sites/541859fdf9e3c73ce1001a86/public_resources/55409356acc36f79ed070de2/monde-economique-inauguration-espace-mandela-oct-2014.pdf

[24] Si l’on exclut la nomination privée de 3 appartements hôtels à Bâle dénommés par leur propriétaire d’après le surnom de Madiba : MadibApartments L8 ; H79 et M67.

[25] Interview de Hans Fässler

[26] Rede von Elisabeth Beéry, Stadträtin, Direktion Bau und Planung, http://www.louverture.ch/KAMPA/KRUEGER/beerydt.html

[27] http://www.woz.ch/0837/kurt-furgler/kufu-fighting Woz, 11.09.08

[28] Tagblatt Online, 4. Juni 2009, 17:13 Uhr http://www.tagblatt.ch/ostschweiz/stgallen/kantonstgallen/kantonstgallen/Krueger-ist-demontiert-Duerrenmatt-ist-da;art140,1330694

[29] Interview avec Hans Fässler

[30] Tageblatt, 9.06.15, http://www.tagblatt.ch/ostschweiz/stgallen/stadtstgallen/tb-st/Quartier-begruesst-Duerrenmatt;art186,1332008

[31]http://dienuwesuidafrika.blogspot.ch/2009/06/brief-fur-die-schweizer-regierung.html

[32] NZZ, 15.2.09 (http://www.reitschule.ch/reitschule/mediengruppe/Medienspiegel/09-02-15-MS.html)

[33] Tagblatt Online, 4. Juni 2009, 17:13 Uhr http://www.tagblatt.ch/ostschweiz/stgallen/kantonstgallen/kantonstgallen/Krueger-ist-demontiert-Duerrenmatt-ist-da;art140,1330694

[34] Rede von Elisabeth Beéry, Stadträtin, Direktion Bau und Planung, http://www.louverture.ch/KAMPA/KRUEGER/beerydt.html

[35]http://www.appenzellerzeitung.ch/ostschweiz/stgallen/stadtstgallen/tb-st/St-Galler-Apartheid-Schatten;art186,331970

[36] C’est le cas de l’appenzellerzeitung, le tagesblatt et le Woz

[37] http://www.woz.ch/0837/kurt-furgler/kufu-fighting Woz, 11.09.08

[38] http://www.apartheid-reparations.ch/documents/andere/08-12_%20Rundschreiben%203.pdf

[39] https://groups.yahoo.com/neo/groups/praag/conversations/topics/45594

Crédit photo : le mémorial en l’honneur de Nelson Mandela érigé à Genève (œuvre : Léonard de Muralt, photo : Magda Chali).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *