Pour une théorie de la nomination des communes nouvelles françaises : des localités aux territoires

Par Frédéric Giraut, Université de Genève

Le mouvement de création des communes nouvelles issues de fusion en France est bien avancé avec la création de plus de 800 entités fin 2019 regroupant plus de 2500 communes pour près de 2,5 millions d’habitants (Bideau 2019).

Le choix du nom, souvent présenté comme un détail secondaire, s’avère être une question en soi qui focalise le débat lors de la phase de projet, au même titre que les effets fiscaux de la fusion. C’est que s’y joue l’identité et l’image de la future entité, de même que la place symbolique des localités constitutives. Le choix du nom apparaît aussi souvent comme une opportunité pour valoriser quelques ressources spécifiques. Les débats sur le choix du toponyme, souvent relayés par la presse régionale, peuvent donc révéler de nombreuses questions brulantes de géopolitique glocale : positionnement des localités constitutives en terme de rapports centre/périphéries, et positionnement de la nouvelle collectivité dans un paysage régional et mondial.

Ce nouveau mouvement de fusion de communes françaises doit être resitué dans la dynamique nationale et internationale de recomposition territoriale. Il fait suite, en France, à la création systématique d’une double intercommunalité généralisée: intercommunalité de projet sous forme de syndicats mixtes, et intercommunalité de gestion de services sous forme d’EPCI  (qui relève également du projet pour les métropoles et communautés urbaines). Cette création d’entités intercommunales a déjà généré une production intensive de nouveaux noms moins encadrés par l’Etat et qui ont fait l’objet d’analyses (Bailly 2008 ; Delfosse 1997 ; Giraut & Lajarge 1996 ; Landel & Senil 2008), de même que les changements de noms de communes (Delattre 2007) et ceux des cantons français à la faveur de leur redécoupage (Brunet 2015).

Le nouveau mouvement de fusions de communes françaises s’inscrit également dans le cadre général des recompositions territoriales au niveau international. Notamment des fusions intervenues en Europe depuis le milieu du XXe siècle, principalement dans les pays pour lesquels, comme la France, la trame communale était calée sur celle des paroisses. Ainsi, la Suisse dans un contexte institutionnel confédéral très différent, connait un mouvement important de fusion de communes depuis une trentaine d’années. Ailleurs, un mouvement de création de communes par progression du domaine dit incorporé à la municipalisation, ou par processus de décentralisation, a produit un très grand nombre de nouvelles communes ces dernières décennies dans des contextes très différents (Antheaume & Giraut 2005 ; Baldersheim & Rose 2010 ; Meligrana 2004). Ces processus de création massive de nouvelles communes ont pu faire l’objet d’analyses, incluant le volet toponymique (Adam 2008 ; Boujrouf & Hassani 2008 ; Cardoso & Meijers 2018 ; Giraut 1999 ; Hoffman 2000 ; Ji 2018 ; Lehr & McGregor 2016 ; Lima 2008 ; Masuda & Bookman 2018 ; Sogel & Silberstein 2015 ; Verdeil 2011 ; Zimmerbauer & Paasi 2013). Une étude approfondie sur la Suisse riche d’enseignements a été publiée ici par Lucas Destrem (2016).

Un certain nombre de réalités traversent la très grande diversité de situations (Giraut 2005 ; Giraut & Houssay Holzschuch 2008). On note principalement la question du rapport toujours compliqué à la ville-centre à la fois pôle de centralité attracteur incontournable pour toute réforme territoriale, et chef-lieu dominateur et prédateur qui menace de son hégémonie l’identité des périphéries. On note également la tendance pour toute collectivité locale, et notamment celles qui administrent les bourgs et les villes petites ou moyennes, à capter les ressources y compris patrimoniales d’un arrière-pays pour lesquelles la cité constituerait une porte d’accès (Giraut 2005). Ceci s’exprime dans la néotoponymie issue des recompositions territoriales (Giraut & Houssay-Holzschuch 2008).

Dans le cas de la France et de la création des communes nouvelles, qui n’échappent pas à ces tendances, il faut tenir compte des spécificités nationales ainsi que des expériences de recompositions toponymiques antérieures concernant les communes et leurs regroupements.

L’enjeu de la nomination de ces entités n’a pas échappé à l’État central (Commission nationale de toponymie et Direction générale des collectivités locales) qui a émis une circulaire le 18 avril 2017, à l’attention des préfets chargés de valider les noms et des conseils municipaux chargés d’élaborer le projet incluant la proposition de nom. Cette circulaire rappelle les règles devant présider à leur choix et détermination. Outre un rappel à l’ordre sur la graphie (traits d’union, majuscule, accentuation), malmenée dans nombre de noms de la première génération de communes nouvelles, la circulaire conseille de recourir aux noms initiaux des communes fusionnées ou (le cas échéant ) à « une appellation ancienne à laquelle la commune peut d’identifier ». De plus, elle rappelle que le Conseil d’État n’admet pas (pour les changements de noms de communes, mais la circulaire étend cette règle aux nouveaux noms de communes nouvelles) « les noms fondés sur des considérations de simple publicité touristique ou économique ».

Les objectifs du côté des porteurs de projets de communes nouvelles peuvent être sensiblement différents et inclure les questions d’identités internes plurielles, d’identification externe couplées à la valorisation des ressources notamment touristiques. Enfin, le processus de choix du nom apparait comme un moyen de mobiliser autour du projet.  Ainsi, en 2017 dans l’exposé public du projet (avorté) de fusion entre Doussard et Faverge-Seythenex en Haute Savoie on apprend que le nom peut et doit être « Support d’un projet commun territorial, vecteur d’image pour les habitants et l’extérieur, évocateur du territoire et de ses atouts. (…) La question du nom constitue un défi qui doit tout à la fois chercher à respecter chaque individu et chaque habitant dans son histoire et dans son identité mais aussi valoriser ce territoire d’exception au sens touristique (une des seules communes françaises qui bénéficiera d’une plage et d’une station de ski ainsi qu’un certain nombre d’activités ou de sites de plein air de haute qualité) ou encore essayer d’identifier géographiquement, tout simplement, la nouvelle commune (…) La recherche autour du nom de la commune nouvelle peut constituer un formidable vecteur de solidarité et de construction commune entre tous les acteurs économiques, associatifs, politiques et avec les habitants.  Afin de construire, par le choix du nom, un début d’identité commune, les élus ont décidé d’engager une démarche de concertation très large auprès des habitants et des acteurs locaux, représentants d’associations, entrepreneurs, commerçants, partenaires… « 

Les premières observations montrent que de nombreux noms de communes nouvelles mentionnent une référence à un pays, un élément de paysage ou une province d’Ancien-régime. Les prépositions « en », « au » et « de », mais aussi « les », « lès » et « sur », sont surreprésentées parmi les noms de communes nouvelles déjà actés. L’usage du « en » suivi d’un nom de pays ou province passe ainsi de moins de 2% parmi les noms de communes fusionnées à près de 7% parmi les noms de communes nouvelles. Et cela fait plus que doubler (près de 15%) si on ajoute les « de » et « au » suivi d’un nom de pays ainsi que les juxtapositions territoriales. Ceci va dans le sens des observations déjà faites sur les nombreuses demandes (pas toujours validées) de modification de noms de communes depuis plusieurs décennies avec une tendance nette à l’adjonction d’hydronymes et surtout de régionymes (Guerrin 1998), entre autres exemples : Châlons-en-Champagne  et Saint-Dié-des-Vosges.

On note également l’assimilation ou l’association fréquente de communes nouvelles à un val, ce qui évite de se référer à l’une des localités constitutives et renvoie à un territoire topographique et éventuellement historique et économique. Ainsi 85 vaux, vallées ou vallons entrent dans les noms des 810 communes nouvelles créées entre 2015 et  2019, soit près de 11%, alors que seules 10 occurrences existaient parmi les noms des 2525 communes initiales (moins de 0.5%), dont cinq étaient déjà des créations de précédentes fusions.

On peut dès-lors émettre une série de questions et d’hypothèses qui devront faire l’objet d’investigations plus avancées sur les nouveaux noms eux-mêmes, mais aussi sur les débats qui ont débouché sur le choix du nom et sur les propositions qui étaient en jeu. En effet, les noms choisis in fine peuvent être des noms de compromis assez neutres qui sont le fruit de la neutralisation de propositions initiales valorisant telle ou telle localité constitutive (la ville-centre notamment) et/ou de la mise en avant d’une ressource générique, par exemple Entre-Vignes entre Montpellier et Nîmes ou Valforêt en milieu rural de Côte-d’Or. C’est déjà là une hypothèse forte de recherche. Elle peut s’exprimer sous la double forme d’une tension existante autour de la référence à la ville-centre, entre crainte en interne et besoin en externe, et d’une tendance liée à la neutralisation toponymique excluant les noms de localités pour favoriser les références génériques au paysage, à la topographie et/ou au cadre local et régional sous la forme de référence aux pays et provinces (typiquement : Val-en- … ; Monts-du- … ; Terres-de- …).

Parallèlement, on note une problématique patrimoniale avec la crainte de perte de patrimoine et d’identité locale au profit de l’imposition de référents génériques ou hors-sol ou d’échelle régionale à des fins de marketing territorial. Plus précisément, s’expriment des préoccupations autour de la conservation ou la perte du patrimoine onomastique d’un point de vue:

  • linguistique (ex: effacement du Breton pour le Français dans les nouveaux noms ; ce qui n’est pas avéré à cette échelle, il y aurait même un cas de néo-Breton en Ille-et-Vilaine),
  • religieux (la toponymie hagiographique avec les Saint.es disparaitrait ;  effectivement de début 2015 à fin 2019 on passe d’une présence dans 18,5% des noms de communes fusionnées à 4,3% des noms de communes nouvelles, tendance qui s’accroit encore si l’on inventorie la disparition des références aux églises, croix, chapelles, abbayes …),
  • historique (disparition de références à des évènements localisés ou à des statuts historiques spécifiques de localités ou à des personnalités historiques)….

Ces craintes et dénonciations devront être vérifiées précisément, mais on peut faire l’hypothèse que tandis que certains noms génériques apparaissent, un certain effacement de spécificités locales linguistiques et historiques est à l’œuvre (dans la couche des nouveaux noms puisque ceux des anciennes communes peuvent subsister et s’afficher dans la signalétique si celles-ci deviennent communes déléguées).

Plus généralement et plus profondément, il y aurait un basculement des référentiels communaux liés aux localités (ex-paroisses) vers des référentiels liés aux cadres paysagers et territoriaux.

 

Bibliographie:

Adam, F. (2008). « L’autorité et l’autre. Parcours toponymiques et méandres linguistiques au Québec. » L’Espace politique(2): 31-39.

Antheaume, B. & F. Giraut (eds.) (2005). Le territoire est mort, Vive les territoires ! Paris, IRD Editions.

Bailly, G. (2008). « Nommer les espaces de coopération intercommunale. » L’Espace politique (2): 79-96.

Baldersheim, H. & L. Rose (eds.) (2010). Territorial choice: The politics of boundaries and borders, Springer.

Bideau, G. (2019). « Les communes nouvelles françaises (2010-2019) : une réforme territoriale silencieuse. » Annales de géographie 728(4): 57-85.

Booth, P. (2009). « Planning and the Culture of Governance: Local Institutions and Reform in France. » European Planning Studies 17(5): 677-695.

Boujrouf, S. & E. M. Hassani (2008). « Toponymie et recomposition territoriale au Maroc: Figures, sens et logiques. » L’Espace politique (2): 40-52.

Bourges, A.-Y. (2017). « Les « communes nouvelles » et la néo-toponymie en Bretagne : le cas du Coglais  » Blog: Variétés historiques, from http://varietes-historiques.blogspot.ch/2017/01/les-communes-nouvelles-et-la-neo.html.

Brunet, R. (2015). « Nouveaux cantons en France: jeux de noms. » L’Espace Géographique 44(1): 73-80.

Brunet, R. (2016). Trésor du terroir. Les noms de lieux de la France. Paris, CNRS Editions.

Bulkeley, H., A. Luque-Ayala, C. McFarlane & G. MacLeod (2016). « Enhancing urban autonomy: Towards a new political project for cities. » Urban Studies 55(4): 702-719.

Cardoso, R. V. & E. J. Meijers (2017). « The metropolitan name game: The pathways to place naming shaping metropolitan regions. » Environment and Planning A 49(3): 703-721.

Chamboredon, J.-C. (1988). « Carte, désignations territoriales, sens commun géographique: Les « Noms de pays » selon Lucien Gallois. » Études rurales (109): 5-54.

Delattre, E. (2007). « Le changement de nom des communes françaises aspects économiques, marketing et stratégiques. » Revue d’Économie Régionale & Urbaine (2): 269-291.

Delfosse, C. (1997). « Noms de pays et produits du terroir : enjeux des dénominations géographiques. » L’Espace géographique 26(3): 222-230.

Destrem, L. (2016), « Un état des lieux des noms de communes fusionnées en Suisse », Blog Neotoponymie : https://neotopo.hypotheses.org/473

Edelblutte, S. (2000), « Réflexion sur les modifications du maillage communal français depuis 1790 », Revue Géographique de l’Est 40(4), 21p.

Gallois, L. (1908). Régions naturelles et noms de pays. Paris, Armand Colin.

Gerbaux, F. (ed.). (1999). Utopie pour le territoire : cohérence ou complexité ? La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube.

Giraut, F. (1999). Retour du refoulé et effet chef-lieu. Analyse d’une refonte politico-administrative virtuelle au Niger. Paris, Prodig.

Giraut, F. (2005). Fabriquer des territoires. Utopies, modèles et projets, Habilitation à diriger des recherches, Université de Paris I.

Giraut, F. & R. Lajarge (1996). « Les « pays-tests », quelles configurations pour quels projets? » Montagnes Méditerranéennes: Le pays: échelle d’avenir pour le développement territorial ?: 19-27.

Giraut, F. & J.-P. Chéry (2000). « Bassins de coopération intercommunale et hiérarchie urbaine : les enseignements Rhône-Alpins ». in Données urbaines. M. M.F. and P. D. Paris, Insee-Anthropos. 3 : 27-33.

Giraut, F. (2002). « L’ “exception territoriale française » sous influence européenne ? » L’information géographique 66(2): 133-161.

Giraut, F., S. Guyot & M. Houssay-Holzschuch (2008). « Enjeux de mots: les changements toponymiques sud-africains. » L’Espace géographique 37(2): 131-150.

Giraut, F. &M. Houssay-Holzschuch (2008). « Néotoponymie : formes et enjeux de la dénomination des territoires émergents. » L’Espace politique (2): 5-12.

Giraut, F. & M. Houssay-Holzschuch (2016). « Place Naming as Dispositif: Toward a Theoretical Framework. » Geopolitics 21(1): 1-21.

Guerrin, C. (1998). Étude socio-toponymique de la variation dans les noms de communes françaises entre 1943 et 1996. PhD, Université de Rouen.

Guerrin, C. (2000). « Les compléments toponymiques dans les noms de communes de Seine-Maritime. » Nouvelle revue d’onomastique 35(1): 307-322.

Hoffman, K. E. (2000). « Administering identities: state decentralisation and local identification in Morocco. » The Journal of North African Studies 5(3): 85-100.

Ji, X. (2018). « City-renaming and its effects in China. » GeoJournal 83(2): 381-397.

Laligant, S. (2012). « Dé-nommer, renommer le territoire. Le cas de Damgan, dans le Morbihan. » Ethnologie française 42(4): 677-687.

Landel, P.-A. & N. Senil (2008). « Les nouveaux territoires et leurs noms entre projet et compétitivité : le cas des “ pôles d’excellence rurale ”  » L’Espace politique (2): 66-78.

Lehr, J. C. & B. McGregor (2016). The politics of toponymy: Naming settlements, municipalities and school districts in Canada’s Prairie provinces, Prairie Perspectives: Geographical Essays 18: 78-84.

le Squère, R. (2006). « Analyse des perceptions, usages et fonctions des toponymes actuels des territoires ruraux et urbains de Bretagne. » Cahiers de sociolinguistique 11(1): 81-99.

Lima, S. (2008). « L’émergence d’une toponymie plurielle au Mali. » L’Espace politique (2): 13-30.

Masuda, J. R. & S. Bookman (2018). « Neighbourhood branding and the right to the city. » Progress in Human Geography 42(2): 165-182.

Meligrana, J. (ed.) (2004). Redrawing Local Government Boundaries. An International Study of Politics, Procedures, and Decisions. Vancouver, University of British Columbia Press.

Offner, J.-M. (2006). « Les territoires de l’action publique locale. Fausses pertinences et jeux d’écarts. » Revue française de science politique 56(1): 27-47.

Quillot, E. (2018). « Néologie toponymique des nouveaux groupements intercommunaux : l’innovation langagière est-elle au rendez-vous ?« , 4ème Congrès international de néologie des langues romanes 4-6 juil. 2018 Lyon (France) Lyon.

Raffestin, C. (2000). « Les projets de fusion territoriale : entre politique et économie. » Bulletin de la société neuchâteloise de géographie (44): 9-18.

Soguel, N. & J. Silberstein (2015). « Welfare Loss with Municipal Amalgamations and the Willingness-to-Pay for the Municipality Name. » Local Government Studies 41(6): 977-996.

Verdeil, É. (2011). Délimiter les banlieues de Beyrouth. Des noms et des périmètres. Des banlieues à la ville, espaces et acteurs de la négociation urbaine, Presses de l’IFPO.

Zimmerbauer, K. & A. Paasi (2013). « When old and new regionalism collide: Deinstitutionalization of regions and resistance identity in municipality amalgamations. » Journal of Rural Studies 30(0): 31-40.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search