Inauguration de la place du Brozoufland. Quand la néotoponymie valide la fiction

La Place du Brozoufland a été inaugurée à Saint-Dié-des-Vosges à l’occasion de l’édition 2015 du Festival international de géographie. Il s’agit d’un pays imaginaire (voire en cache sa page Wikipedia) dont la description géophotographique par Ariane Bourbaki et le photographe Alberto Campi autorise à la fois un retour sarcastique sur le pays de son université de conception, en l’occurrence la Suisse et Genève, et une leçon de géographie culturelle et politique critique.

La mairie et l’équipe du festival ont joué le jeu en créant un odonyme éphémère projetant, au moins momentanément, la fiction dans le paysage toponymique. Mais au delà de la performance humoristique, n’est ce pas finalement la fonction même de la néotoponymie que de produire du storytelling à partir d’un patrimoine construit et d’un imaginaire acceptable ?

Crédit photo : Libération.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *