Spectacularisation et identité mobile. “L’image qu’on s’en fait”, un film de Seb Coupy sur la sémiotique des panneaux autoroutiers patrimoniaux en France

“L’image qu’on s’en fait” de Seb Coupy : voir le film.

L’identité de la France revisitée, ou plutôt interrogée, par des images fabriquées en série de terroirs, de hauts-lieux, de sites remarquables, de territoires tels que les parcs naturels régionaux. Images exposées d’espaces parcourus à toute allure, sur un réseau, celui des autoroutes.

On a là une question de sémiotique et de représentation des identités, entre Raymond Depardon et Fernand Braudel, ajoutons Paul Virilio pour la vitesse, car nous sommes bien dans la tension entre fixité et mobilité, tension au cœur de toutes les questions d’identité. C’est là le tour de force du film, partir d’une collection de panneaux marrons, la signalétique autoroutière dite d’animation culturelle et touristique, pour parler des représentations et recompositions identitaires françaises.

Affiche du film documentaire de 2019 de Seb Coupy « L’image qu’on s’en fait »

Territorialiser l’extraterritorial, exposer du patrimoine qui s’égrène pour envisager de manière allusive et cumulative une identité nationale fantasmée, un peu comme avec les belles images sélectionnées et filmées lors la retransmission télévisée du Tour de France. Tels sont peut-être le projet de cette drôle d’exposition des panneaux patrimoniaux tout au long du réseau autoroutier français. En tout cas c’est le parti pris de Seb Coupy avec son film “L’image qu’on s’en fait” qui rentre dans la petite fabrique de la patrimonialisation via des images choisies, composées, autorisées, gagnées, sélectionnées, imposées qui, à 130 km/h, et avec plus de 1000 véhicules/heure sur certains tronçons, seront plus vues que la Joconde. 

Le film nous montre déjà qu’ils sont diversement reçus et perçus par les usagers, automobilistes locaux ou en transit. Les autochtones, outre la conception nostalgique du local à laquelle cela peut les renvoyer, y compris pour les jeunes, peuvent aussi balancer entre différentes approches scalaires. Le panneau représentant la ligne de partage des eaux au niveau national dans le Morvan entre les trois bassins méditerranéen, atlantique et de la Mer du Nord satisfait pleinement un gendarme qui y voit une information géographique d’échelle nationale bien expliquée, mais son épouse aurait souhaité une référence au local, le village ou le pays dont on parle avec cette notion abstraite. Plus loin, dans une conversation impromptue entre vraies et fausses Niçoises, une automobiliste critique de manière plus générale le design de ce parc d’attraction allusif constitué des panneaux autoroutiers patrimoniaux. 

Mais le film donne surtout la parole et l’image aux acteurs et actrices de la fabrique : l’artiste graphiste médiateur.rice et l’élu.e notamment. On devine d’une part le tournant graphique qui, parti au milieu des années 1970 de références très stylisées, proches de l’art cinétique en vogue en ces temps de vitesse démultipliée, s’oriente aujourd’hui vers un style davantage bande dessinée plus proche du story telling généralisé. D’autre part et en lien avec cette évolution on devine également la montée en puissance des collectivités locales, dans une décision certainement très technocratique au départ. 

Le beau panneau représentant Pithiviers par son église plantée en pleine Beauce céréalière et rehaussé d’un coquelicot au premier plan est disséqué dans les choix graphiques et des objets représentés. L’opposition entre un élu « En Marche » revendiquant l’incrustation sur le panneau d’une éolienne pour figurer la modernité et l’avenir, et le représentant d’une improbable confrérie revendiquant au contraire celle du gâteau éponyme, censé représenter la tradition culinaire, est à ce titre pédagogique, comme l’est la discussion sur ce qui doit ou peut représenter la Margeride dans une perspective de marketing territorial. 

L’ingénieur, autre acteur de la fabrique, qui doit décider du où ? et du comment ?, est en revanche étrangement absent, on le devine pourtant sur des choix techniques qui sont aussi géographiques et des normes relatives à la distance du lieu, de la sortie etc. Normes qui effectuent la sélection des sites ou donne des outils pour celle-ci. Des choix ont été fait, au détriment peut être de la documentation de la question d’un point de vue techno-politique mais au profit d’une réflexion qui au-delà même de la question sémiologique des représentations travaille la dimension politique du culturel. 

Les parti-pris cinématographiques et photographiques du film appuient également ce propos en mettant en scène les panneaux plantés comme des objets statiques, de purs artefacts, toujours en position centrale dans un environnement mobile. Artefacts qui peuvent eux-mêmes devenir acteurs du film en tenant un discours via des citations projetées sur leur surface.

La dramaturgie proposée converge vers le centre, la capitale, le niveau national, pour ramener la petite fabrique des territoires représentés sur le réseau national en son nœud géographique et mémoriel, au risque peut être d’accréditer la thèse d’un tour de France spectaculaire contemporain qui aurait in fine la même fonction que le manuel des écoles de la Troisième république: une mise en scène de la nation et ses hauts lieux mémoriels et patrimoniaux. Là où, peut être, il ne faut voir désormais que l’accumulation des images de territoires et métropoles en compétition, arbitrée par de grandes sociétés concessionnaires.

Au total, le film donne à voir la double spectacularisation, celle de l’autoroute, du parcours, du réseau, et celle du patrimoine local, régional, national. En s’adossant sur la fabrique du spectacle, ses enjeux et ses acteurs multiples, il dresse un tableau impressionniste, politique et sensible des enjeux et représentations identitaires.  F.G.

La parole à Seb Coupy:

Néotopo : Comment et pourquoi peut on s’emparer d’un tel sujet a priori rébarbatif et peu apte au cinéma et à la photographie ? Comment les panneaux routiers peuvent ils être inspirants?
 
Voyez-vous, à mon sens, il n’y a pas de bon ou de mauvais sujet. Je suis plutôt enclin à penser qu’un grand sujet ne fait pas forcement un bon film, et vice-versa. 
Je suis habitué aux petits rien, à regarder les choses par le petit bout de la lorgnette, pour commencer. Ces choses que l’on ne voit plus car elles sont surexposées, bref l’infraordinaire de Perec. De ces choses habituelles, j’espère tirer de nouvelles mises en lien. 
 
Les panneaux autoroutier m’ont inspiré pour différentes raisons. Un faisceau d’intérêts que je vais tenter de vous lister ici:
– Je suis fasciné par les images fixes dans les films (et la métaphore du photogramme fixe sur le ruban de la pellicule en mouvement) ;
– J’ai aimé l’idée de filmer longuement (à l’arrêt) une image conçue  pour être vue 3 secondes (à 130 km/h), afin de poser sur elle un regard différent ;
– J’ai souhaité interroger le sentiment d’attachement aux choses et aux lieux (et le faire mine de rien, pendant une période de crispation : la campagne des élections présidentielles avec le duel Macron / Lepen).
 
Néotopo : Les choix effectués pour le film évacuent une bonne partie de la dimension technique, ingénieriale, celle des normes associées à la production et l’implantation des panneaux, n’y a t-il pas là aussi de la politique et des enjeux ?
 
En effet, j’ai décidé de ne garder que très peu de choses concernant la dimension technique sur l’implantation des panneaux. Le film se concentre davantage sur les gens vivants autour de ces images et la perception qu’ils en ont. Cependant, je souhaitais débuter le film par une phrase de Jean Widmer, l’inventeur du concept de la signalisation d’animation touristique.  
Il nous parle de simplicité, de symbolisme afin de viser juste, d’aller à l’essentiel, à l’essence même de la forme. Mon parti-pris a tout de suite été de proposer de la complexité, de proposer aux spectateurs des liens renouvelés à chaque rencontre avec un panneau / habitant.
Ainsi la réunion de concertation pour le panneau de la Margeride, elle réunissait tout les acteurs de la fabrication d’un panneau. Davantage que les directives techniques (comme les distances entre chaque panneau ou le cahier des charges de ce qui peut-être représenté) je me suis focalisé sur la multiplicité des représentations possibles. 
Il s’agit de faire le tri parmi des symboles (ou des clichés). Garder ceci, rejeter cela, le film est parsemé de ces tris, de ces exclusions : On choisi les veaux en fonction de leur origine génétique, on recale un camembert « de Normandie »  jugé indigne de l’appellation d’origine contrôlé, on exclu du marché de l’emploi des jeunes à casquette d’origine Maghrébine à Mourenx …etc.
 
Il existe évidement des enjeux politiques et économiques liés aux choix de l’implantation des panneaux. Mais curieusement ces images ne sont pas véritablement des publicités pour les lieux représentés. Les panneaux n’indiquent ni où se trouve les lieux, ni combien de kilomètres il faut parcourir pour les rejoindre, pas d’indication non plus sur la sortie à prendre.
C’est ce qui rend cet objet aussi curieux. Une publicité pour une région dans son ensemble à travers du particulier ? Plus largement, l’imagier d’un pays entier que l’on ne verrai pas, trop occupé à le traverser depuis un lieu d’où l’on ne voit rien ? 
 
 
Néotopo : Le cas français est il exemplaire ou au contraire spécifique avec son rapport à la nation cet aux identités ? Vous êtes vous intéressé à la question en Suisse, qu’est ce qui s’y dit de différent ?
 
Pour cette question, sincèrement je ne sais pas.
Y-a-t-il un équivalent de la 3eme république en suisse ? J’imagine que l’on doit pouvoir trouver en suisse l’équivalent du Gaulois … à plume ; que le Grütli a dû également servir de ciment à la nation ?  
 
… A suivre
 

 

Pour aller plus loin sur le sujet:

  • Tout d’abord deux autres entretiens avec le réalisateur qui reviennent sur son parcours et ses choix, notamment pour ce film: L’un sur le site geothèque et l’autre sur le blog dicodoc.
  • Un article de 1994 qui présente les données techniques (fréquence, dimension, champs couverts, contraintes) et les logiques de la mise en place de la signalisation autoroutière dite d’animation sur les autoroutes française de 1974 à 1992. On y trouve une étude du contenu et de son élaboration sur les autoroutes de Provence-Alpes-Côte d’Azur:          Gay, J.-C. (1994). « La mise en décor d’un paysage : la signalisation autoroutière d’animation de la société ESCOTA en Provence-Alpes-Côte d’Azur. » L’Espace géographique23(2): 175-185.
  • Un article de la Presse régionale dresse en 2017, dans le département de l’Yonne, les enjeux du renouvellement du dispositif et traite lui aussi du jeu d’acteurs
  • Quelques vidéos et articles en ligne récents de la part d’artistes impliqués (qui illustrent nettement le tournant vers le style et l’univers visuel de la Bande dessinée) , de la presse régionale ou de sociétés concessionnaires documentent la production récente et le renouvellement des panneaux. Particularité de ces documents, ils couvrent des expositions et inaugurations de nouveaux panneaux, non pas sur les autoroutes en leurs emplacements, mais dans les territoires évoqués (départements et métropoles), comme c’est le cas dans le film à Dijon. Ces articles récents concernent la Somme, la Haute-Marne,  le Bas-Rhin,  la Haute-Savoie, le Doubs, l’Yonne ou encore le Bassin Minier.
https://twitter.com/ATMBinfo/status/1283799648805818371

Nouveaux panneaux patrimoniaux réalisés par l’auteur de Bande dessinée Loustal et installés sur les autoroutes de Haute Savoie en 2019 Sce: https://twitter.com/ATMBinfo/status/1283799648805818371

  • En Suisse, dans le canton de Genève, la question du renouvellement de ce type de panneaux dans une perspective explicite de marketing territorial s’est posée récemment avec une proposition argumentée de motion au Grand conseil s’appuyant sur l’exemple supposé vertueux d0’autres cantons pour dénoncer le dispositif genevois ancien en la matière.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search