A Terni, un quartier dédié aux femmes

Texte de Cristina Del Biaggio, Université Grenoble Alpes et Laboratoire Pacte, août 2020

 

L’été 2020 nous a amenés, Alberto Campi et moi, à parcourir les Apennins, de Milan à Naples. Terni a signé une de nos étapes. Je voulais voir l’emplacement où était jadis implantée l’usine de jute, où travaillaient de fières ouvrières protagonistes de la chanson Cinturini, que nous chantons à la chorale « Hauts les chœurs » :

Nous sommes de Cinturini,

Laissez-nous passer.

Nous sommes belles et sympathiques.

Nous nous faisons respecter

De cette mémoire ouvrière, il ne reste que la villa du patron, transformée en restaurant. Là où s’érigeait la fabrique, une pinède a été aménagée, dénommée avec le nom de famille du propriétaire de l’usine : Pineta Centurini.

Photo : Alberto Campi, Terni, août 2020Photo : Alberto Campi, Terni, août 2020

Mais ce petit épisode toponymique n’est qu’une mise en bouche de la richesse toponymique de Terni, dont j’aimerais vous apporter quelques informations dans cette note. En effet, si la chanson Cinturini a été écrite au nom des femmes et pour les femmes, il y a à Terni un quartier entier dont les rues sont dédiées à des personnages féminins. C’est ce que je découvre, une fois arrivée sur place, dans un livre trouvé, presque par hasard, dans une librairie de la cité : Nera Nahar. Segni, sguardi, parole al femminile della città di Terni (2017). Le livre, dont le titre pourrait se traduire par Nera Nahar. Signes, regards, paroles au féminin de la ville de Terni, a été édité par Luana Conti et publié par la bibliothèque municipale de la ville de Terni en 2017.

Couverture du livre : Nera Nahar. Segni, sguardi, parole al femminile della città di Terni (2017), Luana Conti (ed.),Terni

Couverture du livre : Nera Nahar. Segni, sguardi, parole al femminile della città di Terni (2017), Luana Conti (ed.),Terni

Un chapitre est dédié à la toponymie (pp. 190-247) dont une partie est consacrée aux « profils de femmes dans les jardins de la ville ». Mais ce qui nous intéresse ici, c’est surtout la genèse du « Village Matteotti », surnommé le « quartier des femmes » qui trouve une place importante dans le livre. Situé à quelques kilomètres du centre-ville, le quartier a connu une histoire mouvementée dont une étape importante fut 1976, quand son paysage odonymique féminin se décide.

Le livre nous a servi de guide pour découvrir le quartier en une très chaude journée du mois d’août 2020. Il servira, ici, à re-parcourir brièvement l’histoire du quartier et de des choix toponymiques qui l’ont caractérisé.

Le quartier Matteotti né comme un quartier populaire durant le fascisme. Appelé « Quartiere Italo Balbo », du nom de Italo Balbo qui fut ministre de l’aéronautique et gouverneur de la Libye italienne de 1926 à 1940, il connaît une transformation radicale dans les années 1970 suite au projet, en partie fondé sur des approches participatives, mené par l’architecte Giancarlo De Carlo.

En 1976, suite à un courageux, ainsi le définit le livre, choix des élu.es, le quartier devient le « Quartier des femmes ». C’est grâce à l’initiative d’une poignée de femmes, dont Anna Lizzi Custodi à qui aujourd’hui est dédié un parc à Terni, que fut repensée l’odonymie du quartier, définitivement scellée par une décision du Conseil communal du 20 juillet 1976. Les rues, qui n’avaient qu’une nomination pratique, deviennent le symbole d’un projet et d’un combat politique, féministe. Les rues « première », « deuxième », « troisième » et ainsi de suite jusqu’à la douzième, « gagnent en identité », poursuit le livre, « en assumant des noms de femmes célèbres, italiennes et étrangères, qui se sont distinguées en politique, arts, médecine ou toute autre activité ».

Le relais de cette initiative d’une poignée de femmes qui arrivèrent à faire changer le nom, et donc l’identité, d’un quartier en y modifiant la toponymie, est aujourd’hui pris par un groupe qui se rencontre, virtuellement en tout cas, sur les réseaux sociaux. Le groupe Facebook « Toponomastica femminile » dit vouloir promouvoir la toponymie féminine et la visibilité des femmes dans l’espace public et dans le langage. En 2014, il s’est constitué en association et a désormais aussi un site web ; depuis 2019, l’association publie un magazine hebdomadaire. « Toponomastica femminile » a, comme le rappelle le livre de Luana Conti, conduit un recensement national qui a permis de chiffrer les inégalités de genre dans la nomination des rues : en Italie, les rues dédiées aux femmes ne sont qu’entre 3 à 5%, et parmi celles-ci la majorité sont des saintes ou d’autres figures religieuses, alors que celles dédiées aux hommes sont environ 40%.

Dans ce contexte, avoir mis à l’honneur, dans les années 1970, uniquement des femmes dans un quartier entier a été une initiative unique et visionnaire. Lister leurs noms, et leur donner un espace iconographique par les images d’Alberto Campi en rappelant rapidement leur œuvre, permet à la fois de faire un acte de mémoire, mais aussi d’apporter une contribution, minime soit-elle, au changement de l’imaginaire collectif en donnant visibilité à ces douze femmes choisies en 1976 pour ce qu’elles ont apporté à la société :

  • Anna Maria Mozzoni (1837-1920), féministe, elle fonde la Lega promotrice degli interessi femminili. Elle s’est battue pour le droit de vote des femmes et le droit aux études.
  • Anna Kuliscioff (1857-1925) devient médecin pour soigner gratuitement les pauvres et se bat pour l’égalité entre hommes et femmes, « car le travail n’a pas de sexe ». Elle fonde, avec son mari Filippo Turati, le journal Critica sociale, premier journal du socialisme marxiste italien.
  • Linda Malnati (1855-1921), maîtresse, se bat pour le droit de vote des femmes.
  • Carlotta Clerici (1850-1924), éducatrice, féministe, enseignante et directrice d’école. Elle œuvre pour l’éducation, la formation professionnelle des jeunes et des orphelins.
  • Irma Bandiera (1915-1944), partisane. Elle est torturée et tuée par les SS Nazis.
  • Virginia Visetti (1919-1944), partisane, fusillée par les Nazis.
  • Maria Montessori (1870-1952), pédagogue, philosophe, médecin, scientifique et éducatrice. Elle est connue pour l’approche éducative qui prend son nom.
  • Argentina Altobelli (1866-1942), syndicaliste, première femme à devenir secrétaire de la Fédération nationale des travailleurs de la terre en Italie. Elle revendique l’égalité de salaires entre hommes et femmes, ainsi que le droit de vote pour les femmes.
  • Clara Zetkin (1857-1933), révolutionnaire allemande, communiste et théoricienne de l’émancipation féminine.
  • Marie Curie (1867-1934), chimiste et physicienne française d’origine polonaise. Elle a reçu en 1903 le prix Nobel de physique, avec son mari Pierre Curie et Antoine Henri Becquerel. Puis, en 1911, le prix Nobel de chimie.
  • Sibilla Aleramo (1876-1960), pseudonyme de l’écrivaine Rina Faccio qui a écrit en 1906 le livre Una donna, un appel féministe contre le patriarcat.
  • Maddalena Patrizi (1866-1945), écrivaine et fondatrice de l’Œuvre nationale de secours mutuel pour les jeunes ouvrières et présidente de l’Union des femmes catholiques.

A ces 12 femmes ne pouvait manquer une rue où l’on honore une date : le 8 mars.

Photo : Alberto Campi, Terni, août 2020Photo : Alberto Campi, Terni, août 2020.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search