La Péninsule Antarctique couverte de toponymes d’après des noms de scientifiques britanniques

Pas moins de 28 noms viennent d’être donnés par le UK Antarctic Place-names Committee (APC) à des glaciers (12), bays (3), domes (3), nunataks (3), mounts (2), peak (1), inlet (1), ice piedmont (1) promontory (1) et cape (1) sur la Péninsule Antarctique. Ceci pour le 200eme anniversaire de la découverte du continent.

Map of new place-names announced to mark 200th anniversary of the discovery of Antarctica, 2020

Map of new place-names announced to mark 200th anniversary of the discovery of Antarctica – produced by MAGIC team at the British Antarctic Survey (BAS)

Il s’agit de noms de personnes britanniques contemporaines en lien avec l’Antarctique : explorateurs et exploratrices et/ou scientifiques, principalement glaciologues. La plupart encore en vie ou morte récemment. Dans la tradition britannique, seul le nom de famille (second name) apparait dans le toponyme à la suite du générique glacier, peak etc., ce qui gomme le genre dans la toponymie, or, 7 des 28 personnalités sont des femmes, ce qui, avec 25% du total des noms de personnes rend cette opération de nomination déséquilibrée au profit des hommes, mais moins que dans l’odonymie habituelle des villes (souvent moins de 10% du total des noms de personnes). De plus, sur un plan qualitatif, certains points particulièrement remarquables comme le nouveau Francis Peak situé sur une baie face à la station de recherche britannique Rothera sont nommé d’après une femme, en l’occurrence Dame Jane Francis, director of the British Antarctic Survey.

Francis Peak view from Rothera Station

Francis Peak view from Rothera Research Station Sce: BAS

Le plus important dans cette opération extraordinaire de dénomination, relayée par la seule presse britannique et la BBC, est sans doute la nationalité des référents toponymiques.

The so called "Government of the British Antarctic Territory" annonce l'opération de dénomination en l'honneur de celles et ceux, qui dans les cinquante dernières années, ont apporté une contribution exceptionnelle à la connaissance, protection et gestion de l'Antarctique, sans mentionner leur nationalité exclusivement britannique

The so called « Government of the British Antarctic Territory » annonce l’opération de dénomination en l’honneur de celles et ceux, qui dans les cinquante dernières années, ont apporté une contribution exceptionnelle à la connaissance, protection et gestion de l’Antarctique, sans mentionner leur nationalité exclusivement britannique.
Sce: https://britishantarcticterritory.org.uk/2020-antarctic-place-names-mark-200th-anniversary-of-the-discovery-of-antarctica/

 

L'annonce de l'opération de place naming par BBC News qui met en avant le choix d'explorateur.trices contemporain.es

L’annonce de l’opération de place naming par BBC News qui met en avant le choix d’explorateur.trices contemporain.es

 

L'annonce de l'opération de place naming par Mail Online section Science, qui met en avant la nationalité des personnalités et leur notoriété au Royaume Uni

L’annonce de l’opération de place naming par Mail Online section Science, qui met en avant la nationalité des personnalités et leur notoriété au Royaume Uni

 

Que la totalité du corpus toponymique se réfère au Royaume-Uni est certes dû au fait que l’on se situe dans le secteur du continent considéré comme le British Antarctic Territory, ou en tout cas revendiqué comme tel par le Royaume-Uni. Mais il ne s’agit en aucun cas d’une pleine souveraineté depuis le traité sur l’Antarctique de 1959 qui a gelé les  « revendications territoriales ». Ce qui, s’agissant de la Péninsule Antarctique, inclut également les revendications argentines et chiliennes. Les deux pays étant de plus présents sous la forme de plusieurs stations scientifiques. De manière générale, la nomination des bases scientifiques dont disposent les nations ainsi présentes sur le continent est un terrain d’affirmation nationaliste qui rentre dans une logique de revendication territoriale (Lindsay & Yoon 2021).

Territorial Claims ans Stations in Antarctica

Territorial Claims and Stations in Antarctica Sce: CIA — CIA World Factbook Antarctic Region (PDF). Archived from the original on 2012-05-18. (WikipediaCommon)

La Péninsule Antarctique est à la fois la partie la plus accessible du continent et celle où l’on peut identifier la plus grande densité d’éléments géographiques distincts, donc celle où les opportunités toponymiques sont les plus nombreuses.

Carte de la Péninsule Antarctique avec toponymes
Sce: Giovanni Fattori 2011, Wikipedia, https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f6/Antpen-en.png

De l’île Pourquoi Pas au bras de mer Mobiloil en passant par le Mont Hope et le Cap Disappointment, les figures anglaises, chiliennes, argentines, françaises ou américaines sont en bonne compagnie sur cette terre (et cette glace) de tous les exonymes.

La nouvelle opération toponymique britannique massive, à visée apparemment géographique et scientifique appliquée au continent, peut donc aussi être vue comme de l’impérialisme soft, via la toponymie, au moment où le Royaume-Uni du Brexit est en quête de réaffirmation de sa souveraineté.

Néotoponymie mène l’enquête maintenant sur le statut et la reconnaissance internationale éventuelle de ces noms …

 

Référence : Lindsay, N. and H.-K. Yoon (2021). « Toponyms on the ice: The symbolic and iconographical role of Antarctic research base names. » Polar Record 57: e22.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search