« Rendons à nos rues leurs beaux noms d’autrefois » : Quand l’Action Française pétainiste préconisait l’épuration odonymique

Lors des séances de discussion du colloque  « Nommer les lieux : Questions interdisciplinaires sur le toponyme », Université de Genève (10-11 décembre 2020), Judith Lyon-Caen a présenté un très intéressant document qu’elle a exhumé des archives de presse.

Article de Roland Engerand dans l'Action Française du 22 octobre 1941 (Sce: BNF Retronews)

Article de Roland Engerand dans l’Action Française du 22 octobre 1941 (Sce: BNF Retronews)

Il s’agit d’un article paru dans le journal royaliste, pétainiste et collaborationniste l’Action Française le 22 octobre 1941. Ce long article parle de littérature, de patrimoine et de noms de rues sous un angle très politique. L’auteur, Roland Engerand (officier et écrivain régionaliste), y développe un plaidoyer nostalgique pour l’odonymie d’Ancien Régime qui, entre autre vertu, aurait un caractère particulariste et authentique, piochant dans les registres de la tradition, de l’anecdote, de l’imaginaire et du religieux, en bref de l’esprit des lieux. Il l’oppose à l’odonymie républicaine qui, non seulement effacerait la couche d’Ancien Régime, mais de manière plus générale promouvrait un paysage toponymique uniforme et générique fait de valeurs laïques haïssables et d’un panthéon de personnalités qu’il voue aux gémonies, lâchant quelques saillies violemment antisémites, antisocialistes et anticosmopolites sous des dehors nostalgiques populaires et nationalistes :

La ruelle était-elle sale ? Elle ne redoutait pas de l’avouer plaisamment, et s’appelait – comme à Limoges – la rue du Pou Volant. (La municipalité socialiste de cette ville a du être bien tentée de la rebaptiser: rue Rappoport). Mais non loin de ce vermineux rappel, la poésie terrassait la prose aux encoignures de la rue Cruche d’Or. En vérité, tout le charme et la verdeur de notre douce France se retrouvent en ces vieux noms de rues …

Dans un long post-scriptum, l’auteur revient sur le cas du panthéon littéraire national patrimonialisé dans les noms de rues, et plus particulièrement de certains auteurs, certes républicains ou des Lumières, mais pour lesquels l’Action française, et notamment son directeur, Charles Maurras, a quelques sympathies, au premier rang desquels Anatole France. Il propose alors une solution aux nouvelles autorités vichistes : remplacer les noms de ces quelques personnalités, et plus généralement de l’ensemble des grands écrivains honnis de par leurs origines ou leurs positions politiques, par celui de leurs œuvres qui, somme toute, font partie du patrimoine de la langue française. Ainsi, les œuvres d’Émile Zola et de Marcel Proust survivraient à la disparition de leurs auteurs par une euphémisation du nettoyage odonymique.

 

Indications bibliographiques:

Desbrosse, X. (2014). « Héros de l’Ouest, héros de l’Est : toponymie et Guerre froide de la Libération à nos jours« .  in La Guerre froide vue d’en bas. P. Buton, O. Büttner and M. Hastings (dirs.), Paris, CNRS Editions: 111-129.

Lyon-Caen, J., & Ribard, D. (2010). L’historien et la littérature, Paris: La Découverte.

Vassakos, R. (2012). « Les plaques bleues du « Midi rouge » dans la tourmente. L’épuration symbolique de la toponymie urbaine en Languedoc-Roussillon sous Vichy. » Annales du Midi(280): 523-539.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search