Un cadre théorique d’analyse de la dénomination des lieux à l’épreuve de la littérature

« The Black Dalhia» de James Elroy (1987)  et «La fête de l’insignifiance» de Milan Kundera (2014) ont la toponymie au cœur, respectivement, de l’intrigue et de la démonstration. Ces deux romans, ainsi que «Maria Chapdelaine» de Louis Hémon (1914-16) vont servir ici de test à un cadre d’analyse théorique en toponymie politique.

La présentation a été faite lors du Colloque « Nommer les lieux : Questions interdisciplinaires sur le toponyme », Université de Genève, Faculté des Lettres, des 10 et 11 décembre 2020.

Lien de la présentation

Résumé:

L’analyse de la dimension politique de la production des noms de lieux est au programme du courant récent de critical toponymyou toponymie politique. Elle vient compléter les approches étymologique, philologique et archéologique des noms de lieux en s’intéressant davantage au processus de nomination qu’au nom lui-même, avec une attention particulière portée à la néotoponymie.

Au delà de la mise en évidence des enjeux politiques contextualisés, il est possible de se doter d’un cadre théorique inspiré d’une approche foucaldienne par les dispositifs et les technologies de pouvoir. Un tel cadre permet de donner du sens aux nexus que constituent les entreprises particulières de dénomination. Elles peuvent être ramenées à des intentions types en fonction des contextes géopolitiques dans lesquels elles opèrent, de la nature et l’échelle des lieux auxquels elles s’appliquent, ainsi que des jeux d’acteurs qu’elles mobilisent.

La littérature contemporaine dans ses développements toponymiques fictionnels axés sur l’imaginaire, le sensible ou le réalisme questionne ce modèle et en constitue un test éventuel. Sont ici envisagés :

  • « La fête de l’insignifiance » de Milan Kundera (2014) qui interroge le maintien du nom de Kaliningrad après l’effondrement du bloc soviétique; probablement du à l’insignifiance du personnage éponyme.

Le nom donné à une ville hautement symbolique dans un contexte de conquête expansionniste postérieur à une guerre est maintenu par l’Etat dans un contexte de changement radical de régime et de personnalités fondatrices.

  • « The Black Dalhia » de James Elroy (1987) dans lequel une dénomination inadéquate et indélicate quand à la nature du lieu est à l’origine d’une fureur dévastatrice.

Dans un contexte d’expansion urbaine et de spéculation immobilière, un promoteur obtient de l’administration municipale un changement d’odonyme à des fins privées, mais pour une voie déclassée de mauvaise réputation.

  • « Maria Chapdelaine » de Louis Hémon (1914-16) où les pionniers du Québec se débattent entre références autochtones et coloniales, entre évocation des origines et hagiographie.

Dans un contexte de colonie de peuplement, la société des pionniers d’origine européenne et le clergé renomment les éléments du paysage et les localités en ignorant ou effaçant la toponymie autochtone cependant présente dans la toponymie vernaculaire et d’usage local.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search