Charlie Chaplin, toponymiste facétieux et tragique des bas-fonds

A un an d’écart, en 1917 et 1918, Charles Chaplin tourne, parmi de nombreux autres, deux films fameux :Easy Street (Charlot policeman) et Shoulder Arms (Charlot soldat) qui ont pour point commun de mobiliser la toponymie de manière centrale. Aussi bien dans le décor (visuel du toponomascape) que dans l’action (matérialité des panneaux).

Le premier des deux films (Easy Street) met en scène un bas fond de Los Angeles, avec une référence à une rue londonienne des origines (Easy Street rappelant East Street) et une autre référence au passé révolutionnaire de la France (Marie-Antoinette Alley).

From Easy Street - Charlie Chaplin - Mutual 1917

Scène finale de Easy Street (Charles Chaplin 1917), la rue mal famée est réordonnnée par la vertu (chanceuse) de Charlot Policeman et de la Nouvelle Mission qui s’y installe avec une Employment agency. Le paysage linguistique est saturé de panneaux avec également ceux de Easy St. et de Marie-Antoinette Alley

From Easy Street - Charlie Chaplin - Mutual 1917

Scène de Easy Street (Charles Chaplin 1917) après que le colosse soit terrassé par Charlot grâce au réverbère qui porte le nom de la rue et sur lequel se trouve la borne d’appel à la police

Le second (Shoulder Arms) met en scène la vie dans les tranchées alliées de la Grande guerre sur sol français, ici au carrefour d’une tranchée proprement dite, dénommée Broadway (littéralement et ironiquement « la voie large », et métaphoriquement celle de la grande ville américaine lieu des théâtres et spectacles), et d’un boyau dénommé Rotten Row (littéralement « la rangée pourrie » qui fait allusion à une voie prestigieuse du centre de Londres, historiquement dévolue à la promenade à cheval).

On marche au pas, fusil à l’épaule, dans la Tranchée dénommée Broadway au carrefour avec le boyau Rotten Row. (Shoulder Arms, Charles Chaplin 1918 (Sce Chaplin Archives)

Dans les deux films et les deux situations sont mis en scène des lieux tragiques où règnent le dénuement et la violence. Charles Chaplin y utilise l’odonymie pour souligner avec humour et ironie, la dureté des vies pauvres dans la totalité de l’espace public et privé, ceci avec des noms de lieux présents sous la forme de plaques lisibles à l’écran. Outre l’ironie, les références a un ici et un ailleurs ajoutent une note poétique à cette toponymie et sortent ces bas-fonds du seul univers des faubourgs pauvres et des tranchées pour les relier aux métropoles avec lesquelles ils sont liés.

Les veines ironique et dénonciatrice (qui apparaîssent clairement avec le panneau Vermin Club à l’entrée d’une chambre-dortoir de tranchée de Shoulder Arms) d’une part, et du référentiel des origines d’autre part, ont d’ailleurs inspiré les soldats pour nommer nombre de tranchées sur les fronts alliés.

http://www.charliechaplinarchive.org/en/collection/cerca/trench-exterior-vermin-club-charles-chaplin-with-rifle/search/search:charlot/view_as/grid/page/2

L’abri de tranchée (Cagna ou Guitoune en argot militaire français) dénommé Vermin Club dans  Shoulder Arms, Charles Chaplin 1918 (Sce Chaplin Archives)

Références:

Besson, F. (2015). « L’écriture en creux du paysage de guerre dans le cinéma de Charles Chaplin. » Caliban(53): 153-170.

Chasseaud, P. (2006 (2017)). Rats Alley: Trench Names of the Western Front, 1914–1918, The History Press.

Devos, A., P. Taborelli and R. Perarnau (2020) « Les noms de tranchées et de boyaux de la Grande Guerre en Champagne  » Echogeo 53.

Wilson, R. J. (2011). « ‘Tommifying’ the Western Front, 1914–1918. » Journal of Historical Geography 37(3): 338-347.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search