Un inventaire illustré de la néotoponymie issue des recompositions territoriales françaises … sans mise en perspective

Brunet, R. (2021). Nouveaux territoires, nouveaux noms de la France, Hermann, 237 p.

Drôle de livre, qui se termine par la dévalorisation, la condamnation même, de son objet auquel l’auteur, Roger Brunet, immense géographe, dénie quasiment tout intérêt et toute pertinence. Ainsi, il dénonce in fine l’illusion nominaliste (qui croit changer la chose en en changeant le nom) ainsi que le caractère fugace et temporaire, donc futile, de la néotoponymie contemporaine française. Elle ne serait que « foire aux vanités » masquant les enjeux et les réalités territoriales pour mieux exacerber leur mise en compétition et la complexification stérile des structures administratives. On est assez proche des fondamentaux de la rhétorique réactionnaire qui, d’après Hirschman, analyse tout processus de changement en termes d’inanité, d’effets pervers et de mise en péril. Ceci dans un plaidoyer pour une géographie administrative et politique strictement nationale, fonctionnaliste, essentialiste et égalitariste, loin, bien loin, des enjeux de l’invention des spatialités complexes et relationnelles, topologiques, mobiles qu’appellent les pratiques et les appartenances complexes contemporaines.

Certes le marché de la néotoponymie associée aux recompositions territoriales est bien souvent animé par des démarches appauvrissantes de marketing territorial ou de neutralisation géopolitique qui promeuvent dans les deux cas des appellations génériques. Mais ces démarches sont loin d’épuiser la riche production contemporaine comme l’illustre et le documente l’inventaire auquel se livre pourtant Roger Brunet dans cet ouvrage.

Surtout, elles ne doivent ou ne devraient pas occulter la passionnante mise en scène multiforme d’une néotoponymie qui déchaîne les passions et qui est prétexte à de nombreux débats révélateurs sur les identités territoriales, sur les cohérences et les contradictions internes aux espaces de projets, sur leurs projection dans une économie des lieux et des ressources multiscalaires. C’est d’ailleurs surement cela le vrai sujet et le véritable intérêt de la néotoponymie, le processus par lequel on aboutit aux nominations contemporaines, les choix et non choix qu’elle occasionne, les parodies de participation et/ou les vrais débats argumentés dont elle fait l’objet.

Cette dynamique de production en France et ailleurs est déjà bien étudiée dans une riche et très dynamique production scientifique nationale et internationale de toponymie politique qui est superbement ignorée par l’auteur. Ignorée ? pas totalement tant des concepts qu’elle a développé sont largement repris dans l’ouvrage (Néotoponymie, Neutralisation toponymique…).

L’ouvrage a toutefois le grand mérite d’inventorier et de cartographier de très nombreuses appellations contemporaines liées aux recompositions territoriales et au nouveau régionalisme à la française. Elles sont autant d’invitations à l’approfondissement sur les arbitrages dont elles sont issues au-delà de la simple classification des motivations apparentes pour le nom final.

Pour inviter à aller plus loin, nous proposons ici une bibliographie complémentaire de la question qui porte sur les processus, les enjeux, les controverses et les arbitrages rendus pour aboutir à la néotoponymie dans différents contextes :

Neotoponymies Françaises

Aigouy-Campoy, P., P. Marchand and P. Ratinaud (2019). “Resémantisations du toponyme « Occitanie » dans la presse quotidienne régionale.” Pôle Sud 50(1): 67-88.

Bourges, A.-Y. (2017). “Les « communes nouvelles » et la néo-toponymie en Bretagne : le cas du Coglais ” Blog: Variétés historiques .

Delattre, E. (2007). “Le changement de nom des communes françaises aspects économiques, marketing et stratégiques.” Revue d’Économie Régionale & Urbaine(2): 269-291.

Foucher-Dufoix, V. (2019). “Le nom sans la chose. Enjeux toponymiques autour des « 4 000 » à La Courneuve.” Histoire urbaine 56(3): 89-108.

Gauchon, C. (2007). “Territoires touristiques et Néotoponymie : Les noms des grands domaines skiables des Alpes françaises.” Loisir et Société / Society and Leisure 30(1): 69-88.

Giraut, F. (2020). “Pour une théorie de la nomination des communes nouvelles françaises : des localités aux territoires”, Blog Néotoponymie/Neotoponymy

Guerrin, C. (1998). Étude socio-toponymique de la variation dans les noms de communes françaises entre 1943 et 1996. PhD, Université de Rouen.

Laligant, S. (2012). “Dé-nommer, renommer le territoire. Le cas de Damgan, dans le Morbihan.” Ethnologie française 42(4): 677-687.

Landel, P.-A. and N. Senil (2008). “Les nouveaux territoires et leurs noms entre projet et compétitivité : le cas des “ pôles d’excellence rurale ” ” L’Espace politique(2): 66-78.

Rémy, E. (2008). “La Septimanie ou la résistance au marketing politique.” Décisions Marketing(49): 93-96.

Reynaud, A. (1990). “La Champagne : le mot et la chose. Un nom à la recherche d’un espace.” Travaux de l’Institut de Géographie de Reims: 5-13.

Perspectives théoriques et internationales

Adam, F. (2008). “L’autorité et l’autre. Parcours toponymiques et méandres linguistiques au Québec.” L’Espace politique(2): 31-39.

Audebert, C. (2008). “Acteurs et enjeux de la néotoponymie des territoires ethniques des grandes métropoles aux Etats-Unis : l’exemple de Miami.” L’Espace politique(2): 53-65.

Amilhat-Szary, A.-L. (2008). “Des territoires sans nom peuvent-ils être sans qualité ? Réflexions toponymiques sur les modifications de la carte administrative chilienne.” L’Espace politique(2): 112-132.

Boujrouf, S. and E. M. Hassani (2008). “Toponymie et recomposition territoriale au Maroc : Figures, sens et logiques.” L’Espace politique(2): 40-52.

Gauchon, C. (2020) “Nommer les biens du Patrimoine mondial : processus de patrimonialisation et réinvention toponymique.” Echogéo 53.

Giraut, F. and M. Houssay-Holzschuch (2016). “Place Naming as Dispositif: Toward a Theoretical Framework.” Geopolitics 21(1): 1-21.

Giraut, F. and M. Houssay-Holzschuch (2008). “Néotoponymie : formes et enjeux de la dénomination des territoires émergents.” L’Espace politique(2): 5-12.

Giraut, F., S. Guyot and M. Houssay-Holzschuch (2008). “Enjeux de mots: les changements toponymiques sud-africains.” L’Espace géographique 37(2): 131-150.

Hoffman, K. E. (2000). “Administering identities: state decentralisation and local identification in Morocco.” The Journal of North African Studies 5(3): 85-100.

Jenkins, E. (2007). Falling into Place: The Story of Modern South African Place Names. Cape Town, David Philip.

Ji, X. (2018). “City-renaming and its effects in China.” GeoJournal 83(2): 381-397.

Karlander, D. (2017). “Roads to regimentation: Place, authenticity and the metapragmatics of naming.” Language & Communication 53: 11-24.

Lehr, J. C. and B. McGregor (2016). “The politics of toponymy: Naming settlements, municipalities and school districts in Canada’s Prairie provincesPrairie Perspectives: Geographical Essays 18: 78-84.

Madden, D. J. (2018). “Pushed off the map: toponymy and the politics of place in New York City.” Urban Studies 55(8): 1599-1614.

Masuda, J. R. and S. Bookman (2018). “Neighbourhood branding and the right to the city.” Progress in Human Geography 42(2): 165-182.

Montès, C. (2008). “La toponymie comme révélateur de la construction identitaire d’un empire: (re)nommer les capitales étatsuniennes.” L’Espace géographique 37(2): 106-116.

Rivière d’Arc, H., Ed. (2001). Nommer les nouveaux territoires urbains. Paris, Ed. Unesco, Ed. MSH.

Rose-Redwood, R., D. Alderman and M. Azaryahu (2010). “Geographies of toponymic inscription: new directions in critical place-name studies.” Progress in Human Geography 34(4): 453-470.

Soguel, N. and J. Silberstein (2015). “Welfare Loss with Municipal Amalgamations and the Willingness-to-Pay for the Municipality Name.” Local Government Studies 41(6): 977-996.

Streiff-Fénart, J. and P. Poutignat (2001). “Discours urbains et modes de dénomination des nouveaux territoires dans deux villes de Mauritanie.” In Nommer les nouveaux territoires urbains. H. Rivière d’Arc (dir.). Paris, Ed. Unesco, Ed. MSH: 211-233.

Stewart, G. R. (1945 (2008)). Names on the land: A historical account of place-naming in the United States, New York Review of Books.

Verdeil, É. (2011). “Délimiter les banlieues de Beyrouth. Des noms et des périmètres”. In Des banlieues à la ville, espaces et acteurs de la négociation urbaine, É. Longuenesse & C. Pieri (dirs.), Presses de l’IFPO.

Wideman, T. J. and J. R. Masuda (2018). “Toponymic assemblages, resistance, and the politics of planning in Vancouver, Canada.” Environment and Planning C: Politics and Space 36(3): 383–402.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search