Se repérer dans les villes africaines. Quelles transformations par le numérique ?

Ayité Mawussi, Doctorant à Ecole des Ponts Paris Tech (ENPC) & à l’Université de Lomé (UL), Laboratoire Ville Mobilité Transport (LVMT) & Associé au Centre d’Excellence Régional sur les Villes Durables en Afrique (CERViDA), Am.ayite.mawussi@gmail.com

I live in Adenta. When you leave the Marina, you get off at ABC bar-stop, but you have to go through many streets. You might suffer a lot before you get there. The best thing to do is to get off at Shalom junction and go straight on, then take the first von on the right and you will find the Guinness depot. You pass it again and the house on your right is mine. (Dimi, 31 years old, trader in Adenta, Accra).

Les noms des rues dans les villes africaines, presque personne ne les connait et encore moins ne s’en sert, à part les plus emblématiques et ancrés dans la mémoire collective. Se repérer dans ces villes où l’adressage n’existe pas partout renvoie à des pratiques empreintes de sociabilité et liées au vécu. L’oralité est mise en avant à travers la pratique du « demander le chemin » dans les manières de se repérer. On n’indique jamais sa maison ou son lieu de travail directement, mais toujours par rapport à d’autres lieux (marché, terrain, boutique, bar etc.) connus par une grande majorité de personnes.

Les travaux qui existent sur les questions d’odonymie africaine contemporaine s’inscrivent essentiellement dans une posture critique en analysant la dénomination comme moyen de postcolonialiser et de décolonialiser les rues (Bigon, 2008, Giraut, Houssay-Holzschuch, et Guyot, 2008 ; Giraut & Antheaume 2012 ; Mamvura 2021 ; Ndletyana, 2012). D’autres travaux discutent de la fabrique des noms des villes informelles (Bigon 2020 ; Mushati 2013 ; Wanjiru & Matsubara 2017 ). Les travaux plus proches de notre sujet sont ceux qui traitent de l’adressage (Ben Arouss 2020 ; Njoh 2010). Quand les noms des rues existent quels rapports les habitants ont à ces noms ? Comment se repèrent-ils ? Quelles opportunités offrent les plateformes numériques (WhatsApp, Facebook et Google Maps) pour pallier ces problèmes ?

1-“Je connais ma rue comme ma poche mais je ne connais pas son nom”

Une expérience dans quelques rues à Lomé, Accra et Abidjan montre le rapport que les habitants de ces rues ont à la toponymie. Dans la majorité des cas, les citadins ne connaissent pas le nom de leurs rues à Abidjan comme à Lomé. Les réponses les plus fréquentes sont : « Cette rue à un nom ? je ne sais pas. Je ne le connais pas. ». « Euh je ne connais pas le nom de la rue ». A l’exception des rues populaires comme la rue Adébayor à Lomé ou l’ancienne rue Princesse à Abidjan, très rares sont les gens qui connaissent leurs noms. A Accra en revanche, les citadins connaissent mieux les noms de leurs rues. De Koffi Annan Street en centre-ville d’Accra à Arku Korsah Road dans le quartier de la Marina, en passant par Akwei Allah Road à Madina, la plupart connaissent le nom de la rue sur laquelle se trouvent leur maison ou lieu d’activité.

Figure 1 : Boundary Rd et Chief Alhaji Seidu St à Accra, Une signalétique existante mais délaissée ?

Source : Google St 2022, Photo de 2016

 

Cette différence révèle d’une part la non-implication des populations dans la nomination de leurs rues et de la non prise en compte de l’histoire sociale à Lomé et à Abidjan. Dans ces deux villes, la toponymie est issue d’un processus top down déconnecté des pratiques et mémoires habitantes.

A Accra en revanche, la toponymie reste sensible à l’histoire des lieux, des quartiers et communautés. Les rues y sont également souvent associées à des personnalités qui ont marqué l’histoire politique, sociale ou encore économique du pays. Ainsi peut-on rencontrer Barnes Road, J.J Rawlings Avenue ou encore Koffi Annan Street. Dans les zones éloignées du centre-ville, les rues sont souvent associées à des personnalités de notoriété publique, des chefs religieux ou traditionnels, ce qui explique aussi en partie la connaissance des rues par les populations. On y retrouve des rues portant des noms comme : Chief Alhaji Seidu Street (fig. 1), Nii Koteifio Nikoi Road, Naa Adjele Sowah Road, Paul Kwashie Street, Adenta-Dodowa Road. Cette question de la participation et de la prise en compte de l’histoire propre des rues peut avoir des implications pratiques dans le cadre des projets d’adressage actuels et futurs comme c’est le cas à Abidjan.

Par ailleurs, dans les démarches administratives, le nom de rue et encore moins le numéro du logement ne sont explicitement demandés. Cela n’oblige donc pas les citadins à connaître les noms de leurs rues. En conséquence, les noms des rues, quand ils existent, ne sont pas connus par les habitants et ne font pas partie de leurs pratiques et usages au quotidien. Si dans les trois villes les espaces adressés sont les territoires centraux et péricentraux, ils ne correspondent pas aux principales concentrations de populations. Dans les périphéries où se concentrent les personnes, les rues ne sont pas adressées.

2-Se repérer dans les villes ouest-africaines : un casse-tête ?

Le rapport au nom des rues entraîne des conséquences sur le repérage et le déplacement des personnes. En effet, indépendamment des noms officiels des rues quand ils existent, les personnes ont des systèmes de repérages informels qui sont liés à leurs vécus et aux lieux populaires qui font sens pour eux et pour leurs interlocuteurs. Lieux qui servent de repères dans l’espace.

 

Je réside à Abidjan Cocody Abatta, à la Cité Prestige, pas loin du Rond-point de la Cité SIR. Nous avons un château d’eau SODECI pas loin de notre cité. Arrivé au Carrefour de Nouveau goudron, en direction de Bingerville, prenez la route à gauche tout droit jusqu’au virage. Après le virage, prenez la route tout droit en direction du rond-point de la cité SIR. Vous trouverez plusieurs rues sur la route, prenez la 4ème rue à votre gauche avant d’arriver au rond-point. Arrivé sur la 4ème rue, allez tout droit, vous verrez le Château d’eau de la SODECI, que vous allez dépasser, ensuite vous trouverez un petit carrefour appelé Terre Ivoire que vous dépassez jusqu’à arriver à notre cité ; notre cité se trouve au bout de la route. Arrivée dans la cité, vous verrez 3 voix, prenez la voix du milieu, allez tout droit, arrivé à la 5ème maison à votre droite, elle fait face à une boutique, c’est là que j’habite (Bernadette, 23 ans).

Source : Carnet de terrain, Aout, Octobre, 2020, Abidjan / Accra

 

Croquis d'itinéraire et de localisation

Fig.2 Croquis d’itinéraire et de localisation d’un enquété. Sce A. Mawussi

Cet extrait et cette figure, montrent les manières de se repérer dans ces villes. Le système de repérage ne se construit donc pas autour des noms de rues et des numéros de maison quand ils existent. Il se construit plutôt autour de lieux populaires ancrés dans l’imaginaire des habitants. C’est d’ailleurs ce qu’explique Zara Abbey « Les adresses avec code postal, nom de rue et numéro n’existent pas. Pour trouver un endroit précis, il faut s’aider de repères : un carrefour, un bâtiment, un centre commercial, etc. ».[1] Cette manière de se repérer met en jeu des relations et des formes de sociabilités basées sur la parole puisque la solution, quand on ne connaît pas lesdits lieux populaires, est de demander le chemin. Cela fait penser à un dicton populaire en pays Gin au Ghana qui dit « celui qui demande le chemin ne se perd pas ». Quoi que ces pratiques renvoient à des manières particulières de se repérer et de se déplacer dans l’espace à Lomé, Accra et Abidjan, elles sont ancrées dans la culture des habitants de ces villes. En effet, parallèlement à l’adressage et face à son absence, nommer un lieu selon des repères informels, non officiels est ancré dans l’ethos de ces citoyens. Cela n’empêche que ces pratiques constituent des freins à certaines activités. C’est le cas du e-commerce, de la livraison, de la délivrance de services. Également l’absence d’adressage pose la question des secours en cas d’accident ou d’incendie ainsi que celle de la collecte fiscale. Ce dernier point peut générer une certaine hostilité au principe d’adressage, surtout si celui-ci ne s’accompagne pas de mesure concrète de régularisation foncière et immobilière et d’accès aux services de base.

3-Se repérer grâce aux options de géolocalisation des applications de messagerie mobile : des usages low-tech ?

Parce qu’ils embarquent des applications mobiles qui sont utiles au quotidien, les smartphones sont devenus des objets banals du quotidien. Ils sont un moyen géolocalisation grâce à de nombreux outils dédiés. A Accra, Lomé et Abidjan, les applications comme Google Maps mais également les fonctions de géolocalisation des réseaux sociaux WhatsApp, Snapchat et Facebook sont utilisés par les citadins. Ce partage de géolocalisation permet ainsi de palier au problème de repérage. Il permet de suivre les itinéraires pour se rendre dans les lieux sans forcément faire usage des modes habituels de repérages. Ces outils sont utilisés tant par les habitants dans leurs déplacements que par les personnes qui font du commerce informel grâce aux réseaux sociaux pour livrer leurs clients.

       

Capture d’écran du partage de géolocalisation via WhatsApp

Figure 3 : Capture d’écran du partage de géolocalisation via WhatsApp

Au-delà de la mauvaise qualité de la connexion qui peut rendre difficile l’usage de ces technologies, toutes les personnes ne connaissant pas ces outils ou même s’ils en ont entendu parler ne savent pas les utiliser. Si cela semble relever du naturel pour la plupart des « digital natives » rencontré.e.s, en revanche pour les personnes de plus de quarante ans cela l’est rarement. Une femme rencontrée au marché de Dutu à Accra confie : « J’ai le smartphone, mais je n’ai pas vraiment utilisé ces applications. J’utilise mon téléphone pour passer les appels, prendre des photos et utiliser WhatsApp, mais je ne partage pas ma position avec » (Sista Grâce, 51 ans, commerçante au Marché de Dutu et résidente à Adenta). Si chez les jeunes enquêtés rencontrés l’écart ne semble pas se creuser dans l’usage de ces applications selon le sexe, chez les personnes ayant à partir de 40 ans, les hommes sont fréquemment plus habiles que les femmes dans l’usage de ces outils, cela dépend aussi du niveau d’étude. Ces données révèlent, comme le montrent Verkasalo et al., (2010), que l’usage des applications et des Tics en général est différencié selon des critères socio-économiques. Même si ces usages peuvent être qualifiés de basse technologie, ils nécessitent néanmoins de la connexion internet au moins pour télécharger les itinéraires avant de prendre la route. La connexion internet étant encore chère, cela peut être un frein à l’adoption de cette solution pour certains.^

4-Quand les géants du numérique se positionnent sur l’adressage

Parallèlement à ces solutions low-tech, d’autres acteurs de type startup privées ou services spécialisés en partenariat public/privé, se positionnent sur les créneaux de la géolocalisation et de l’adressage dans les villes africaines. C’est le cas par exemple de l’application Ghanapost GPS et de Snoocode au Ghana et de Mahali développé par la startup Mahali avec Orange. Mon propos se centrera sur le cas de Ghanapost GPS, car il est exemplaire de la numérisation par le haut des sociétés.

 

Double capture d'écran Snoocode et GhanaPost

Figure 4 : Capture d’écran des applications Ghanapost GPS et Snoocode Sce : @AyitéMawussi

L’application émane du système national d’adressage de propriété numérique (NDPAS) lancé en octobre 2017 par le gouvernement ghanéen avec l’appui de Vokacom. Ce projet est selon le gouvernement un moyen efficace d’adresser chaque emplacement et propriété pour faciliter la mise en œuvre des principales politiques gouvernementales. Chaque adresse numérique générée à partir du système est unique à chaque propriété et comporte un maximum de onze (11) caractères alphanumériques qui indiquent la région, le district et le code postal (par exemple, GA-183-8164). L’adresse numérique est adoptée comme système d’adresse officiel pour la fourniture de services et de contrats gouvernementaux. Il est également utilisé par les services de la poste pour les livraisons. Un système de localisation Offline utilisable sans connexion est aussi développé. Outre les usages plutôt officiels déjà cités, l’application est aussi utilisée par les Ghanéens pour se localiser. Par ailleurs, pour que cette application rentre dans les usages, l’État ghanéen et ses services centraux rendent l’usage de ces applications obligatoires pour accéder à certains services comme l’établissement de pièces d’identité.

Source : https://technologysalon.org/ghana-post-gps-digital-addressing-system/

On voit les possibilités qu’offre cette application pour résoudre le problème d’adressage et par ricochet les questions de délivrance de services et le développement de la livraison liée au e-commerce. On voit aussi que son développement s’est effectué par un investissement public important en concurrençant les initiatives privées issues de startups comme Snoocode. Cela pose le problème de la cohérence même de ce choix. GhanaPostGPS coûte 2,5 millions de dollars par an que le Ghana doit verser à Google. Quelle est la pertinence de ce choix si l’adressage normal peut être fait et que les citadins peuvent utiliser Google Maps pour se repérer ? Que deviendra ce système si jamais la ville d’Accra ou l’État du Ghana est dans l’incapacité de payer ces frais à Google ? A l’évidence, la circulation du modèle de la smart city dans lequel s’inscrit un tel projet n’est pas neutre et va dans l’intérêt des géants de l’informatique et du web, qui à terme pourraient avoir la gestion de villes entières dans leurs mains. Cela pose non seulement le problème de la souveraineté numérique mais aussi de la sobriété numérique (Leterme, 2020). En effet, cela entraine une consommation de données et d’énergie qu’il serait possible d’éviter avec un adressage normal participative et attentive à l’histoire propre des lieux, des rues et adossé à une base de données cartographique doté d’un plan de mise à jour régulier. Par exemple, l’adressage numérique nécessite des serveurs et des datacenters. Dans un pays tropical où il fait chaud et qui connait un déficit électrique, dépenser l’énergie pour refroidir les datas center à de telles fins peut se révéler superflus. Par ailleurs, cela implique de nouvelles inégalités essentiellement pour les personnes qui ne peuvent utiliser cette technologie surtout qu’elle est imposée pour accéder aux services du gouvernement (retirer sa carte d’électeur par exemple). Si les campagnes de sensibilisation auprès des habitants pour son adoption et le développement de la version Offline de l’application Ghanapost GPS (qui permet de générer l’adresse électronique unique via SMS sans connexion internet) permettent d’atteindre le plus grand nombre, ceux qui n’ont pas de smartphone par choix ou manque de moyen ou qui ne sont pas numériquement agile sont exclus.

Pour conclure

« L’adressage des rues, nouveau cheval de bataille de la Banque mondiale et de la Coopération française, rapidement enfourché par l’État ivoirien, est symptomatique du hiatus entre normes importées et normes locales. De fait, comme à Abidjan, les habitants ont rarement recours à cette numérotation chiffrée et préfèrent s’en tenir à des repères vécus » (Janin, 2001 : 186).

L’adressage semble être, comparativement au transport, à l’électricité etc, le parent pauvre des projets et opérations de développement urbain dans les villes d’Afrique de l’Ouest malgré les tentatives dans quelques pays. Pourtant, il est au cœur d’enjeux cruciaux en termes de délivrance de services, de recouvrement des impôts et taxes, de connaissance fine de la répartition de la population à des fins de planification ou encore de e-commerce. Si les repères vécus et l’usage des options de géolocalisation des applications de messagerie mobile semblent être une solution à certains égards, cela ne permet pas de répondre aux enjeux précités. Ce n’est pas non plus l’adressage digital, comme il se présente au Ghana avec GhanapostGPS qui résorbe tous les problèmes. Car il pose d’autres questions d’exclusions, de souveraineté et de dépendance numériques notamment. Avec ces géants qui avalent tout sur leurs passages, sommes-nous, comme dans le cas d’Uber en Afrique du sud ou au Ghana, dans le perpétuel recommencement du néolibéralisme même dans les espaces et les rues africaines ? Dans tous les cas, la question de l’adressage nécessite d’être mise en débat dans les pays Africain surtout dans le cadre de « l’urbanisme de rattrapage » par le haut. Le Centre D’excellence Régional sur les Villes Durables en Afrique (CERViDA), l’Ecole Africaine des Métiers de l’Aménagement et de l’Urbanisme (EAMAU), mais aussi les structures de recherches ou encore les fablabs sur le continent africain doivent se faire les relais pour développer des recherches sur le sujet mais également développer des méthodes d’adressage abordable, participative, évolutive et à l’image de l’histoire et des réalités de ces villes, de ces rues et de leurs habitantes et habitants.

Bibliographie

Ben Arrous, M. (2020). Sénégal: «Les populations n’utilisent pas les noms coloniaux des rues». Emission Invité Afrique. Interview C. Idrac. Radio France Internationale.

Bigon L. (2008). « Names, norms and forms: French and indigenous toponyms in early colonial Dakar, Senegal ». Planning Perspectives, Vol, 23, n° 479-501.

Bigon, L., Ed. (2016). Place Names in Africa. Colonial Urban Legacies, Entangled Histories. Cham, Springer.

Bigon, L. (2020). “Towards Creating a Global Urban Toponymy—A Comment.” Urban Science 4(4).

Bigon, L. & M. Ben Arrous (2019). “Les noms de rues à Dakar. Héritages (pré-) coloniaux et temps présent.” Bulletin de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire UCAD, Series B 59(1-2): 53-79.

Bigon, L. & M. Ben Arrous (2021). Street-Naming Cultures in Africa and Israel: Power Strategies and Place-Making Practices, London: Routledge.

Fauchier-Delavigne M., 2017, “ A défaut de noms de rue, une appli génère des codes pour se repérer dans Accra”, Le Monde Afrique, 17 aout 2017. https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/08/17/a-defaut-de-noms-de-rue-une-appli-genere-des-codes-pour-se-reperer-a-accra_5173469_3212.html

Farvacque-Vitkovic, C., L. Godin, H. Leroux, F. Verdet and R. Chavez (2005). Adressage et gestion des villes. Washington, World Bank.

Giraut F., Houssay-Holzschuch M., & Guyot S. (2008), « Au nom des territoires ! Enjeux géographiques de la toponymie », L’Espace géographique, vol. 37, no. 2, p. 97-105.

Giraut, F. & B. Antheaume (2012). Toponymy of power, power of toponymy? Colonial and contemporary Togolese place renaming. 5thTrend in Toponymy conference. Bern (Switzerland).

Janin P. (2001), « Une géographie sociale de la rue africaine : (Bouaké, Côte d’Ivoire). », Politique africaine, Vol, 82, p. 177-189. https://doi.org/10.3917/polaf.082.0177

Leterme C. (Ed.). (2020), Impasses numériques : Points de vue du Sud. Paris, Syllepse.

Mamvura, Z. (2021). ““By what authority?” The contested politics of urban toponymic inscription in Zimbabwe.” Urban Geography: 1-23.

Ndemo, B. (2020). Slum Digitisation, Its Opponents and Allies in Developing Smart Cities: The Case of Kibera, Nairobi. Open Cities | Open Data. S. Hawken, H. Han and C. Pettit: 129-148.

Ndletyana M. (2012), « Changing place names in post-apartheid South Africa: accounting for the unevenness ». Social Dynamics, Vol, 38, p. 87-103.

Ndock Ndock G. (2020) « Urbanisme de rattrapage, marquage territorial populaire et conflits d’odonymies dans les quartiers de Yaoundé (Capitale du Cameroun) », EchoGéo [En ligne], 53 | 2020, mis en ligne le 25 octobre 2020, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/20168 ; DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.20168

Njoh A. J. (2010), « Toponymic inscription, physical addressing and the challenge of urban management in an era of globalization in Cameroon ». Habitat International, n°34, p. 427-435.

Verkasalo H., Lopez-Nicolas C., Molina-Castillo F-J. & Bouwman H. (2010), « Analysis of users and non-users of smartphone applications ». Telematics and Informatics, Vol, 27, n° 3, p. 242-255.

Wanjiru, M. & K. Matsubara (2017). “Slum toponymy in Nairobi, Kenya. A case study analysis of Kibera, Mathare and Mukuru ” Urban and Regional Planning Review 4: 21-44.

Wanjiru-Mwita, M. (2020) “Nairobi’s street names reveal what those in power want to remember, or forgetThe Conversation.(30 juin)

[1] https://www.afd.fr/fr/actualites/afd-digital-challenge-laureats-2020


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search