Contre la sous-représentation des femmes dans les noms de rues : géopolitique d’une mobilisation contemporaine multiforme

Par Frédéric Giraut, Université de Genève

Les initiatives se multiplient pour dénoncer le privilège accordé aux hommes dans les odonymes commémoratifs de personnalités des grandes villes occidentales. Autrement dit, il devient de moins en moins supportable que le grand livre commémoratif et identitaire que constitue le répertoire des noms de voies et de lieux accorde un privilège inouï aux hommes et évite même soigneusement certaines figures féminines. Ce marquage symbolique et matériel du paysage contribuant grandement à la perpétuation de stéréotypes patriarcaux.

Quand la presse s’empare du constat de sous représentation extrême des femmes dans les noms de rue

Un état quantitatif des déséquilibres est dressé par des associations, des Ong ou des partis, et ces données sont relayées par la presse. Un collectif italien intitulé Toponomastica Femminile constitue depuis 2012 la référence en la matière. Leurs travaux à base d’inventaires exhaustifs ayant été relayés dans la presse et la blogosphère européenne via un organe aussi prestigieux que la BBC.

Dans la presse française, il y a eu en 2014 une vague d’articles après la publication d’un rapport de Soroptimist, une ONG féministe, qui révélait en février 2014 que 2 % des rues françaises portent le nom d’une femme, soit 6% des noms dédiés à des personnalités (33% des odonymes). Etude portant sur les 63 500 noms de rues de 111 communes.

La presse régionale consacre de plus en plus d’articles et même de une à la déclinaison locale de ce phénomène de sous-représentation et aux mesures qui visent à la réduire. Au total une rapide recherche sur le moteur google croisant « noms-de-rues ; femmes » permet d’identifier une trentaine d’articles de presse récents (sans compter les articles des lettres d’information municipales et les blogs et sites associatifs) consacrés à cette question du déséquilibre hommes-femmes dans les noms de rues des villes française.

Les éléments de titres « Les femmes à côté de la plaque »1 , et surtout « Où sont les femmes ? »2 reviennent à plusieurs reprises.

Parmi ces articles certains ajoutent à la dénonciation quantitative du déséquilibre une interpellation visuelle originale. C’est le cas des trois articles suivants :

Le Magazine gratuit Grenews faisait sa une sur le sujet en décembre 2012 en dressant un inventaire photographique et en posant la question : Rues de Grenoble : Où sont les femmes ? Les journalistes avouant dans l’article que le sujet leur était venu en visionnant une série télévisuelle dans laquelle une jeune femme râle contre l’hégémonie masculine dans les noms de rues ! Affirmant ainsi qu’il s’agit bien d’une question dans l’air du temps.

Capture de la couverture du magazine gratuit Grenews n°210 de décembre 2012.

Capture de la couverture du magazine gratuit Grenews n°210 de décembre 2012.

Dans Nice Matin, le vendredi 8 mars 2013, journée de la femme, le journal consacre un article à la question de la présence de femmes parmi les noms de rues à Antibes, avec en prime un dessin de presse sur le sujet (Deligne 2013).

Dessin de presse de Deligne paru dans Nice Matin le 8 mars 2013 et en ligne à cette adresse : http://www.nicematin.com/antibes/nom-de-rues-a-antibes-les-femmes-a-cote-de-la-plaque.1168331.html

Dessin de presse de Deligne paru dans Nice Matin le 8 mars 2013 et en ligne à cette adresse : http://www.nicematin.com/antibes/nom-de-rues-a-antibes-les-femmes-a-cote-de-la-plaque.1168331.html

Un an plus tard, le 7 mars 2014, toujours pour la journée de la femme, Nice-Matin enquête cette fois à Nice même, où l’on apprend que sur les 1324 rues, avenues ou autres places compilées, seulement 5% portent le nom d’une femme. L’article présente une carte qui localise tous les noms de rues en bleu et en rose selon qu’ils sont des noms d’hommes ou de femmes, avec en gris ceux qui ne relèvent pas de la commémoration d’une personnalité. L’extrême déséquilibre est rendu visible. L’article porte un titre que l’on a déjà vu ailleurs : CARTE. Noms des rues de Nice: où sont les femmes ?

Capture de la page web d’un article de Nice Matin.com avec carte animée paru en 2014 (http://www.nicematin.com/nice/carte-noms-des-rues-de-nice-ou-sont-les-femmes.1647682.html)

Capture de la page web d’un article de Nice Matin.com avec carte animée paru en 2014 (http://www.nicematin.com/nice/carte-noms-des-rues-de-nice-ou-sont-les-femmes.1647682.html)

Les performances politiques et artistiques comme moyen de dénonciation des implicites du paysage odonymique

Le 27 octobre 2013, la Dépêche du Midi relayait une revendication du mouvement des jeunes socialistes d’Agen. Avec cette dernière initiative couverte par la presse régionale, on rejoint l’action des partis et l’usage de pratiques démonstratives dans l’espace public visant à souligner les déséquilibres inscrits dans le paysage quotidien et à en faire une question politique.

Sur le même mode, dans le cadre de la récente campagne municipale française (mars 2014), le parti Europe Ecologie Les Verts a fait de cette thématique l’un de ses chevaux de bataille en l’incluant dans ses programmes électoraux et en menant des actions lors de la journée de la femme. Ainsi à Grenoble une consultation informelle a été organisée sur place pour anticiper sur un changement de nom au profit d’une personnalité féminine du fameux jardin de ville. Celui-ci pourrait ainsi devenir le jardin Danielle Mitterrand à la faveur des nouvelles élections.

A Genève et Lausanne, ce sont des associations féministes qui prennent des initiatives de ce type dans l’espace public.

C’est aussi dans ce registre de la performance que des artistes investissent l’espace public et font parler les odonymes en rendant hommage aux rares femmes célébrées ou en renommant de manière sauvage, artistique et démonstrative un certain nombre de lieux emblématiques ou non avec des noms de femmes méritant une promotion (Bard, 2005).

Dans ce registre, on peut citer deux performances récentes menées par de jeunes artistes militantes à Paris (tomiekawakami) et à Rennes (Mathilde et Juliette du collectif La Brique).

Sylvia Radelli et son Métroféminin paritaire s’inscrit dans ce type de démarches provocatrices et humoristique, même si elle n’investit pas l’espace public mais se cantonne au registre de l’œuvre exposée. L’artiste présente ainsi son travail : « Un plan revisité du métro parisien en hommage à des femmes admirables ou porteuses de destins étranges et magnifiques. De Mata Hari à Ann Bonny, de Calamity Jane à Eleanor Roosevelt …, les stations renommées racontent une autre histoire du Monde ». Son plan de métro avec une centaine de stations renommées établit une parité hommes-femmes dans les noms de stations.

Des initiatives plus littéraires et académiques proposent une visite sur les trop rares lieux de commémoration de personnalités féminines. Les deux ouvrages ici mentionnés constituent un hommage aux rares femmes distinguées et affirment une position militante sur la nécessité d’étendre ce domaine de commémoration trop restreint :

  • MARCOVICH Malka, 2011, Parisiennes. De Marie Stuart à Simone de Beauvoir, ces femmes qui ont inspiré les rues de la capitale !, Paris : Balland, préface d’Anne Hidalgo, 428 p. (ISBN 978-2-35315-102-8).
  • Collectif, 2005, Paris : Aux noms des femmes, Paris : Descartes & Cie, 2005. (ISBN 978-2-84446-075-5) Réédité en 2012 sous le titre : Reines et résistantes, Guide du Paris des femmes, rues, places et autres lieux.

Des municipalités de plus en plus impliquées dans des politiques volontaristes

Les exécutifs municipaux en charge de l’odonymie sont de plus en plus nombreux à traduire ces préoccupations par des mesures de nomination explicitement destinées à aller vers un certain rééquilibrage. Il peut s’agir d’opérations symboliques et médiatisée de renomination, ou plus généralement de la mise en place d’une doctrine qui privilégiera dans la mesure du possible les noms de femmes lors des opérations de nomination de nouvelles voies. La mise en place de nouvelles lignes de transport peuvent être l’occasion de privilégier les références féminines dans l’attribution des noms de station. La politique parisienne très médiatique en la matière a joué sur ces deux registres ces dernières années en nommant d’après des personnalités féminines, d’une part de nouvelles stations de la ligne de tramway T3, et d’autre part des lieux qui souvent n’étaient pas encore dotés de noms. Ce second cas, illustre la difficulté pour les villes-centre à dégager des possibilités de nomination dans un stock odonymique peu extensible, mais cette création de nouveaux noms au sein de la trame existante peut apparaître comme de la pseudo-promotion s’agissant de toponymes sans adressage et désignateurs de lieux secondaires (placettes, esplanades et bâtiments publics), de plus les femmes n’y sont pas forcément majoritaires s’agissant d’une priorité toponymique au même titre que celle d’honorer des figures contemporaines de l’action politique et sociale progressiste. Ces politiques volontaristes sont menées également dans certaines grandes villes comme Toulouse après un changement de majorité. Mais c’est en périphérie dans des opérations d’extension urbaine avec création de nouvelles rues que des opérations spectaculaires de promotion de l’odonymie féminine peut se déployer. Ainsi c’est la totalité des noms de rues d’un nouvel écoquartier à Ramonville Saint-Agne dans la banlieue toulousaine, soit 13 nouveaux odonymes qui mettent à l’honneur des personnalités féminines. La commune réalise ainsi une impressionnante opération de rattrapage passant de 15 à 25 % de noms de femmes parmi les odonymes de noms de personnes de la commune.

Un examen plus détaillé des mesures prises en France ces dernières années fait ressortir de nombreuses initiatives plus modestes qui visent à inclure systématiquement des références féminines lors d’opérations de nomination ou de renomination qui peuvent être motivées par d’autres préoccupations. Ainsi la volonté de la municipalité lyonnaise dirigée par Raymond Barre en 2000, à l’occasion du centenaire de la naissance d’Antoine de Saint Exupéry de donner son nom à la rue qui l’a vu naître dans le 2eme arrondissement s’opère par un changement de nom en remplaçant l’obscur Alphonse Fauchier (médecin obstétricien du XIXeme) par Antoine de Saint Exupéry. Cette mesure s’accompagne, apparemment à titre compensatoire, d’un autre changement de nom au profit cette fois d’une femme lyonnaise : Eugénie Brazier, dite Mère Brazier, patronne de bouchons lyonnais et première chef cuisinier femme à obtenir trois étoiles au Guide Michelin. (Comard-Rentz 2006).

On peut citer plus récemment en 2011, le cas de la création de trois nouvelles voies à Grenoble dans le cadre de l’écoquartier de requalification de l’ancienne Caserne de Bonne. Furent alors donnés sur ce haut lieu de la résistance grenobloise, trois noms de résistants, dont une femme, aux rues Simon-Nora et Marguerite-Gonnet et à l’allée Aloyzi-Kospicki.

Enfin, un troisième cas notable est celui, toujours en 2011, du changement des noms de voies au sein du quartier strasbourgeois de Hautepierre. Ce quartier principalement de logement social et de grands équipements correspondant à une opération ambitieuse d’urbanisme des années 1970 est en cours de requalification. Parmi les mesures prises pour rénover le fonctionnement, le paysage et l’image du quartier, il y a la requalification des voies principales et celle des voies internes aux différents modules, appelés mailles et portant des prénoms féminins. Le choix a été fait de doter ce quartier d’un ensemble cohérent de noms dans le champ de la littérature, dans la continuité des noms qui avaient été donnés initialement aux boulevards qui courent entre les mailles. Ces boulevards portent les noms, tous masculins, de Molière, Tolstoi, Racine, Byron, Pierre Corneille, Cervantes et Shakespeare. Dans le cadre de l’opération de requalification, ils ont été redimensionnés et sont aujourd’hui des avenues à sens unique ou équipée d’une voie de Tramway (Racine). Ces transformations de la fin des années 2000, sont accompagnées en 2011 d’une consultation lancée auprès de la population pour choisir de nouveaux noms aux allées et places internes qui étaient désignées par des lettres. Un ensemble de propositions comprenaient des noms d’auteurs et des noms de personnages littéraires fameux. La question de la présence notable de noms féminins s’est alors imposée avec une palette de choix possibles qui de toute façon excluait que les noms féminins de la liste soient évacués dans le processus de sélection.

Strasbourg

Article des Dernières Nouvelles d’Alsace du 11 novembre 2011 sur le processus de sélection des nouveaux noms des voies du quartier de Hautepierre à Strasbourg avec le plan final.

Dans ces différents cas, l’opération de nomination ou de renomination n’était pas motivée initialement par l’impératif de promotion féminine dans l’odonymie. Il s’agit d’une préoccupation greffée sur une opération de commémoration d’un autre ordre, mais qui ne peut plus ignorer cette question devenue incontournable.

Une géopolitique des formes contemporaines et occidentales de la promotion des femmes dans les noms de rues

Ce mouvement multiforme doit être situé dans la montée des préoccupations politiques autour des questions de genre et les revendications de parité liées. Ici, comme pour la question de la représentation politique dans les assemblées élues, c’est l’iniquité en matière de présence féminine dans l’espace public et l’espace politique qui est visée.

Cette préoccupation contemporaine et occidentale était totalement absente, voire même implicitement bannie, lors de périodes historiques modernes de nominations massives de noms de rues qui ont contribuées à l’instauration d’un déséquilibre flagrant (Richard 2001). En effet, ces périodes, de la mi XIXeme jusqu’à la crise des années 1970’, ont correspondu au développement de l’odonymie commémorative dans un contexte d’alternance de périodes de guerre et de croissance dans une société patriarcale réservant l’espace public à la quasi hégémonie du genre masculin. Voire à ce sujet le remarquable travail fait sur la Commission Merruau de 1862 chargée du volet toponymique de l’haussmannisation parisienne pour renommer les voies dont les noms étaient inadéquats avec la nouvelle nomenclature ou faisaient doublon dans le cadre d’un Grand Paris unifié (Bourillon 2012, Giraut 2013). Le recours aux patronymes fut assez systématique (plus des deux tiers des propositions de la Commission) s’agissant d’une ville capitale modernisée qui devait inscrire dans le répertoire de ses voies, une sorte de panthéon du régime et de la Nation moderne. Une doctrine complexe est élaborée en tenant compte de nombreux critères, celui du genre est totalement absent et les propositions sont essentiellement masculines sans que cela fasse l’objet de la moindre réflexion, comme une évidence dans le contexte de l’époque.

Les contextes contemporains de renomination massive qu’il soient post-coloniaux dans les années 1950 à 2000 ou post-communistes dans les années 1990 ou encore post apartheid dans les années 1990 et 2000 se font avec des impératifs de réhabilitation de mémoires occultées et de promotion de figures de résistance aux anciens régimes. La question de l’équilibre genré parmi les noms de lieux de personnalités n’y est pas primordiale, même s’il peut s’agir d’un critère secondaire à prendre en compte comme en Afrique du Sud post apartheid (Giraut, Guyot and Houssay-Holzschuch 2008).

La question politique post-moderne (au sens de dynamique de réhabilitation des cultures et groupes subalternes après la dynamique moderne de constitution des Etats nations et des économies fordistes) du genre dans l’odonymie est donc une préoccupation essentiellement occidentale, voire même plus spécifiquement européenne. En effet, dans les ex-colonies de peuplement américaines et d’Océanie les préoccupations post-modernes se focalisent plutôt sur la promotion des identités et des mémoires des groupes colonisés ou dominés (Berg and Vuolteenaho 2009, Alderman 2008).

Cependant, la lecture historique et géopolitique de l’émergence de cette préoccupation politique ne rend pas compte des différences de formes que prend ce mouvement dans les contextes urbains occidentaux. En effet, on peut voir que appliquée à la toponymie, cette préoccupation contemporaine occidentale se décline différemment selon les contextes urbains et nationaux. Ceci en lien avec les conceptions de l’usage commémoratif des toponymes et avec une problématique plus générale de positionnement géopolitique de la collectivité concernée.

Ainsi Paris, mène une politique volontariste de positionnement symbolique sur cette question avec un répertoire des odonymes considéré comme un texte qui affiche des références nationales et internationales choisies et revendiquées. Le volontarisme passe par la recherche systématique de lieux à nommer quitte à créer de pseudo-odonymes sans fonction d’adressage ou de repérage, et par la promotion de noms (ici de femmes) qui ont marqué l’histoire nationale et internationale dans le sens des valeurs revendiquées par la cité globale.

L’approche de la question est toute autre à Genève. L’Etat de Genève est responsable de la validation des propositions municipales en matière de toponymie. Il appelle les communes à être sensibles à la question du grave déséquilibre de genre dans l’attribution des noms de personnalités aux rues et voies. Son Service pour la promotion de l’égalité a publié une brochure en 2005 sur le sujet. Elle fait un inventaire des noms de femmes qui sont des odonymes dans le canton soit « 20 rues dont le nom fait référence à une femme sur un total de 560 portant le nom de personnalités ou de familles ». Cette brochure identifie par ailleurs une trentaine de noms de personnalités féminines susceptibles d’être promus par les communes. Mais elle rappelle aussi les règles très strictes d’attribution de nouveaux toponymes dans le double cadre confédéral et du canton de Genève. Parmi ces règles, plusieurs limitent considérablement les marges de manœuvre des municipalités pour décliner cette démarche de promotion des noms de femmes dan la nomenclature des voies :

  • Seules les voies utilisées pour l’adressage peuvent faire l’objet d’une nomination officielle et être dotées d’un toponyme
  • Un nom de personne ne peut être présent plusieurs fois dans la toponymie du canton ; autrement dit si un nom est déjà présent dans une commune, il ne peut être proposé dans une autre
  • Les noms de personnes décédées depuis moins de cinq ans ne peuvent pas faire l’objet d’une proposition3
  • De plus la liste indicative des noms proposés dans la brochure donne une indication claire sur la doctrine de la Commission en matière d’origine des personnalités qui peuvent être proposées. En effet ces personnalités doivent clairement présenter un lien fort avec le Canton de Genève ou la Suisse Romande.

Avec ces principes fonctionnalistes, régionalistes et de recherche du consensus, on est bien loin d’une politique médiatique comme celle menée à Paris qui tente d’afficher un ensemble de références nationales et internationales dans une liste extensive de toponymes étendue à tous les lieux susceptibles d’être nommés et de porter une plaque commémorative visible.

A Montréal, dans le contexte québécois, le combat pour la promotion des noms de femmes prend encore une autre forme. Outre les appels au rattrapage en matière de genre des odonymes à l’occasion des opérations de renomination engendrées par les fusions de communes, on note une revendication originale plus qualitative qui porte sur la forme même des toponymes et de leur inscription paysagère. Il s’agit notamment de la revendication de voir inscrits les prénoms féminins dans les toponymes liés à des personnalités féminines4. Ceci allant à l’encontre des pratiques plus anglophones de toponymie commémorative réduite au seul nom de personne dans un souci de pragmatisme. On doit donc resituer cette revendication féministe dans le contexte de l’opposition linguistique concernant la préservation du Français et de ses attributs et caractéristiques dans l’espace public québécois.

L’émergence simultanée d’une préoccupation post-moderne prend donc des formes différentes selon les acteurs qui s’emparent de la question et selon les caractéristiques et la localisation des collectivités qui mettent en œuvre des politiques dédiées. Ainsi un important champ contemporain de la toponymie politique, à savoir la promotion des noms de femmes dans l’odonymie, doit être étudié en combinaison avec des éléments de contexte géopolitique qui permettent d’expliquer les différentes formes que prennent les politiques et les revendications en la matière.

Références

  • Alderman, D. 2008. Place, naming, and the interpretation of cutural landscapes. In The Ashgate Research Companion to Heritage and Identity, eds. B. Graham & P. Howard, 195-213. Aldershot: Ashgate Press.
  • Berg, L. D. & J. Vuolteenaho. 2009. Critical Toponymies: The Contested Politics of Place Naming. 291. Aldershot Ashgate
  • Bourillon, F. 2012. Changer les noms de rues de Paris. La Commission Merruau – 1862. Rennes & Paris: Presses Universitaires de Rennes & Comité d’Histoire de la Ville de Paris.
  • Comard-Rentz, M. 2006. Dénomination et changement de nom de rue: enjeux politiques, enjeux de mémoire. In Institut d’Etudes Politiques, 83. Lyon: Université Louis Lumière-Lyon II.
  • Giraut, F. (2013) Une entreprise toponymique et politique majeure : le changement et l’attribution des noms de rues du Grand Paris haussmannien. Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne]. http://cybergeo.revues.org/25814 (last accessed mis en ligne le 13 mars 2013).
  • Giraut, F., S. Guyot & M. Houssay-Holzschuch (2008) Enjeux de mots: les changements toponymiques sud-africains. L’Espace géographique, 37, 131-150.
  • Richard, E. 2001. Femmes dans la rue ou les ‘trous de mémoire’ de la ville, l’exemple marseillais. In La toponymie urbaine. Significations et enjeux, eds. J.-C. Bouvier & J.-M. Guillon, 103-110. Paris: L’Harmattan.

Crédit photo :  Metrofeminin, Silvia Radelli.

  1. Citons Nord Eclair (Roubaix-Tourcoing), La Dépêche.fr (Toulouse);  NiceMatin.com (Antibes) ; 20 Minutes (Hoenheim). []
  2. NiceMatin.com (Nice) ; Le Parisien (Paris); L’Express région Nantes ;  L’Express région Aix ; La Dépêche.fr (Tarbes) ; La Dépêche.fr (Rodez) ; Gre City Local News (Grenoble) ; LavoixduNord.fr (Hénin-Beaumont) ; Le Télégramme (Lannion) ; Ouest France (Saint-Lô) []
  3. A noter que cette période a été étendue à 10 ans, suite à la polémique engendrée par l’attribution du nom de Gabrielle-Perret-Gentil à la nouvelle rue menant à l’Hôpital, soit une voie très fréquentée. La personnalité célébrée par la commune de Genève, décédée depuis peu, étant liée à la lutte pour le droit à l’avortement et considérée à ce titre par ses détracteurs comme non consensuelle. []
  4. Extrait d’une lettre de Claudette Jobin – Présidente de la Ligue des femmes du Québec, publiée par le quotidien Le Devoir le 21 janvier 2003 : « Les fusions de municipalités ont entraîné de multiples dédoublements de noms de rues dans la nouvelle ville de Montréal et un ménage doit être fait (…) À la faveur des modifications à faire, le moment est propice de donner la notoriété qu’elles méritent aux femmes qui ont marqué l’histoire de Montréal. Il faut penser à intégrer des noms de femmes dans les nouvelles nomenclatures. Cela devrait être fait assez aisément car les femmes qui ont accompli des réalisations remarquables à Montréal sont relativement nombreuses. Mais cela ne suffit pas. On doit aussi avoir l’assurance que les noms de femmes soient écrits avec leur prénom, pour bien les identifier en tant que femmes. À Montréal, bon nombre de toponymes censés rendre hommage à des femmes ne comportent pas de prénom. En conséquence, très peu de citoyens ou de visiteurs sont en mesure de savoir qu’il se trouve une femme — en l’occurrence remarquable — à l’origine de la place d’Youville (Marguerite), de la rue Bourgeoys (Marguerite), de la rue de Bullion (Angélique) ou du chemin Barat (Sophie). » []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Visiteuse du soir dit :

    Les noms de rues ne sont que des hommages aux personnes qui se sont illustrées dans la Société depuis des siècles. Ils sont donc légitimement, en nombre, l’exact reflet de la place des femmes dans les sociétés du passé. Peu de savants, peu de militaires, peu d’écrivains, etc, de sexe féminin se sont illustrés à ce jour. Donc, peu de noms de voies. C’est à déplorer, mais c’est ainsi, on ne peut ni réécrire l’histoire, ni redonner leur chance à des femmes mortes depuis longtemps qui n’ont pas eu la possibilité de devenir des Mozart ou des Charles de Gaulle. Il est par conséquent normal, et plus judicieux donc, de modifier cette place, aujourd’hui et dans le futur, plutôt que de polémiquer sur le nombre des voies portant des noms de femmes. Encore une focalisation sur l’accessoire plutôt que l’essentiel ! Dans une société future où seraient disparues les discriminations homme-femmes, sans doute il y aurait rééquilibrage dans les noms données aux voies, naturellement, simplement, parce que plus de femmes accéderaient à des rôles et fonctions pouvant amener à la reconnaissance et/ou la célébrité… et sans ce avoir besoin de ce volontarisme militant de certains lobbys soi-disant féministes qui tourne souvent, comme ici, au grotesque !
    Au fond, on agit trop de nos jours en France en cherchant à modifier le reflet dans le miroir, sans voir que c’est ce qui est reflété lui-même, non le reflet qu’il faut changer !… Que d’énergies dépensées dans des combats stériles ! Celui-ci en est un…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *