Un état des lieux des noms de la fusion des communes en Suisse

Pour un projet de recherche sur la toponymie des fusions de communes en Suisse

Par le Groupe Metronom
Auteur principal de la note : Lucas Destrem

Mix et Remix, 2010.

Mix et Remix, 2010.

Dans le cadre d’une réflexion critique en toponymie, l’intérêt porté aux noms émergents est central. Cette production contemporaine et permanente, « néo-toponymie » par excellence, procède entre autres de phénomènes tels que la métropolisation et son corollaire, la périurbanisation, ou encore des différents projets de redécoupages territoriaux, matrices efficaces d’une toponymie inédite. Des phénomènes qui avaient notamment fait l’objet en 2010 du cycle de conférences Recomposer/redécouper les territoires, oui mais pourquoi ? à l’Université de Genève1, et avant cela d’un numéro entier de L’Espace politique en 20082, dont l’introduction proposée par F. Giraut et M. Houssay-Holzschuch signifiait un intérêt notoire pour « la toponymie relative à ce que les […] francophones [appellent] l’affirmation des “territoires de projet” qui participent de la complexité territoriale contemporaine et des restructurations en cours (Giraut & Vanier, 1999 ; MacLeod & Jones, 2007). » Parmi ces refontes territoriales, la fusion des communes est un processus hautement signifiant en Suisse où il a pris une ampleur notoire. Les initiatives menant aux fusions mettent en mouvement les entités communales, donc de fait leurs noms et en-deçà et au-delà l’ensemble des représentations, discours, pratiques et projets qui les sous-tendent.

Le processus de fusion des communes, par son ampleur et son actualité, suscite l’attention des chercheurs en sciences sociales, a fortiori des géographes. Il est lui-même à l’origine de nouveaux discours et de représentations sur les territoires qu’il génère. En Suisse, ces fusions ont des motivations multiples, qui peuvent être financières (bénéficier d’une incitation cantonale), logistiques (faire face à des besoins de la population de plus en plus importants et exigeants), politiques au sens premier du terme (faire face au manque de vocations politiques locales). En dépit de quelques controverses, et de tendances aléatoires selon les cantons, ces fusions se sont multipliées depuis les années 1990, s’inscrivant dans une véritable dynamique à l’échelle confédérale34, nous allons y revenir. Étudiant principalement le cas de l’Arc jurassien, P.-A. Rumley (2010) relève trois contextes spécifiquement favorables à la fusion : difficultés de fonctionnement politique des petites communes, efficacité de collaborations intercommunales antérieures et donc motivantes, raisons fiscales.

Parmi les enjeux que posent les fusions, celui de la toponymie est central : il faut faire des choix concernant les noms des entités fusionnées et de celles qui émanent de ces regroupements. Cette problématique est peu étudiée et peu évoquée, y compris par les détracteurs de la fusion5, en comparaison des multiples études qui ont été réalisées concernant l’impact des fusions en termes d’efficacité des politiques, de revitalisation du vivier des élus, ou d’optimisation des ressources, et qui de ce fait les réclament (Dafflon, 1998 ; Rumley, op. cit. ; Association Métropole Suisse6 ). En Suisse, pays qui s’est fait une spécialité dans l’application à légiférer sur les toponymes (Egger, 2015), les cantons ont établi plusieurs recommandations sur le choix des noms communaux – nous y reviendrons –, mais quoi qu’il arrive cela n’a pas de valeur obligatoire, le nom de commune demeurant compétence communale libre, dans le cadre de la loi fédérale.

Pourtant, la toponymie interroge bien au-delà de l’esthétisme du nom. Les implications sont certes technico-pratiques (un nom mémorisable, cohérent, collectivement accepté), mais sont aussi largement d’ordre identitaire, culturel, idéologique, questionnant le rôle même du nom de la commune. Il s’agit de s’intéresser aux motifs et modalités du maintien de tel nom, de l’abandon de tel autre, de la sélection du nom de la commune ainsi façonnée. Doit-il honorer le patrimoine historique ou un élément de conception contemporaine ? Doit-il faciliter le repérage de la nouvelle commune et sa visibilité au sein de territoires en pleine recomposition économique ? Jusqu’où pousser la démarche de re-création toponymique ? Comment parvenir à une acceptation générale du nouveau toponyme ? Qui décide du nom et pourquoi ? Qu’est-ce que ces débats disent des rapports entre communes amenées à fusionner (notamment la relation centre-périphérie) ?

La Suisse, où s’observe entre autres une tension-relation notoire entre des territoires urbains dynamiques s’affirmant sur la scène internationale (Genève, Zürich, Lausanne notamment), et des zones de montagne partagées entre un idéal rural pluriséculaire et une mise en tourisme importante, est un terrain particulièrement propice à l’étude des enjeux politiques et culturels posés par les toponymes, à l’aune des recompositions des territoires de la post-modernité.

Le département de géographie de l’Université de Genève prépare actuellement une réflexion poussée sur la toponymie des fusions de communes. Un inventaire des fusions depuis le XIXe siècle a d’ores et déjà été réalisé ; il figure une première pierre dans la construction d’un véritable panorama critique des productions toponymiques. Est ici présenté un aperçu des premières investigations et des tendances qui peuvent déjà être identifiées.

En Suisse, on compte en date du 1er janvier 2016, près de 500 expériences de fusions depuis le début du XIXe siècle. La quasi-totalité des fusions correspond au regroupement d’entités communales entre elles, mais quatre font référence à des démembrements de communes entre plusieurs autres communes.

Quelques tendances générales sont présentées ci-après. Il s’agit avant toute chose d’élaborer un tableau général des processus de fusions.

Tableau général des fusions en Suisse

Répartition temporelle des fusions

Les initiatives de fusions en Suisse par période (1/2), L. D. 2016.

TABLEAU 1. Les initiatives de fusions en Suisse par période (1/2). (L. D., 2016)

Les initiatives de fusions en Suisse par période (2/2), L. D. 2016.

TABLEAU 2. Les initiatives de fusions en Suisse par période (2/2). (L. D., 2016)

Fusions par période chrono

GRAPHIQUE 1. Chronologie des fusions de communes en Suisse (1/2). (L.D., 2016)

Fusions par période 2 chrono

GRAPHIQUE 2. Chronologie des fusions de communes en Suisse (2/2). (L.D:, 2016)

On remarque que ces fusions sont en grande majorité très récentes ; plus de la moitié (57,6 %) a eu lieu durant les deux dernières décennies, et plus de 35 % de l’ensemble des fusions se concentre même sur les dix dernières années – et plus précisément depuis le pic de 2004 et ses 28 fusions – avec un record pour l’année 2013 (34 fusions), suivie de près par 2009 (32 fusions). Les différents dispositifs incitatifs mis en place par les cantons ne sont pas pour rien dans l’accroissement de ces démarches (notamment Fribourg7 ou Vaud8 en Romandie, mais aussi dans plusieurs cantons alémaniques répertoriés par le canton de Berne9 ).

Le processus est quoi qu’il en soit plutôt tardif par rapport à la majeure partie des pays européens (la dynamique suisse a longtemps suivi celle des pays latins, peu motivés sur le sujet, comme la France ou l’Italie, et contrairement à l’Allemagne, aux Pays-Bas ou à l’Autriche), ce que W. Haug, M. Schuler et D. Ullmann expliquent par un « ancrage identitaire » et une « participation démocratique […] encore trop forts » et des « mesures de péréquation et de coopération intercommunale trop développés » (2002).

© Office fédéral de la statistique, Neuchâtel 2002 Source: Schuler Martin, Régionalisation et urbanisation: des concepts convergents, Lausanne, 1999

GRAPHIQUE 3. © Office fédéral de la statistique, Neuchâtel 2002 Source: Schuler Martin, Régionalisation et urbanisation: des concepts convergents, Lausanne, 1999

Répartition géographique des fusions

> Par canton :

Répartition des initiatives de fusions par canton suisse, L.D. 2016.

TABLEAU 3. Répartition des initiatives de fusions par canton suisse. (L.D., 2016)

L'évolution du nombre de communes par canton entre 1850 et 2016, L.D. 2016.

TABLEAU 4. L’évolution du nombre de communes par canton entre 1850 et 2016. (L.D., 2016.

Note : le canton du Jura a été créé en 1979. Les communes de 1850 appartenaient donc au canton de Berne, mais pour faciliter la compréhension elles ont ici été considérées comme jurassiennes. De fait, le nombre de communes du canton de Berne en 1850 est amputé de ces mêmes 84 communes.

Seuls deux cantons voient le nombre de leurs communes augmenter entre les deux dates : Bâle-Campagne et Genève. A contrario, quatre cantons ont diminué leur nombre de communes de plus de moitié. Et ce en dépit d’inflations communales encore régulières jusqu’au début du XXe siècle.

L.D., 2016.

GRAPHIQUE 4. La répartition des fusions par canton (14 principaux cantons, comptant au moins 10 initiatives de fusions dans leur histoire). (L.D., 2016)

Le canton de Fribourg arrive assez nettement en tête des cantons suisses pour le nombre de fusions (82, soit plus de 16,5 % des fusions réalisées en Suisse).

Il est suivi des cantons de Thurgovie (64, soit 12,9 %), Berne (60, soit 12,1 %) et des Grisons (54, soit 10,9 %). En Suisse centrale, cinq cantons – de petite taille il est vrai – n’ont connu aucune fusion. Il faut dire qu’ils comptent chacun assez peu de communes, quand les cantons comptant beaucoup de communes sont davantage sujets aux fusions (Fribourg, Tessin, Thurgovie, Vaud…).

Ces tableaux ne peut suffire à la compréhension du phénomène. Il convient de raisonner en valeurs relatives.

Mode de lecture : le nombre de communes disparues dans l'histoire du canton d'Argovie correspond à 15,45 % du nombre de communes en 1850 (i.e. au début du processus des fusions). L.D., 2016.

TABLEAU 5. Taux de disparition de communes par rapport au nombre total de communes en 1850. Mode de lecture : le nombre de communes disparues dans l’histoire du canton d’Argovie correspond à 15,45 % du nombre de communes en 1850 (i.e. au début du processus des fusions). (L.D., 2016)

Note : le canton du Jura a été créé en 1979. Les communes de 1850 appartenaient donc au canton de Berne, mais pour faciliter la compréhension elles ont ici été considérées comme jurassiennes. De fait, le nombre de communes du canton de Berne en 1850 est amputé de ces mêmes 84 communes.

En rapportant le nombre et l’ampleur des fusions au nombre initial de communes par canton, ces chiffres nous permettent de dessiner une géographie plus fidèle des regroupements communaux, qui prenne davantage en compte les disparités de taille des différents cantons. Ainsi, en privilégiant le ratio de communes disparues après fusion par rapport au nombre de communes avant le début des fusions, ce calcul met en évidence la forte densité en fusions de certains petits cantons (Glaris, Appenzell-Rhodes-Intérieures, Schaffhouse).

A noter que le nombre de communes disparues ne correspond généralement pas à la différence entre communes de 1850 et communes de 2016, ceci s’expliquant par la création entre-temps de communes supplémentaires. Glaris, qui détient le taux le plus élevé, a ainsi connu 27 disparitions de communes dans son histoire, car le canton a compté jusqu’à 29 communes en 2003. Autre exemple, Neuchâtel a vu disparaître 38 communes (soit 52 % de son total de 1850). Le canton de Berne, bien que 3e au rang des cantons ayant le plus fusionné, a un taux de seulement 17,6 %, car nombre de ses fusions n’ont concerné que deux ou trois communes à la fois seulement (2,28 en moyenne, contre 2,93 à l’échelle nationale, cf. tableau n°11 ci-après).

Ainsi, on peut mettre en évidence combien le processus de fusion a une ampleur importante à Glaris, en dépit du faible nombre d’expériences de fusions. A contrario, cela relativise quelque peu l’ampleur spatiale du phénomène dans le canton de Berne (60 fusions), et dans une moindre mesure ceux d’Argovie ou Vaud, qui comptent chacun une trentaine de fusions.

ILLUSTRATION 1.

ILLUSTRATION 1. Répartition géographique par canton des initiatives de fusions. (L.D., 2016)

> Par grande région :

Fusions par région

TABLEAU 6. Répartition des initiatives de fusions par grande région suisse. (L.D., 2016)

En termes de grandes régions, le Mittelland et la Suisse orientale dominent nettement. Mais ces chiffres sont encore une fois à nuancer sur le plan démographique et spatial : le nombre des fusions n’est pas corrélé à la population concernée mais tient compte de considérations politiques et morphologiques (nombre de fusions concernent des communes très peu peuplées, c’est d’ailleurs souvent un principe somme toute assez logique). Ainsi, le Valais francophone ne rassemble que 8 des 29 fusions du canton, alors que seuls 27 % des Valaisans sont germanophones.

taux disparition communes par region

TABLEAU 7. Taux de disparition de communes par rapport au  nombre total de communes en 1850. Mode de lecture : le nombre de communes disparues dans l’histoire du Mittelland correspond à 29,18 % du nombre de communes en 1850 (i.e. au début du processus des fusions). (L.D., 2016)

Le tableau ci-dessus reprend les éléments d’analyse du tableau consacré aux cantons. Si les chiffres sont moins parlants du fait du regroupement des cantons, on retrouve tout de même la forte concentration en fusion des cantons ruraux orientaux, du Tessin et du plateau.

Fusions Suisse régions (2)

ILLUSTRATION 2. Répartition géographique par grande région des initiatives de fusions. (L.D., 2016)

Le décompte suivant permet de montrer que la part des fusions selon l’aire linguistique est plus ou moins en phase avec la part démographique de ces trois grands ensembles : la Romandie rassemble plus de 28 % des fusions pour un quart de la population nationale. La Suisse italienne est sur-représentée : plus de 10 % des fusions pour moins de 5 % de la population, soulignant combien le Tessin et les vallées italophones des Grisons, très découpées, ont soutenu activement les processus de regroupements. En raison de l’impossibilité de trouver la correspondance linguistique du découpage communal de 1850, nous avons en revanche renoncé à présenter un tableau des taux de disparitions communales.

> Par aire linguistique :

Fusions par langue

TABLEAU 8. Répartition des initiatives de fusions par grande aire linguistique. (L.D., 2016)

Note : la Suisse romanchophone a été incluse dans la Suisse alémanique.

fusion communes langue

GRAPHIQUE 5. (L.D., 2016)

Note : la population correspond au cercle intérieur.

Les zones romanchophones et francophones sont surreprésentées. Pour la première, le caractère éminemment rural des territoires concernés par les fusions l’explique. Pour la seconde, l’archi-domination de la partie romande du canton de Fribourg dans les expériences de fusion est une raison majeure.

Mise en relation temps/espace des fusions

Essayons de mettre en relation périodes et cantons. Dans un premier temps, nous avons découpé 9 périodes par tranches de vingt années pour tâcher de dégager des tendances, et les avons mises en relation avec les processus de fusions par canton. Dans les tableaux suivants (numéros 9 et 10), en jaune sont mis en avant les cantons les plus sujets aux fusions par période. Ainsi, entre autres constats, le canton de Berne se dégage, il est à quatre reprises le canton « le plus fusionné » de la séquence de vingt ans.

On remarque surtout une fois encore qu’un gros élan s’est produit depuis les années 1990 (comme le montre bien le deuxième tableau) : le canton des Grisons a produit 57 % de ses cinquante-quatre fusions en dix ans (2007-2016), phénomène similaire à Fribourg (50 % en dix ans), Vaud (63 %) ou même le Jura (90 %) ! 13 des 18 cantons ayant observé plus d’une fusion ont connu leur maximum de fusions ces 20 dernières années, et 12 d’entre eux ces dix dernières années. La fusion des communes est donc un processus éminemment contemporain, touchant de façon relativement indifférenciée les cantons suisses, et c’est de cette manière qu’il conviendra de considérer les toponymes produits. Cas original toutefois, le canton de Thurgovie qui entre 1993 et 2000 a réalisé 43 de ses 64 fusions, et n’en a plus produit aucune depuis lors. Là encore, l’analyse du contexte institutionnel pourra peut-être apporter des éclairages, même si les propos de M. Schuler (2015) laissent entendre que la logique a dans ce canton été poussée méthodiquement et collectivement jusqu’à un niveau de satisfaction général.

La récence et l’ampleur du phénomène font écho aux nombreux mouvements contemporains (depuis la fin du XXe siècle) de regroupements des structures territoriales et a fortiori communales en Europe. P.-A. Rumley se demande d’ailleurs pourquoi la Confédération n’encourage-t-elle pas encore davantage ces fusions, évoquant les pesanteurs du système de décision et parlant notamment d’une fusion genevoise « envisageable voire souhaitable ».

Les tableaux 9 et 10 soulignent donc encore une fois l’ampleur et la récence du phénomène, tout en pointant quelques particularismes locaux.

Fusions espace-temps

TABLEAU 9 / TABLEAU 10. Croisement des initiatives de fusions selon le canton et la période, avec zoom sur les séquences récentes, plus prolifiques. (L.D., 2016)

Note : cadres bleu et vert = maximum cantonal ; fond jaune = maximum par séquence.

communes supp par periode et canton

TABLEAU 11. Nombre de communes supprimées par période et par canton. Mode de lecture : dans le canton d’Argovie (AG), l’ensemble des 32 fusions successives a conduit à la suppression de 38 communes. Tous ces processus de fusion ont mis en jeu 71 communes (certaines étant redondantes, car pouvant participer à plusieurs fusions successives). En moyenne, la fusion-type en Argovie mobilise 2,22 communes, consacrant la disparition de 1,19 commune en moyenne. Sur la période 1957-1976, 51 communes ont disparu (5,32 % du total), à travers 42 processus de fusion, engageant au total 93 communes. En moyenne, la fusion-type sur cette période mobilise 2,21 communes, consacrant la disparition de 1,21 commune en moyenne. (L. D., 2016)

 

En complément des tableaux sur les « taux de disparition » de communes, qui ont déjà apporté de la nuance dans notre panorama général, ce dernier tableau (n°11) permet d’affiner encore le constat et de prendre une plus juste mesure de la temporalité de l’ampleur des fusions en insistant non plus sur le résultat du processus mais sur le nombre de communes qui disparaît successivement. En effet, le nombre d’expériences de fusions ne peut à lui seul exprimer l’ampleur du phénomène à l’échelle des cantons et de la Confédération. Il s’agit de s’intéresser au nombre de communes au sein des expériences de fusions.

Ainsi, la fusion qui a abouti en la création de la commune de Val-de-Ruz (NE) en 2013 a vu la disparition de 13 communes d’un coup (14 communes ont fusionné). Soit davantage de communes disparues dans ce canton qu’entre 1870 et 2009 en douze fusions successives. Ce tableau souligne ainsi combien les fusions à grand nombre de communes sont en augmentation (2,13 communes par fusion en moyenne avant 1857, 3,25 pour ces vingt dernières années – un record). Les cantons du Tessin, de Thurgovie et de Fribourg sont ceux qui ont le plus perdu de communes depuis le démarrage des fusions. Glaris (4,5 communes supprimées à chaque initiative de fusion en moyenne), Zurich (3,2) et le Tessin (3,07) suppriment en plus grand nombre à chaque fois. Berne, 3e dans le classement des cantons pour le nombre de fusions (cf. tableau n°3), n’est que 5e pour le nombre de communes fusionnées. Les lignes du bas nous donnent le nombre moyen de communes en jeu à chaque fusion et le nombre moyen de communes disparaissant à chaque fusion (idem par période sur les colonnes de droite, nous montrant bien que les fusions depuis quelques décennies engagent davantage de communes et des suppressions en plus grand nombre à chaque fois).

En conclusion :

  • Des fusions globalement récentes, qui se multiplient (valeur absolue), se répartissent (extension dans la grande majorité des cantons, sauf exceptions) et s’amplifient (nombre de communes associées), dans des formes variées : dans des secteurs urbains (Zurich, Argovie) ou ruraux (Glaris, Grisons), parfois à l’échelle d’agglomérations (Tessin) et de districts (arc jurassien).
  • Une surreprésentation dans certains cantons, en nombre de processus de fusions et/ou en densité (Mittelland, cantons sud-orientaux).
  • Quelques zones rétives (Genève, cantons centraux historiques).

L’ensemble de ces éléments de panorama doit pouvoir orienter les recherches concernant leur toponymie (comprendre le contexte institutionnel et linguistique, cibler les « bonnes » périodes dans la recherche de documentation, mettre les noms produits et effacés en perspective évolutive, historique, etc.)

La toponymie des fusions

Il convient enfin de cibler plus précisément les choix toponymiques produits, même si notre présentation se limitera pour l’heure à quelques hypothèses et des constats issus d’un panorama général.

Les noms de communes dans les textes officiels

Avant tout, que disent les institutions sur le sujet ?

La loi

Comme le rappelait sur ce blog F. Egger (2015), la Confédération, répondant en cela à la Constitution, a mis en œuvre une Loi sur la géoinformation dont l’article 7 établit que « le Conseil fédéral édicte des dispositions visant à coordonner les noms des communes, des localités et des rues. Il réglemente les autres noms géographiques, les compétences et la procédure ainsi que la prise en charge des coûts. »10. L’Ordonnance du 21 mai 2008 sur les noms géographiques (ONGéo) précise les règles élémentaires (nom et prononciation uniques à l’échelle de la Suisse). La tenue de la mensuration officielle (ce qu’on nomme les « noms géographiques ») demeure toutefois une compétence locale : ce sont les communes qui décident en premier lieu. Le canton (via la commission cantonale de nomenclature) et l’Etat (via l’Office fédéral de topographie, qui peut être saisi en procédure préalable) se contentent de donner successivement un avis et de valider, ou de refuser si et seulement si la législation portée par l’ONGéo n’est pas observée. Voilà pour le cadre légal.

Les recommandations nationales et cantonales

Au-delà de ce cadre à valeur obligatoire, des recommandations se répartissent de la manière suivante.

Pour l’État, par le biais des Recommandations portant sur l’orthographe des noms de communes et de localités du 20 janvier 201011, consignées par les offices fédéraux de topographie et de statistique, dont les différents reliefs concernent avant tout les abréviations autorisées et souhaitées ou la réitération de l’unicité des noms à l’échelle nationale. Le document délivre en outre des « possibilités […] envisageables pour le choix des nouveaux noms [de communes] » :

  • Utilisation d’un nom de commune préexistant (cas de figure majoritaire avec près de 64 % des fusions, que nous relions au type toponymique « Confirmation » dans notre étude ci-après),
  • Combinaison des noms de communes préexistants (types « Juxtaposition » et « Juxtaposition partielle », qui à eux deux concentrent 13 % des fusions),
  • Choix d’un nouveau nom de commune (le reste !), le document évoquant ici un exemple de « naturalisation » avec Val Müstair. Sans doute pour limiter les créations farfelues, le texte oriente les choix en rappelant que peuvent ici rentrer en ligne de compte « des noms géographiques de la mensuration […]

On voit bien qu’en s’interdisant de s’engager en faveur ou défaveur de l’une ou l’autre des orientations (principe fédéral oblige), la Confédération en légitime finalement la diversité et par conséquent laisse libre cours à de nombreuses possibilités. F. Egger le rappelle, « les règles de principe que [ces recommandations] contiennent restent relativement vagues alors que les règles relatives à l’orthographe sont précises et contraignantes » (id.).

Pour le canton, par une documentation aléatoire qui formalise les critères d’analyse de la Commission de nomenclature (mais rappelons-le, la Commission se contente d’étudier et avaliser les propositions des communes).

Prenons l’exemple du canton de Fribourg, dont voici une partie des préconisations12 :

  • Choisir de préférence pour nouveau nom celui de l’une des communes qui fusionnent,
  • Privilégier l’aspect culturel, historique et géographique,
    • Veiller à ce qu’un nom tiré de la géographie corresponde relativement bien au territoire de la nouvelle commune.
    • éventuellement s’inspirer du nom des anciennes paroisses dont la création est antérieure à celle des nouvelles communes.
  • Tenter d’obtenir des noms simples,
  • Éviterles doublons,
  • S’abstenir de créer un nom par la combinaison de syllabes empruntées aux noms des différentes communes qui fusionnent.
  • Examiner les incidences possibles sur le nom d’une nouvelle commune lors des études de fusions en cours dans les communes limitrophes et prendre éventuellement en considération une région.

Ces suggestions invitent à penser globalement les fusions, à les inscrire dans une histoire locale et à les conformer aux lois fédérales.

Dans le canton de Vaud, le Guide pour les fusions de communes 13 reprend les trois possibilités jugées envisageables par l’État :

  • Le nom de l’une des communes concernées s’impose.
  • Une combinaison des noms anciens (seulement dans le cas de la fusion de deux communes).
  • Un nouveau nom pour les communes qui fusionnent, dont :
    • Recours à un toponyme partagé par les communes concernées: lieu-dit commun, rivière, montagne, etc.
    • Recours à un nom emblématique (aux plans historique, religieux, culturel, etc.).
    • Recours à un nom de région (qui peut suivre un nom de commune, mais pas le précéder).

Et d’ajouter trois préconisations négatives :

  • il est préférable de ne pas recourir à un nom de fantaisie ni de nature touristico-commerciale.
  • on évitera aussi la composition d’une dénomination par l’accolement des premières syllabes des noms des communes concernées.
  • on tiendra également compte des règles en matière de protection des marques, des raisons de commerce, et de la personnalité.
Capture d'écran 2016-02-17 18.12.33

ILLUSTRATION 3. Du pays de Vaud au canton de Vaud, Département de l’intérieur, Service des communes et du logement, 2013.

Le document reconnaît que la quête d’un nouveau nom « apparaît dans nombre de cas comme la meilleure ou même la seule solution possible. Mais c’est aussi la plus difficile, surtout lors de la fusion de plusieurs communes ; il n’est en effet pas aisé de trouver une dénomination convenant à tous », le risque pouvant être de céder à la tentation d’un « nom « mode », un nom sans histoire, sans racine étymologique, apparaissant comme un jeu de mot plus que comme l’affirmation d’une véritable identité locale »14, supposant que le nom doit avant tout relayer une histoire. Posant d’intéressantes questions sur le rôle du nom dont une réflexion sur les enjeux politiques et culturels – donc sociaux – de la toponymie ne peut se passer. À ce sujet, notons une originalité particulièrement enthousiasmante pour des chercheurs en sciences sociales, dans les quelques questions aux nombreuses implications (démocratiques, économiques, culturelles…) que se pose le Canton de Vaud à lui-même et aux communes :

  • Souhaite-t-on une dénomination procédant des anciens noms ou un nom totalement nouveau ?
  • Souhaite-t-on que la population participe au choix de la nouvelle dénomination (ex: concours d’idées) ?
  • Souhaite-t-on ne former qu’une seule localité ou plusieurs ?

En somme, des libertés manifestes mais quelques tendances qui se recoupent, autour du rapport à l’histoire, au patrimoine, à l’environnement.

Dans les faits, quels choix sont effectués ?

Analyses du référent choisi

Nous avons essayé d’analyser la nature des référents choisis dans les noms des communes issues des fusions depuis le début du processus au XIXe siècle.

Explication des types :

type referent

TABLEAU 12. Recensement des noms issus des fusions, en fonction du référent toponymique choisi. (L.D., 2016)

Note : les référents peuvent être conjugués (type « Hybrides« ). Par exemple, La Brillaz (FR), répond à la fois au principe de naturalisation (nom d’une forêt) et de promotion (c’est un micro-toponyme infra-communal). Nesslau (SG), issue de Nesslau-Krumenau et de Stein, répond à la fois au principe de promotion (la section Nesslau devient nom de chef-lieu) et confirmation, car Nesslau apparaissait déjà dans le toponyme communal.

Dans près de 64 % des cas, le référent du nom de commune issue de la fusion procède d’une confirmation d’un toponyme communal antérieur (on parle dans ces cas-là de fusion d’absorption, où le nom sous-tend une hiérarchie). Si l’on y ajoute les noms issus d’une juxtaposition de noms de communes antérieures (12,02 % + 1,0 %) et ceux de l’unification de deux noms renvoyant au même village (4,01 %), on obtient l’ensemble des noms issus de fusions reprenant explicitement le(s) nom(s) de communes dont l’indépendance administrative a disparu avec la fusion, soit environ 81 %. De fait, moins d’un toponyme sur cinq est un toponyme communal véritablement nouveau.

type referent et periode

TABLEAU 13. Recensement des noms issus des fusions, en fonction du référent toponymique choisi, par période. (L.D., 2016)

Le tableau n°13 nous montre que les fusions les plus récentes, en plus de se multiplier, se caractérisent par une diversification des référents toponymiques (création de mots nouveaux, promotion croissante des lieux-dits infra-communaux…).

Les trois tableaux suivants (numéros 14, 15, 16) s’efforcent de mettre en relation les référents avec le contexte géographique et temporel de leur attribution.

type referent et canton

TABLEAU 14. Recensement des noms issus des fusions, en fonction du référent toponymique choisi, par canton. (L.D., 2016)

fusions selon typo urbaine

TABLEAU 15. Recensement des fusions des vingt dernières années selon la typologie urbaine en vigueur à compter du 18 décembre 201415. (L. D:, 2016)

type referent et typo urbaine

TABLEAU 16. Croisement des initiatives de fusions selon le référent toponymique choisi pour le nom final et la typologie urbaine, sur les vingt dernières années. (L.D., 2016)

Nous souhaitions aller plus loin que la présentation d’un panorama cantonal et proposer une application aux territoires en fonction de leur typologie urbaine/rurale. De ce fait, nous avons choisi de reprendre la typologie des communes suisses selon les centres urbains et l’espace sous influence des centres urbains (nouvelle typologie en vigueur au 18 décembre 2014), en scindant les communes en deux types d’espace hors d’influence (type Plateau et type Montagne), et en ne retenant que les fusions de moins de vingt ans afin d’étudier un espace relativement contemporain.

Quelques-uns des enseignements principaux :

  • Les fusions sont avant tout dans les espaces ruraux (50 % des expériences), puis périurbains, ce qui fait écho au regret de Métropole Suisse devant la difficulté des fusions urbaines.
  • On relève une archi-domination des « Confirmations », soulignant le phénomène de polarisation et métropolisation en Suisse. Le type « Confirmation » domine partout, surtout en ville. Les villes, qui ne comptent « que » pour 15,6 % des fusions récentes, sont bien plus majoritairement dans le type toponymique « Confirmation » (88,9 %). Et ce devant le rural du plateau (66,7 %), les couronnes (48,5 %) et le rural de montagne (39,7 %). Sans doute peut-on y voir l’idée de conforter des communes « leader », des pôles urbains dans un contexte de métropolisation active, en dépit d’un contexte suisse assez favorable à la préservation du rural. Cependant, le cumul des deux types de ruraux montre que 54,9 % tout de même des fusions qui s’y déroulent sont de type « Confirmation », preuve que les mêmes codes s’appliquent autant en ville et à la campagne, et que là-aussi le souci de parvenir à des seuils communaux critiques à même de peser dans les décisions et de mener des politiques ambitieuses motive les regroupements autour du leadership des centres communaux antérieurs. D’ailleurs, beaucoup de « confirmations » sont observées dans les cantons en forte urbanisation / périurbanisation (Fribourg, Thurgovie, Tessin, Vaud…)
  • Le type « Naturalisation » concerne avant tout les espaces ruraux de montagne (notamment les Grisons) : faut-il y voir à la fois un processus de valorisation (plus ou moins idéalisée) de la nature comme patrimoine emblématique de la nation alpine qu’est la Suisse, et une stratégie de promotion de la nature comme ressource économique et culturelle en zone de sports d’hiver ? Cette diversité de sorts que connaît l’espace rural de montagne explique peut-être la répartition importante entre les trois types toponymique « Confirmation », « Naturalisation » et « Juxtaposition ».
  • Le type « Juxtaposition » domine en rural de montagne (Grisons), où les fusions de deux communes ont été nombreuses.
  • Le type « Promotion » domine en couronne périurbaine, là où la concurrence des périphéries urbaines similaires peut conduire à la valorisation d’un tiers ?
  • On peut remarquer l’absence de cas de « naturalisation » en Thurgovie ; il serait intéressant de dégager des hypothèses.

Des exemples à approfondir

Grâce à quelques travaux préparatoires et en nous confrontant à plusieurs documents utiles (presse locale, évolution temporelle de la carte générale de la Suisse, documentation officielle des cantons…), nous avons pu identifier quelques cas intéressants en Suisse romande qu’il serait probablement intéressant d’étudier de façon plus approfondie, en ciblant notamment les comptes rendus de conseils communaux et commissions de fusions :

  • Dans ceux qui s’inscrivent dans une véritable logique de création toponymique, correspondant à plusieurs reprises aux types « Promotion » ou « Toponyme culturel », notamment :
    • Hauterive (FR, 2001), nommée d’après une chapelle cistercienne, fille de l’abbaye de Cherlieu en Franche-Comté.
    • La Tène (NE, 2009), valorisation d’un site archéologique ayant par son ampleur donné son nom mondialement reconnu à l’âge le plus tardif de la période protohistorique entre les Ve et Ier siècles avant J.-C.
    • La revalorisation des toponymes en langue locale et dialectes. La question de la place du patrimoine linguistique dans les fusions peut être un créneau à développer dans la perspective d’une recherche interdisciplinaire, avec le romanche dans les toponymes grisons où le bilinguisme est explicite et revalorisé à l’occasion d’une fusion : Donat (GR, 2003), Ilanz/Glion (GR, 2014), Albula/Alvra (GR, 2015), Surses (GR, 2016), et le franco-provençal, avec La Brillaz (FR, 2001), nommée d’après la forêt de la Brilla, nom auquel a été ajouté un « z », conformément à l’orthographe dialectale franco-provençale originelle.
  • Les quelques cas qui voient véritablement l’émergence de nouveaux paradigmes dans la création toponymique, où l’on dépasse la notion patrimoniale communément acceptée pour construire des toponymes inédits, quitte à contrevenir aux recommandations cantonales telles que présentées précédemment :
    • Villorsonnens (FR, 2001), par contraction des quatre noms de communes fusionnées (Villarsiviriaux et Villargiroud, et Orsonnens et Chavannes-sous-Orsonnens), donnant un résultat critiqué par la commission cantonale16, et des érudits17, mais qui va également à l’encontre des recommandations cantonales.
    • Milvignes (NE, 2013), « mille vignes » en phonétique !
  • L’identification des objectifs officiels et officieux dans la valorisation massive de toponymes « naturels » ou présentés comme tels (ruralité fantasmée dans une Suisse à l’urbanité contrariée, usage des référents naturalistes « neutres » déjà utilisés pour les districts)
    • Le Glèbe (FR, 2003), du cours d’eau du même nom, choix n’ayant pas obtenu l’aval immédiat de la commission cantonale.
    • Mont-Noble (VS, 2011), valorisation d’un nom « naturel » mais zone en réalité périurbaine après échec d’un projet de fusion plus large.
    • Montanaire (VD, 2013), où une simple ferme donne son nom à toute la commune.
    • Gibloux (FR, 2016), choix du nom du massif adopté par votation.
    • Les différents « Val » : [Val d’]Anniviers (VS, 2009), Val-de-Travers (NE, 2009), Val Müstair (GR, 2009), Valbroye (VD, 2011), Val Terbi (JU, 2013), Val-de-Ruz (NE, 2013), Val-de-Charmay (FR, 2014), Valbirse (BE, 2015)…

Parmi les autres tendances minoritaires ou phénomènes marginaux (ne pouvant être considérés comme des tendances lourdes) mais intéressants par leur irruption, leur originalité…

  • La valorisation des sports d’hiver en Valais où l’activité peut jouer un rôle moteur pour les territoires locaux (Riederalp, 2003 ; Bettmeralp, 2014 ; projet de fusion Crans-Montana, 2017).
  • Valais alémanique : nombreuses juxtapositions de noms dans le cas de fusions à deux.
  • La tentation du marketing territorial ? Quoique très mesurée, en comparaison de ce qui peut se faire en France par exemple18 . Citons Bourg-en-Lavaux (VD, 2011), avec la mobilisation d’une référence au terroir agricole et à ses implications touristiques et économiques.

Au-delà des choix toponymiques issus des fusions, l’analyse des contextes où les fusions paraissent justement compliquées peut aussi s’avérer fructueux, dans l’optique d’identifier le rôle éventuel de la toponymie dans ces blocages. L’évocation de Genève, où la superficie communale moyenne est d’un peu plus de 6 km2 mais où aucune fusion n’a été effectuée depuis l’unique regroupement de 1931 entre Genève et trois communes limitrophes, peut faire sens ici. L’impossibilité d’imposer un toponyme commun contribue-t-elle à l’échec d’une fusion des communes genevoises, au-delà d’une configuration peu favorable (risque de doublon Canton/Grand Genève), et alors que la question, a priori taboue, revient sur le devant de la scène avec l’hypothèse d’une alliance Carouge/Lancy et la perspective d’un projet de loi cantonal facilitant les fusions19 ?

Et maintenant, aller plus loin !

Pour analyser au mieux la toponymie de la fusion et en faire découler des interprétations, il conviendrait notamment d’identifier le contexte géographique, économique et politique de la fusion en question, de prendre connaissance de son histoire (y’a-t-il eu des précédents ? depuis quand et par qui est-elle promue ?), et d’avoir accès aux traces et acteurs des débats qui ont conduit le choix du nom finalement validé (a-t-il fait l’objet d’un consensus ? quelles propositions ont été écartées et pourquoi ? qui a proposé ? etc.)

a-villars-le-terroir-le-non-saffiche-acc80-chaque-extrecc81mitecc81-du-village, Joelle Misson

ILLUSTRATION 4. La démocratie de la fusion, un enjeu à étudier dans la perspective d’une lecture critique des processus de dénomination. © Joëlle Misson, 2014.

D’autres analyses pourraient être menées : étude des noms disparus, étude des échecs de fusions et du rôle éventuel de l’enjeu toponymique dans ce cas (Schaffhouse20, Grand-Neuchâtel à huit communes, Rondchâtel, Bödeli ou Villars-les-Moines/Clavaleyres dans le canton de Berne21…), étude du rôle des conseils de bourgeoisie dans les cantons où ils demeurent actifs (comme en Valais) et peuvent porter un avis sur les processus de fusions.

Un travail plus approfondi est donc en cours (il pourrait faire l’objet d’un programme de recherche plus conséquent dans les prochains mois). Dans ce cadre, un intérêt particulier sera porté sur les débats et motifs d’attribution des noms, à même de renforcer et préciser des hypothèses en termes d’enjeux géopolitique locaux (rapport centre/périphérie, marketing territorial, enjeux de gouvernance communale et intercommunale…)

Parmi les défis que l’on s’efforcera de relever :

  • consultation approfondie des documents communaux, des documents des commissions de fusions et des préconisations cantonales, pour comprendre et différencier les contextes de fusions, confronter les recommandations cantonales et fédérales aux choix finalement faits, et bien entendu prendre connaissance des argumentations en faveur ou défaveur de tel ou tel nom ;
  • consultation des avis reportés dans les médias locaux ;
  • sollicitation des personnes ressources locales, ayant pu prendre part aux processus de fusions ;
  • étendre la réflexion aux zones germanophone et italophone (notamment grâce à d’autres chercheurs), afin de brosser un portrait général de la fusion en Suisse et de dégager des perspectives intéressantes à la lumière de la complexité du système institutionnel et des identités culturelles helvétiques, pouvant gagner encore en significations dans une comparaison avec d’autres contextes (Belgique, France, Allemagne…)

Références

  • ANDREY Georges (2013), « Les fusions de communes en Suisse romande. Rapide survol historique », Colloque Les communes, une entité en mutation, Société vaudoise d’histoire et d’archéologie, Bourg-en-Lavaux.
  • Atlas statistique interactif de la Suisse, version en ligne, sur admin.ch, consulté le 17 février 2016.
  • BOYER Henri, CARDY Hélène (dir.) (2011), Dossier « Les collectivités territoriales en quête d’identité », Mots. Les langages du politique, 97 | 2011, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 15 mars 2016 (en ligne).
  • « Communes, fusion de »,  in Dictionnaire historique de la Suisse (2005), sur hls-dhs-dss.ch, consulté le 17 février 2016 (en ligne).
  • DAFFLON Bernard (1998), « Les fusions de communes dans le canton de Fribourg. Analyse socio-économique », Annuaire des collectivités locales. Tome 18, pp. 125-166.
  • Du Pays de Vaud au Canton de Vaud, évolution du territoire, des communes et des fusions de communes, État de Vaud, 2013.
  • EGGER Florian (2015), « Le cadre juridique de la détermination des noms géographiques en Suisse et à Genève », sur hypotheses.org.
  • GIRAUT Frédéric, HOUSSAY-HOLZSCHUCH Myriam (2008), « Néotoponymie : formes et enjeux de la dénomination des territoires émergents », L’Espace Politique 5 | 2008-2, mis en ligne le 11 mai 2009, consulté le 14 mars 2016 (en ligne).
  • HAUG Werner, SCHULER Martin et ULLMANN Dominik (2002), Recensement fédéral de la population 2000. Evolution de la population des communes 1850-2000, Office fédéral de la statistique, Neuchâtel, 145 p.
  • Ordonnance du 21 mai 2008 sur les noms géographiques, sur admin.ch (en ligne).
  • Pour une réorganisation du territoire suisse (2003), Association Métropole Suisse, Zürich, 34 p. (en ligne).
  • Recommandations portant sur l’orthographe des noms de communes et de localités, Directives portant sur l’orthographe des noms de stations, version 1.0 du 20 janvier 2010, sur admin.ch, 23 p. (en ligne).
  • Répertoire officiel des communes de Suisse, en ligne sur admin.ch, consulté le 17 février 2016.
  • RUMLEY Pierre-Alain (2010), La Suisse demain, Lausanne, 162 p.
  • SCHULER Martin (2015), « Fusion de communes : il y a du nouveau à l’Est de la Suisse », sur ch, consulté le 17 février 2016 (en ligne).

Crédit photo de l’image en tête : extrait de la Carte synoptique de mutations de communes 2000-2010, Office fédéral de la statistique.

  1. Redécouper/recomposer les territoires : oui, mais pourquoi ?, Cycle de conférences Enjeux sociaux – enjeux spatiaux, Département de géographie et environnement de l’Université de Genève. Programme et contributions vidéo disponibles en ligne. []
  2. GIRAUT Frédéric, HOUSSAY-HOLZSCHUCH Myriam (2008), « Néotoponymie : formes et enjeux de la dénomination des territoires émergents », L’Espace Politique 5 | 2008-2, mis en ligne le 11 mai 2009, consulté le 14 mars 2016 (en ligne). []
  3. Patrick Monay, « Des fusions de communes à la chaîne », sur 24heures.ch, 2 juin 2015 (consulté le 16 mars 2016). []
  4. « Nette diminution du nombre de communes entre 2000 et 2010 », actualités OFS, décembre 2010. []
  5. Fusionite.ch, site opposé aux fusions de communes. []
  6. Pour une réorganisation du territoire suisse, Association Métropole Suisse, Zürich, 2003. []
  7. Loi du 9 décembre 2010 relative à l’encouragement aux fusions de communes (LEFC), Grand conseil du canton de Fribourg. []
  8. Décret sur l’incitation financière aux fusions de communes du 25 janvier 2005 (DIFFusCom), Grand conseil du canton de Vaud. []
  9. Fusions dans d’autres cantons – Bases légales et informations disponibles, Direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques, Canton de Berne. []
  10. Loi fédérale sur la géoinformation (LGéo) du 5 octobre 2007 []
  11. Recommandations portant sur l’orthographe des noms de communes et de localités du 20 janvier 2010 []
  12. Recommandations à l’attention des communes projetant de fusionner : critères utilisés par la Commission de nomenclature, Canton de Fribourg, 30 juin 2003. []
  13. Guide pour les fusions de communes du canton de Vaud, Service des communes et du logement, 2005/2015. []
  14. Du Pays de Vaud au Canton de Vaud, évolution du territoire, des communes et des fusions de communes, Etat de Vaud, 2013. []
  15. Statistique suisse. Typologies territoriales : espace à caractère urbain 2012 []
  16. Réponse du Conseil d’Etat du canton de Fribourg au Postulat nº215.02 de Jean-Pierre Dorand sur la dénomination des communes après fusions, 18 février 2003. []
  17. Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, par Henry Suter. []
  18. Voir à ce sujet le dossier « Toponymie » de L’Espace géographique piloté en 2008 par Frédéric Giraut, Myriam Houssay-Holzschuch et Sylvain Guyot, le dossier « Néotoponymie : formes et enjeux de la dénomination des territoires émergents » paru dans L’Espace politique la même année, ou le dossier « Les collectivités territoriales en quête d’identité » de la revue Mots, dirigé en 2011 par Henri Boyer et Hélène Cardy []
  19. Isabelle Jan-Hess, « Des élus rêvent d’unir Carouge et Lancy », La Tribune de Genève, 27 janvier 2016. []
  20. Voir : Marianne Wüthrich, « Abandon du projet de fusion du Klettgau (Schaffhouse) », Horizons et débats nº11, 17 mars 2008. Voir également les propos de M. Schuler dans la liste des références. []
  21. Évaluation de la loi sur les fusions de communes (synthèse), Office des affaires communales et de l’organisation du territoire, Canton de Berne, 18 février 2009. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *