Ne touchez pas aux noms des rues : il y a un siècle, les plaidoyers d’Antonio Gramsci et de Camille Jullian pour le maintien d’authentiques noms de rues

Il y a tout juste un siècle, Camille Jullian prononçait une véhémente conférence à l’hôtel de ville de Paris
L’auteur s’y insurgeait contre une certaine tendance à l’usage de dénominations commémoratives et honorifiques hors-sols au détriment des dénominations du cru impliquées dans la topographie et l’histoire propre du lieu. Quelques années auparavant, Antonio Gramsci dans une tribune du journal Avanti! s’en prenait aussi avec véhémence au saccage bourgeois de la vie populaire turinoise par l’éradication des références populaires dans l’odonymie au profit d’un répertoire commémoratif plaqué et sans esprit.
Ces archives et prises de position peu connues trouvent un écho dans la dénonciation de la Société du spectacle faite par Guy Debord dans les années 1960 (cf postface de l’édition de 2007 de Ne touchez pas aux noms de rues) et plus généralement dans le Situationnisme. Autre forme d’anti-modernisme radical à la recherche de l’authenticité dans la vie publique, et donc bien distinct de critiques réactionnaires et antirépublicaines telles que celles de l’Action Française sous la plume de Roland Engerand (1941), mais que l’on peut rapprocher de la charge de Peter Handke (1981) dans Par les Villages (Über Die Dörfer) contre l’aliénation des vies rurales par la modernisation ou encore des descriptions volontiers ironiques et acides des dénominations des aménagements périurbains chez Houellebecq, notamment dans La Carte et le territoire (2010). Dans les deux cas, c’est encore la spectacularisation déshumanisante qui est dénoncée par une littérature respectivement exaltée ou cynique.
Ne touchez pas aux noms des rues, Camille Julian, édition de 1926, Imprimerie F. Paillart, 30 p.

Édition de 1926 dans la série “Les Amis d’Edouard” d’une Conférence faite à l’Hôtel-de-Ville le 27 janvier 1923 à l’occasion du vingt-cinquième anniversaire de la commission du vieux Paris.

 

Ne touchez pas aux noms des rues, Camille Julian, édition de 2007, La Nuit des Rois éditions, Bordeaux, 62 p.
Édition augmentée d’une Posface de Alain Parouart: “Camille Jullian avant Guy Debord”

 

Ci-dessous, extraits de : Camille Julian : Ne touchez pas aux noms des rues. (Conférence faite à l’Hôtel-de-Ville le 27 janvier 1923 à Paris), pagination de l’édition de 2007
 
« Jamais le monde d’autrefois n’eût compris qu’une rue, une place fût qualifiée d’après quelque événement du jour, quelque personnage de l’histoire : c’était la rue qui faisait son nom, avec son aspect, ses monuments, son histoire à elle. La raison d’être de son nom était essentiellement tirée d’elle-même ; elle était locale et topographique. » (p. 8)
« Pas une seule fois que je sache, le Moyen-Age ne dévia de la raison topographique. Qu’on ne m’objecte pas qu’à Bordeaux, à la Rochelle, sans doute ailleurs, nous avons les noms d’illustres habitants de la ville, maires ou seigneurs. C’est que ces maires ou ces seigneurs avaient leur logis en ces rues : les noms étaient là à titre d’indication et non de glorification » (p. 13)
Puis parlant du tournant du XVII :
« Le branle est donné, peu à peu, par la brèche royale, toutes les religions officielles, nationales, humaines, vont passer pour marquer les rues à leur empreinte. Adieu les bons vieux noms qui appartenaient à la rue et à qui elle appartenait : la rue n’est plus, au moins du fait de son nom, qu’un instrument de la vie publique, un agent politique » (p. 15-16)
Après la catastrophe révolutionnaire
« Et maintenant, c’est fini. Je veux dire par là que la rue n’est plus la maitresse des destinées de son nom, mais qu’elle est devenue- non pas même un organe d’administration publique, mais un organe de gouvernement, de propagande de combat. »
(p. 18)
Mieux, son plaidoyer finit par un aveu qui désacralise la rue en tant que lieu structurant de toute étérnité (ce qui semblait être sa position), en la remettant à sa place de réceptacle de mémoire à conserver :
« Les noms sont plus vieux que les rues, et non pas comme dit le proverbe, vieux comme les rues. Ces noms  antiques sont des noms de quartiers, qui se sont, à la fin, localisés sur la rue principale. Les Larris, avant d’être le nom d’un chemin de Puteaux, ont été celui de toute la montée des plateaux ; et le nom de Lourcine, c’est le nom primitif de tout le bas-fond de la Bièvre parisienne. La rue a appelé, si je peux dire, le nom du quartier ; elle l’a fixé sur elle ; elle l’a conservé ; c’est un gros morceau de notre sol dont elle raconte l’histoire.» (p. 38-39).
 
 
Ci-dessous, texte traduit de la chronique d’Antonio Gramsci du 1er Juin 1917 intitulée “Il progresso nello stradario” parue dans la rubrique « Sotto la Mole » du journal Avanti!
(Merci à Jani Vuolteenho, Guy Puzey et Michel Ben Arrous)
 
PROGRÈS DANS LA NOMENCLATURE DES RUES
La commission municipale de dénomination des rues s’est engagée sur la voie du progrès. Armée d’une encyclopédie et d’une hache, elle procède à l’éviscération du vieux Turin.
Les anciens noms, les noms traditionnels de la Turin populaire, rappelant la vie fervente de l’ancienne commune, la ville médiévale, l’imagination exubérante et originale des artisans de la Renaissance, moins encyclopédique, mais plus pratique et de meilleur goût que les marchands d’aujourd’hui, sont remplacés par des médailles.
(…)
Toute la pacotille de la basse érudition se répand dans les rues. Les noms sont des sons inertes, qui n’éveillent aucune image de vie, qui plongent dans les profondeurs de la matière morte, de la conscience morte, qui ne se rattachent pas au passé, qui déchirent, par un acte violemment illogique, les liens traditionnels entre l’homme et la rue.
La nomenclature des rues devient un musée, un cimetière d’illustres inconnus, de pauvres ossements moisis et blanchis par l’oubli opportun, parce qu’il met mieux en valeur ceux qui ont vraiment travaillé dans l’histoire. La bourgeoisie ne sait rien substituer d’original à l’intense vie spirituelle du passé. Sa vie
est la médaille, la décoration ; sa stimulation est l’encyclopédie ; sa méthode est l’égalisation et l’aplatissement des valeurs.
La ville des artisans était toute imprégnée de la vie artisanale, dans tous ses aspects, dans toutes ses manifestations, et donc aussi dans les noms des rues. Chaque nom était un morceau de vie, c’était le souvenir d’un moment de vie collective. L’annuaire des rues était comme un patrimoine commun de souvenirs, d’affections, qui unissait plus étroitement les individus par les liens de la solidarité mémorielle.
Ce patrimoine, la bourgeoisie l’a détruit, sans parvenir à le remplacer par quelque chose de tout aussi vivant. La courtoisie ou la vanité ont pris la place de la fantaisie recréatrice. Tous les princes, monarques, ministres, généraux de la maison de Savoie ont eu leur niche, ont été imposés à l’attention des citoyens, qui aimeraient que leur mémoire soit remplie par des sujets plus dignes.
L’encyclopédie a fait le reste. Cosmopolis, c’est la ville bourgeoise, une fausse internationale, une fausse universalité : la confusion internationale, une fausse universalité : confusion des valeurs, royaume de l’indistinct, du chaos désordonné et anti-historique. Michele Lessona est aussi distingué et génial que Léonard de Vinci. Elvio Pertinace semble plus digne de mémoire que l’art des Carrozzai ; n’importe quel imbécile de l’histoire romaine semble plus distingué qu’une forme de vie sociale qui a transformé l’histoire. Les rues populaires de la Monnaie, de l’Hôpital, du Dépôt, des Carrosseries, des Quartieri,  qui mettaient en valeur ceux qui ont vraiment travaillé dans l’histoire, sont remplacés par les noms habituels de monuments ou ceux qui rappellent Quinto Agricola et Elvius Pertinace. La grossièreté de la culture de pacotille étouffe les survivances de la vie passée. Le commerçant bourgeois armé d’une hache et d’un dictionnaire Melzi avance sur les voies du progrès. Cosmopolis, incolore et sans saveur, triomphe.
(1er juin 1917).
 
Si l’on revient au texte de Camille Jullian, on trouve une formalisation en six points (les six points sont repris ci-après dans un ordre différent du sien) des arguments contre toute renomination de rues. On s’éloigne du jugement de valeur gramscien sur le régime commémoratif et sa vulgarité combinée à son indifférenciation.
 
Chez Jullian, l’argumentaire est d’abord historique : 1) Les gloires d’un jour ne seront peut être pas celles du lendemain ; 2) il en est de même pour les voies ou places prestigieuses nouvellement dénommées qui pourront devenir des bas-fonds ; 3) l’effacement d’un nom lié à la vie locale est une perte irrémédiable de mémoire, d’histoire authentique. L’argumentaire est aussi social : 4) le nom une fois donné se détache de son signifiant chez l’usager qui ne le corrèle plus à la personnalité commémorée; 5) raison pour laquelle le nom peut être détourné notamment sous forme de calembour par ces mêmes usagers qui réagissent ainsi à une imposition externe; 6) l’effacement d’un nom est toujours une perte de lien authentique avec le lieu dans toute son épaisseur pour les habitants usagers.
 
Nous avons là une grille de lecture critique qui pourrait être brandie aujourd’hui contre les opérations de renominations inclusive en plein changement de régime commémoratif. On peut cependant objecter que les renominations contemporaines affectent le plus souvent des dénominations héritées qui elles-mêmes relevaient du régime commémoratif et non d’un régime antérieur “authentique” de type “socio-organique” ou topographique et local  pour paraphraser Jullian. Mais le changement (ténu) contemporain de régime commémoratif vers l’inclusivité de genre et décoloniale a également le mérite de montrer les limites de la critique anti-moderne. En effet, cette critique qu’elle soit le fait de Gramsci ou de Jullian ou plus récemment de Handke et Houellebecq se heurte à la question des échelles dans les appropriations spatiales. Une appellation topographique peut être trop ponctuelle ou à l’inverse trop régionale pour faire sens à l’échelle de l’ensemble du lieu (rue, place ou ilôt) et de la communauté de ses usagers, de même qu’une appellation commémorative peut être d’échelles différentes plus ou moins en proximité des usager.es. En effet, les noms de personnes s’étant généralisés, leurs ancrages et espaces de référence peuvent être aussi bien locaux que transnationaux. Mais les fonctions et appropriations des lieux nommés d’après des personnes peuvent en faire des repères qui fonctionnent également à des échelles variées, notamment par leur reprise dans les systèmes dénominatifs de transports publics et leur marquage de l’espace urbain.
 
De manière générale, on peut dire que les rapports collectifs et individuels à l’espace urbain sont multiscalaires dans une société urbaine contemporaine mobile, aussi évaluer la pertinence ou l’authenticité d’un odonyme à l’aune de sa seule valeur sémiotique locale serait anachronique. La reprise telle quelle des arguments de Gramsci ou de Jullian contre l’adaptation du régime toponymique commémoratif serait aujourd’hui réactionnaire du point de vue de la géographie culturelle et des rapports sémiotiques à l’espace mobile, sauf à l’inscrire de manière beaucoup plus générale et radicale dans une critique du développement d’un régime toponymique de la spectacularisation. Celle-ci passant au moins autant par les références extraterritoriales et génériques du simulacre que par celles de la commémoration, comme l’observent justement Houellebecq et Handke à la suite de Debord.
Debord et les Situationnistes cependant ouvrent la perspective d’une néotoponymie, celle des situations, « faites pour être vécues par leurs créateurs », et Greil Marcus précise: Ce ne serait pas une histoire des grands hommes, ou des monuments qu’ils ont laissés, mais une histoire des moments : de ces moments que chacun a traversés sans en avoir conscience et que, maintenant, chacun créerait consciemment. (Marcus 1989, Lipstick Traces). La néotoponymie militante décoloniale, féministe, écologiste, anarchiste est certainement de celle-là, qu’elle relève de collages éphémères, de performances régulières, de doublements de l’odonymie officielle ou encore de créations de zones à défendre et à nommer. La production vernaculaire des quartiers informels des villes du sud, notamment lorsqu’elle prend une dimension ironique, est aussi à considérer sous cet angle (Ben Arouss & Bigon 2023 ; Wanjiru 2023). Dans un tout autre contexte, c’est aussi le cas de la toponymie des champs de bataille de la première guerre mondiale (Chasseaud 2006) avec notamment ses tranchées innombrables, thanatopolis peuplée par des foules de soldats qui la construisent, l’habitent et se l’approprient, tandis qu’elle est hantée par la mort. Autrement dit l’odonymie populaire située est à rechercher aussi bien du côté des traces signifiantes de la ville ancienne préspectaculaire que du côté des villes alternatives en création, hétérotopiques.
 


Citer ce billet
neotopo (2023, 24 mars). Ne touchez pas aux noms des rues : il y a un siècle, les plaidoyers d’Antonio Gramsci et de Camille Jullian pour le maintien d’authentiques noms de rues. NEOTOPONYMIE/NEOTOPONYMY. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrqj

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search