1793, l’Abbé Grégoire présente un “Systême de dénominations topographiques Pour les places, rues, quais etc. de toutes les communes de la République”

En bon révolutionnaire, bien que venu de Port Royal, l’Abbé Grégoire se fait contempteur de l’adulation, l’esclavage et la superstition dans les noms de lieux. Il propose de prendre au sérieux la question des noms de voies citadines, où il voit également (cela vient en premier) de la vulgarité qui “forme un contraste avec la décence républicaine” avec force exemples français (Paris surtout mais aussi Rouen et d’autres cités). Il avance également le problème des redoublements de noms et des partitions de voies en différentes dénominations. Autant d’éléments pratiques ou symboliques à éliminer, ce qui a été fait pour les noms de communes. Il s’agit ici d’étendre la pratique aux noms de “rues, places et quais et autres lieux principaux de toutes les communes de France” et de substituer un système pratique et vertueux pour l’existant et le futur. On assiste ainsi dans cet exposé unique en son genre à une théorisation et une illustration de la réforme toponymique systématique, et, partant, de la spectacularisation odonymique.

Son tour d’horizon des bonnes pratiques internationales passe par la Grèce et la Rome antiques et leurs legs, ainsi que par la Suisse contemporaine. On trouve dans cette dernière non seulement de belles références à Guillaume Tell (Lucerne), mais aussi des pratiques pleines de civilité dans l’équipement de l’espace public (Pays de Vaud).

Il se fait surtout concepteur et promoteur d’un système de dénominations qui, outre son caractère pratique et systématique (dénominations courtes et sonores), repose avant tout sur l’emploi et l’affichage de vertus, d’activités, de lieux, d’événements et de personnes pour leur valeur éducative et civile, autrement dit, pour l’édification du peuple et des usagers de l’espace public. Il rappelle la nécessité de se débarrasser de références indésirables témoins d’un ordre ancien sur les plans religieux (l’hagiographie et les références aux lieux de cultes), politiques (l’aristocratie, ses possessions et privilèges) et sociaux (l’avilissement, la vulgarité et le vice) en République, et celle de mettre en place un système édifiant dans tous les domaines : “Chaque nom doit être le véhicule d’une pensée, ou plutôt encore d’un sentiment qui rappelle aux citoyens leurs droits et leurs devoirs.” Celui-ci peut donc reposer sur des références de natures différentes. Tout d’abord les références locales ont éventuellement toujours leur place, si elles renvoient à des évènements ou des personnes dignes de l’intérêt des autorités nouvelles et de l’attention du peuple. Ensuite la géographie et les vertus et valeurs offrent de nombreuses possibilités et peuvent même se voir reparties selon des logiques géométriques (une valeur centrale ou axiale et des valeurs connexes reliées) ou géographiques (les espaces voisins ou lointains donnant des noms de voies repartis selon leur direction, la ville ou le quartier devenant une véritable carte des environs ou de la nation, voire de l’Europe ou du Monde). Enfin la question d’une odonymie panthéonisée apparaît comme complexe. L’abbé Grégoire semble d’abord s’en méfier en opposant d’une part la dimension idolâtre de l’adulation d’une personne, il a bien sûr en tête le modèle antérieur des dénominations hagiographiques d’origines médiévales, et royales depuis le XVIIeme siècle ; et d’autre part le risque du discrédit ultérieur sur des personnes un temps érigées en modèle, il cite le cas très récent de Mirabeau. Mais il se range à la préconisation d’un recours sélectif aux grandes figures des arts, des lettres et de la politique. Une illustration presque parfaite du modèle préconisé est celle de la place circulaire des Grands hommes avec son marché à Bordeaux érigée fin XVIIIeme et sur laquelle débouchent en rayons les rues : Rousseau ; Buffon ; Montesquieu ; Montaigne ; Diderot ; Voltaire. Spectacularisation vous dit-on !

Rue Montesquieu donnant sur la Place des Grands Hommes à Bordeaux

À Bordeaux, des rues dédiées à de grandes figures nationales du monde de la pensée et des sciences (ici Rue Montesquieu, bordelais qui plus est) donnant en rayons sur une Place des Grands Hommes : Un dispositif odonymique et architectural directement inspiré des propositions de l’Abbé Grégoire.
Sce GoogleStreetView 2023.

L’abbé Grégoire apparaît ici comme l’instigateur d’un programme généralisé durant la période contemporaine. Celui-ci se fonde sur le besoin d’expurger l’odonymie de ses références vulgaires et d’ancien régime oppresseur, de leur substituer des références en capacité d’édifier les citadins, habitants et usagers de l’espace urbain, mais aussi de standardiser une odonymie qui vise désormais à administrer la ville moderne.

Ce programme est fondé essentiellement sur le régime commémoratif potentiellement personnalisé, régime odonymique et pratiques de substitution que dénonceront ultérieurement avec véhémence au XXeme siècle quelques rares figures de la critique sociale et historique, comme Antonio Gramsci et Camille Jullian (voire les extraits sur ce blog) regrettant la dépossession des pratiques et références vernaculaires, topographiques et populaires ; et de figures réactionnaires comme celles de l’Action Française (voire un texte emblématique sur ce blog) nostalgiques de l’ordre d’Ancien régime et farouches opposants au Panthéon républicain.

Le traité de l’Abbé Grégoire est intégralement reproduit ci-dessous, d’après le texte original

Grégoire (Citoyen), Convention nationale, 1793, “Systême de dénominations topographiques Pour les places, rues, quais etc. de toutes les communes de la République“, Paris, Imprimerie Nationale, s.d. (janvier 1794), 27 p.

Diverses pétitions, renvoyées à votre comité d’instruction publique, demandent un système régulier de dénominations topographiques pour les places publiques, les rues, les quais et autres lieux principaux de toutes les communes de la République. Déjà celle de Paris s’en est occupée (1) ; quelques-unes ont effectué des réformes totales ou partielles. Beaucoup d’autres attendent avec impatience un plan tracé par votre sagesse pour diriger leur zèle.

Si quelqu’un prétendoit que l’objet est trop minutieux pour occuper le législateur, nous l’inviterions à réfléchir sur les considérations suivantes :

1°. Beaucoup de dénominations topographiques sont insignifiantes, barbares (2), trop longues, ridicules (3) ou même malhonnêtes, ce qui forme un contraste avec la décence républicaine.

2°. D’autres sont des noms patronymiques, dont quelques-uns ont été gravés par l’estime, mais la plupart par l’adulation et l’esclavage.

3°. Des hôtels de ci-devant grands seigneurs, dont le faste insultoit à la chaumière du pauvre, avoient communiqué leurs noms à des rues, à des quartiers.

4°. D’autres avoient emprunté leurs noms d’établissements monastiques, judiciaires ou féodaux actuellement supprimés, et dont le souvenir n’est que celui de nos malheurs.

5°. Un événement signalé (4), une singularité plaisante , un genre de métier plus” remarquable, soit par la nature du travail, soit par le nombre d’ouvriers, sont des causes qui ont souvent déterminé les noms de certaines rues.

Un très grand nombre avoit pris des noms d’enseignes connues dans le voisinage (5) et remarquez que la plupart de ces enseignes étoient au chariot d’or, au lion d’or, au soleil d’or, aux trois rois, au grand monarque, &c. en sorte quelles offroient par tout le principe de la cupidité ou celle du despotisme. Cette observation ne sera pas dédaignée par le philosophe qui, calculant les degrés d’altération dans les principes et les mœurs, sait que les noms font beaucoup aux choses ; que, suivant leur nature, ils servent de ralliement au patriotisme, aux vertus, aux erreurs, aux factions. L’histoire dépose que, dans tous les siècles, on a vu, d’un côté, des peuples se quereller, s’égorger pour des mots et de l’autre, des mots enfanter des actions héroïques ; ainsi la dénomination de Carmagnole que porte une de nos frégates, ajoute à la gaieté et au courage des marins qui la montent.

6°. Enfin un abus fréquent dans les grandes communes, c’est d’avoir donné plusieurs noms aux diverses sections d’une rue entrecoupée par d’autres, ou d’avoir donné le même nom à des rues différentes (6). Il en résulte des erreurs fâcheuses pour les étrangers, et beaucoup de lettres, dont l’adresse n’est pas précise, ne parviennent que difficilement ou ne parviennent jamais à leur destination.

Les réflexions précédentes s’appliquent également aux dénominations des diverses localités, dans la banlieue de chaque commune.

Quand on reconstruit un gouvernement à neuf, aucun abus ne doit échapper à la faux réformatrice ; on doit tout républicaniser. La vente des domaines nationaux, et l’établissement du nouvel ordre de choses, amènent d’heureux changements dans l’organisation matérielle d’un assez grand nombre de communes. On y perce des rues nouvelles, en alignant, en déblayant d’autres rues où l’épidémie avoit en quelque sorte fixé sa demeure. Le patriotisme commande un changement de dénominations, et beaucoup de citoyens appellent vos regards sur cet objet. Leur abandonnerez-vous ce travail, qui éprouverait alors de l’incohérence et des lenteurs inévitables ? D’ailleurs, depuis quelque temps, une foule de gens, pour qui tout est manie, ou qui ne voient bien que dans les excès, proposent de travestir toutes les dénominations de manière à dérouter la mémoire, à introduire la confusion dans les travaux de l’administration. Il faut donc qu’une raison calme règle ce mouvement, en sorte qu’il n’en résulte aucune dissonance dans les opérations du gouvernement. Et pourquoi le législateur ne saisiroit-il pas cette occasion d’établir un système combiné de nomenclatures républicaine, dont l’histoire d’aucun peuple offre le modèle ?

D’après ces principes, j’ai cru devoir vous soumettre un plan régulier qui retracera par-tout des noms et des emblèmes capables de donner un exercice utile à l’esprit, d’agir sur le cœur, et d’aviver le patriotisme. Il présentera de plus l’avantage multiplié de faciliter le service de la poste, les mouvements du commerce, les recherches des voyageurs, l’exercice de la police et l’assiette des contributions.

Le peuple est tout, tout doit se faire pour le peuple. C’est surtout dans certains réglemens de détail que se manifeste la sollicitude paternelle du gouvernement envers les citoyens, la philanthropie envers les étrangers. Ainsi une loi d’Athènes prescrivoit de montrer le chemin aux voyageurs : celui qui l’enfreignoit subissoit la même peine que s’il eut manqué à l’hospitalité ; on le devouoit à la malédiction publique (7). Le même réglement se trouve dans les statuts du pays de Vaud, mais au lieu de faire payer une amende de cinq florins à ceux qui le violent (8), n’eût-il pas été plus politique, plus moral, de leur infliger une peine d’opinion ?

Ainsi, dans quelques contrées de la Suisse, le long des chemins, on trouve, à des distances, déterminées, des bancs de deux hauteurs différentes, et appropriés de manière que le piéton chargé d’une hotte ou d’un sac, peut choisir deux positions pour se reposer.

Ainsi, dans quelques-uns de nos départemens, le nom de la commune est marqué aux principales entrées, des poteaux, placés à la bifurcation des chemins, évitent des erreurs aux voyageurs, des arbres placés le long des routes , lui fournissent un abri contre la pluie, un ombrage contre la chaleur; ils marquent d’une manière précise les limites des propriétés, empêchent la cupidité d’envahir le terrein commun , conservent les talus des bermes, et préparent une ressource à la République dont les forêts sont dévastées. Bientôt, sans doute, vous étendrez dans toute la France, aux chemins vicinaux comme aux grandes routes, ces mesures qui embellissent un pays, qui aident à la circulation, et partant, concourent au bonheur des citoyens.

La nouveauté du sujet m’invitoit à faire une excursion littéraire dans l’histoire des autres peuples : je vais détacher de mes recherches quelques faits propres à piquer la curiosité.

Dans une ville grecque, on étoit sûr de trouver quatre choses, des temples, des théâtres, des bosquets, des portiques. A Sparte, on remarquoit le portique des Perses, ainsi nommé parce qu’on y avoit représenté la défaite de l’armée de Xerxes (9),

Olvmpie, en Egide, avoit une rue du Silence (10).

Athènes avoit une porte nommée sépulcrale, parce que les convois funèbres y passoient ; car on inhumoit hors de l’enceinte des villes, et dans l’antiquité l’on ne connoit guère que Sparte où les tombeaux, placés dans le séjour des vivans ; en hâtoient la destruction.

La place Pompéion étoit ainsi appelée, parce que de là partoient les cortèges des jeunes filles et des jeunes garçons pour se rendre aux fêtes du voisinage.

Les trépieds étoîent chez les Grecs des symboles de la victoire ou des monumens votifs. Athènes en avoit un dépôt dans une rue qui en avoit pris le nom ; elle avoit aussi les rues des étrangers, des ennemis, des faiseurs de cassettes, des fourmis, etc.

Athènes étoit y comme Paris, divisée par sections, appelées Comé ; chacune veilloit à sa propre police, sous la surveillance d’une autorité centrale.

Hâtons-nous d’observer que les deux principales promenades d’Athènes étoient les Tuileries ou Céramiques, ainsi nommées, parce qu’ançiennement on y faisoit des tuiles, comme aux Tuileries de Paris dans les treizième et quatorzième siècles.

Il y avoit deux Céramiques ou Tuileries, l’une dans l’enceinte, l’autre hors des murs de la ville. Dans le Céramique externe, Platon enseignoit la philosophie ; on y révéroit les monumens de héros morts en défendant la patrie, excepté de ceux qui avoient péri aux Thermopiles et à Marathon ; ceux-ci avoient été inhumés dans les lieux témoins de leur valeur.

Les Tuileries situées dans la ville, et qui donnoient leur nom à l’une des sections d’Athènes, présentent un rapprochement d’une singularité piquante.

Là étoit le palais national de l’aréopage, composé de çinq cents représentans du peuple athénien, qui, pendant une année, exerçoient les fonctions de sénateurs (11).

Là étoit déposé le code des lois, l’acte constitutionnel de la République.

Là on montroit la place où s’étoit opérée la révolution du pays.

Aristogiton, que Thucidide et Lucien nous peignent comme le plus pauvre et le plus vertueux de ses concitoyens, c’est-à-dire, comme un vrai sens-culotte, de concert avec son ami Harmonies, tua le Capet d’Athènes, le tyran Hypparque, digne fils de Pisistrate, qui avoit à-peu-près l’âge et la scélératesse de celui que nous avons exterminé.

Ce même jour Harmonies, qui, d’après les détails que nous donne l’histoire, paroît avoir été de la caste privilégiée des Eupatrides, mais cependant patriote, fut, comme Lepeletier, assassiné le même jour, pour avoir concouru à la destruction du tyran ; et la royauté fut abolie dans Athènes à peu-près à la même époque qu’à Rome.

Toute la race des Pisistratides (les Bourbons d’Athènes) fut chassée du territoire de la République. Hyppias , frère du tyran mis à mort, accompagné de quelques émigrés, traîna sa vie errante à Sigée, à Lampsaque ; – il s’unit ensuite aux Perses pour faire la guerre aux Athéniens jusqu’à ce qu’il périt à Marathon, suivant les uns, à Lemnos, suivant les autres.

On me pardonnera sans doute une digression sur cette correspondance étonnante de noms et d’événemens arrivés il y a 23 siècles, à 400 lieues d’ici. J’ajoute un mot.

Le nom seul, des Pisistratides éveilloit une sainte fureur dans l’âme des Athéniens, ils ne cessoient d’en rappeler l’exécrable mémoire à leurs enfans, en leur retraçant les maux que cette famille leur avoit causés (12). Ces sentimens étoit peints avec énergie dans les hymnes destinés aux jeux et aux fêtes publiques. Une foule de chansons, dont il nous reste des fragmens, célébroient Harmonies et Aristote , domine chez nous on célèbre les martyrs de la liberté (13). Le génie des arts prodigua aux Tuileries d’Athènes ses chefs- d’oeuvre et sa magnificence, surtout dans les portiques, pour lesquels les Grecs avoient un goût passionné. On y plaça successivement les portraits des grands hommes, législateurs, écrivains, guerriers et tyrannicides. Le peuple y fit ériger en bronze celles de ses deux libérateurs, elles attestoient le génie de Praxitelle, la reconnoissance nationale et la haine de la royauté (14).

Sous le règne de l’égalité, Athènes s’éleva au faîte du bonheur, mais dans la suite des siècles, elle subit le joug. Ici la comparaison n’a plus lieu ; les Athéniens n’étoient pas des Français.

Rome, divisée successivement en trois régions par Romulus , en quatre par Servius-Tullius, puis en quatorze par le tyran Auguste (15), avoit une immensité de temples, de basiliques, de théâtres, de fontaines, de thermes, d’obélisques et d’autres monumens publics, dont quelques-uns ont bravé les siècles et commandent encore l’admiration.

Le mot d’ile, insula, indiquoît une sorte de division sur l’étendue de laquelle les érudits ne sont point d’accord ( 1 6), Quoi qu’il en soit, l’architecture moderne emploie ce mot pour désigner un espace bâti et environné de rues, et actuellement encore plusieurs de nos communes du midi ; telles qu’Avignon, Chambéri, Nice et le Port de la Montagne, sont encore divisées par îles.

Quelques rues de Rome portoient des noms bizarres, telles que celles des Poules blanches, des Sandales et de l’Ours coiffé d’un bonnet (17). Cette Ville, ainsi qu’Athènes, avoit une rue sacrée pour aller au temple, une rue de la Propreté, une de l’Honneur et de la Vertu. Quelques noms étoient commémoratif, tels que celui de voie Scélérate, c’étoit la rue où l’infâme Tullie avoit fait passer son char sur le corps sanglant de son père, dont elle avoit provoqué le meurtre. Le Tigillum Sororium appeloit le lieu où le dernier des Horaces, après la défaite des Curiaces, avoit tué sa soeur, et n’avoit obtenu sa grâce qu’après avoir passé sous le Tigillum (18).

Dans Rome moderne se conserve un nom cher à des Républicains. Le faubourg de Transtevere est le frère du faubourg Saint-Antoine. Les Transteverains, qui se prétendent les vrais descendans des Romains, ont conservé la sève républicaine, et c’est-là sans doute que le volcan de la liberté fera son éruption, quand cette cité relevera son front humilié.

D’après les descriptions données par les voyageurs, il paroit que dans aucune ville du globe on n’a suivi un plan systématique pour les dénominations des rues et des places publiques. Leur adoption a été déterminée par le hasard, la flatterie, les établissemens publics, leur destination, et par des circonstances accidentelles : ainsi, à Pékin , on trouve la rue des parens de l’empereur, celle des Lions de fer, de l’Eau-de-vie, du Poisson sec, etc. (19). À Bagdad, on cite comme les plus remarquables, la rue des Barmècides (20), et celle de la Grande-Mosquée d’Aaron-Raschid.

Au Cap-Français, plusieurs dénominations sont identiques avec celles de Paris.

A Philadelphie, les Quakers ont imprimé jusques dans la désignation des rues leur caractère de gravité. Elles sont indiquées, pour la plupart, les unes par un simple numéro, les autres par des noms de plantes. Ceci rappelle que dans quelques villes du Nord, les maisons même sont distinguées par des traits d’histoire naturelle peints sur les murailles (21).

Il résulte des observations précédentes, que nous traitons un sujet absolument neuf : voici les principes sur lesquels nous nous sommes fixés ; ils seront immédiatement suivis de l’application.

1°. Des dénominations topographiques doivent être courtes (22), et s’il est possible, sonores, pour la facilité du langage, la rapidité de la phrase, et l’intérêt même, de la poésie et de l’oreille : en étendant ces principes, sans doute on vous proposera, pour les dénominations des communes, le retranchement des articles qui rendent le discours traînant ; et pourquoi ne pas dire8, les départemens Dordogne, Seine-Oise, Seine-Marne ; les communes Montagne-bon-Air, Port-Montagne , etc. ?

2°. Un système de nomenclature doit avoir un caractère d’utilité qui atteigne l’esprit ou le cœur ; chaque nom doit être le véhicule d’une pensée, ou plutôt encore d’un sentiment qui rappelle aux citoyens leurs droits et leurs devoirs, qui resserre les liens de la fraternité, et fortifie l’amour de la liberté.

Divers systèmes sont proposés ; le premier est, à quelques modifications près, celui que Teisserenc développa, dans sa géographie parisienne imprimée en 1754.

Prenons une commune quelconque, Paris , si bon vous semble ; appliquons sur le plan de cette commune, la carte géographique de la France, en faisant correspondre les points cardinaux ; après nous être orientés de la sorte, partons du centre de cette Commune, et dirigeant notre vue à vol d’oiseau, donnons aux rues des noms d’autres Communes de la République, en nous conformant toujours aux changemens de noms que ces communes pourroient éprouver ; enfin répartissons ces dénominations d’une manière qui ait, autant que les localités le permettent, quelque correspondance de situation et de distance avec les communes dont nous empruntons les noms, et dont la distance sera jointe à l’écriteau.

Les culs-de-sac à qui nous rendrons leur antique dénomination d’impasse, comme le désiroit Voltaire, à moins qu’on ne préfère celle d’Angiport dérivée du latin, porteront les noms des communes du département ou du voisinage.

On voit à Batavia quelque chose d’analogue à ce système : les vingt-deux bastions qui la défendent portent chacun un nom d’une ville ou province de la Hollande. (23)

Dans cette distribution, l’on a l’abrégé de la France, et le voyageur arrivé dans une ville qu’il ne connoit pas, saisit à l’instant le fil qui doit le diriger.

Si l’on adopte ce système, on y joindra sans doute quelques dénominations de nos colonies que la révolution doit attacher plus étroitement à la mère-patrie. Peut-être même la politique et la fraternité admettront-elles quelques noms étrangers. Quand les citoyens de Nancy ont fait une rue des Etats-Unis, c’étoit indubitablement pour resserrer les liens de l’amitié avec les Américains.

L’ambition d’une scélérate qui a les mains teintes du sang de son mari qu’elle a étranglé, et des peuples quelle a égorgés, la Czarine a nommé une des portes de Cherson, la Porte de Constantinople : sanctifions cette idée ; de la cime du capitole, Rome lançoit par-delà les mers les regards menaçans sur Carthage ; rappelons-nous ce fait, et que la vengeance nationale inscrive à l’entrée de nos principales communes, Porte de Londres.

Si au lieu d’emprunter des noms de communes, on veut ceux des districts, des départemens, ou même des noms d’autres pays, l’opération est la même, soit en substituant à la carte de France une carte de l’Europe, soit en se plaçant sur un globe ou sur un planisphère.

On objectera peut-être contre ce système que l’identité des dénominations s’altérera par le laps des siècles qui dévorent les hommes, les villes et les empires ; puisque l’ancienne géographie est presque entièrement changée, et qu’environ trente mille villes ont disparu du globe. Tel est effectivement le sort de la plupart des choses humaines ; mais s’il n’est pas en notre pouvoir d’éterniser les ouvrages de nos mains ; sachons nous contenter d’une durée qui correspond à l’existence fugitive d’une foule de générations.

Préfère-t-on des dénominations empruntées de chose qui par leur nature soient invariables ? L’agriculture, le commerce, les arts et métiers, sur tout les vertus et la révolution, sont des sources abondantes où l’on peut puiser. Dans un pays que la nature, les convenances et la politique ont destiné particulièrement à devenir cultivateur et manufacturier, telles de nos communes auroient, par exemple, la place de l’agriculture. Ce serait un centre dont les rues seroient les rayons ; elles rappelleraient la charrue, le versoir, la herse, le fléau, le rouleau, la gerbe, etc.

Toutes les rues aboutissantes à la place du commerce en retraceroient par leurs dénominations les attributs.

Les métiers, les manufactures ; les sciences, telles que l’astronomie, les mathématiques, l’art nautique, la botanique, &c. ; les beaux arts comme la peinture, la musique, l’éloquence, la poésie, présentent encore la perspective d’une foule de combinaisons par lesquelles, autour d’une idée mère, d’une idée génératrice, on grouperoit les idées accessoires, qui dans l’ordre des choses en seroient une émanation, une dépendance.

Si aux rapports tirés des objets physiques, on veut substituer des rapports résultans d’objets moraux, donnons à une place le nom d’une vertu principale ; les vertus les plus connexes à celle-là communiqueront leurs noms aux rues adjacentes.

A la place de la Justice aboutiront les rues de la Sévérité, de l’Impartialité, de la Loi , etc. (24)

Autour de l’Humanité seront reparties la Bienveillance, l’Hospitalité, la Générosité, la Bonne- Foi, etc.

La Piété-Filiale sera le nom d’une rue parallèle à celle de l’Amour-Maternel ; la rue de l’Amitié à celle de la Constance ; les rues du Travail, de la Frugalité, à celle de la Santé ; la rue des Bienfaits à celle de la Reconnoisance.

Mais, dit-on, le but moral sera manqué, parce que ces dénominations devenues trop familières n’auront plus de prise sur le coeur.

On peut rétorquer cet argument contre tous les systêmes, et dès-lors il est nul ; avec de telles objections on nous conduiroit à supprimer les emblèmes de la liberté, que nous devons au contraire multiplier. L’amour grave par-tout le nom et les traits de l’objet qu’il chérit.

Un fait précieux vient à l’appui de Cette réponse. Dans les villes, les bourgades, et sur les routes de l’Attique, de distance en distance étoient placés des Hermès qui indiquoient les routes (25), et sur lesquels on avoit inscrit des sentences, ensorte que, suivant Platon, en parcourant cette contrée, on pouvoit faire un cours de morale.

Assurément cette multiplicité les rendoit très-familières ; et cependant, des écrivains nous disent que tel Athénien qui étoit tenté de faire une action lâche, en étoit souvent détourné par une maxime, par un mot qu’il lisoit sur sa route à l’ombre d’un olivier ou d’un ciprès (26). On ne peut établir une exacte parité entre les objets que nous comparons ; mais il est possible que l’aspect ou le souvenir d’un mot qui retrace par exemple la générosité, amorti dans un coeur ulcéré le désir de la vengeance. Peut-être verroit-on quelquefois des parens conduire, en présence du public, des enfans coupables, sur les places, dans les rues des vertus opposées aux fautes qu’ils auroient commises, et par l’accent du sentiment et de la raison, créer les remords dans leurs coeurs. Ne craignons pas de parler aux sens en multipliant les emblèmes de la morale ; nous n’aurons jamais trop de vertus.

Dans les faits immortels de notre révolution, dans nos succès, nous trouverons des sujets pour embellir toutes les places. Leurs dénominations, combinées avec celle des rues adjacentes, formeront un abrégé historique. Pourquoi la place des Piques ne seroit-elle pas avoisinée par les rues du patriotisme, du courage, du 10 août, du jeu de paume, etc.? N’est-il pas naturel que de la place de la Révolution on aborde la rue de la Constitution, qui conduiroit à celle du Bonheur. Je voudrois que tout ce que la nature, les vertus et la liberté ont de plus grand, de plus sublime, servît à dénommer les rues par lesquelles on arriverait à la place de la Souveraineté, ou à celle des Sans-Culottes.

Ce système de dénomination ameneroit des allusions heureuses, des réflexions touchantes, lorsque de nombreux rassemblemens, lorsque des fêtes civiques fourniroient aux magistrats l’occasion de haranguer les citoyens ; car les noms qui se lient à de grands événemens, qui en retracent le souvenir comme les lieux qui en ont été le théâtre, ont quelquefois une force magique, parce que l’orgueil national, aussi louable que l’orgueil individuel est blâmable, identifie les hommes avec les faits célèbres de leurs aïeux, dont ils veulent partager la gloire.

Quand on traverse le lac de Lucerne, les bateliers suisses montrent avec enthousiasme aux étrangers la chapelle de Guillaume Tell. Rappelez-vous ces mariniers grecs qui, à l’approche de Tenedos, disaient à des voyageurs français, il y a quelques années : C’est là que notre flotte s’arrêta — Quelle flotte ? — Celle qui portoit nos guerriers au siège de Troie. Ainsi les Grecs  avilis s’enorgueillissent encore des exploits de leur nation à la date le trois mille ans ; ainsi, sur les monts Taygètes, les Mariotes ont conservé le goût indomptable de la liberté ; ils sont, pour ainsi dire, les gardiens du feu sacré, et cautionnent à la postérité la résurrection des Spartiates leurs ancêtres.

Si la simple tradition des événemens produit de tels effets, on sent combien il peut être utile d’en perpétuer le souvenir, soit par des monumens, soit par des dénominations historiques qui retracent les vertus des citoyens et les crimes des despotes, pour inspirer l’amour de celles-là et l’horreur de ceux ci. Le champ du Mensonge, entre Bâle et Colmar, doit conserver son nom, il rappelle qu’en 833, les enfans de Louis à qui l’on a donné le sobriquet de Débonnaire, réunis à leur père, sous prétexte de se réconcilier avec lui, débauchèrent ses troupes qui passèrent dans le camp de Lothaire. Ce souvenir amène naturellement la comparaison d’une assemblée de brigands couronnés et des cavernes de Gilblas.

En partant du même principe, mais dans un sens opposé, on conservera quelques dénominations qui, en rappelant des vertus, peuvent en enfanter de nouvelles. Peut-être auroit-on dû substituer, au nom de la rue Bétizy, où l’amiral Coligny fut tué, le nom d’un homme qui, le premier, avoit formé le projet d’ériger la France en République.

Ceci conduit à examiner s’il ne seroit pas utile de donner à des places, à des monumens publics, des noms d’hommes distingués, soit de ceux que cette commune auroit vu naître dans son sein, soit de philosophes, de républicains célèbres, dont les fastes historiques ont consacré la mémoire, et qui sont révérés des peuples libres. Déjà quelques communes ont réalisé cette idée. A Nancy on trouve la rue Sidney et la rue Callot, ce graveur en étoit originaire.

Quels noms à citer que ceux de Brutus, Scevoia, Phocion, Guillaume-Tell, Melchtal, Stouffacher, Winckelried, Hampden, Pym, Milton, Waren, Locke, Barnevelt, Hotman et Franklin. Il est deux noms qui ne sont guères connus que des érudits, mais qu’il faut arracher à l’oubli le plus injuste pour les présenter avec éclat à la postérité. Ce sont Langue, l’auteur des Vindiciae contra Tyrannos, mort il y a 212 ans et Alleyn, qui, à la fin du siècle dernier, écrivit pour prouver le droit de tuer les tyrans.

Sans doute, les hommes comparés aux choses ne sont rien, et l’idolâtrie envers un individu est aussi impolitique qu’immorale ; mais puisque l’amour de la gloire est indestructible, tâchons d’en diriger les élans au profit de la patrie.

L’homme aime à plonger dans l’avenir ; et tel qui eut enfoui ses talens, fera faire un pas à la raison parce qu’il aura conçu l’espoir qu’un jour son nom seroit gravé par la main de la reconnoissance.

Cette distinction, à la vérité, ne doit s’accorder qu’à ceux sur lesquels l’opinion publique a prononcé d’une manière définitive. Si les Français, moins précipités dans leurs jugemens, avoient su se défendre de l’engouement pour Mirabeau, ils se seroient épargné le désagrément de faire à son égard un mouvement rétrograde. Il ne faut s’attacher qu’à ceux qui ont subi le scrutin épuratoire de la postérité.

En supposant qu’une place fût nommée Salamine ou Marathon, près de là on liroit avec intérêt les noms des plus fameux Républicains de la Grèce, Thémistocle, Cynegire, etc.

A Chambéri on ne seroit pas surpris de trouver une rue des Charmettes, qui rappelleroit la solitude habitée par Jean-Jacques (27).

Autour de Descartes, dont vous honorez la cendre, se réuniraient Fermat, Montaigne, Pascal, Mallebranche, Corneille. Olivier de Serres qui fut le père de l’agriculture en France, et Palissy qui professa la chimie dans le lieu même où vous tenez vos séances.

Dans la forêt d’Ermenonville, un édifice commencé en l’honneur des grands hommes offre quelques noms illustres sur des colonnes en pied ; d’autres colonnes taillées attendent la main du génie, et portent cette inscription : Qui l’achèvera ?

Les grandes communes, en réalisant un système de dénominations, réserveroient peut-être quelques rues sous la simple indication d’un numéro, à côté duquel on liroit : qui la nommera ? Ce seroit l’annonce d’une espèce de concours ouvert aux talens et aux vertus, et ces idées sont dignes d’un peuple libre.

Actuellement réunissons dans un tableau raccourci la série de nos idées.

1°. Les dénominations peuvent être géographiques, historiques, révolutionnaires, ou empruntées des vertus, de l’agriculture, du commerce, des sciences, des arts, et des hommes qui les ont illustrés. Telle commune n’a qu’une rue, mais la plupart se subdivisent en hameaux quand la population est très – disséminée, ou forment des rues quand elle est très-rapprochée. Quel que soit le systême auquel on s’attachera, peut-être seroit -il bon que dans toutes les communes qui en sont susceptibles, les quatre rues principales des extrémités fussent dénommées d’après la manière dont elles sont orientées : rues du Nord, du Midi, du Levant, du Couchant. Un ou plusieurs points centraux déterminés, soit par les places, soit par les monumens publics, auront chacun un nom qui présentera une des idées les plus saillantes du système qu’on aura choisi ; les rues adjacentes, les carrefours, faubourgs , portes, .ponts, quais, halles, marchés, hôpitaux, aqueducs, fontaines, abreuvoirs, cours, promenades, etc. auront des noms qui établissent une sorte d’affinité avec ceux des points principaux. Le tout alors présentera un ensemble tel que, cette première dénomination étant connue, l’esprit soit conduit par la filiation des idées, à concevoir sur-le-champ ce que doivent être les dénominations du second, du troisième ordre, et que lorsqu’un homme ne connoîtra pas les localités, il lui soit plus facile de se diriger vers les points où ses affaires l’appellent.

2°. Aux principales entrées de chaque commune, une inscription en indiquera le nom, celui des chefs-lieux de canton, de district, de département, et la distance de la commune la plus voisine.

3°. L’inscription de chaque rue présentera en même temps, (si l’on emprunte le nom d’une commune,) la distance de cette commune, et le nom de la section, dans les communes susceptibles de cette division.

4°. Chaque maison sera numérotée.

5°. Les divers cantons de la banlieue seront également dénommés d’après un système quelconque.

6°. Aux bifurcations des routes et des chemins vicinaux, on placera des poteaux indicatifs des lieux auxquels ces chemins aboutissent.

7°. Les changemens seront arrêtés par le conseil général de la commune, d’après le voeu manifesté des citoyens.

8°. Les dépenses seront aux frais de la commune.

9°. Il sera dressé procès-verbal des changemens, pour être déposé dans les archives de la commune.

10°. La municipalité veillera à ce que les enseignes de toute espèce soient écrites d’une manière correcte et ne renferment rien de contraire aux principes de l’égalité et de la liberté.

L’effet d’une méthode symétrique pour les dénominations topographiques, sera, comme nous l’avons annoncé, de faciliter les recherches des voyageurs, la surveillance de la police, l’action du commerce, l’assiette des contributions, et même la confection du cadastre et d’un grand livre des propriétés nationales, dont le changement que nous proposons doit précéder le travail définitif ; d’ailleurs ce rapprochement dans certaines formes, ne peut que resserrer le faisceau de l’unité républicaine.

Quel que soit le système qu’on adoptera, il doit être invariable car enfin ces changemens répétés de dénominations, sur-tout pour les sections de Paris, peuvent établir, dans les actes privés et publics, une confusion capable d’occasionner des procès et d’obscurcir des faits importans.

Si la plupart des grandes communes tiennent à l’uniformité rigoureuse d’un systême, il faudra se résoudre à quelques sacrifices. Ainsi, dans l’hypothèse que Paris adoptât un plan géographique, les rues de Lille et de Thionville céderoient à d’autres mieux orientées leurs noms qui se replaceroient ailleurs.

Mais il est possible qu’une commune ait des motifs plausibles pour désirer le maintien de certaines dénominations de lieux qui ont été la scène d’un événement mémorable, qui ont été le berceau ou l’asyle d’un grand homme, &c.

Et pourquoi s’asservir à un système exclusif, dont l’exécution, répétée dans quarante- quatre mille communes, établirait une fatigante monotonie ? il subiroit d’ailleurs d’inévitables changemens à mesure qu’on perceroit des rues nouvelles ; et dans une commune telle que Paris , qui a neuf cents rues, le besoin de la variété est plus sensible.

Chaque commune aîmeroit à choisir le plan le plus analogue à sa situation locale, aux productions de son sol, à l’industrie et aux moeurs de ses habitans. Une place de guerre, un port de mer, une population agricole ou commerçante, auront à cet égard des vues différentes. Au lieu d’un système unique, laissons donc à l’esprit, au goût, au sentiment, la faculté de choisir entre ceux que l’on propose, d’en combiner les élémens, d’en féconder les principes, de les approprier aux localités, et d’en assortir les résultats de la maniéré la plus avantageuse.

Qu’il nous suffise de proposer aux citoyens des projets d’une exécution facile, peu dispendieuse, dont le but est vraiment moral, vraiment patriotique, et pour l’exécution, comptez sur un peuple sensible, qui obéit à la voix de la patrie, avec autant de zèle lorsqu’elle invite que lorsqu’elle commande.

En conséquence, votre comité vous propose de décréter seulement :

Que la présente instruction sera envoyée à toutes les communes de la République, avec invitation à s’y conformer.

NOTES.

(1) Voyez le rapport au conseil général de la commune de Paris, par le citoyen Avril.

(2) Plusieurs de ces dénominations ne nous présentent plus aucun sens, parce que l’étymologie et l’allusion en sont inconnues. Quelques-unes sont des termes gaulois : telles sont la rue de la Grande-truanderie, qui signifoit gueuserie ; des Prouvaires ou pourvoyeurs, etc.

(3) Ainsi, à Paris, on trouve les rues Geoffroi-Lanier, Brise-miche, des Mauvaises paroles, Tire-boudin, Trousse-vache, du Bout-du-monde, du Pet-au-diable, Trop-va-qui-dure, du Chat-qui-pêche, du Cheval-vert, etc. ; à Rouen, celle du Chien-jaune, etc.

(4) A Strasbourg, la rue Brandgass, ou rue brûlée, fut ainsi appelée, parce qu’on y brûla, il y a quelques siècles, deux cents malheureux dont le crime etoit d’être juifs. Ce fait, ainsi que beaucoup d’autres, a été omis dans l’histoire des juifs, par Basnage.

(5) A Paris sur-tout, beaucoup de rues ont pris leurs nom, comme le prouve Sauval, d’enseignes du voisinage. Telle est celle de la Bonne-femme-sans-tête, qui représentoit une femme sans tête, tenant un verre à la main, avec ces paroles: Tout en est bon ; auparavant on la nommoit rue Regrattière, Voyez Sauval, Histoire des antiquités de la ville de Paris, tome 1, page 33 et suivantes.

(6) À Paris, la même rue porte dans ses divisions les noms, rue de l’Université, rue Jacob, rue Colombier ; on y trouve trois rues d’Orléans, trois rues d’Enfer, trois rues Contrescarpe, trois rues du Coq, trois de l’Echaudé, trois des Francs-bourgeois, trois du Four, quatre rues Pavée, quatre des Deux-portes, treize qui commencent par ces mots, des Fossés de etc., vingt-quatre par ces mots, Rue neuve, etc. etc. etc.

(7) Ciceron, de Officiis, liv. III , chap. 13 : «  Refuser de montrer le chemin à un homme égaré, n’est-ce pas la même chose, dit-il, que de laisser dans l’erreur celui qui achète? »

(8) Voyez les voyages de Mayer, en Suisse, tome II, page 306. « Aussi dans le pays de Vaud, dit l’auteur, hommes, femmes, enfans, tout court pour vous mettre sur la route ».

(9) Paw. Recherches philosophiques sur les Grecs, tome II, page 288.

(10) Voyez Pausanias, l 6.

(11) L’Attique étoit partagée en dix tribus, dont chacune fournissoit tous les ans cinquante sénateurs, etc. Voyez Meursii Ceranicus, c. 6 .

(12) Voyez, pour vérifier ces faits, Thucidides, l 6, le Parasite de Lucien ; Pausanias, liv. 1 ; Pline, liv. 34 , c. 4 ; Aulugelle liv. 17, c. 21 ; le Ceramicus et le Pisistratus de Meursius ; Paw. Recherches philosophiques sur les Grecs, tome II , page 4. et passim. Jules Pollux (Onomasticon, liv. 8, c. 9) nous dit qu’Athènes avoit établi des magistrats pour surveiller le costume des femmes. On affichait à un platane du Céramique un écriteau qui indiquoit le nom de celles qui se négligeoient à cet égard et la peine qui leur etoit imposée. La Guilletière (Athènes ancienne et moderne, page 344) prétend que cette peine étoit une somme équivalente à 35 liv. de notre mônnoie ; mais en se dispensant de citer les garans d’une telle assertion, il nous dispense de le croire.

(13) Voyez, dans Athénée, l 15 , une chanson sur Harmodius et Aristote. Elle trouve ici sa place.

«Je porterai mon épée couverte de feuilles de myrthe, comme Harmodius et Aristogiton, lorsqu’ils tuèrent le tyran et rétablirent l’égalité des lois dans Athènes.

Cher Harmodius, non, tu n’es pas encore mort, on dit que tu es dans les isles fortunées où est Achille léger à la course, et où l’on place aussi Diomède, fils de Tydée.

Oui, je porterai mon épée couverte de feuilles de myrthes, comme Harmodius et Aristogiton, lorsqu’ils égorgèrent le tyran Hypparque, dans Athènes, pendant les sacrifices.

Votre gloire, chers Harmodius et Aristogiton, s’étendra jusqu’aux extrémités de la terre , parce que vous avez tué le tyran et rétabli la balance de la justice dans Athènes. »

(14) On y plaça successivement les statues de Solon, Licurgue, Pindare, Démosthènes, etc. Plutarque, in Antiphon de rhetor. , raconte que dans un repas de philosophie, il discutoit sur l’espèce d’airain la meilleure. Les opinions étoient divergentes ; mais on se rallia en plaisantant à l’idée d’Antiphon, que le meilleur étoit celui qui servoit à former les statues des tyrannicides.

Dans la suite des siècles, les Athéniens placèrent encore au Céramique les statues en bronze de Brutus et de Cassius, parce qu’ils avoient été les imitateurs d’Harmodius et d’ Aristogiton. Voyez Dion Cassius, liv. 47.

(15) Nardini, dans sa Roma vêtus, liv. 2, c. 4, fait dire mal-à-propos à Suétone, qu’alors Rome avoit plus de mille rues. Fr. Oudendorp relève cette erreur dans son édition de Suétone. Leyde, 1751. Voyez les notes des pages 208 et 209. Bergier (Histoire des grands chemins de l’Empire , liv. 3 , c. 17), il donne à la ville de Rome 24 lieues françaises de circuit, c’est-à-dire le quadruple de ce qu’étoit Paris de son temps, et toutefois il assure, avec Panvini et Pancirole, que Rome n’avoit que 31 voies militaires ou grandes rues, et 424 moindres.

(16) Les uns veulent que le mot insula signifie des maisons séparées d’autres. Nardini prétend que ce mot insula désigne de petites habitations, à la différence de Domus y qui signifoit de grandes maisons. Bergier (Histoire des grands chemins de l’Empire, liv. 5, c. 6) dit que les 14 régions de Rome se divisoient en quartiers, les quartiers en isles, les isles en maisons privées.

(17) Ad gallinas alias, via sandaliaris , vicus ursipileati ; il y avoit aussi vicus asellus, lapis pertusus, (pierre pertuis), etc. Voyez dans les antiquités romaines de Graevius, tomes III et IV, Sextus Rufus, de regibus urbis Romae ; Borrichius, antiqua urbis Romae faciès ; Onuphrius et Pancirole, descriptio urbis Romae, etc. Bergier (Histoire des grands chemins etc. , liv. 3 , ch. 17) observe qu’un grand nombre de rues avoient pris les noms des magistrats préposés à cette partie de l’administration, des villes, des provinces vers lesquelles elles étoient orientées, des établissemens voisins , etc. La nomenclature des vingt-cinq portes de Constantinople présente quelque chose d’analogue à ce qui vient d’être dit, on y trouve les portes du Canon, des Fours, du Fanal, de la Ménagerie , d’Andrinople, etc. Voyez les lettres de Destiné, sur la Sicile et la Turquie, tome III, page 93.

(18) On pourroit demander si tout ce qu’on débite sur les Horaces et les Curiaces n’est pas une fable. Plutarque raconte l’histoire des trois frères Critolaus, citoyens de Thégée, qui combattirent les trois Damostrates, citoyens de Phénée. C’est trait pour trait, dans tous ses détails, la même histoire que celle des Horaces et des Curiaces.

(19) Voyez le Dictionnaire géographique, par Brunet de la Martinière, art. Pékin.

(20) Voyez un abrégé très-intéressant de l’histoire des Barmecides, à la tête de la pièce de ce nom, par la Harpe.

(21) Teisserenc, qui le dit page XV de son projet de Géographie Parisienne, auroit du nommer ces villes.

(22) Quelques dénominations sont également longues et difficiles à prononcer, comme Hildburg-hausen. Une partie de la Carélie se nomme Cargapols- Kaiacorela. C’est surtout à la Chine qu’on trouve, pour les villes et les personnes, des noms d’une longueur rebutante. ‘L’histoire chinoise parle de la célèbre Panhoeipan, fille de Panpia et de Tsao-chechou, née à Fou-foug-hien.

(23) Voyez Nicolas de Graaf, voyage aux Indes orientales, page 275 et suivantes.

(24) C’est l’idée du citoyen Chamoulaud, dans une petite brochure intitulée : Plan pour la régénération des moeurs en France.

(25) Les Hermès étoient chez les Grecs des statues de Mercure , sans bras et sans pieds, on en mettoit dans les carrefours , sur les grands chemins, etc Les romains empruntèrent de-là leurs Termes, que Vairon appelle Deos viacos ; ils servaient à marquer les limites des propriétés, à indiquer les routes, etc.

(26) On prétend même que ces maximes morales contribuèrent beaucoup à rendre sentencieux le langage des habitans de la campagne de l’Attique. Voyez Paw, recherches philosophiques sur les Grecs, tome I, page 30.

(27) Les Çharmettes sont à trois quarts de lieue de Chambéri. Sur la porte d’une petite chapelle voisine de sa chambre, J. J. avoit mis cette inscription tirée du pseaume 54 Ecce elongavi fugiens et mansi in solitudine…. quoniam vidi iniquitatem et contradictionem in civitate. L’anecdote m’a été racontée sur les lieux, par le propriétaire de cette maison, devant laquelle les républicains de Chambéri ont planté l’arbre de la liberté. Des citoyens de cette commune ont demandé récemment à celle de Paris, que la rue de Savoie fut appelée désormais la rue de l’Adoption ; c’est une charmante idée que le patriotisme a fait naître, et à laquelle le patriotisme s’est empressé d’applaudir.

(28) Telle est aussi l’opinion que le citoyen Avril a consignée dans son rapport.

Paris, Imprimerie Nationale, s.d. (janvier 1794), 27 p.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
neotopo (13 avril 2023). 1793, l’Abbé Grégoire présente un “Systême de dénominations topographiques Pour les places, rues, quais etc. de toutes les communes de la République” NEOTOPONYMIE/NEOTOPONYMY. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrqm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search