Le 1er avril toponymique de la RATP

Chaque 1er avril, il est de coutume pour les médias variablement inspirés de proposer leur lot de fausses informations humoristiques. Certaines entreprises se permettent aussi de se lancer dans la blague. Cette année, la RATP a frappé un grand coup – toponymique – en remplaçant certaines plaques de treize des stations de métro de Paris1.

Si le procédé demeure assez classique dans son énonciation (une annonce en forme de communiqué officiel sur le site de l’entreprise, se terminant par une pirouette ne laissant plus de doute sur le sérieux de la modification toponymique), il est plus original dans sa mise en œuvre pratique : dans la nuit du 31 mars au 1er avril, les véritables plaques ont été masquées et momentanément recouvertes par de nouvelles appellations reproduisant parfaitement la charte graphique des transports franciliens.

Original, cet « auto-happening » l’est également dans les récupérations qu’il fait. La RATP semble signer en fin de compte un double pastiche. D’une part en travestissant elle-même ses propres plaques, elle propose ce qu’on ne peut s’empêcher de voir comme un renvoi aux groupes activistes dont la critique vise le conservatisme du paysage toponymique urbain et se matérialise dans le barbouillage régulier des plaques officielles – dont celles du métro, cible notoire2 – pour y placer des noms jugés plus représentatifs de la diversité de la société contemporaine (femmes, minorités ethniques). Profitant de l’atmosphère légère du 1er avril, la RATP pratique-t-elle l’auto-dérision, premier pas vers l’auto-critique ?

Par ailleurs, la RATP réalise à notre sens une véritable parodie de marketing territorial, au sens où dans un haut lieu de la publicité urbaine fortement convoité par les collectivités pour y déclamer leurs messages touristiques, elle réinvestit le matériau classique de l’énonciation de discours politique – le panneau –, et – c’est une hypothèse que nous proposons – singe gentiment l’argumentaire un brin galvaudé et stéréotypé des acteurs publics justifiant tel ou tel autre baptême toponymique, là en convoquant une chanson de Bourvil comme référence, ici en associant « ville intelligente » et télégraphe, ou encore en rendant hommage aux Alpes après 80 ans de « Pyrénées ».

Faisant notamment écho aux récupérations artistiques menées par Janol Apin dans les couloirs du même métro, cette initiative, qui n’en demeure pas moins commerciale, réaffirme aussi le jeu comme un des leviers de l’action des groupes publics comme privés, stratégies dans lesquelles la toponymie, parce qu’elle est un élément du quotidien fédérateur, est un support de plus en plus récurrent, dans des acceptions plutôt humoristiques3 mais parfois très sérieuses4.

Crédit photo : RATP.

  1. Le succès médiatique a été important avec une couverture de l’information par la plupart des quotidiens et des articles bien placés dans le classement des consultations en ligne. []
  2. Le collectif FémiCité s’est particulièrement fait remarquer dans son maquillage des plaques de rue et sa critique de l’hypertrophie masculine des stations de métro. Citons aussi le plan de métro féminisé de l’artiste Silvia Radelli. []
  3. On peut citer le concours de jeu de mots sur les gares du Transilien, le jeu-concours sur les stations TCL à Lyon, ou encore celui sur les communes ardéchoises, et dans un autre registre la pub de Voyages SNCF et sa traduction phonétique et décalée des villes-monde sur des parodies de panneaux indicateurs français []
  4. Dans ce cas on peut penser aux expériences participatives de dénomination de lieux comme les stations du nouveau tram de Brest ou les rues du quartier Hautepierre à Strasbourg []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *