La question de la sous-représentation des femmes dans le paysage toponymique de l’agglomération transfrontalière genevoise

La question de la sous-représentation des femmes dans les noms de rues (l’odonymie) fait l’objet de dénonciations régulières en Europe occidentale par les mouvements féministes et par les partis de gauche au niveau local. Des initiatives associatives, militantes et artistiques via des performances et journalistiques via des inventaires, viennent régulièrement souligner le déséquilibre existant et proposer des promotions toponymiques. Nous avons déjà consacré une note de recherche et un billet à cette question aux niveaux international et francophone.

A Genève, des inventaires mettant en évidence le déséquilibre sont apparues bien avant la vague italienne et française des années 2010 : dès 1972 pour Genève dans la presse féministe, et à nouveau en 2009 dans un blog de la Tribune de Genève. En Suisse romande, des performances artistiques et politiques sont également à noter en 2008 à Fribourg et en 2011 à Lausanne, et plus récemment encore à Genève. Enfin, et peut être surtout, le Service pour la promotion de l’égalité entre homme et femme du Canton de Genève a réalisé en 2005 un remarquable travail de documentation de la question du déséquilibre et de propositions positives pour aller dans le sens d’un rééquilibrage dans la nomination d’après des personnalités. Ceci en respectant l’esprit et la lettre de la législation en la matière et en proposant un inventaire de personnalités féminines correspondant aux profils des personnes pouvant s’inscrire dans la nomenclature des noms géographiques. Liste qui peut donc apparaître prioritaire pour les nominations à venir dans le canton. On voit là une tendance à traiter la question sur un mode constructif qui se traduit également dans le traitement positif par la presse qui met en valeur les initiatives de renomination qui vont dans le sens d’un rééquilibrage et d’une promotion féminine. Ainsi cet article du Temps de 2010, intitulé « Petit à petit les femmes se font un nom dans les rues suisses ».

Cependant ces initiatives se heurtent désormais à une autre dynamique qui est celle de la limitation et de l’encadrement strict des recours aux noms de personnes en Suisse et à Genève. Ceci pour éviter toute récupération politique et toute polémique ou controverse, mais en contradiction avec la politique de rééquilibrage de genre voulue par la ville de Genève et préparée par le service pour la promotion de l’égalité du canton. Il semblerait, comme un article de la Tribune de Genève le suggère, que ce soit justement la polémique autour de la promotion d’une figure féminine à Genève, la docteure Gabrielle Perret-Gentil pionnière de l’avortement qui ait motivé de nouvelles restrictions dans l’usage de noms de personnes dans la toponymie, comme le passage à 10 ans de la période post mortem pour qu’une personnalité puisse être promue dans la nomenclature genevoise, tandis qu’ailleurs le héros national bien vivant qu’est Roger Federer peut être honoré. On voit donc que la voie suisse de la promotion positive et consensuelle articulée à un respect de la doctrine toponymique d’ensemble semble se heurter à des contradictions, notamment à Genève.

C’est dans ce cadre qu’en février 2016, un groupe d’élu-es des Verts relayé par la presse locale interpelle le Grand conseil, ceci après que des élues du même parti en aient fait de même au conseil communal de Lausanne. L’exécutif genevois se contente alors de rappeler sa politique modeste d’évitement des noms de personnalités à connotation politique et de promotion de références strictement locales et patrimoniale, empruntée à la microtoponymie historique : « Il y a eu une polémique sur le vœu d’une commune d’honorer un homme dont on peinait à comprendre en quoi il avait marqué l’histoire du canton, de sa commune ou même de son quartier ou de son métier. Nous favorisons désormais les noms de lieux-dits ou évocateurs des anciennes activités d’un site, témoignant de l’histoire genevoise.» (François Longchamp à la Tribune de Genève le 7 mars 2016.)

Au sein de l’agglomération transfrontalière, la question se pose également côté français où les choix toponymiques relèvent du niveau municipal et sont moins encadrés par une doctrine restrictive. Si du côté de l’Ain la question est ignorée, en revanche à Annemasse, la prise de conscience se traduit par l’annonce d’une politique volontariste de la mairie et par des actions concrètes via la nomination de rues récentes en Lucie Aubrac (figure d’engagement héroïque dans la Résistance au niveau national) et Simone Signoret (figure de la vie culturelle nationale),  et via celle d’équipements publics d’après des figures féminines toujours de niveau national et associées classiquement à la cause féministe : Camille Claudel et Olympes de Gouges.

L’agglomération transfrontalière semble ainsi un bon observatoire des tendances, mobilisations et pratiques en matière de toponymie politique de genre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *