Ürümqi, métatoponyme de la contestation en Chine, ouvre l’ère de la révolte des plaques

 

Ürümqi est le nom1 d’une ville de la région martyre chinoise ouïghoure du Xinjiang. Lors du confinement autoritaire et absolu imposé par les autorités chinoises, un immeuble dans lequel des personnes étaient retenues de force sans possibilité de sortir a été le théâtre le 22 novembre 2022 d’un incendie tragique dans lequel au moins 10 personnes sont décédées.

A 4000 km de là, dans la métropole de Shanghai, la révolte contre le maintien d’un confinement rigide associé à des contraintes carcérales de la part d’un régime totalitaire s’est focalisée sur ce drame pour s’exprimer courageusement. En effet des rassemblements se sont effectués au centre sur la rue Ürümqi (Wulumuqi Road en piyin et sur les plaques de rues de Shanghai) pour protester contre ce drame qui synthétise la répression politique du peuple Ouïghour et l’incarcération arbitraire et prolongée des populations au titre de la prévention de l’épidémie. Le nom de la rue et la signalétique associée sont donc devenus pour quelques heures les symboles de l’arbitraire et de la répression du pouvoir.

2022年11月26日深夜,上海烏魯木齊中路聚集大量市民,悼念11.24烏魯木齊火災10位逝者。https://theinitium.com/article/20221128-mainland-shanghai-zero-covid-protests/

2022年11月26日深夜,上海烏魯木齊中路聚集大量市民,悼念11.24烏魯木齊火災10位逝者。
https://theinitium.com/article/20221128-mainland-shanghai-zero-covid-protests/

Des plaques de rues ont d’abord été retirées par les autorités pour tenter de prévenir d’autres rassemblements de protestation en ce lieu symbolique. A la suite de cela, le mouvement a rapidement muté et a rejoint un autre mode d’expression qui est celui de simples feuilles blanches au format A4 brandies. Ces feuilles, symboles de l’étouffement de la libre expression et de sa revendication2, ont alors acquis également la fonction de reproduction de ces plaques et donc une invocation du drame et de la manifestation. Par ailleurs, des reproductions de plaques ont également été brandies devant les représentations diplomatiques de la Chine par des manifestant.es en soutien aux victimes de Ürümqi et aux protestataires de Shanghai, ou encore sur des campus en soutien aux mêmes manifestant.es et aux victimes du Xinjiang.

Protesters standing with a makeshift Urumqi Road sign at the University of California on 2022 Nov 29. PHOTO: AFP

Protesters standing with a makeshift Urumqi Road sign at the University of California on 2022 Nov 29. PHOTO: AFP

 

Ainsi après les révoltes des places inaugurées en 1989 à Tian’anmen, Ürümqi inaugure peut-être, à la suite du mouvement précurseur dédié à la mémoire de Marielle Franco contre l’extrême droite au Brésil, les révoltes des plaques. Celles-ci, basées sur des métatoponymes politiques et leurs transcriptions spatiales et signalétiques multiples, ont la particularité d’être mobiles et relationnelles, voire allusives. Combinées à la puissance des réseaux sociaux, elles constituent peut-être des armes de résistance sémiotiques aux régimes totalitaires et plus généralement illibéraux répressifs.

 

 

1 Le nom Ürümqi est la translittération en alphabet latin de  ئۈرۈمچى en Ouighour qui s’écrit 乌鲁木齐 en Mandarin et Wulumuqi en Piyin.

2 Ce qui n’est pas sans rappeler la performance d’art contemporain très politique de Anna Halprin, Blank Placard Happening (1967).

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
neotopo (30 mai 2023). Ürümqi, métatoponyme de la contestation en Chine, ouvre l’ère de la révolte des plaques. NEOTOPONYMIE/NEOTOPONYMY. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrqo


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search