Au Québec, un plaidoyer pour l’inventivité toponymique

Il y a quelques jours, le quotidien montréalais Le Devoir publiait un dossier consacré à la pratique toponymique. À travers quatre articles signés Fabien Deglise et Christian Rioux, c’est un état des lieux des méthodes utilisées au Québec – et de leurs limites – qui est proposé.

Dans « Des toponymes à longue portée« , c’est la question des imaginaires toponymiques et des mémoires qu’ils véhiculent qui est soulevée. Valoriser tel ou tel corpus en dit long sur la volonté d’honorer une histoire ou une conception du territoire donnée.

Cette réflexion se prolonge dans « 101, rue de l’Amnésie collective« , dans lequel les géographes Caroline Desbiens et Rachel Bouvet attribuent aux nécessaires consensus politiques la faible inventivité des toponymes, et leurs hommages historiques timides.

Dans « Plein de vides toponymies à combler« , on aborde la question des corpus sous-valorisés, en rappelant notamment combien au Québec (comme ailleurs et déjà évoqué à plusieurs reprises ici ou là sur le blog), les femmes sont sous-représentées dans le paysage toponymique. Idem pour certaines disciplines, notamment artistiques.

« La France, championne de la toponymie » rappelle combien l’Hexagone se fait remarquer pour les débats nourris et parfois houleux suscités par certaines dénominations, preuve de la résonance éminemment idéologique de certains choix portés par les autorités locales.

Ces contributions ont la petite originalité d’oser proposer un plaidoyer pour l’inventivité toponymique. Dans un article-bilan publié encore plus récemment, les journalistes présentent un échantillon de réactions de lecteurs, avec autant de suggestions de corpus à honorer.

Par ce nouveau dossier sont réaffirmés de manière très stimulante le vif intérêt des Québécois pour la toponymie, et l’application des institutions de la Belle Province à porter sur la place publique l’enjeu toponymique. Rappelons en effet que la Commission nationale de toponymie du Québec récompense chaque année ses toponymes les plus originaux (« Coups de cœur« ), et qu’elle a lancé au printemps 2015 un dispositif participatif original permettant aux citoyens de faire leurs propres propositions en matière de noms sur les lieux qui n’en possèdent pas encore (la nouvelle place de la ville de Québec avait déjà fait l’objet d’une grande opération participative). Un moyen de valoriser une plus grande diversité de mémoires et de patrimoines. Un moyen de limiter aussi l’uniformisation des paysages toponymiques régulièrement constatée.

Crédit photo : VegaSpica, 2012.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *