Une enquête archivistique sur les dénominations de rues d’Angers qui documente l’évolution historique des pratiques et leurs acteurs

 

Sylvain Bertoldi, conservateur en chef des Archives d’Angers, propose sur le site de son institution, une enquête archivistique passionnante sur “Les premières dénominations officielles de rues” dans le contexte angevin, valant plus généralement pour les villes françaises. Bel exemple des pratiques prémodernes d’émergence et d’usage vernaculaire des dénominations de voies urbaines, également de mise en place progressive des systèmes modernes et du régime commémoratif.

Sont à l’œuvre des initiatives du pouvoir local dans le contexte national, qu’il soit royal, révolutionnaire ou impérial, mais aussi des initiatives citoyennes individuelles ou collectives qui s’expriment dans des demandes archivées et documentées et qui viennent anticiper, adapter ou contester des changements dans les politiques publiques.

L’épisode révolutionnaire angevins de 1790 à 1793, tel qu’il est documenté dans cet article, revient à contextualiser la tentative de l’Abbé Grégoire en 1793 de formaliser un “Système de dénominations topographiques pour les places, rues, quais etc. de toutes les communes de la République”.

La dimension formelle et matérielle des dénominations est aussi soulignée avec le passage progressif à la signalétique et à l’officialisation de nomenclatures qui accompagne la mise en place d’un régime principalement commémoratif de dénominations cadré par une législation. Les changements de noms qui s’opèrent à la fin du XVIIIème siècle et tout au long du XIXème ne sont pas dus qu’aux changements de régimes politiques, mais également aux transformations de la ville (agrandissements, nouvelles voies) et à son administration officialisée, codifiée, fonctionnalisée. La ville d’Angers a ainsi connu en 1830, comme bien d’autres cités au cours du XIXème siècle, mais ici assez précocement, une commission municipale chargée d’examiner les changements de noms de rues à opérer à partir de critères fonctionnels et commémoratifs.

Cette contribution qui documente les logiques de transformations odonymiques urbaines de la période dite moderne donne chair aux protestations émises dans la première partie du XXème siècle contre le remplacement des dénominations prémodernes et vernaculaires par des dénominations officielles modernes. Protestations qui émanent de différentes positions dans le spectre politique d’Antonio Gramsci à l’Action française, en passant par Camille Julian.

 

Pour un cadrage plus général on recommandera les publications suivantes:

Bouvier, J.-C. and J.-M. Guillon, Eds. (2001). La toponymie urbaine. Significations et enjeux. Paris, L’Harmattan.

Grégoire, (Abbé). (1794). Système de dénominations topographiques, pour les places, rues, quais, etc. de toutes les communes de la République. Paris, Imprimerie Nationale : 27 p.

Rose-Redwood, A. Tantner and S.-B. Kim (2023). “L’adressage du monde : une généalogie politique”. in Politiques des noms de lieux. Dénommer le monde. F. Giraut and M. Houssay-Holzschuch. Londres, ISTE: 97-112.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
neotopo (5 juin 2023). Une enquête archivistique sur les dénominations de rues d’Angers qui documente l’évolution historique des pratiques et leurs acteurs. NEOTOPONYMIE/NEOTOPONYMY. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrqp


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search