Sur la route de Thiès, un exemple de préemption toponymique par le bas

Michel Ben Arrous, Chaire Unesco “Dénommer le Monde” Université de Genève ; Université de Saint-Louis, Sénégal

Un bord de route ordinaire au Sénégal, avec ses vendeuses de mangues, de papayes et de pastèques. Sur la droite, une route de traverse ne menant à rien d’encore habité. Tout autour, de grands terrains en cours de lotissement, des champs, quelques maisons en construction. A l’intersection des deux routes, un kiosque avec une inscription peinte à la main : « Arrêt Serigne Saliou Touré », du nom du représentant local de la communauté mouride – l’une des principales confréries musulmanes du pays.

Un arrêt de bus informel, prélude à la nomination d’un bourg ? (Photo MBA, juin 2023)

Un arrêt de bus informel, prélude à la nomination d’un bourg ? (Photo MBA, juin 2023)

Serigne Saliou avait défrayé la chronique en août 2018, lorsque plusieurs de ses disciples s’étaient opposés à une délégation venue de Touba, la capitale du mouridisme. Les émissaires du khalife général venaient démettre Serigne Saliou de ses fonctions « eu égard à son âge très avancé » et installer un remplaçant. Le ton était monté, la confrontation s’était soldée par plusieurs blessés. Une plainte avait été déposée, puis retirée. Serigne Saliou est resté. Son nom peint sur un kiosque constitue un cas d’école de préemption toponymique : les disciples du vieux chef religieux ont pris une sérieuse option sur la nomination d’un lieu passant et fréquenté. L’inscription à la peinture confère au stathmonyme[1] une existence matérielle. En intégrant l’arrêt Serigne Saliou Touré à leurs lignes et au zonage du prix des courses, les chauffeurs de cars rapides, de bus inter-urbains, de taxis 7-places et même les conducteurs de djakartas (motos taxis) lui reconnaissent une utilité pratique. Les passagers à leur tour, facturés différemment selon qu’ils s’arrêtent avant ou après cet arrêt, l’intègrent à leurs pratiques de mobilité. Qu’ils soient idéologiquement proches du vieil homme ou non, qu’ils sachent ou qu’ils ignorent à qui le nom fait référence, transporteurs et voyageurs font usage du nom et c’est là le plus important. Les conditions sont remplies pour une prochaine officialisation, selon les recommandations de l’Union africaine des transports publics (UATP) voulant qu’en l’absence de noms ‘formels’, comme ici, l’on officialise les noms ‘informels’ connus des usagers.

A terme, lorsqu’un bourg ou hameau se développera, il est d’ailleurs probable qu’il sera à son tour nommé Serigne Saliou Touré. Le contexte s’y prête. La géographie des transports, et avec elle toute la partie occidentale du Sénégal, est depuis quelques années en chantier : délocalisation de l’aéroport de Dakar, désormais situé en périphérie de Thiès ; construction d’une ville nouvelle, Diamniadio, à mi-chemin entre les deux villes ; mise en service d’un train régional express ; création de routes et d’autoroutes. Des terrains changent de main, des lotissements émergent, l’activité économique se redéploie le long des nouveaux axes. Cela fait beaucoup de nouveaux établissements humains en cours d’émergence et autant de lieux à nommer. Or les pouvoirs publics, plutôt que d’imposer une néotoponymie ex nihilo, choisissent généralement de puiser dans un stock de noms locaux préexistants. Ici, Serigne Saliou Touré est l’unique toponyme disponible à plusieurs kilomètres à la ronde. On voit mal ce qui les retiendrait d’y recourir. Si cette hypothèse – plausible – se confirme, elle représentera une extension du domaine de la stathmonymie informelle. Et une double victoire pour les disciples de Serigne Saliou Touré, qui auront désormais, à la fois, un arrêt de bus et un bourg au nom de leur champion.

[1] Du grec stathmon : arrêt, station. Sur les enjeux de la stathmonymie, un néologisme forgé par Adrian Room (An Alphabetical Guide to the Language of Name Studies, Scarecrow, 1996), voir Lucas Destrem : ‘Pour une étude critique de la toponymie des lieux de la mobilité’, in F. Giraut et M. Houssay-Holzschuch, Politique des noms de lieux, ISTE 2003.



Citer ce billet
neotopo (2023, 5 juillet). Sur la route de Thiès, un exemple de préemption toponymique par le bas. NEOTOPONYMIE/NEOTOPONYMY. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrqr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search