Toponymie et architecture, dans Faut-il pendre les architectes ? de Ph. Trétiack

Dans Faut-il pendre les architectes ?, publié en 2001, Philippe Trétiack s’efforce de montrer combien les architectes ne sont pas les seuls responsables des ratés de la construction et de l’urbanisme en France, ciblant ainsi en même temps les élus, leur folie des grandeurs et leur inculture. Dans son ouvrage, il évoque succinctement la question toponymique. La toponymie peut-elle constituer en elle-même une qualité du matériau urbain qu’elle qualifie ?

A l’opposé de cette attitude conquérante [ndlr : il parlait d’exemples d’architectures grandiloquentes et arrogantes], tout en réminiscences Louis XV, il faut dénoncer la frilosité française qui, par souci de modestie cette fois, opte souvent pour le bon chic bon genre festonné antiquaire, plutôt que pour la créativité. Comparons par exemple l’extension du musée de la ville de Berlin consacrée à la communauté juive de la capitale allemande avec le musée d’Art et d’Histoire du judaïsme de Paris. D’une part, une oeuvre exceptionnelle signée Daniel Libeskind, manifeste d’architecture émotionnelle qui prend place, déjà, au côté du musée Guggenheim de Bilbao ; de l’autre, un hôtel particulier reconverti en salon Régence où l’accent porte sur les aspects religieux d’une communauté qui vaut bien mieux que cela. Dans le coin gauche, l’audace époustouflante et le risque d’un choix violent qui valent à un musée pourtant vide encore de toutes collections des foules de visiteurs, et dans le coin droit, l’architecturally correct façon village Saint-Paul. Une belle occasion ratée tout à la fois par la ville de Paris, la communauté juive, ses représentants et les architectes bien sûr. C’est peut-être cela le pire, cette petitesse, que l’on retrouve ailleurs, dans les noms d’une commission ad hoc a pondus pour le nouveau quartier Tolbiac. Dans ce secteur qui compte tout de même quelques chefs-d’oeuvre de poésie onirique : « rue du Dessous-des-Berges », « impasse des Cinq-Diamants », il a fallu de longues réflexions (et combien de déjeuners ?) pour aboutir à… l’avenue de France ! Sans doute a-t-on craint qu’à la vue de certains bâtiments les plus récents, le touriste ne s’imagine à Bucarest. Avenue de France ! À Djibouti ou à Madagascar, l’appellation aurait eu quelque sens, mais là… On devine que ces experts n’ont pas osé l’avenue de l’Europe. Il devait y avoir des chevènementistes ou des fans de Pasqua dans les sous-commissions. On sait pourtant que la magie des noms est pour beaucoup dans la richesse d’un quartier, que la ville est poésie, littérature, fantasmes. Hélas encore, dans ce registre, le privé vaut le public. La manière dont sont baptisées quelques-unes de nos réalisations de promotion, architectures à façades plates et verre miroir, donnent le vertige des laboratoires. « Triopolis » à la sortie de Bordeaux, « Végapolis » et « Polygone » à Montpellier…, ce sont des noms de maladie du sang.

Il est intéressant de rappeler que l’avenue de France a donné son nom à une station de tramway de la ligne T3 à Paris. Initialement, après consultation partagée entre RATP et Ville de Paris, cette station devait porter le nom de Françoise Dolto, respectant la commande publique de noms paritaires, et s’appuyant sur le nom d’une rue voisine. Mais l’intervention au dernier moment d’une élue d’arrondissement pour des raisons troubles a finalement acté le nom plus lisse d’Avenue de France.

Philippe Trétiack, Faut-il pendre les architectes ?  (p. 151-152)
Seuil, Paris, 2001 (rééd. et postface 2011)

Photo : Centre commercial Odysseum de Montpellier, L.D 2015.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *