Georges Brassens nostalgique lorsque changent les noms de sa ville, de sa rue et d’une ancienne fiancée !

Le poète de Sète a esquissé la chanson “Jeanne Martin” on ne sait quand. Celle-ci, mise en forme et chantée finalement par Jean Bertola sera la douzième et dernière chanson originale de Brassens enregistrée sur un ultime disque posthume (Le patrimoine de Brassens) sorti en 1985.

Il y exprime la tristesse inspirée par l’expérience douloureuse de plusieurs changements onomastiques. Il évoque successivement : le changement du nom de sa ville natale, Cette devenue Séte ; celui de la rue de la maison paternelle qui passe de rue de l’Hospice à rue Henri Barbusse ; enfin, celui d’une ancienne fiancée, Jeanne Martin, nom de famille banal mais attachant, qu’elle a troqué par un mariage pour celui “renchérissant” d’une famille d’épiciers.

Le changement de nom de la ville de Sète intervint une première fois sous la Convention en 1793 avec le grand mouvement de changements de noms aristocratiques ou religieux de villes et villages, devenus communes. La ville retrouva début XIX eme siècle le nom de Cette avec la fin de l’expérience de révolution toponymique pour la plupart des localités qui avaient été renommées sous la Révolution. Mais un maire obstiné – Honoré Euzet – obtint en 1928 (Georges Brassens avait donc 7 ans) un second changement de nom en Séte. La ville se débarrassait ainsi définitivement de l’homonyme en français du déterminant démonstratif féminin singulier, avec lequel le toponyme était trop souvent confondu. Georges Brassens, à la manière de l’Olympio de Victor Hugo, ressent alors une perte qui le rend nostalgique d’un lieu de bonheur enfantin.

La petite presqu’île
Où jadis, bien tranquille,
Moi je suis né natif
Soit dit sans couillonnade —
Avait le nom d’un ad-
Jectif démonstratif.

 

Moi, personnellement
Que je meur’ si je mens
Ça m’était bien égal ;
J’étais pas chatouillé,
J’étais pas humilié
Dans mon honneur local.

 

Mais voyant d’ l’infamie
Dans cette homonymie,
Des bougres s’en sont plaints
Tellement que bientôt
On a changé l’ortho-
Graph’ du nom du pat’lin.
Et j’eus ma première tristesse d’Olympio,
Déférence gardée envers le père Hugo.

 

Si faire se peut
Attendez un peu,
Messieurs les édiles,
Que l’on soit passé
Pour débaptiser
Nos petites villes.

 

La rue de l’Hospice où se trouve la maison natale, au numéro 54, fut également rebaptisée en rue Henri Barbusse la même année 1928 (ou après la mort de l’écrivain en 1935). Le souvenir de cet écrivain phare de la première Guerre mondiale et figure engagée du parti communiste, n’enthousiasme pas Brassens tant il serait porté par les anciens combattants “sortis de leur trou d’obus”. Mais ce qui surtout l’attriste, c’est l’arrivée d’un “héros incongru” du temps d’une vie d’homme qui aspire à la continuité mémorielle dans son quotidien. Ironie du sort, la partie amont de la rue, celle où se trouve la maison familiale, changea à nouveau de nom pour prendre celui de … rue Georges Brassens.

La chère vieille rue
Où mon père avait cru
On-ne-peut-plus propice
D’aller construire sa
Petite maison s’a-
Ppelait rue de l’hospice.

 

Se mettre en quête d’un
Nom d’ rue plus opportun
Ne se concevait pas.
On n’ pouvait trouver mieux
Vu qu’un asile de vieux
Florissait dans le bas.

 

Les Anciens Combattants,
Tous comme un seul, sortant
De leurs vieux trous d’obus,
Firent tant qu’à la fin
La rue d’ l’hospic’ devint
La rue Henri Barbusse.

 

Et j’eus ma deuxième tristesse d’Olympio,
Déférence gardée envers le père Hugo.

 

Si faire se peut
Attendez un peu,
Héros incongrus
Que l’on soit passé
Pour débaptiser
Nos petites rues.

 

Là encore, plus qu’une question d’atteinte à l’idée d’identité locale, Brassens voit dans ce changement de nom une intervention superflue qui coupe un lieu d’un vécu passé qui lui était rattaché.

Enfin il évoque avec dépit, le changement de nom de son ancienne fiancée, Jeanne Martin (qui donne son titre à la chanson), par son mariage.

Moi la première à qui
Mon coeur fut tout acquis
S’app’lait Jeanne Martin
Patronyme qui fait
Pas tellement d’effet
Dans le Bottin mondain.

Mais moi j’aimais comme un
Fou ce nom si commun
N’en déplaise aux minus
D’ailleurs de parti pris
Celle que je chéris
S’appell’ toujours Vénus.

Hélas un béotien
A la place du sien
Lui proposa son blase
Fameux dans l’épicerie
Et cette renchérie
Refusa pas, hélas !
 
Et j’eus ma troisième tristesse d’Olympio
Déférence gardée envers le père Hugo.

Si faire se peut
Attendez un peu,
– Cinq minutes, non ? –
Gentes fiancées
Que l’on soit passé
Pour changer de nom.
 
Dans les trois cas, c’est bien davantage un souvenir, celui des années liées au nom antérieur, provoqué par le changement de nom, qui rend profondément triste Georges Brassens. Ce n’est pas la perte du nom induite par le changement, dont il admet le principe dans un futur qui ne le concernerait plus. Cela, même si de tels changements sont critiqués pour leur inanité dans le cas des deux toponymes, et pour sa fatuité pour le nom d’épouse.
 
Alors, Brassens adepte des critiques gramsciennes et debordiennes ? Celles d’un modernisme mémoriel et fonctionnel spectaculaire, qui ferait fi des vies populaires authentiquement incarnées dans une toponymie vernaculaire située ?
Oui, à sa manière de poète, rétif aux grands engouements collectifs et à toute subordination.

 



Citer ce billet
neotopo (2023, 21 novembre). Georges Brassens nostalgique lorsque changent les noms de sa ville, de sa rue et d’une ancienne fiancée ! NEOTOPONYMIE/NEOTOPONYMY. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrqv

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search