Les Pétaouchnok(s) de Ricardo Ciavolella : la toponymie vue depuis Serendip

Jean-Baptiste Bing, compte rendu de lecture de : Ricardo Ciavolella, 2023, Pétaouchnok(s). Du bout du monde au milieu de nulle part, Paris, La Découverte, 413 p.

Le livre est accompagné d’un site Internet : https://petaouchnoks.com/ , avec liste d’œuvres évoquant des lieux symboles de périphéricité et de relégation qui peut être complétée sur proposition.

—–

Les rapports de la topologie et de la topographie sont un des multiples axes de réflexions théoriques de la géographie ; le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (Lévy & Lusssault 2013) distingue ainsi le territoire (« espace à dimension topographique ») du réseau (« espace à dimension topologique »). On pourrait proposer une autre analogie, opposant/reliant de manière complémentaire toponymie (qui, étymologiquement, nomme les lieux, leur imprime une marque, leur définit une étendue – et relèverait donc de la topographie) et sérendipité (qui engendrerait de manière non-déterministe, voire en partie aléatoire, des liens entre les lieux – liens évolutifs, mouvants, parfois éphémères, toujours déformables et souvent déformés, relevant donc de la topologie).

L’analogie est imparfaite, bien sûr : basiquement, un réseau fixe peut recevoir un nom qui le désigne en tant que lieu qui, à défaut d’être au sens plein un territoire peut être territorialisé et/ou territorialisant (ainsi, le métro parisien, les itinéraires de GR ou ceux de kula). Elle témoigne cependant d’une mise en tension féconde, dont l’ouvrage Pétaouchnok(s). Du bout du monde au milieu de nulle part de Ricardo Ciavolella témoigne – lui qui nous donne un « atlas imparfait » concocté au fil de ses rencontres et de ses voyages (Ciavolella & Oiry 2023).

J’ai déjà donné un compte-rendu de cet ouvrage, du point de vue d’un géographe[1] (Bing 2023). Je souhaiterais ici ouvrir la réflexion, en partant de la coïncidence qui en a vu la publication aux côtés d’un entretien donné par l’auteur à la rédaction d’EchoGéo (Ciavolella & Oiry 2023). Alors que dans son livre il déclare sa démarche non-scientifique, dans ledit entretien Riccardo Ciavolella se situe plutôt dans un entre-deux : une démarche recherche qui tient à la fois de la science sociale (il se présente en anthropologue, mais reconnaît intéresser les géographes) et de la littérature. En ce sens, « honnête homme » du XXIème s., il actualise l’écriture des anciennes humanités qui, avant l’hyper-spécialisation des sciences, reliaient en une mise en tension féconde le fond et la forme, le savoir et le style.

Pour le lecteur ou la lectrice, l’avantage d’un atlas (même « imparfait » comme il définit son livre) et celui d’un dictionnaire (même facétieux avec l’ordre alphabétique) est qu’il peut être lu dans n’importe quel sens. Il n’y a pas de début, pas de fin ; juste des chemins à suivre et à croiser, que l’on peut emprunter et/ou délaisser à tel ou tel endroit. Selon l’humeur du jour, le moment et le lieu de lecture, la lumière qui voile et dévoile tel ou tel aspect du paysage, des connexions s’établissent et des panoramas variés se font jour. D’où la nécessité de laisser reposer et d’y revenir – il est certains plats qui, réchauffés, sont encore meilleurs. Ainsi, une toponymie s’enrichit, à chaque visite d’un lieu, à chaque lecture le concernant, d’une densité toujours plus forte.

Idem, d’ailleurs, pour un livre. Il y a quelques années, alors que mon fils aîné était en maternelle et son frère à la crèche, je leur lisais le joli Comment j’ai appris la géographie d’Uri Shulevitz. Dans ce bel album, l’auteur-dessinateur-narrateur raconte comment, enfant réfugié dans une petite ville des steppes du Kazakhstan après avoir fui Varsovie durant la Deuxième Guerre mondiale, il avait échappé à la faim et à la misère grâce à une carte achetée par son père et affichée au mur : porte du rêve, la carte l’avait initié à la symphonie des couleurs et des toponymes tout en lui ouvrant les chemins de la création picturale et poétique (Shulevitz 2012)[2]. Voilà comment, du fin fond d’un Pétaouchnok, d’autres Pétaouchnoks nourrissent l’imaginaire – et, parfois, aident à la survie de personnes en détresse. Tout récemment (alors que je lisais le livre de Riccardo Ciavolella), en furetant dans une librairie nancéienne, je suis retombé sur l’album de Schulevitz ; je l’ai acheté, ramené à la maison, et ce sont désormais mes deux grands qui le lisent à leur petit frère.

Et l’aîné m’a déjà subtilisé Pétaouchnok(s), pour aller lire ce qui y est dit à propos de la Diagonale du vide (Ciavolella 2023 : 109-113) dont le Morvan fait partie – Morvan où nous avons vécu cinq ans, et qui pourrait faire une entrée tout à fait honorable d’un prochain relevé des Pétaouchnoks[3] puisqu’il fait figure pour les Dijonnais de « milieu de nulle part », massif enneigé et enforesté ouvert à toutes les aventures (la Nièvre lui faisant concurrence comme Pétaouchnok bourguignon, plutôt en guise de « bout du monde » voire de Far West). Autre Pétaouchnok qui nous est cher : Bellegarde-sur-Valserine (désormais incluse dans la commune de Valserhône), que d’ex-collègues genevois qualifiaient aussi bien par une simple description physique (« trou ») que par une puissante évocation littéraire (« Mordor ») mais toujours d’une manière quelque peu péjorative[4] bien loin des jours heureux, concentré de ce qu’une rurbanité réussie peut offrir, que nous y coulâmes.  

Ricardo Ciavolella le reconnaît : son relevé des Pétaouchnoks est un travail infini. Toujours, un miroir linguistique, familial, disciplinaire, ou simplement toponymique-topographique, quelques lignes d’un récit ou les notes d’une musique, viendront relancer l’itinérance, recréeront une faille où ouvrir un entre-deux. J’aimerais quand à moi, un jour, établir un dictionnaire de ces utopies plus ou moins loufoques, plus ou moins sérieuses, toujours poétiques et politiques que sont les micronations : Arbézie à la frontière franco-vaudoise[5], Angyalistan qui prend l’horizon comme territoire[6], Asgardia autoproclamée « première nation spatiale »[7], Libertalia qui navigue entre littérature, mythe et réalités (Bing 2016) – toutes trouvent en les « bouts du monde » et autres « milieux de nulle part » un champ où, particules quantiques de la géographie, se matérialiser le temps d’une histoire à dire ou à vivre.

Qui sait ? Peut-être une République de Serendip, portant le drapeau d’une connaissance plurielle, anarchiste (Feyerbend 1988) et/ou surrationaliste (Bontems 2010), s’établira dans un Pétaouchnok scientifique, lors d’un café-géo ou d’un apéro anthropologique ?

 

Bibliographie

[1] Denise Pumain m’avait d’ailleurs précédé, dans Cybergeo (Pumain 2023).

[2] Bien des années plus tard, Sylvain Tesson a suivi la même initiation de géomatique sensible, en associant la beauté des cartes (mais à l’encre, d’un noir et blanc épuré) aux alexandrins composés de toponymes (Tesson 2020 : 244-245 et 788).

[3] Relevé en cours, puisque le livre est doublé d’un site Internet, véritable soupe au caillou puisque Riccardo Ciavolella y donne une liste de lectures et de musiques fort longue, et y invite tous les connaisseurs d’un Pétaouchnok à partager leur savoir : https://petaouchnoks.com/.

[4] Et un peu injuste parfois, « nid à brouillard » s’appliquant aussi bien à l’outre-Vuache lémanique qu’à la cis-Vuache en vallée du Rhône.

[5] Cf. https://www.liberation.fr/lifestyle/voyages/larbezie-le-tout-petit-pays-qui-faisait-fi-des-frontieres-20220628_LJN43QM7TNFCZNMKUSYFDFDGSY/ et https://arbezie.com/fr/.

[6] Cf. https://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/les-faux-princes-empereurs-et-marquis-des-micronations-francophones-en-sommet-a-vincennes-20-07-2018-7827972.php et https://www.angyalistan.com/.

[7] Cf. https://www.ouest-france.fr/sciences/espace/qui-sont-les-asgardiens-qui-veulent-une-nation-spatiale-et-qui-se-developpent-en-bretagne-6189a4d4-3b66-11ee-b327-5225e698095e et https://asgardia.space/fr/.



Citer ce billet
neotopo (2024, 1 février). Les Pétaouchnok(s) de Ricardo Ciavolella : la toponymie vue depuis Serendip. NEOTOPONYMIE/NEOTOPONYMY. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqaa

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search