La néotoponymie comme geste situationniste ?

Greil Marcus, lorsqu’il explicite le projet situationniste – celui de la dérive urbaine, de la psychogéographie et du détournement – , révèle aussi, en filigrane, la possibilité d’une réinvention radicale du milieu par les mots, ou de la création toponymique des situations…

Dans ce monde nouveau, les images et les mots décousus, apparemment insensés, … acquéraient une certaine signification. Ils auraient un sens, en tant que bruit, d’abord, cacophonie déchirant la syntaxe de la vie sociale – la syntaxe, Debord l’a écrit dans La Société du spectacle, du « discours ininterrompu que l’ordre présent tient sur lui même ». Le bruit se faisant plus fort, ces mots et ces images commenceraient à s’associer- comme des graffitis sur des murs innombrables, des cris sortant de milliers de bouches, ou même comme des rues et des constructions familières qui apparaîtraient sous un jour entièrement nouveau- et puis, une fois la vieille syntaxe détruite, ces éléments prendraient une deuxième sorte de signification. Ils ne seraient plus du tout utilisés comme des objets, mais comme des possibilités : des parties de ce que Debord appelait des « situations construites ».

Ce seraient des « moments de la vie concrètement et délibérément construits ». Des situations faites « de gestes contenus dans le décor d’un moment ». Et dont ces gestes sont le produit autant que d’eux-mêmes produisant « d’autres formes de décor ». Chaque situation serait un « milieu ambiant » pour « un jeu d’évènements », chacune changerait sa position, et cette nouvelle position l’autoriserait à en changer à nouveau. La ville ne serait plus perçue comme l’écran de fumée de la marchandise et du pouvoir. Elle serait ressentie comme un champ de « psychogéographie », une épistémologie du temps et de l’espace quotidien, permettant à chacun de comprendre, et de changer, « les effets précis du milieu géographique, consciemment aménagé ou non, agissant directement sur le comportement affectif des individus ».

Désormais la ville changerait comme un plan que l’on dessine au fur et à mesure. Désormais votre vie serait un livre dont vous seriez l’auteur. Suscité par une rue ou une construction, un ensemble de gestes pourrait impliquer qu’il fallait trouver une rue différente, qu’une construction pourrait être redessinée par les gestes que l’on fait dans son espace, que de nouveaux gestes doivent être accomplis, qu’une ville inconnue, même, doit être construite ou une ancienne démolie.

(…)

C’était une rêverie (…)- mais « la rêverie subjective détourne le monde ». Quand finalement le champ libre s’est ouvert grâce au bruit de l’explosion de la syntaxe, quand la chute du dictionnaire a laissé la rue jonchée de tous les mots, quand les hommes et les femmes s’y sont précipités pour les ramasser et en ont fait des images, de telles rêveries se sont trouvées elles-mêmes légitimées, se transformant en catalyseur de nouvelles passions, de nouvelles actions, de nouveaux événements : des situations, « faites pour être vécues par leurs créateurs », une façon entièrement neuve d’être au monde. Ces situations prendraient une troisième sorte de signification : elles sembleraient sui generis, dégagées du bagage de tout passé, s’ouvrant toujours sur d’autres situations, et dans le nouveau type d’histoire qu’elles s’approprieraient en le créant. Et ce ne serait pas une histoire des grands hommes, ou des monuments qu’ils ont laissés, mais une histoire des moments : de ces moments que chacun a traversés sans en avoir conscience et que, maintenant, chacun créerait consciemment.

Greil Marcus, 1989, Lipstick Traces, Une histoire du vingtième siècle. Paris: Folio actuel (Trad. Guillaume Godard, 1998), pp. 209-211).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *