Opération Pyrite… Tout ce qui brille n’est pas d’or !

Texte et traduction de Cristina Del Biaggio, géographe, Université Grenoble Alpes et Laboratoire Pacte. Mars 2024

Depuis quelques années, l’Italie foisonne d’initiatives qui déconstruisent et critiquent son rôle dans la colonisation, ainsi que dans le génocide des Juif·ves pendant la Seconde Guerre mondiale. Un mythe est particulièrement contesté, celui selon lequel l’Italie fasciste – à la différence des autres pays européens – aurait mené ses conquêtes coloniales de manière plus « humaine », et n’aurait pas participé directement à l’extermination des Juif·ves aux côtés du régime nazi. « Italiani, brava gente » (« Les Italiens, des gens bien »), telle est l’expression emblématique du récit majoritaire associée à cette fausse construction historique. C’est aussi le titre de l’ouvrage (2005) de l’écrivain et journaliste Angelo Del Boca, qui d’emblée pose la question. En 2014, le mythe continue à s’effriter à travers les photographies de Rino Bianchi et le texte de Igiaba Scego qui retracent, dans leur livre Roma negata, un parcours post-colonial dans Rome.

« Oggi sono in pochi a ricordare che gli italiani sono stati in Africa orientale e hanno compiuto delle barbarie inenarrabili. Nelle scuole (…) non si studia il colonialismo italiano (ma in generale anche la conoscenza di quei vent’anni di dittatura fascista è abbastanza nebulosa) e tutto cade in colpevole oblio. Nella cultura popolare poi la questione viene semplificata fino a reiterare il mito autoassolutorio (autoconsolatorio) degli ‘italiani brava gente’. Ovvero del Buon italiano che sì colonizzava, ma alle fin fine era di cuore, bravo, bello. Che non usava il moschetto, ma si metteva a lavorare con gli indigeni per rendere più fertile la terra. Che costruiva strade, scuole, ospedali, ponti. Il Buon italiano di cui tutte le faccette nere si innamoravano perdutamente. Mito falso e bugiardo, questo degli ‘italiani brava gente’, che non solo ha fatto parte della costruzione fascista della narrazione coloniale, ma che rimase radicato nella mente dei più anche nell’Italia del dopoguerra. » (Bianchi et Scego 2014, 73–74)

« Aujourd’hui, peu de gens se souviennent que les Italiens étaient en Afrique de lEst et quils y ont commis dindicibles barbaries. Dans les écoles (…) le colonialisme italien nest pas étudié (mais la connaissance des vingt années de dictature fasciste est elle aussi assez floue) et tout tombe dans un oubli coupable. Dans la culture populaire, la question est alors simplifiée au point de renouveler le mythe auto-exculpatoire et auto-consolatoire des bons Italiens. Le bon Italien qui certes a colonisé, mais au final a eu bon cœur, était gentil et beau. Qui na pas tiré au mousquet, mais a travaillé avec les indigènes pour rendre la terre plus fertile. Qui a construit des routes, des écoles, des hôpitaux, des ponts. Le bon Italien dont toutes les faccette nere[1] sont tombées follement amoureuses. Un mythe faux et mensonger, celui des bons Italiens, qui non seulement faisait partie de la construction fasciste du récit colonial, mais est resté ancré dans lesprit de la plupart des gens, même dans lItalie daprès-guerre. » (Bianchi et Scego 2014, 73–74)

Ces dernières années un nouveau récit se construit, au fil des romans notamment[2], mais aussi grâce à des initiatives qui s’adressent à la fois à un public plus large et/ou s’inscrivent, y compris matériellement, dans l’espace public.

Sur ce même blog dédié à la toponymie, j’ai écrit deux billets présentant deux œuvres qui participent à la construction de ce contre-récit : un texte littéraire – « La fontaine aux quatre Maures  : La pierre et les larmes » – et une intervention odonymique – « La guérilla odonymique gagne une bataille : une nouvelle station du métro romain sera dédiée à Giorgio Marincola, partisan italo-somalien, et non à un lieu d’oppression coloniale ». La guerriglia odonomastica est, parmi les interventions dans l’espace public promues par différents collectifs, une des plus populaires. Dans plusieurs villes italiennes l’odonymie officielle est, de manière visible, contestée.

En février 2024, le collectif milanais Kasciavìt publiait un billet sur le blog de la Federazione delle Resistenze (Fédération des Résistances) dédié à une nouvelle « operazione pirite » (Opération pyrite) à Milan. Nous proposons ici de donner quelques éléments contextuels de cette « opération » et de traduire le billet du collectif pour le diffuser au-delà des Alpes. (https://resistenzeincirenaica.com/2024/02/20/pyrites-abunda-in-oculis-stultorum/)

Les « Opérations pyrite » ou comment dévoiler la vraie nature des criminels des guerres coloniales

Comme le décrit le billet paru sur le blog de la Federazione delle Resistenze en septembre 2021 (Resistenze In Cirenaica 2021b), l’Opération pyrite est une action inspirée par une carte, la carte de la « topographie colonialiste italienne » Viva Zerai! produite par le collectif d’écrivain·es Wu Ming 2.

Capture d’écran de la carte en ligne et interactive Viva Zerai! sur OpenStreetMap

L’Opération a comme objectif de « faire la lumière sur les honneurs rendus aux fascistes, colonialistes et criminels de guerre qui donnent leur nom à près de 170 rues, places, bâtiments, etc. à travers le pays » (Collettivo Kasciavìt Milano 2024). La carte mise en ligne par le collectif Wu Ming 2 a donc permis à d’autres collectifs de montrer l’ampleur de l’emprise de la toponymie coloniale et fasciste sur le territoire italien, et de la combattre par des actions sur le terrain :

« La pirite è l’oro falso, l’oro degli stolti: sembra un metallo prezioso, ma non lo è. Se riscaldato la sua puzza mefitica svela l’imbroglio. L’Italia è piena di strade, piazze, monumenti e targhe dedicate ad alcune medaglie che luccicano d’oro ma sono di pirite; intitolate a presunti eroi che sono stati complici delle atrocità perpetrate dal colonialismo e dal fascismo italiano. Per distinguerle non ci resta che accendere il fuoco e svelare l’inganno. » (Resistenze In Cirenaica 2021b)

« La pyrite est le faux or, lor des imbéciles : elle a lapparence dun métal précieux, mais ne lest pas. Lorsquelle est chauffée, sa puanteur méphitique révèle la supercherie. L’Italie est pleine de rues, de places, de monuments et de plaques dédiés à des médailles qui brillent comme de lor mais sont en réalité en pyrite, nommées d’après de prétendus héros complices des atrocités perpétrées par le colonialisme et le fascisme italiens. Pour les distinguer, il suffit dallumer le feu et de révéler la supercherie » (Resistenze In Cirenaica 2021b)

Et le feu a été allumé, notamment, le 25 avril 2021, dans six villes italiennes : Bologne, Carpi, Padoue, Palerme, Reggio Emilia, Milan. La chronique de cette « nuit libératrice » a été publiée le lendemain dans un billet riche en textes, images, capsules sonores et vidéos, intitulé « Chronique d’une magie ». Une magie pour « exorciser les spectres qui hantent nos rues » (Resistenze In Cirenaica 2021a).

Le « processus alchimique » a été reproduit en septembre 2021 pour démasquer la pyrite sous le semblant d’or. Trois représentants de l’armée, honorés dans l’espace public, ont été pris pour cible cette nuit-là. Il s’agit de Vincenzo Magliocco, Luigi Manusardi, Giorgio Savoia.

Opération Pyrite, septembre 2021, Milan. « Tout ce qui brille n’est pas d’or ». Crédit : Resistenze in Cirenaica 2021. https://resistenzeincirenaica.com/2021/09/17/operazione-pirite-a-milano/comment-page-1/

Corso Luigi Manusardi, Milan. Toponymie officielle et contre-toponymie. En dessous de la plaque officielle a été apposée une nouvelle médaille en pyrite : « Invasore. Fervente colonialista » (Envahisseur. Ardent colonialiste). Crédit : Resistenze in Cirenaica 2021

Via Giorgio Savoia, Milan. Toponymie officielle et contre-toponymie. En dessous de la plaque officielle a été collé une nouvelle médaille en pyrite : « Invasore. Bombardatore di popoli » (Envahisseur. Mitrailleur de peuples). Crédit : Resistenze in Cirenaica 2021.

En février 2024, l’Opération pyrite s’empare à nouveau de la toponymie officielle à Milan, documentée dans un nouveau billet publié sur le site de la Fédération des Résistances, que nous traduisons ci-dessous. ( https://resistenzeincirenaica.com/2024/02/20/pyrites-abunda-in-oculis-stultorum/ )

 

Pyrites abunda in oculis stultorum / Les pyrites abondent aux yeux des imbéciles [3]

L’« Opération pyrite » reprend à Milan. Rue par rue, quartier par quartier, les « médailles d’or » ne cessent d’éclater aux yeux de tous par leur éclat provocant. Ce ne sont pas des patriotes, définition surtout liée à l’époque du Risorgimento. Pour les quelques partisans présents dans la toponymie milanaise – via Ettore Troilo et via Teresa Noce – leur activité de résistance a été cachée derrière leurs professions : l’un préfet, l’autre syndicaliste. La plupart, sinon tous, de celleux à qui Milan a dédié des rues appartenaient à l’Armée Royale. Et les crimes graves dont ils se sont rendus coupables sont aujourd’hui masqués par cette définition qui exalte leurs actes, tout comme de leur vivant les uniformes cachaient leurs crimes ; ce ne sont pas des médailles d’or, mais des médailles de pyrite, qui nous entourent.

Prenons l’exemple d’Umberto Masotto, jeune lieutenant de l’Armée Royale. Il demande à être envoyé en Afrique avec le corps expéditionnaire pour participer aux guerres coloniales lors de la première tentative d’invasion de l’Éthiopie par le Royaume d’Italie. Comment un jeune noble plein d’espoir et au tempérament indomptable aurait-il pu s’en dispenser, dans ces années où se formait la conscience impérialiste d’un pays au début de son expansion coloniale ? Comment aurait-il pu ne pas reconnaître sa propre supériorité raciale en envahissant et en colonisant des terres loin de celles de sa naissance favorisée ? La défaite d’Adoua a fait de lui un martyr de la cause, une (fausse) médaille d’or, et le nom d’une petite rue.

Via Umberto Masotto, Milan. Toponymie officielle et contre-toponymie. Sur la plaque a été collé le texte « Invasore – fervente colonialista » (Envahisseur, ardent colonialiste). Crédit : Resistenze in Cirenaica 2024 https://resistenzeincirenaica.com/2024/02/20/pyrites-abunda-in-oculis-stultorum/

Outre ces deux soldats, hélas connus et même décorés pour leur bravoure, nous rencontrons la Piazza Adigrat, une ville du nord du Tigré, avant-poste de l’armée italienne ayant d’abord servi de centre logistique pendant la campagne d’Éthiopie, perdu après la bataille d’Adoua (1896) puis repris mais incendié avant d’être complètement abandonné une fois délimitée la frontière de la colonie érythréenne. Qui sait si les habitant·es se sont déjà demandé pourquoi cette place porte depuis 1938 le nom d’une ville éthiopienne. Essayons d’y répondre…

Piazza Adigrat, Milan. Toponymie officielle et contre-toponymie. Sur la nouvelle plaque on peut lire « Luogo di crimini del colonialismo italiano » (Lieu de crimes du colonialisme italien). Crédit : Resistenze in Cirenaica 2024

"Piazza Adigrat .png"

Localisation de la Place Adigrat à Milan. Fonds de carte : OpenStreetMap

"Adigrat.png"

Localisation de la ville d’Adigrat en Éthiopie. Fonds de carte : OpenStreetMap

Pour terminer notre périple dans cette nuit de révélations, nous ne pouvions pas ne pas évoquer l’un des nombreux médaillés de la guerre d’Éthiopie, Dalmazio Birago.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/3e/Dalmazio_Birago.png

Dalmazio Birago. Crédit : Wikipedia

Il est facile de les reconnaître, les dates de leurs décès sont toujours 1935 ou 1936, en pleine ère de la conquête coloniale fasciste. La photo qui représente son visage fier et sombre met en évidence le symbole de son escadron volant, La Disperata (La Désespérée), actif depuis la Première Guerre mondiale, vivier d’hommes intrépides qui se sont distingués par les pires crimes, et évidemment présents lors de l’invasion de l’Abyssinie.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2d/Disperata_Firenze.jpg

Insigne de La Disperata (section de Florence), un escadron d’action des formations militaires fascistes dont était membre Dalmazio Birago. Crédit : Wikipedia

Leur commandant n’était autre que Galeazzo Ciano – homme politique italien, gendre de Benito Mussolini et personnalité du régime fasciste -, une tête de mort sur toutes les bannières, voici les compagnons de vol, ou plutôt les camarades, de Birago : Roberto Farinacci – homme politique et journaliste, secrétaire du Parti national fasciste -, Vito Mussolini – aviateur, scénariste et critique de cinéma italien, deuxième fils du duce Benito Mussolini -, Ettore Muti – militaire, aviateur et secrétaire du Parti national fasciste. Ce dernier a donné son nom à la bande de criminels à la solde de la République de Salò, pour ne donner qu’un exemple éclatant… Voici l’incroyable motivation de la décoration du soldat Birago, qu’on peut lire sur le site de la présidence de la République : « Il a poussé jusqu’à l’extrême une fermeté constante et le courage viril, en invoquant les noms du Roi, du Duce et de l’Italie. Ciel d’Amba Alagi – Macallè, 18 novembre 1935 ». Invoquer le nom du Duce mourant ne mérite pas une médaille d’or. Il s’agit certainement là aussi plutôt de pyrite.

Via Dalmazio Birago, Milan. Toponymie officielle et contre-toponymie. Sur la plaque officielle on peut lire « Medaglia d’oro » (Médaille d’or) ; sur la nouvelle plaque il est noté « Aviatore fascista. Criminale di guerra » (Aviateur fasciste. Criminel de guerre). Crédit : Resistenze in Cirenaica 2024

Nous en avons assez de voir la guerre célébrée de toutes parts ; de constater, en parcourant l’espace qui nous entoure, que n’a jamais disparu l’exaltation de la mort et de ses symboles : les « héros » qui se sont sacrifiés au nom de la haine contre d’autres pays, contre d’autres peuples, contre les opprimés. Nous sommes toujours pris dans cette propagande qui veut nous faire croire que les conflits internationaux ont une raison d’être parce qu’ils sont toujours motivés par les mêmes vieilles questions. Aujourd’hui, en Éthiopie, on a commémoré le 12e anniversaire de Yekatit, une date du calendrier civil éthiopien aussi importante que notre 25 avril – anniversaire de la libération de l’Italie -, mais d’une toute autre intensité : elle commémore un massacre subi par le peuple abyssin aux mains des envahisseurs fascistes italiens.

Monument du 12 Yekatit, Addis Abeba (Éthiopie).  Le monument commémore le massacre commis sous les ordres du général Rodolfo Graziani durant l’occupation italienne (19-21 février 1937). Crédit photo : Google Street

Il est en effet difficile de distinguer le colonialisme du fascisme ; l’exploitation et le contrôle, la suprématie économique et la supériorité raciale sont les dispositifs idéologiques et les pratiques de domination qui perpétuent encore les massacres et les guerres qui se déroulent sous nos yeux.

 

Références

Bianchi, Rino, et Igiaba Scego. 2014. Roma negata. Percorsi postcoloniali nella città. Roma: Ediesse.

Collettivo Kasciavìt Milano. 2024. ‘Pyrites abunda in oculis stultorum’. Resistenze in Cirenaica (blog). URL : https://resistenzeincirenaica.com/2024/02/20/pyrites-abunda-in-oculis-stultorum. Dernière consultation : 27 mars 2024.

Del Boca, Angelo. 2005. Italiani, brava gente? Vicenza: BEAT.

Longo, Davide. 2001. Un mattino a Irgalem. Milano : Marcos Y Marcos.

Melandri, Francesca. 2017. Sangue giusto. Milano : Rizzoli – RCS Libri.

Melandri, Francesca. 2020. Tous, sauf moi. Paris : Folio.

Resistenze in Cirenaica. 2021a. ‘Cronaca di una magia’. Resistenze In Cirenaica (blog). 26 April 2021. https://resistenzeincirenaica.com/2021/04/26/cronaca-di-una-magia/.

Resistenze in Cirenaica. 2021b. ‘Operazione Pirite a Milano’. Resistenze In Cirenaica (blog). URL : https://resistenzeincirenaica.com/2021/09/17/operazione-pirite-a-milano. Dernière consultation : 27 mars 2024

Scego, Igiaba. 2015. Adua. Firenze: Giunti.

Scego, Igiaba. 2020. La linea del colore. Bompiani.

Scego, Igiaba. 2022. La ligne de couleur. Dalva éditions.

Strazza, Michele. 2012. ‘Faccetta nera dell’Abissinia. Madame e meticci dopo la conquista dell’Etiopia’. Humanities 1 (2) : 116–33.

 

[1] Le terme « faccetta nera » (petite tête noire, littéralement) fait référence au texte d’une chanson de propagande fasciste en lien avec la conquête italienne de l’Éthiopie. La chanson vante la mission « civilisatrice » italienne en se référant à la pratique du madamato (qu’on pourrait traduire avec « concubinage colonial » en français) par lequel les femmes éthiopiennes (« faccette nere ») étaient en réalité réduites en esclavage et abusées sexuellement par les militaires italiens (Strazza 2012).

[2] Je pense notamment à Adua (2015) et à La linea del colore (2020) – traduit en français par Dalva sous le titre de La ligne de couleur (2022) de Igiaba Scego -, Sangue giusto (2017) – disponible en français sous le titre de Tous, sauf moi (2020), de Francesca Melandri -, à Mattino a Irgalem de Davide Longo (2001).

[3] Nous remercions Resistenze in Cirenaica de nous avoir donné le droit de traduire leur texte et de le publier sur ce blog.



Citer ce billet
neotopo (2024, 27 mars). Opération Pyrite… Tout ce qui brille n’est pas d’or ! NEOTOPONYMIE/NEOTOPONYMY. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4am

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search