Pourquoi faut-il cartographier les “signes” du fascisme dans les villes italiennes ?

Perché serve mappare i “segni” del fascismo presenti nelle nostre città? Article de Ilaria Sesana (traduction de Cristina Del Biaggio), publié en italien dans Altreconomia, le 1er janvier 2023.

Plaques, hommages et monuments. Les “vestiges” du régime encore présents sur le territoire italien ont été rassemblés sur une plateforme en ligne par l’Institut national Ferruccio Parri. Mais c’est aux citoyen·nes de décider comment agir pour leur donner une nouvelle signification.

Dans le hall de la préfecture de police de Trieste, il est impossible de ne pas voir une plaque commémorant les noms des policiers morts dans l’exercice de leurs fonctions. La liste comprend également celui de Gaetano Collotti et d’autres officiers qui, entre 1942 et 1945, ont fait partie de l’Inspection spéciale de la sécurité publique chargée de la répression des partisans et des antifascistes. À Corigliano Calabro, dans la province de Cosenza, une rue porte encore le nom d’Emilio De Bono, hiérarque de la première heure et du quadrumvirat de la Marche sur Rome. À l’entrée du tunnel ferroviaire entre Ibla et Ragusa, l’inscription “Duce, nos héros morts en guerre seront vengés” est encore visible. Sans oublier l’imposant obélisque à l’entrée du Foro italico à Rome, avec les inscriptions “Mussolini” et “Dux”. Ce ne sont là que quelques exemples – petits et grands – des nombreux endroits où il est encore possible de trouver des traces du passé fasciste de l’Italie. Celles-ci ont été recueillies par les chercheur·es de l’Institut national Ferruccio Parri (qui coordonne le réseau des instituts d’histoire de la Résistance et de l’époque contemporaine en Italie) dans le cadre du projet “Les lieux du fascisme” et disponibles sur une carte en ligne.

Carte des lieux du fascisme (Zoom sur la région de la Marche) : https://www.luoghifascismo.it/mappa/mappa-marche/

Elles peuvent être explorées grâce à des fiches individuelles consacrées à chaque plaque, hommage ou monument recensés. “Le fascisme avait l’idée très claire que le contrôle politique du territoire passait nécessairement par la dénomination des rues et des monuments, explique Giulia Albanese, professeure d’histoire contemporaine à l’université de Padoue et coordinatrice du projet. La force de cet impact n’a cependant jamais fait l’objet d’une réflexion approfondie de la part de la classe dirigeante de l’Italie républicaine”.

Le projet trouve son origine dans une discussion au sein du réseau des instituts d’histoire de la résistance concernant les symboles du régime encore présents sur le territoire. “Ce qui a déclenché ce parcours, en 2018, c’est le débat autour de l’éventuelle création d’un musée du fascisme à Predappio”, se souvient Albanese. Ma proposition était de réfléchir de manière exhaustive aux sites commémoratifs encore présents en Italie aujourd’hui et c’est ainsi que, malgré de nombreuses difficultés, nous avons commencé à réaliser la cartographie”.

Les monuments et les pierres tombales, les inscriptions, les noms d’écoles et de rues commémorant des personnalités et des épisodes liés au fascisme, tant au niveau national que local, ont été inclus dans la base de données et la carte. Pour les identifier, certains critères ont dû être appliqués : “Le territoire italien regorge d’œuvres architecturales qui ont été utilisées à d’autres fins après la guerre : nous avons choisi d’inclure uniquement celles qui présentaient des signes commémoratifs forts encore visibles”, explique Albanese. Une sélection similaire a été effectuée pour les rues portant le nom de protagonistes ou de lieux liés au colonialisme italien : dans ce cas, le choix s’est porté sur les rues portant un nom postérieur à 1922, année de l’arrivée au pouvoir de Mussolini. Le travail a abouti non seulement à la création du site (qui peut être constamment mis à jour et qui permet d’envoyer ses propres recommandations grâce à un formulaire ad hoc), mais aussi à la publication du volume “I luoghi del fascismo. Memoria, politica, rimozione” (Viella, 2022) : un recueil d’essais de différents auteurs qui explorent divers aspects du thème.

D’un point de vue temporel, certains de ces monuments et hommages datent des années 1920 et 1930 et n’ont pas été enlevés à la chute du régime. Après 1945, il y a eu quelques indications en ce sens de la part de la présidence du Conseil des ministres”, rappelle Albanese, “mais en général, la question a été laissée aux autorités locales, aux sensibilités et aux cultures politiques. Dans notre pays, il n’y a pas eu de réflexion collective sur ce qu’il fallait faire de ce patrimoine et sur la manière d’agir pour construire un signe de l’Italie républicaine sur notre territoire”. Et ce n’est pas tout : même après le 25 avril 1945 [jour de la Libération en Italie], il y a eu de nouvelles dédicaces. “Cela est lié à la normalisation et à la banalisation de l’expérience fasciste, surtout dans l’immédiat après-guerre. Ensuite, entre les années 1980 et 1990, nous avons assisté au retour dans l’odonymie d’une série de figures liées à la mémoire de cette période historique et de la République sociale italienne, qui avaient été absentes jusqu’à ce moment-là”, reprend Albanese. Cette phase a coïncidé avec l’ascension politique de l’Alliance nationale, qui a remis au goût du jour certaines figures. Mais pas seulement : c’est Francesco Rutelli qui a proposé, en 1995, de donner à une rue de Rome le nom de Giuseppe Bottai, ancien ministre sous le fascisme. C’est aussi le signe d’une certaine méconnaissance de ces questions dans le monde démocratique et à gauche”.

Que faire alors de cet héritage discret mais décidément bien encombrant ? “Notre tâche, en tant qu’historien·nes, a été d’identifier et de cartographier les signes commémoratifs du fascisme afin de sensibiliser le public. Le moment est venu d’aborder cette question d’un point de vue national, en dépassant les polémiques sur des épisodes individuels, comme cela s’est produit dans le passé. Accepter cette prise de conscience, discuter pour évaluer les options possibles est un choix politique qui concerne la polis et la manière dont elle se rapporte à sa propre histoire”, souligne Albanese. Deux épisodes de requalification offrent des réponses possibles à la question de savoir ce qu’il faut faire de ces lieux. Le premier concerne l’arc de triomphe construit à Bolzano en 1928 pour célébrer la “victoire” italienne lors de la Première Guerre mondiale : en 2014, parallèlement à un projet de restauration, un parcours d’exposition consacré à l’histoire de la ville entre 1918 et 1945 a été inauguré, permettant aux observateurs·e de contextualiser le monument. Le second provient de la commune de Palazzolo Acreide où une plaque a été posée en 1936 pour commémorer “l’énorme injustice” des sanctions imposées à l’Italie par la Société des Nations suite à l’invasion de l’Éthiopie. En 2014, l’administration municipale a décidé de ne pas l’enlever mais de la placer à côté d’une plaque en verre qui exprime la distance politique et culturelle par rapport aux événements mentionnés”, conclut Albanese. Ces processus de contextualisation historique sont très efficaces car ils aident à construire un partage de valeurs autour des épisodes du passé, sans les censurer ».

 

 



Citer ce billet
cristina2 (2024, 23 mai). Pourquoi faut-il cartographier les “signes” du fascisme dans les villes italiennes ? NEOTOPONYMIE/NEOTOPONYMY. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11phs

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search